Otages des médias

Otages des médias

« Que signifie « consensus » ? union, accord parfait, consentement, harmonie : en gros, tout ce qui est hostile à la littérature. Le consensus est l’expression de la soumission au règne du
quantitatif 
(…)

 

Comment ne pas s’intéresser à la façon dont n’importe quelle nouveauté (surtout les scientifiques) devient instantanément objet de sinistres discussions éthiques, et de combinaisons de
réflexion destinées à accoucher de nouvelles lois
? Exemple, pas plus tard que la semaine dernière, ce gros titre de magazine :  » Bébés congelés ou faits à la maison ? les
Français demandent une loi ! (C’est La Fontaine 3 siècles après : Les Grenouilles qui demandent une loi).

Comment ignorer, à  travers la fiction elle-même, la façon dont les médias vous prennent en otage avec de l’aide humanitaire ? Comment ne pas succomber à l’envie de raconter
l’infatigable terrorisme du charity-business, la prolifération enfin d’une vertu de façade partout, (…)

Quelles images « fédérantes » et intimidantes ? notre Télébazar de la charité, probablement, avec sa légitimité quotidiennement renouvelée par l’audimat. Notre parti dévot
à nous
. (…)

Mais qu’est-ce-que les médias, sinon la vie quotidienne d’aujourd’hui, les moeurs, les autres ? En somme, la forme contemporaine de la Rumeur ? (…) Philippe Muray, L’époque et son
roman, 1989 (in Désaccord parfait, Tel Gallimard)

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: