Non, il n’y a pas de crise des gilets jaunes!

Posté le 05 mars , 2019, 11:37
16 mins

Tout le Landerneau politico-médiatique, toute la grosse presse et les médias télévisuels ne cessent de bruire des inquiétudes que susciterait la «crise» des «gilets jaunes».

Ils espèrent que les talents de communicateur de M. Macron y mettront fin et veulent voir dans les quelques points que celui-ci a péniblement arrachés dans les sondages et dans une légère baisse des bonnes opinions inspirées par les gilets jaunes la promesse d’une solution.

Mais y a-t-il réellement une «crise»?

Pour le Président et le gouvernement, aucun doute. C’est même l’une des plus graves qu’un pouvoir ait jamais eues à affronter : «l’ennemi» est omniprésent et fugace, insaisissable.

Il est impossible, pour l’immense majorité des gilets jaunes, de les prendre en faute sans mentir, car quelle faute commet un conducteur de camion ou d’automobile, s’il pose le gilet (qu’il est obligé de détenir) sur sa planche de bord? Quelle faute commet un piéton qui, ayant revêtu le fameux gilet, bavarde avec quelques copains au milieu d’un rond-point?

Et c’est à quoi se limitent, pour 95% des gilets jaunes, l’activité séditieuse, les complots et la fabrication de fausses nouvelles dont on les accuse.

Bien évidemment, dans ces colloques autour d’un brasero comme dans les conversations sur la toile, on trouve nombre de propos peu amènes pour le Président et ses ministres. Mais peu ou pas de menaces et même une certaine retenue: les gilets jaunes se comprennent fort bien sans avoir besoin de mots pour dire qu’ils ne supportent plus de se lever chaque matin et d’aller travailler pour un salaire qui ne leur permet pas de manger à leur faim, pendant que d’autres se gobergent sans vergogne et que l’État paye de fortes sommes pour loger à l’hôtel des étrangers venus sans être invités. Pas besoin de discours pour se dire les uns aux autres leur détresse de voir leur pays défiguré et leur mode de vie menacé.

Mais tant que le Président Ma­cron et son équipe continueront à croire qu’il leur suffit de se montrer pour que les braves gilets jaunes, oubliant leur estomac vide, leur foyer glacé ou perdu, le mépris et l’arrogance avec lesquels ils sont traités, se pâment d’admiration pour tant d’intelligence et un si bel homme, lui laissant les mains libres pour continuer la politique qui les ruine moralement et matériellement, ils ne pourront pas sortir de la très grave crise qui commence pour eux, ni éviter qu’elle s’aggrave.

Il serait évidemment possible que cette crise, qui, pour l’instant, n’affecte que le pouvoir en place, s’étende à l’ensemble de la société française et que lesdits pouvoirs essaient d’en faire porter la responsabilité aux gilets jaunes.

Cela pourrait arriver si les fanatiques musulmans qui font déjà régner leur loi dans nombre de territoires décidaient d’abandonner leur politique actuelle, qui consiste à attendre que tombe tout seul le fruit mûr de notre soumission, pour lancer un assaut destiné à leur assurer tout de suite la domination sur la plus grande partie de la France.

Je vois mal comment cet assaut pourrait être contenu. Tout d’abord, il faudrait que le Président et ceux qui le servent le veuillent, ce qui semble peu probable: pourvu que les salafistes leur laissent la possibilité de faire de belles affaires dans des oasis confortables, la situation ainsi créée correspondrait plutôt à leurs vœux.

Le reste de la population trouverait-il le courage de résister? En aurait-il les moyens? Les forces de l’ordre auraient-elles le moral, mais aussi le matériel et l’armement nécessaires? Notre armée – ou ce qui en reste – aurait-elle le temps de rentrer des missions extérieures qui sont actuellement les siennes? Et ne serait-elle pas désarmée d’avance par la volonté politique de sa hiérarchie?

Autant d’interrogations dont la réponse n’est guère douteuse.
Mais, sauf dans cette hypothèse, il n’y a pas de véritable crise, sauf pour le Président et ceux qui le suivent aveuglément.

Quelle opinion, alors, avoir des gilets jaunes? Eh bien, en ce qui me concerne, elle reste excellente et je conseille à mon entourage de continuer à afficher un gilet jaune à son pare-brise et même à se rendre sur les ronds-points pour y échanger, avec d’autres gilets jaunes résolus mais pacifiques, des propos parfois constructifs, chercher des remèdes aux différents problèmes qu’il faudra bien résoudre si l’on veut redonner à la France et aux Français leur place légitime en ce monde.

Je leur souhaite bonne chance et leur dis mon amitié!

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

13 Commentaires sur : Non, il n’y a pas de crise des gilets jaunes!

  1. BRENUS

    11 mars 2019

    Ah ces Gilets JAUNES qui méritent l’ire et la moquerie de certains – y compris sur ce site – ils sont servis en termes de prétendues “forces de l’ordre” lesquelles ne se gênent pas pour leur rentrer dedans et les estropier quand bien même il ne s’y passe rien. Ce n’est pas comment les algériens de France qui semblent bénéficier d’une bienveillance extraordinaire des pouvoirs publics lorsqu’ils transposent leurs démélés politique sur la place publique française, plutot que devant leur ambassade ce qui semblerait plus logique. Vers 13 heures, je passait place de la République ( française , pas djézaîre, même si certains confondent) : une foule de braillards avec drapeaux algériens plus quelques drapeaux kabyles (mais ne prononcez pas le nom : c’est pas hallal pour eux, dites plutot berbères). Pas un flic a coté : il ne faudrait surtout pas de monter “raciste” selon la formule qui arrête toute discussion,. Mais, rue du Temple débouchant sur la place, des dizaines de cars de flics avec leurs occupants bien sages et en retrait profond, soucieux de ne pas déranger ces messieurs, y compris les innombrables bi-nationaux qui s’accaparent les endroits publics. Gageons que si des salauds de descendants de colons français se permettaient d’en faire le 10° dans leur bled, ils se feraient pour le moins rosser de belle manière. Mais que dis-je : il y a belle lurette que cette éventualité a été traitée lorsque il a été offert aux “colons” : la VALISE OU LE CERCUEIL. Mais la “patrie des droits de l’homme” a ses préférences. N’est ce pas Mr. Asinus Ququsse qui vous targuez constamment de votre appartenance à cette population .

    Répondre
  2. Alain PROTTE

    9 mars 2019

    Avant Macron, rien. Les gilets jaunes, c’est Macron. Coïncidence ou calcul politique pour se débarasser de toute forme d’oppositions légales, partis politiques, syndicats, Sénat corps intermédiaires. Macron prend les gens pour des cons….parce qu’ils sont cons.

    Répondre
  3. IOSA

    9 mars 2019

    La macronie préfère nier l’existence des gilets jaunes et pour cela, petit prince a mit en place le grand débat pour gagner du temps jusqu’aux beaux jours, car la misère est plus supportable au soleil d’après Charles Aznavour et pour cause certains des moins pauvres seront partis en vacances et comme on dit…loin des yeux, loin du cœur.

    Mais le plus désespérant, c’est la quête des restos du cœurs alors que ses dirigeants ont refusés de soutenir le mouvement GJ et préférés les subsides de l’Etat.
    Je ne leur jette pas la pierre, mais ils ont choisis la voie de l’aumône éternelle au lieu de celle du droit de vivre dignement et de revendiquer ce droit qui appartient à tous et en priorité aux français les plus démunis dans leur propre pays.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 mars 2019

      précisions qui peuvent être utiles à qui veut être honnêtement informé :

      les Restaurants du Coeur sont d’ abord financés par des dons et des legs , ensuite à un degré un peu moindre par des fonds publics … y compris européens, enfin par … ” les Enfoirés “

      Répondre
      • IOSA

        10 mars 2019

        Alors autre petite précision pour ceux qui sont moins informés, les restos du cœur nourrissent tout le monde et surtout ceux qui viennent d’ailleurs, car à eux ils ne vont pas demander de justifier de leur précarité puisque illégalement sur le sol français.
        Donc ceux qui donnent à la cause des restos du cœur, sont aussi ceux qui permettent (sans le savoir) aux clandestins de venir en France, parce que ces derniers savent qu’ils trouveront de quoi se nourrir.

        Est ce qu’il y aurait autant de clandestins à venir en France sans les restos du cœur ? Posez vous la question et répondez en toute bonne foi….

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          11 mars 2019

          vous avez tout à fait raison

          pour en avoir une idée réelle il suffit de se poster devant les locaux d’ une O.N.G. ( secours catholique, restos du coeur, secours populaire etc … ) ou devant les dépôts d’ Emmaüs pour constater que de jeunes ” voilées ” viennent dans de grosses cylindrées pour razzier ce qui peut l’ être ; les hommes particulièrement les ” djeunes ” appellent ce qui n’ est autre qu’ un de leurs nombreux trafics , le ” bizzenesse ” . En effet ce sont les femmes , vieilles et jeunes accompagnées d’ une ribambelle d’ enfants déguisés en ” pouilleux “,qui recueillent les dons ” occidentaux ” qui seront le plus souvent revendus ” chez eux ” quand ils retournent au pays pour les … grandes … vacances le tout transporté sur des galeries qui croulent avec l’ électro – ménager, et les vêtements de marque

          Répondre
  4. Valérie

    8 mars 2019

    Avec le printemps, un à deux millions de gilets jaunes dans les rues pour répondre au voeu de Macron “venez me chercher” ?

    Répondre
  5. ELEVENTH

    6 mars 2019

    Un nouveau moyen de défense contre les éborgneurs, pour les GJ : le CACATOV. Il humilie, certes, mais n’éborgne pas, lui.
    Pour la recette : une bouteille en plastique remplie de déjections, animales ou humaines, voir les deux. Voir sur YOUTUBE !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10 mars 2019

      je vois que, sur ce blog, le Maitre @ Brenus , incomparable Socrate des fosses septiques, a conquis à sa pensée philosophique de nouveaux disciples; les ” 4 Vérités ” , je pense, méritent beaucoup mieux ; ne croyez vous pas Mr De T. ?

      Répondre
      • ELEVENTH

        11 mars 2019

        Renseignez vous inculte Quinctius : le CACTOV existe vraiment. Il a été inventé au Vénézuela et l’dée est passée en France, même s’il n’a pas encore fait son apparition dans votre lieu de résidence préféré. Ce procédé a au moins l’avantage de ne pas estropier ceux a qui il est destiné. Mais sans doute préférez vous la pratique de l’éborgnage si chère à votre camp de méprisants profiteurs. Ceci tout en tentant minablement de pleurnicher auprès du rédacteur du site. Vous êtes d’un pitoyable, mon pauvre… marcheur.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          11 mars 2019

          Cher Monsieur,

          vous êtes libre de choisir vos amis mais il est triste que vous le fassiez chez les beaufs et autres ” bas du front ”

          quant à moi, je n’ ai jamais été profiteur , pas plus que je ne suis un ” marcheur ” de la première ou de la dernière heure

          bien à vous et bonne réflexion ***

          *** voter R.N. c’ est perpétuer LaRem

          Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    6 mars 2019

    J’ai toujours eu beaucoup de sympathie pour toutes celles et pour tous ceux qui se battent contre le mépris des soi-disantes “zélites” de ce pays. Quand on voit l’état économique et financier de la France ces zélites autoproclamées n’ ont vraiment pas de quoi pavoiser.

    Macron le “nation startupper” qui devait se préoccuper de l’emploi dans ce pays s’emploie avec l’aide de personnes peu recommandables à le détruire savamment par ses déconstructions sociétales détournant ainsi l’attention des vrais problèmes.

    Que pouvait-on déjà attendre d’un plouc *) qui ne connait certainement rien au nouveau monde numérique qui nous entoure, monde qui va déterminer l’emploi futur?

    *) c’est le mot juste, je n’en vois pas d’autre.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 mars 2019

      ” c’ est le mot juste ” …. heu pas exactement !

      votre logiciel d’ un monde numérique nouveau, providentiel et heureux qui traite du vocabulaire … français n’ est pas très subtil :

      un ” plouc “, qui vient du breton ” *** plou ” ( paroisse ), est un terme de mépris des ” zélites ” qui remplace ” cul terreux ” c. à d. ” paysan ”

      il désigne par extension un individu plutôt ” frustre ” ( voir définition dans un bon dictionnaire )

      ce mot péjoratif ne me semble pas du tout approprié à la personne d’ Emmanuel Macron

      par contre le terme de ” beauf ” s’ applique correctement à [email protected] et encore plus à Brenus : nom péjoratif dans la langue populaire française qui désigne un individu intolérant et borné ; c’ est désormais l’ adjectif que j’ utiliserai pour vous et vos … semblables

      vous savez … peut être, comment ” on ” considérait les Bretons bretonnant au début du siècle dernier ( lire ” le cheval d’ orgueil “)

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)