On lessive les cerveaux des Français

Posté le février 04, 2020, 10:45
6 mins

La lecture des journaux français n’en finit pas de me consterner.

Sur presque tous les sujets, il est quasiment impossible, de trouver un article qui ne soit pas imprégné des dogmes ambiants et qui ne semble destiné à formater les esprits.

Les dirigeants conservateurs de la planète sont pratiquement tous qualifiés des dirigeants d’« extrême droite », une expression aux allures d’anathème destinée à l’évidence à faire peur.

L’expression désigne ainsi Viktor Orban en Hongrie, Matteo Salvini en Italie, Jair Bolsonaro au Brésil, pour ne citer que quelques exemples.

La définition de l’« extrême droite » ainsi désignée n’est, bien sûr, jamais donnée, parce qu’elle n’existe pas.

Les décisions prises par les dirigeants concernés ne sont, cela va de soi, jamais analysées, ou alors ne s’en trouve retenu que ce qui peut servir à l’énoncé de propos diffamatoires.

Donald Trump a été longtemps placé dans cette catégorie : les mots « extrême droite » ne lui sont plus guère appliqués, mais les propos diffamatoires à son égard restent.

Tous ses faits et gestes, tous ses propos, sont disséqués, triturés, déformés aux fins de le faire apparaître comme un monstre débile et dangereux.

Les résultats qu’il a obtenus, qui contredisent totalement et absolument ce que prévoyaient les pseudo-« experts », ne sont quasiment jamais énoncés, ou sont attribués à la chance ou, comme j’ai pu le lire récemment, à la « baraka ».

Lorsqu’il s’agit du climat, ou du « réchauffement climatique » anthropique, l’idolâtrie envers Greta Thunberg est systématiquement de mise, et quiconque ose contredire ou réfuter ce que celle-ci dit se trouve rapidement traîné dans la boue.

Qu’une adolescente autiste qui sèche l’école et ignore tout des sujets dont elle parle (ou plus exactement dont on la fait parler car, bien sûr, des adultes écrivent tous les mots qu’elle prononce) soit considérée comme une sorte d’oracle semble normal aux yeux de nombre de journalistes.

Ces derniers, lorsqu’on leur parle de climatologues, n’ont de considération que pour les scientifiques défroqués qui travaillent pour le GIEC, et frappent d’anathème ceux qu’ils appellent dédaigneusement « climato-sceptiques ».

Aux fins de bien ancrer dans les têtes la certitude que la planète se réchauffe, des magazines publient des récits d’anticipation sans nuance expliquant ce que sera l’Ile-de-France quand, dans une vingtaine d’années, disent-ils, le climat y sera celui qui règne aujourd’hui à Alger, et des photomontages montrent même des palmiers au bord de la Seine.

Lorsqu’il s’agit de pays au régime nauséabond, tels que la Chine ou l’Iran, il est visible que la politesse la plus déférente est de mise.

Xi Jinping est très rarement décrit comme ce qu’il est : un dictateur communiste.

Et Hassan Rouhani est présenté de manière systématique comme un « modéré ».

Les propos qu’il tient, qui montrent qu’il est exactement sur la même ligne qu’Ali Khamenei, le fanatique qui profère sans cesse des imprécations anti-occidentales, sont toujours laissés de côté, et Khamenei lui-même n’est jamais décrit comme un tyran aux penchants génocidaires.

Les articles portant sur Israël sont, à d’infimes exceptions près, négatifs, et Mahmoud Abbas, qui n’est qu’un chef de bande terroriste islamique, est décrit avec obséquiosité comme un « président ».

L’islam reste présenté comme une religion d’amour et de paix, et les islamistes comme des membres d’une étrange secte dont la violence est décrite comme n’ayant rien à voir avec l’islam lui-même.

Il existe des îlots de lucidité, et des journalistes qui font scrupuleusement leur métier, mais les îlots de lucidité ne sont que des îlots au milieu d’un océan de désinformation.
Et les journalistes qui font scrupuleusement leur métier sont des exceptions qui confirment la règle.

Des Français parviennent à rester lucides et à résister.

Mais des millions d’autres Français finissent par croire ce qu’on leur répète jour et nuit et perdent les moyens de comprendre le monde au sein duquel ils vivent.

Dois-je le redire ? Une société où la désinformation remplace l’information n’est plus une société où la population fait ses choix en connaissance de cause et n’est dès lors plus une société démocratique.

La France n’est plus une société démocratique.

Article précédent

Fessenheim

Article suivant

Macron et le Brexit

5 réponses à l'article : On lessive les cerveaux des Français

  1. quinctius cincinnatus

    10/02/2020

    on les lessive, on les rince aussi pour ne pas dire qu’ on les passe au Kärcher ( un jet qui devrait être utilisé ailleurs )

    Répondre
  2. vozuti

    05/02/2020

    d’accord avec vous monsieur Milliere,mais il faut tout de même rappeler que lorsque vous étiez en france ,vous ajoutiez toujours à chacun de vos articles une phrase de dénigrement contre le seul parti d’opposition, que vous qualifiiez d’extrême droite…c’est probablement une obligation pour ne pas être excommunié par le pouvoir « humaniste ».

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      05/02/2020

      Monsieur Vozuti , depuis des lustres Guy MIllière roule le gogo  » national – patriote  » français dans la semoule ( la semoule étant une farine … grossière ) ! c’ était une excellente idée de rappeler à la mémoire de ceux qui n’ en ont jamais eu, sa détestation anti-française et plus précisément cette haine dirigée contre Jean – Marie Le Pen !

      Répondre
  3. Martinho

    04/02/2020

    Les medias au Brésil sont exactement comme ça , nous n’avons jamais eu une économie aussi prospère avec des indications positives, la criminalité a chuté, dans l’éducation, nous avons laissé plus de 30 ans d’endoctrinement communiste où cela nous a valu une mauvaise note dans l’examen de PISA, des infrastructures, des droits de l’homme, d l’environnement et d’autres domaines, tous , sans exception, très bien représentés par les ministres. Quoi qu’il en soit, même l’argent des anciens gouvernements est restitué par les banques suisses.
    En 66 ans, je n’ai jamais vu un Président aussi patriote, courageux et compétent comme Jair Bolsonaro.

    Répondre
    • KAVULOMKAVULOS

      05/02/2020

      Si la satisfaction que vous évoquez de votre président Bolsonaro reflète la réalité positive pour votre pays le Brésil, on comprend mieux l’acharnement dans la dénégation contre lui dont font preuve les média meanstream du notre, tellement à l’opposé qu’ils auraient souhaité que le Brésil s’effondre. Je fais seulement des voeux pour que le Brésil préserve au maximum sa forêt qui constitue en fait une richesse mondiale.
      On rejoint d’ailleurs, dans une autre question, les lamentations que l’on nous lance depuis la victoire du Brexit. De tels changements dérangent beaucoup de monde et, paradoxalement, les plus aisés toujours à l’aise dans la misère des peuples.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)