Old England

Old England

Les ruraux pensent que les communautés rurales devraient être réservées aux classes moyennes blanches avec des valeurs conservatrices, indique une étude. Beaucoup de résidents des ces villages se considèrent comme le dernier bastion des traditions anglaises. Et ils considèrent cela comme lié exclusivement et sans aucun doute à la couleur blanche.

Des universitaires de Leicester ont interrogé des centaines d’habitants de ces communautés rurales à travers l’Angleterre pour découvrir leur vision de l’idéal rural moderne. Ils ont découvert que la vision de cette Angleterre est mono-culturelle, sous toutes ces formes : blanche, hétérosexuelle, de classe moyenne, conformiste, familiale, chrétienne, conservatrice et sûre.

Jon Garland and Neil Chakraborti, les professeurs seniors en criminologie qui ont mené cette étude, commentent : « la campagne était, pour un grand nombre d’interviewés, le dernier bastion de l’Angleterre traditionnelle, qui doit être préservée des dernières perversions du monde moderne. » Les nouveaux venus issus des minorités ethniques y sont souvent traités avec suspicion parce que de nombreux locaux blancs les considèrent comme issus de la ville, avec tous les aspects négatifs associés : bruit, pollution, crime, et, pour certains, multiculturalisme.

« La campagne à leurs yeux est protégée de toutes ces choses, et la présence d’une famille issue d’une minorité ethnique indique que la ville est en train d’envahir cet espace tranquille qu’ils apprécient tant ».

Les universitaires indiquent que les minorités ethniques vivant dans ces villages « ressentent souvent une hostilité forte » et ressentent fréquemment l’isolation, pas seulement de leur communauté.

Beaucoup se sentent aussi oubliés par le système judiciaire qui refuse de prendre leur « victimisation » au sérieux, « considérant que le racisme ne peut pas être un problème dans leur région car les habitants de minorités ethniques sont peu nombreux. »

Le Dr Chakraborti, d’origine indienne, a été victime d’insultes pendant l’enquête.

Et depuis que les résultats ont été publiés, les chercheurs ont reçu des lettres d’insultes et même une menace de mort, apparemment de la part d’habitants qui considèrent que ce travail remet en cause « la notion même d’ « englishness » ». Mr Garland a déclaré : “nous avons parlé à beaucoup de Blancs qui n’ont aucun problème à côtoyer des minorités ethniques, …

Mais environ deux tiers des “minoritaires” ont fait l’expérience de l’hostilité ou du racisme de leur voisins blancs ». Daily Mail – Traduction : Tom FC (Lu sur Fdesouche)

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: