Peut-on encore critiquer l’islamisation de la France ?

Posté le 31 octobre , 2017, 10:04
3 mins

C’est indéniable, l’islamisation de l’Europe, voire du monde, est en marche.

La Turquie d’Erdogan le revendique, ainsi que le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Iran et de nombreux autres pays musulmans plus ou moins intégristes.

Nous sommes prévenus et le « grand remplacement » est inéluctable, si nous ne réagissons pas fermement et rapidement.

En 2050, la France sera majoritairement musulmane (grâce au ventre de leurs femmes, comme l’affirme Erdogan).

Il existe malheureusement en France des lois islamo-gauchistes tendant à pénaliser « l’islamophobie ».

Si on veut donc partir en guerre contre l’islamisation forcée de notre pays, on risque au mieux de se faire condamner, au pire d’être éliminé par un « fou d’Allah ».

Ne rien faire peut aussi nous faire condamner pour « non-assistance à pays, donc à personnes, en danger » !

Il y a donc un choix à faire et comme, dans les deux cas, on risque une condamnation, faire « l’autruche » n’étant pas dans ma nature, je dois opter pour ce qui m’évitera la honte devant mes petits-enfants et le respect de nos ancêtres qui se sont battus pour que nous héritions d’une démocratie laïque.

C’est donc un cri d’alarme que j’adresse à nos gouvernants qui nous parlent de situation de guerre contre un ennemi qui s’est clairement identifié et qui veut notre « soumission » !

Cela commence par une affirmation de nos valeurs et de leur acceptation par tout musulman désirant vivre dans notre pays. C’est à eux de s’adapter et non l’inverse.

C’est également un strict respect de notre pacte social qu’il faut exiger.

Il est consternant de constater le mépris de certains pour nos institutions et l’abus caractéristique de notre protection sociale, tant dans le respect du personnel soignant que dans l’utilisation outrancière des services hospitaliers (chacun peut constater par lui-même le fait que, représentant moins de 10 % de la population, ils sont bénéficiaires de presque la moitié des consultations en service d’urgence).

Nous sommes en droit de nous interroger sur le bien-fondé de cette pénalisation du discours dit « islamophobe », alors qu’il n’est finalement que de l’autodéfense et nous devons refuser tout accord « type Munich » !

Mais, en y réfléchissant bien, n’est-ce pas consciemment et par grande lâcheté que ces « faiseurs de loi » ont agi ? ça leur donne une excuse pour ne pas se révolter, comme pour le remboursement de notre dette colossale – ce sera à nos petits-enfants de le faire à notre place !

Triste France !

8 Commentaires sur : Peut-on encore critiquer l’islamisation de la France ?

  1. sergio

    5 novembre 2017

    Ah , Cactus Cincinatus , toujours aussi persifleur et caustique !….l’ islamo-gauchiste de base , errant dans les limbes de la ” fachosphère ” , toujours prêt à décocher sa petite flèche empoisonnée …..
    Rien d’ autre à foutre , mec ?….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 novembre 2017

      ” rien d’ autre à faire ? “… surtout pas à louer des inepties qui plombent sûrement ce qu’ on appelle ” LaDroite ” !

      Répondre
  2. frei

    3 novembre 2017

    Bien sûr que les Français POURRAIENT critiquer l’islamisation de la France .Encore faudrait il qu’ils le veuillent et , pour cela , que des arguments consistants leur soient proposés montrant le caractère fallacieux de l’aspect “religieux” de cette croyance et le côté immoral de son volet politique :la fin (la conquête) justifie les moyens .Au lieu de cela ,les crimes musulmans sont noyés sous des gerbes de fleurs et dans l’intervalle entre 2 attentats “on” occupe leur temps télévisuel par le football .

    Répondre
  3. JEAN PN

    1 novembre 2017

    Bien sûr que nous pouvons critiquer l’islamisation de la France puisque les islamistes veulent nous exterminer !
    Il faudrait peut-être aussi, demander leur avis aux français !!!…….

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    1 novembre 2017

    Peut-on encore critiquer l’islamisation de la France ?

    Réponse claire : NON !

    Pourquoi ?

    Parce que pour que la chose soit possible c’est d’un autre type de gouvernance dont nous aurions besoin !

    Si l’on se souvient du nom de certains grands serviteurs de la France, c’est d’une part parce qu’ils servirent un Roi qui s’incarnait dans la Nation, …… [et non un peuple manipulé par des officines pour voter ‘’correctement‘’], …… et d’autre part parce le souverain leur donna cette chose inestimable pour réaliser de grands desseins : la durée ! …… ce que la république refuse avec une obstination suspicieuse à ses meilleurs serviteurs !

    Richelieu resta 22 ans aux affaires, sous Louis XIII, de 1624 à 1642.

    Mazarin, son successeur, y resta 18 ans, de 1643 à 1661.

    Colbert, qui lui succéda, y resta 22 ans, de 1661 jusqu’à sa mort en 1683 !

    Trois serviteurs de l’État appelés à déployer tout leur talent en six décennies ! …… un peu comme si, jusqu’à ce jour, la France n’avait eu à connaître que de l’action de trois premiers ministres depuis les évènements du 13 mai 1958 à Alger !

    On peut épiloguer sur le contenu de l’action menée par ces trois personnages historiques, il n’en reste pas moins qu’ils concoururent efficacement au développement et au rayonnement du pays.

    Quel intérêt aurait aujourd’hui un homme politique de la république qui voudrait entreprendre une action d’envergure sur le long terme, sachant pertinemment que :

    – Il ne dispose pas d’un capital temps pour mener son projet à son terme,
    – Il ne dispose même pas d’un capital confiance,
    – Son successeur fera certainement avorter son action avant qu’elle produise ses premiers effets,
    – Un autre s’en attribuera tout le mérite en cas de succès,
    – Quoi qu’il arrive, ses ‘’amis‘’ politiques oublieront la part qui lui est due et ses ennemis en dénonceront les conséquence « globalement négatives » !

    Conclusion : le serviteur assure les affaires courantes, en essayant de se faire mousser avec les succès faciles, de se faire oublier sur les sujets à problème en pratiquant la politique du Monkey management, et pour le reste d’apparaître le plus lisse possible !

    Comment, avec un tel système de gouvernance, la France peut-elle espérer « retrouver son rang » dans le monde ?

    Pour que la France à l’agonie ait encore quelques chances de guérison, il faudrait que la république meure avant elle ! …… Mais qui est prêt à commettre un ‘’républiquicide‘’ ?

    À ma connaissance, personne ! …… Alors, nous mourrons ensemble !

    Triste fin !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      4 novembre 2017

      il vous faudra penser à faire comme Millère ! Las Vegas ce n’ est pas votre tasse de coca-cola ?

      Répondre
      • Gérard Pierre

        5 novembre 2017

        « Nous ne devons pas émigrer mais conspirer. » – Nicolás Gómez Dávila – Aphorismes

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 novembre 2017

      ” … la durée ” dites vous ? déjà que NEUF années de chiraquisme c’ était bien trop ! vous nous voyez avec DIX années de sarkozysme ou de hollandisme ! non le problème est ailleurs : il n’ y a pas d’ Homme d’ Etat et de Grands Serviteurs de la Nation !

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)