Nous ne voulons pas de ce pacte d’irresponsables !

Posté le 22 janvier , 2014, 4:04
3 mins

François Hollande a précisé les contours de son « pacte de responsabilité », proposé aux entreprises, pour diminuer leurs charges en échange d’embauches.

Il s’agit peut-être d’un pacte. Mais certainement pas un pacte de responsabilité.

Dans ce jeu de dupes, chacun fuit ses responsabilités.

Le gouvernement commence par fuir les siennes, en faisant mine d’ignorer que le chômage est principalement la conséquence des politiques suicidaires qui ont été mises en place depuis 40 ans – et que personne, dans la classe politique, n’ose remettre en cause globalement.

Le déclin français tient essentiellement à deux causes : le développement d’un État-providence pléthorique et financé à crédit et une immigration de masse, ne correspondant plus à des be­soins de main-d’œuvre et n’étant plus poussée à s’assimiler par des pouvoirs publics anti-nationaux.

Ces deux causes sont les deux mamelles du socialisme contemporain. Mais, hélas, elles ne sont pas radicalement remises en cause par la droite. L’UMP critique timidement l’État-providence et ne propose qu’un ralentissement de l’immigration. Et le FN propose un arrêt de l’immigration, mais un maintien de l’État-providence.

Le pacte de responsabilité occulte donc la responsabilité de l’État dans le désastre. Il occulte aussi la responsabilité des entreprises. Car ce sont bien les ancêtres du Medef qui ont poussé à la roue pour l’immigration de masse. Tout récemment encore, Mme Parisot dénonçait comme xénophobe toute tentative pour réguler l’immigration !

Mais, pour l’avenir aussi, le « pacte de responsabilité » est un pacte d’irresponsables.

Les interlocuteurs de l’Élysée sur ce dossier ne seront pas les entrepreneurs, mais leurs prétendus représentants. Notam­ment le Medef, très largement dominé par les grandes sociétés qui, outre qu’elles ne sont plus majoritairement françaises, ne sont pas majoritairement la propriété des entrepreneurs. C’est-à-dire que l’on va, comme pour les 35 heures, tailler un costume sur mesure pour les entreprises du CAC 40, représentées par des irresponsables comme M. Messier.

J’ajoute que l’impératif d’embauche sera aussi fantaisiste que les plans quiquennaux staliniens. D’autant qu’il sera décrété au niveau national, de l’aveu même de François Hollande !

Cerise sur le gâteau de l’irres­ponsabilité, un comité Théodule, dit Observatoire des contreparties, pilotera l’opération.

Non, décidément, nous ne voulons pas de ce pacte ! 

5 Commentaires sur : Nous ne voulons pas de ce pacte d’irresponsables !

  1. Hilarion

    26 janvier 2014

    Il y a quelques mois, au Bangladesh, un bâtiment branlant s’effondrait sur ses ouvriers faisant plusieurs milliers de morts, écrasés sous les décombres. Cette entreprise fabriquait des produits textile exportés vers l’Europe entre autres. On apprenait que le personnel victime était payé l’équivalent de 30 € par mois pour une durée hebdomadaire d’une soixantaine d’heures de travail dans des conditions proches de l’esclavage. Certes cette situation est caricaturale. Renault produit en Roumanie des voitures exportées vers la France avec une main d’oeuvre ayant un coût 4 à 5 fois inférieurs aux coûts français. Tels des dominos, les activités industrielles et de nombreuses productions tertiaires se trouvent contraintes de délocaliser, celles ayant la volonté de rester y étant obligées dans l’incapacité ou elles se trouvent de résister économiquement à une concurrence produisant à bas coûts. Des millions d’emplois ont ainsi été perdus depuis 40 ans dans le textile, l’électronique, l’électroménager etc… Et comme il n’était pas suffisant de voir partir tous ces emplois à l’étranger, pour complaire à “l’Europe” voici qu’en France même, des emplois sont cannibalisés par de la main d’oeuvre étrangère, au coût minoré par défaut de protection sociale. En face de ce phénomène si bien étudié par le seul prix Nobel d’économie qu’ait emporté la France, Maurice Allais, qui en dénonçait les funestes perspectives, aucune disposition de quelque nature n’a jamais été prise. Il n’est pas nécessaire d’être grand observateur pour voir comment sous la pression d’un chômage croissant qui devient de plus en plus difficile à financer l’état cherche à tirer vers le bas toutes les prestations sociales en même temps que monte la pression fiscale. En effet, dans le cadre d’une mondialisation forcenée ou des pays ayant des systèmes sociaux incomparables même en ordre de grandeur, les conditions de vie des peuples ne peuvent que tendre à s’harmoniser vers le plus petit commun dénominateur. Conscients, inconscients, incapables ou profiteurs de cette situation, nos gouvernants ne trouvent à mettre en place que des dispositions leur permettant de durer d’une élection l’autre. Le pacte de responsabilité n’étant que la dernière tartufferie dont le seul souci n’est pas celui des Français mais de durer au pouvoir et dont l’efficacité sera celle du cautère sur une jambe de bois.

    Répondre
  2. banro

    25 janvier 2014

    Ce pacte de compétitivité/responsabilité est un marché de dupes. Tout est flou, on ne connait pas exactement le % de baisse des cotisations, ni la contre-partie demandée aux entreprises, sinon qu’elles devront embaucher quand et combien ?
    Il s’agirait, selon certaines infos, de la suppression des cotisations d’AF soit 5,25%
    Un simple calcul nous donne les résultats suivants :
    Prenons l’exemple d’un salaire moyen mensuel de 2000€
    La suppression de la cotisation AF représenterai une économie mensuelle pour l’entreprise de :
    2000 x 5,25% = 105€.
    Pour économiser 2000€ il faudrait attendre près de 20 mois pour, éventuellement, embaucher un salarié. Mais pour embaucher un salarié il faut que la croissance reprenne et que l’offre soit en adéquation avec la demande. Aucune entreprise ne pourra embaucher si sa production ne trouve pas preneur.
    Pour créer des emplois il faut avant tout de la croissance et ce n’est pas en augmentant les impôts et taxes et les dépenses publiques que l’on va relancer la croissance, ni inverser la courbe du chômage.
    Donc ce pacte c’est encore un coup d’épée dans l’eau et surtout de l’enfumage !

    Répondre
  3. Roban

    24 janvier 2014

    Ce pacte de compétitivité/responsabilité est un marché de dupes. Tout est flou, on ne connait pas exactement le % de baisse des cotisations, ni la contre-partie demandée aux entreprises, sinon qu’elles devront embaucher quand et combien ?
    Il s’agirait selon certaines infos de la suppression des cotisations d’AF soit 5,25%
    Un simple calcul nous donne les résultats suivants :
    Prenons l’exemple d’un salaire moyen mensuel de 2000€
    La suppression de la cotisation AF représenterai une économie mensuelle pour l’entreprise de :
    2000 x 5,25% = 105€. Pour économiser 2000€ il faudrait attendre près de 20 mois pour, éventuellement, embaucher un salarié. Mais pour embaucher un salarié il faut que la croissance reprenne et que l’offre soit en adéquation avec la demande. Aucune entreprise ne pourra embaucher si sa production ne trouve pas preneur.
    Pour créer des emplois il faut avant tout de la croissance et ce n’est pas en augmentant les impôts et taxes et les dépenses publiques que l’on va relancer la croissance, ni inverser la courbe du chômage.
    Donc ce pacte c’est encore un coup d’épée dans l’eau et surtout de l’enfumage !

    Répondre
  4. YRA

    24 janvier 2014

    Ils ne sont capables que de réunir des comités Theodule. cela fait longtemps que ces comités existent et ce n ‘est pas prêt de changer. Vous avez raison, tout cela est fantaisiste ! Quel homme ou quelle femme fera changer le France ? Aujourd’hui l’ environnement humain est bien pauvre !

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    24 janvier 2014

    Ce pacte est un marché de dupes.
    Le captain de pédalo fait miroiter une carotte pourrie au bout d’une ficelle et s’imagine que le bourricot (MEDEF) avancera gaiilardement au bord du précipice.
    Le captain se sera déjà retiré lors de la chute programmée du pacte en 2017. Le bourricot sera donc le seul à être blâmé.
    C’est ça le socialisme.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)