On fabrique des antisémites !…

On fabrique des antisémites !…

Est-il intellectuellement honnête de laisser croire à une montée de l’antisémitisme en France, comme l’a fait récemment encore Dominique de Villepin dans le « Parisien » du 13 septembre ? Le ministre de l’Intérieur reconnaît lui-même que, sur 160 « actes de violences antisémites graves » commis au cours des sept premiers mois de l’année, une dizaine seulement relève de la « mouvance néo-nazie », une cinquantaine étant le fait de « Français issus de l’immigration » et une centaine obéissant « à des motifs difficiles à préciser et qui, parfois, relèvent du mimétisme, du règlement de comptes, de l’oisiveté ».
Concernant les « Français issus de l’immigration », le terme d’antisémitisme ne me semble guère adapté, puisque les Arabes sont eux-mêmes des sémites. Mieux vaudrait parler d’antijudaïsme ou, dans la mesure où il s’agit d’une transposition en France du conflit israélo-palestinien, d’antisionisme. Le mimétisme est sans doute un facteur important de la multiplication des actes prétendument antisémites, d’autant que ces actes font l’objet d’une couverture médiatique excessive qui ne peut manquer de donner des idées à quelques désaxés ou marginaux de tout poil.
Après l’affaire du RER D, ou celle du centre social juif de la rue Popincourt (qui ne sont pas les premières supercheries du genre), l’opinion n’est pas dupe du caractère artificiel de la menace brandie par la classe politico-médiatique. À force de crier au loup avant même d’avoir pris la peine de vérifier les informations, nos apprentis sorciers prennent le risque d’accréditer la thèse – chère aux vrais antisémites – selon laquelle les Juifs contrôleraient les médias. Le vrai danger est là.

Partager cette publication

(5) Commentaires

  • Didier Répondre

    A Monge; Ooooh ! Pas gentil du tout çà pour notre pauvre et bon Christophoros. « Qu’il est drôle  » a t-il dit, il n’y a pas de hargne ici. Il vous aurait fallu simplement supporter l’opinion différente d’autrui, si c’est à votre niveau… La Grèce est un très beau pays qui attire beaucoup de gens. La preuve, on y a délocalisé plein de grands sportifs l’été dernier !

    29/09/2004 à 16 h 21 min
  • Monge Répondre

    A Christophoros Quelle hargne! Je crois que le forum du FN ou du parti MNR vous conviendrait sans doute mieux que celui des 4 vérités! Quand aux « guerres inter tribales »…heu voyons Christophoros…pas très français ça! Faudra faire avec Monsieur ou Madame Christophoros, le rêve d’une France « pur sang » est révolu…aurez-vous plus de chance en émigrant vers la Grèce? (vu votre pseudo!.

    27/09/2004 à 21 h 04 min
  • J Répondre

    Bonjour Oui il est honnête de parler d’une montée de l’antisémitisme (ou effectivement de l’anti-judaïsme) en France. Toutes choses égales par ailleurs, les actes anti-juifs se multiplient mais, au-delà du nombre, se banalisent. Au moins aussi graves sont la généralisation et la banalisation des propos à caractère anti-sémite ou anti-juifs : on assiste à beacoup plus de « liberté » prise par de nombreux citoyens sur ce type de propos : « ils sont partout », « ce sont vraiment les rois », « pourquoi ne vont-ils pas en Israël ? », « ils feraient bien d’être plus discrets », « il est juif, ça se voit à son nez », « ces juifs sont paranos », « Arthur – l’animateur TV – n’invite que ses copains juifs »… Enfin, préférer parler d’anti-sionisme me paraît dangereux : qui fait l’amalgame entre les juifs et les Israëliens du gouvernement Sharon ? Quelle est la véritable situation en Israël ? Pour éviter cet amalgame ou cette « transposition du conflit » comme vous dites, la presse française joue mal son rôle (comparé à la presse internationale) de pédagogie, et traite le conflit israelo-palestinien de manière trop pro-palestinienne. Il est en effet malheureux de parfois parler un peu trop vite comme cela a été le cas pour l’agression du RER et l’incendie de la rue Popincourt… Cela traduit au moins une véritable conscience du problème, et probablement du fait que les Français ne sont pas encore allé au bout de leur (in-?)compréhension du monde juif et de leurs concitoyens de confession juive : Jacques Chirac lui-même, qu’on ne peut accuser un seul instant d’anti-sémitisme, s’est embrouillé dans son explication du 14 juillet, listant les Français, les Juifs, les Musulmans comme si les 2 dernières catégories n’étaient pas de nationalité Française.

    25/09/2004 à 9 h 50 min
  • Christophoros. Répondre

    Qu’il est drôle ce Monge, on dirait un article du Monde. Cette manière de dénoncer les « antisémites notoires » (c’est t’y pas de la mise au pilori ? ), de se poser en victime, de minimiser le fait que la majorité des actes antisémites sont le fait de musulmans qui se la jouent et surtout de culpabiliser la grande masse des français qui en a MARRE des luttes tribales inter-sémites !

    25/09/2004 à 9 h 14 min
  • Monge Répondre

    Bonjour, Je ne vous rejoins pas lorsque vous évoquez l’idée d’une « manipulation juive des médias » même si celle ci est pensée par les antisémites notoires. Monsieur, ne minimisez pas les actes antisémites, si aujourd’hui le mensonge se mêle à la vérité, naguère, la vérité des actes anti-juifs était cachée. Combien de jeunes juifs agressés, insultés, combien de personnes qui se sont rendues dans des commissariats de police et qui ont entendu des propos tels que « les juifs et les arabes n’ont qu’à s’arranger entre eux » (ces propos sont véridiques monsieur, sans aucun amalgame avec la communauté musulmane dans son ensemble bien sûr). Avant que les médias ne commencent à s’intéresser à la « minorité juive française » la méchanceté et l’intolérance était le quotidien de la communauté juive, surtout dans les banlieues parisiennes. A combien d’années remonte le premier acte anti juif grave? Carpentras, où la dépouille d’une personne a été exhumée et empalée? Cela fait plus de 10 années que l’anti-judaïsme (je reprends votre terme qui me parait très approprié) grandit chaque jour. Alors quand on focalise sur deux actes de personnes déséquilibrées, je pense que les proportions ne sont pas gardées et c’est justement la « surmédiatisation » de ces « faux actes antisémites » (passez moi l’expression) qui crée du tort au combat de la communauté juive qui tente de préserver sa pérennité au sein de l’état Français. Faites donc le compte du nombre d’agressions anti-juives officielles (malheureusement trop de personnes taisent les agressions subies) depuis la profanation du cimetière de Carpentras, et dénombrez les « supercheries »… Je pense que vous serez surpris et effrayé de voir que ces « faux actes anti juifs » sont infimes. Malgré tout je vous rejoins dans l’idée que la médiatisation à outrance donne des idées « folles et inconscientes » à certains individus psychologiquement faibles ou tout simplement friands de sensation fortes. J’ai toujours eu du respect pour la libre information du journal « Les 4 vérités » et je souhaite de tout coeur que le combat pour la vérité et l’information réelle continue, en évitant le piège de l’extrémisme (particulièrement extrémisme de droite). En conclusion, à votre question « est-il intellectuellement honnête de laisser croire à une montée de l’antisémitisme en France? » je réponds oui, Monsieur, l’antisémitisme est là, il arpente nos régions, nos villes et nos rues, harcèlent nos citoyens concernés par ce fléau, rend chaque jour la vie difficile à nos concitoyens de confession juive. L’Etat dénonce…ha oui pour cela il dénonce, le verbe « dénoncer » est d’ailleurs un des mots le plus utilisé par le pouvoir en place dans notre Etat ; le problème est que l’état ne fait rien, ou pardon, si peu. Au lieu de punir, il fait de la prévention, « caresse les fautifs dans le sens du poil » : « alors, tu as traité ton camarade de classe de sale juif, bon je passe pour cette fois-ci mais gare si tu recommences… » trouve des excuses à ces enfants élevé dans la haine de l’autre en évoquant le contexte social, le chômage des parents etc. etc. Pas tous les juifs ne sont riches et certaines familles de confession juives vivent dans des banlieues, connaissant elles aussi la précarité, le chômage et le climat social instable, et pourtant, j’ai rarement lu dans les faits divers : « un jeune juif des quartiers chauds de Sarcelles a agressé une personne de confession musulmane ou autre car cette dernière portait le voile »… Pour dire vrai, je n’ai jamais lu ce genre de chose. Relativisons, Monsieur, et ne tapons pas sur les victimes. Salutations.

    22/09/2004 à 22 h 27 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *