Non, nous n’avons plus le temps d’attendre!

Non, nous n’avons plus le temps d’attendre!

L’ambassadeur Christian Lambert écrit (n°1289) que les Français souhaitent un homme fort pour remettre la France sur les rails.

Dont acte.

En pensant au général Pierre de Villiers, il voit deux voies et deux seulement.

– La voie légale avec comme passage obligé l’élection à la députation.

Or un bon député ne fera pas forcément un bon président, de même qu’un bon capitaine un bon colonel.

Mais on n’a guère trouvé mieux en matière d’avancement.

Cependant, l’apprentissage du métier aux responsabilités de niveau subalterne et, pourvu qu’on ne l’oublie pas, constitue un atout non négligeable – ce dont manquent cruellement nombre d’énarques «hors sol» dont nous souffrons actuellement.

– Le coup d’État qui, aujourd’hui, en France, est complètement illusoire.

Au-delà de ces deux options, il souligne les problèmes bien réels à résoudre (fiscalité, immigration, sécurité, etc.).

Mais un président n’est pas seul pour trouver des solutions.

Le risque de libanisation et les possibles difficultés relationnelles avec les États-Unis et l’Union européenne impliquent en priorité absolue que la France tende à retrouver sa souveraineté, afin de prendre les mesures conformes à son propre destin.

Il s’agit de notre Bien Commun, dont l’essence est de ne laisser personne sur le bord du chemin. Tant que nous ne serons pas «maîtres chez nous», nous serons esclaves d’instances lointaines, à qui le sort de la France importe peu, sinon comme simple amas de consommateurs réduit quasiment en esclavage. D’ailleurs les mesures liberticides imposées au peuple au nom de la crise sanitaire actuelle concrétisent cette marche forcée vers le Nouvel Ordre Mondial.

La «menace» évoquée par M. Lambert concerne effectivement ceux qui, au sommet de l’État, se servent à défaut de servir. Et puis, dans l’armée tout au moins, on sait bien qu’un chef, fût-il le premier, s’impose naturellement sans qu’il ait jamais besoin de s’affirmer tel.

Mais si j’interviens et vigoureusement, c’est parce qu’à défaut de remède non trouvé, M.Lambert conclut en disant: «On attend». Or nous n’avons pas le temps d’attendre!

Je remarque quand même que l’homme politique qui a le plus marqué notre XXe siècle est un général et nombreux sont ceux qui se réclament encore du gaullisme.

Et puis peut-on faire pire que M. Macron et les nombreux professionnels de la politique qui ont fait de la France ce qu’elle est aujourd’hui, continuant de la détruire au quotidien?

Pour ma part donc, je me refuse «à attendre» car, au contraire, il faut agir urgemment.

Dans la lettre introductive à son programme présidentiel, le général Antoine Martinez explique la pertinence qu’un général s’engage dans cette bataille électorale.

Les obstacles de toutes sortes qui lui sont déjà opposés par les détenteurs d’un pouvoir qu’ils ne veulent pas lâcher sont justement un gage de son désintéressement et du courage qui manquent tant à d’autres.

Une troisième voie existe, comme l’a si bien proposée la courageuse Agnès Thill, ancienne députée LREM, exclue de son parti parce qu’elle a osé dire «Non» à plus de 300 députés godillots.

Elle consiste à ce que chacun fasse sa modeste part, comme le colibri qui va chercher quelques gouttes d’eau pour tenter d’éteindre l’incendie qui ravage la forêt et fera périr tous les animaux.

Et Valérie Bugault nous propose, quant à elle, d’amener les Français à réfléchir et à se parler pour comprendre ce qui se passe et ainsi faire pression sur le pouvoir.

Cher monsieur l’ambassadeur, je n’ai pas consacré à la France plusieurs dizaines d’années de ma vie, au risque de la perdre si les circonstances l’avaient exigée, pour rester l’arme au pied alors que ma patrie est en danger de disparaître en tant que telle.

Alors je continue le combat, y compris avec un général!

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • BAINVILLE Répondre

    Il faut à la France un candidat qui fasse le poids, avec le souci de l’avenir des français, le soin de restaurer la primauté de la famille, une vision industrielle reconquérante, et une détermination à arrêter net, et sans attendre l’invasion qui nous submerge.
    MLP est un boulet pour le camp national majoritaire dans le pays.
    Elle est inapte pour le poste, ne rêve que d’administration, d’impôts, de complaire au CRIF et autres décideurs de l’ombre.
    Alors : P.de V., Bruno Mégret avec J.Y Le Gallou , J.C. Martinez, Marion Maréchal, J.F. Poisson, Eric Zemmour, Robert Ménard, la liste est ouverte.

    02/05/2021 à 17 h 19 min
  • ELEVENTH Répondre

    Intéressant à lire :
    La lettre ouverte de ce jour du Général Piquemal, démis de ses fonctions en 2016 pour s’opposer à l’occupation de Calais par les « migrants ».
    Le dit Piquemal répond à ce salonard pourlècheur de macronesses de général ( la minuscule est intentionnelle) Lecointre qui traite des patriotes comme des chiens et se voit même félicité par écrit par Mélanchon, – c’est dire, même si bateleur de foire aux saucisses n’a pas hésité lui même à appeler à l ‘insurrection il y a deux ans –
    En termes rigoureux il met les choses au point avec Lecointre qui, après cela, n’a plus qu’à se la mettre dans la poche avec son mouchoir par dessus, même si je ne suis pas sur que cela suffise à faire cesser la morgue déplacée de ce général « carpette » comme l’autre l’appelle.
    Vous trouverez cela soit sur le site « profession gendarme.com » (ça courre vite et les traitres ont du soucis a se faire), soit sur un lien en rapport avec un article de Bouchard sur agoravox.com (pourtant généralement peu orienté vers l’armée et la droite).
    La peur commence a changer de camp. Ce qui décidera peut être un candidat sérieux à se dresser contre les fossoyeurs du pays y compris celui qui lui chie dessus à chaque occasion, depuis l’étranger de préférence.
    Car, si Macron repasse, c’en est fini du pays et ce n’est pas MLP qui pourra gagner, tellement les diarrhées se déclencheront.

    01/05/2021 à 17 h 58 min
  • ELEVENTH Répondre

    Le gouvernement macronien et la clique des islamo-gauchistes, main dans la main, et constituant une sorte de cabale contre les termes de l’avertissement de généraux sur les dangers d’extinction de la France, avec le délitement qui, lui, est déjà présent depuis lulure, a rassemblé le ban et l’arrière ban de tous – et toutes – les parasites du pays.
    A commencer par ses rombières ministresses qui s’autorisent à baver sur des patriotes et à les menacer, telle Loffense Parleuse qui a surement fait son service militaire en éclaireur de pointe, chaussée d’escarpins à talons aiguilles et qui donne des leçons du haut de sa suffisance (et surtout de son insuffisance) de socialo sckotcheuse a vie de postes préservés .
    Ou comme la Panàchier qui a décidé que les signataires étaient en fait des sortes de grabataires, portant des charentaises, auquel cas , cette Onan, version féminine, manque cruellement de cohérence dans ses pensées, malgré ses titres scolaires. En effet, si elle considère les dits signataires comme des débiles tout juste bon d’aller du lit au fauteuil – comme le chantait Jacques Brel – , ces derniers pourraient lui rétorquer qu’après tout : qui leur garantit qu’elle n’a pas déjà versé dans la débilité à force de se rengorger par excès d’auto-admiration vaniteuse.
    C’est CA la prétendue élite française? : une variété de « woke » germanopratains qui s’auto congratule, persuadée que le monde entier l’admire alors qu’il la déteste.
    Dans l’ancien langage populaire on utilisait parfois l’expression « langues de putes » pour désigner les sorcières. Il semble que la coterie macroniene n’en manque pas. Et utilise cet organe pour bien pourlécher les babouches islamiques dont elles font les délices et, peut être, s’en délectent.

    30/04/2021 à 15 h 38 min
  • HOMERE Répondre

    La voie électorale est une impasse qui mène aux mêmes résultats…nous aurons Macron point barre….l’armée ne peut intervenir que sur ordre du pouvoir politique…alors que faire ? je l’ai déjà dit : s’abstenir afin d’obtenir une minorité de votes exprimés ce qui rendrait illégitime le personnage élu.Dès lors il serait nécessaire de constituer un référendum portant sur les points essentiels et prioritaires pour les français et ensuite désigner une assemblée chargées de les mettre en oeuvre sous contrôle d’un Président qui rendrait compte du suivi des priorités et des difficultés éventuelles rencontrées. Régulièrement consulté le peuple approuverait ou corrigerait le plan suivi par le Gouvernement.
    C’est une voie démocratique , majoritaire et acceptée par le peuple…..actuellement on fait strictement l’inverse !

    29/04/2021 à 17 h 36 min
  • Hagdik Répondre

    Force est de le constater !
    Ce « gaullo-communisme » nous a donné Chirac. Faut-il une meilleure preuve ?

    28/04/2021 à 20 h 28 min
  • BAINVILLE Répondre

    « l’homme politique qui a le plus marqué notre XXe siècle est un général et nombreux sont ceux qui se réclament encore du gaullisme. »

    Ce propos est d’abord comique, pour l’ignorance profonde de l’histoire de 1940 à 1945, et de 1958 à 1962.
    Mais il est tragique aussi, hélas, car nombre de français pensent que cet imposteur à deux étoiles provisoires a été un sauveur, alors qu’il a bâti sa carrière de mégalomane sur le reniement, la calomnie, et la compromission avec un parti profondément pervers et déjà apatride.
    La mainmise du communisme et du trotskysme sur l’État, l’Université, l’École, le syndicalisme, la culture, a été appuyée, renforcée, encouragée par la collusion gaullo-communiste.
    Les français en payent toujours les conséquences aujourd’hui, avec l’imposition d’un président chargé de détruire encore plus vite la nation française.

    27/04/2021 à 20 h 02 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *