Notre priorité : l’entente à droite

Posté le mars 11, 2010, 12:00
8 mins

Nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue aux 2 459 nouveaux abonnés qui nous ont rejoints à la faveur d’une opération de prospection et j’en profite pour repréciser la ligne éditoriale de notre journal.

Il m’arrive souvent de la caricaturer en disant que notre ligne, c’est de ne pas en avoir. Plus sérieusement, ce que nous souhaitons, c’est instaurer un véritable débat entre les différentes tendances de la droite française. Il ne faut donc pas s’attendre à trouver ici le journal de l’une des tendances ou de l’un des partis de droite. Nous n’avons évidemment rien contre les organes de ces formations. Nous les lisons régulièrement et en faisons notre miel. Mais ce n’est pas notre vocation à nous.

« Les 4 Vérités » sont un journal fondé sur une double conviction : la droite, majoritaire dans le pays, perd régulièrement les élections faute de savoir s’unir. Il faut donc défendre la possibilité d’une entente à droite.

En particulier, nous sommes farouchement hostiles au pseudo « front républicain » que la gauche impose à la droite dite parlementaire, pour refuser toute alliance avec le Front national. De deux choses l’une, en effet : soit le FN est un parti illégitime, mais alors il faut avoir le courage de l’interdire par la loi ; soit il est légitime, auquel cas on voit mal pourquoi l’UMP devrait se soumettre au diktat mitterrandien interdisant toute alliance avec lui.
Tant que cette idéologie du front républicain perdurera dans la « classe parlante » – et même après ! –, nous défendrons sans relâche l’entente à droite.

Et, pour faire avancer cette entente à droite, nous sommes favorables (c’est notre deuxième conviction politique) au débat à droite.
Personnellement, il y a toujours au moins un article par semaine avec lequel je ne suis pas d’accord. Je suis un « paléo-conservateur » ou un « réactionnaire ». Et je suis donc (pour répondre à Jean-Pierre Pagès-Schweitzer, en p. 5) « pro-vie », vivant fort bien ma « double allégeance ». De la même façon, j’étais très peu favorable à la guerre d’Irak, et n’étais donc pas sur la même ligne que Guy Millière (voir son article en p. 7) à ce sujet. Mais ce qui importe, c’est que les différentes droites françaises se parlent. Voilà à quoi servent les « 4 Vérités ».

Pour ce débat à droite, l’idée de génie (je le dis d’autant plus volontiers que je n’y suis pour rien !) a été d’offrir une large place aux lecteurs. Plutôt que d’écouter ceux qui sont censés représenter la droite, nous préférons écouter le « peuple de droite ». C’est pourquoi nous sommes un journal fait par ses lecteurs – même les chroniqueurs les plus réguliers sont d’abord des lecteurs, débattant avec d’autres lecteurs, l’argument d’autorité cher aux « élites » politico-médiatiques n’a donc pas cours ici.

Nous essayons de maintenir un équilibre entre les différents sujets d’actualité et surtout entre les différentes tendances. Cet équilibre est toujours un peu arbitraire, mais si, comme moi, vous n’êtes pas d’accord avec, au moins, un article par semaine, nous aurons rempli notre mission !
Cela étant, il y a tout de même des points sur lesquels nous sommes tous à peu près d’accord.

Nous sommes tous favorables aux libertés économiques et hostiles au socialisme que nous subissons depuis maintenant plusieurs décennies.
Nous sommes tous extrêmement « réservés » sur l’immigration-invasion. D’autant qu’elle se conjugue avec une fuite des cerveaux et des capitaux. Avec une logique suicidaire remarquablement constante, la France fait venir à grands frais des personnes qui n’apporteront pas grand-chose à notre pays, mais pour qui l’état-Providence va fonctionner à plein régime, et fait fuir nos jeunes diplômés, nos investisseurs, nos chercheurs les plus chevronnés…

Nous sommes tous scandalisés de l’état de l’« éducation nationale »
(prétendue éducation et prétendue nationale), qui cherche à endoctriner à on ne sait trop quoi (à ce magma idéologique informe qu’on appelle le « politiquement correct ») nos en­fants, mais « oublie » de leur apprendre à lire, écrire et compter.

Nous sommes tous écœurés de la gabegie du système soviétoïde des retraites « à la française ». Je pourrais continuer longuement la liste des points sur lesquels nous tombons facilement d’accord. Ce qui prouve qu’une entente à droite n’est pas une vaine utopie. Et ce qui dessine les grandes lignes d’un programme pour un gouvernement désireux de sortir la France du marasme. Ce gouvernement devra en tout cas rejeter la dictature du « politiquement correct ». Et nous serons heureux de l’y aider ! n serons heureux de l’y aider !

15 réponses à l'article : Notre priorité : l’entente à droite

  1. Mancney

    17/03/2010

    SAS : "… revenus en 747.."

    –  Exactement, ton Altesse, et tu ne crois pas si bien dire…
    L’essort des transports aériens, depuis cinquante ans, a été évidemment un parametre majeur dans les échanges humains excessifs, et, curieusement, peu de personne n’ont vraiment jugé utile d’y réfléchir un peu…
    "Avant", les minorités, présentes dans presque tous les pays du Monde, permettaient les petits mixages humains impératifs, les petits échanges culturaux, et aucune race ni aucune culture n’était vraiment en danger de disparition ni de mélange excessif, tout le monde, sauf exception, "collait" a sa terre nourriciere, le lien Homme/Sol etait relativement respecté et c’etait tres bien comme ca, enfin pas si mal.
    "Aujourd’hui", avec les moyens de transports et de communications que nous connaissons, quel est devenu exactement le role des minoirités? 
    A premiere vue, ca serait plutot foutre la merde, non?
    Just a thought…

    Bois un ti punch a ma santé, ton Altesse….

    Mancney

    Répondre
  2. christian pène

    17/03/2010

    monsieur de Thieulloy ,

    de quelle droite voulez vous parler ? moi , par manque de clairvoyance , je ne vois au gouvernement que tantôt "bonnet rouge" , tantôt "rouge bonnet"

    quand tels ministres viennent du PS , intéressés par l’argent facile et les honneurs (glorioles ) ministériels , je me demande où est la droite….Sarkozy n’est pas de droite , et d’ailleurs je me fiche de ce clivage géographique au Parlement : la gauche ou la droite….quand il s’agit de dirger la société française suivant des critères où l’économique doit passer avant tout car sans argent on ne peut rien : le social AVANT c’est le fnancer par de la fausse monnaie , surtout en accablant les entreprises …je n’appelle pas gouverner la distribution incessante de nouveaux avantages à des gens qui n’attendent que ça….

    vous comprendrez que je ne vote pas pour des incompétents ,parmi lesquels on trouve des repris de justice  notoires au PCF, au PS ,à l’UMP……..vous en êtes vous seulement aperçu ?

    la région parisienne échappe une fois de plus à l’UMP à cause de S.M. (sa médiocrité ) Sarkozy qui a accumulé les erreurs de casting , et n’a choisi que des courtisans médiocres pour l’assister…..mais incapable de faire son auto-critique, il préfère tancer S.M.Pécresse pour sa médiocre campagne

    christian pène qui se fout du clivage gauche -droite , mais qui ne veut pas être cobaye d’un laboratoire d’idées….un jouet ballotté par les élites qui délitent la société française

     

    Répondre
  3. Drakkar

    17/03/2010

    La gauche de la doite, la droite de la gauche, l’extrême centre, la groite, la drauche …

    Aujourd’hui, le pouvoir est tenu "en haut" par un socialiste de droite, sarko et dans tous le pays par la gauche sous toutes ses formes.

    Un seul lien : tous couchés devant les musulmans.

    Merci à SAS de l’avoir rappelé.

    En cas de doute, retirez cet élément aux caractéristiques de n’importe quel politique. Que reste-t-il ? RIEN.

    Répondre
  4. sas

    15/03/2010

    A l inédit……

    ….Charles Martel a stoppé et viré les musulman à Poitier en 732……….ils sont revenu a Roissy à  Paris en 747………..

     

     

    SAS

    Répondre
  5. HOMERE

    13/03/2010

    La situation politique de la gauche n’a jamais été pire qu’aujourd’hui.Essayez de trouver un seul point de convergence entre NPA,Front de Gauche,LO,Europe écolo,PS,MRG,PCF,MRC… ! si pourtant…l’anti Sarko pur et dur ! pour le reste…nib ! vous allez voir le barnum dans peu de temps….l’épisode "Frêche" sera un pamphlet pour jeunes filles en fleur….les couteaux s’affûtent en coulisse ! Les Fédés sont sur les dents…

    Ce qui me gêne dans les maths à Jaurès ce sont les "environ" car ce sont justement les "environ" qui font, ou ne font pas les majorités.

    Prenons pour exemple de notre discussion le "Front de Gauche" de Mélenchon.Il est clair que sa "mission" est de "pomper" l’extrême gauche afin de tirer une majorité future dite "la gauche de la gauche"et,par là même éloigner le "spectre" du MODEM dans les futures stratégies politiques. Pourquoi,dans ces conditions ne serait il pas possible d’opérer une stratégie similaire à droite ?

    Bien sûr il y faudra du temps,beaucoup de temps…sauf si des évènements,ou des nécessités impérieuses obligeaient au contraire !

    La sottise est largement inhibée par l’incertitude d’être intelligent…sauf de se croire vraiment  intelligent ce qui serait la pire sottise !

    Répondre
  6. pierre42

    13/03/2010

    Bonjour  je suis d’accord à 100% avec Mr Thieulloy . Il n’y à pas de raison que toute la gauche , l’extreme gauche et les groupes anarchistes se coalisent contre notre Président en le trainant dans la fange des contres vérités , contre notre gouvèrnement qui essaie de sortir la France de sa léthargie et de sa décadence , et que nous ne puissions pas compter sur les voies du F.N. qui défend (en éxagérant un peu) les mêmes idées de ceux qui veulent sortir leur pays de l’immobilisme socialiste . Immobilisme dont on constate tous les jours l’état actuel de notre Pays .

    Répondre
  7. Philippe

    13/03/2010

    Et pourquoi ce ne serait pas la droite "classique" (la fausse droite actuelle) qui se mettrait enfin à appliquer des idées de droite telles que certaines proposées par le Front national? La "droite" a peut-être fait un pas vers ces idées, mais uniquement pour les discours électoraux. Jamais la moindre application. Aujourd’hui, on en est même arrivé à la caricature totale avec un tiers du gouvernement composé de socialistes ou de gens de "gôche" revendiquée. En effet, si c’est le FN qui doit se calquer sur la majeure partie des positions de la droite "classique" actuelle, on aura seulement un parti de centre-gauche de plus…

    Et il faut arrêter de colporter l’idée absurde, répétée stupidement par les gros médias, comme quoi le Front national ne veut pas le pouvoir ou ne veut pas de responsabilités politiques.  Ce sont les électeurs qui, bien que partageant pas mal de ses idées, ont peur de la caricature (et non de la réalité) qui en est faite dans les médias. Et du coup se reportent souvent sur les partis au pouvoir. Car quand on hypothèque sa maison pour pouvoir financer sa campagne, comme l’a fait le candidat du FN de ma circonscription, et qu’on doit braver insultes et malveillances en permanence, au lieu d’être dans le "confort" (audiovisuel et financier) des partis en place, c’est peut-être pour ne pas essayer d’être élu?

    L’union de la droite? Le Front national a plusieurs fois tendue la main au RPR-UDF dans les années 1990. Voir le cas emblématique des régionales 1998. Rejet total des dirigeants du RPR-UDF, et avec des insultes encore. Et même si je reconnais les outrances verbales déplacées de J.M. Le Pen, la "droite" n’a jamais eu le courage de briser ce tabou imposé par la gauche, celui de l’alliance à droite. Tandis qu’elle ne se gêne pas pour s’allier avec les crypto-marxistes et communistes.

    La (fausse) droite est toujours tétanisée par les oukases de la gauche,alors qu’elle devrait n’en avoir rien à faire, vu les désastres engendré par les socialistes au pouvoir. On a l’impression qu’il n’y a qu’une "morale" politique qu’à gauche. Comme dirait Grepon, c’est orwellien, car il s’agit d’une plutôt d’une anti-morale, voir Julien Dray qui nous parle de pauvreté avec une montre de 15000 euros au poignet.

    Répondre
  8. Anonyme

    12/03/2010

    A fréquenter le forum des 4 Vérités, qui ne saurait être classé autrement qu’à droite me semble-t’il, l’union de la droite ne me paraît pas assurée avant longtemps. Pas davantage d’ailleurs que le ralliement à l’un ou l’autre de ses leaders.

    Répondre
  9. jaures

    12/03/2010

    Malheureusement, la politique n’est pas l’arithmétique. A droite, si vous unissez l’UMP (environ 30%) et le FN (environ10%), vous n’obtenez pas 40% des voix. Les sondages et l’expérience de 2002 montrent que près de 8 Français sur 10 ne veulent à aucun prix du FN au pouvoir. Il est donc plus que probable que si l’UMP concoctait un programme avec le FN, il perdrait plus de voix qu’il n’en gagnerait.

    Par ailleurs, la droite est bien plus divisée que l’emprise sarkozyste ne le donne à penser. Mais, il est vrai qu’elle est plus disciplinée que la gauche et que, dés qu’un chef s’impose, tout le monde suit, jusqu’à ce que son prestige (et sa cote de popularité) retombe.

    Le FN, lui-même est divisé et, quand le vieux chef se sera retiré, il est plus que probable que la succession sera rude.

    Répondre
  10. HOMERE

    12/03/2010

    Plusieurs conditions sont nécessaires pour rompre cette "unité républicaine" lorsqu’il s’agit de confrontations électorales mettant en lice le FN.

    La première vient du FN lui même qui s’est souvent mis hors jeu par des exagérations souvent outrancières.Dès lors que la droite faisait un pas vers ses idées,une intervention tempêtueuse de Le Pen jettait tout à terre.Il s’agissait d’un jeu politique destiné à montrer que seul le FN défendait les "vraies" idées nationales.Ce jeu mortel à conduit la droite vers le centre et lui aura permis de gouverner très longtemps sans l’appui du Front.Aujourd’hui le Centre est laminé par un juste  retour du bipartisme et la droite se  trouve "gros jean" n’ayant plus de réserves.Le Front à donc deux options politiques : soit il conserve ses outrances,soit il opère un vrai retour vers la droite "classique".Dans le premier cas il restera ce qu’il est sans aucun espoir,soit il se modifie profondément .Ce n’est qu’à ce prix que la droite restera majoritaire en France

    Le départ de Le Pen est un préalable, sa succession une opportunité de changement.La structure sociale de son électorat est une vraie chance de contre battre les excès du marxisme qui ne représente plus rien à gauche mais dont celle ci se prévaut.

    Marine Le Pen est elle "l’homme" de la situation ? peut être ! Elle est intelligente,volontaire,et médiatique.

    Villiers à bien  compris cette situation,alors pourquoi pas ?

    Les ringards socios bobos embauchés ne sont que prétextes qui,par ailleurs n’ont trompé personne sauf de perturber fortement l’électorat de droite.

    Les situations que va vivre la France nous indiqueront où les tensions vont porter dans les mois qui viennent…le pire est devant nous ! il y a urgence !

    Répondre
  11. richa83

    12/03/2010

    Union de toutes les droites?
    OUI.

    MAIS…
    Encore faudrait il que les chefs (cheffaillons??) mettent leur égo dans leur poche et acceptent l’idée qu’il ne peut y avoir qu’ UN CHEF!!
    Or le problème c’est qu’ils sont tous persuadés  être le seul capable …
    Résultat: l’union des D attendra encore!
    Espérons qu’il ne sera pas trop tard quand elle se fera..

    Répondre
  12. IOSA

    11/03/2010

    Remerciements à Thieulloy de Guillaume de reconnaitre qu’il existe une droite pluriel et qui ressemble étrangement à cette gauche pluriel ( même si celà n’est pas dit).

    Avec ça, on est pas sortis de l’auberge.

    Moi, je cherche un parti qui ne soit ni de droite multiple et ni de gauche multiple….bref un parti pas composé d’hypocrites, menteurs, faux jetons, bla bla, bla bla etc & etc.

    En ce moment, j’ai la nette impression que la république est devenue la déesse Shiva.

    IOSA

    Répondre
  13. L' Inédit

    11/03/2010
    Lettre Ouverte à Monsieur Jean Marie Le Pen

    Cher Monsieur,

    Bien que n’ étant pas devin, j’ ai pressenti qu’ en signant ce que l’ on désigne pudiquement par “Les Accords  d’ Evian”, la France  préparait son arrêt de mort.
    Quand j’ osais suggérer ma vision de l’ avenir, j’ étais traité de fou, de fasciste, voire pire. Pourtant, un seul homme, vous, Monsieur Le Pen, aurait pu, peut-être, constituer un contre-poison.
    J’ avais une entière confiance en votre intransigeance légitime, jusqu’ à hélas, quelques unes de vos inpulsions verbales du plus mauvais goût. Cependant, en suivant votre trajectoire initiale, vous auriez peut-être pu devenir le Charles Martel des temps modernes.
    Malheureusement, je pense que la majorité de nos compatriotes sont naïfs, myopes et dénués de projection sur l’ avenir.
    Mon ultime espoir, je le place dans votre honorable fille, Marine, qui si les Français retrouvent enfin leur lucidité, pourrait devenir la nouvelle Jeanne d’ Arc.
    J’ ose terminer ce souhait par le mot hébraïque: Amen.

    L’ Inédit
     

    Répondre
  14. Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

    11/03/2010

    Je suis reconnaissant  à Guillaume de Thieulloy d’avoir publié mon dernier article.

    Le sachant beaucoup  "consevateur"  que moi, en matière de théologie morale,
    je craignais fort la censure…

    J’avais tort.

    Jean-Pierre Pagès-Schweitzer

    Répondre
  15. KEUSCH

    11/03/2010

    Fidèle lecteur de votre revue depuis plus de 5 ans, je partage totalement votre analyse, et vos positions (même si je suis plus proche de Guy Millière).

    A quand une droite unie et fidèle à ses valeurs?

    Surtout ne fléchissez pas, mais je ne suis pas vraiment inquiet.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)