« Panama papers » : prudence, prudence…

Posté le 05 avril , 2016, 11:29
6 mins

mossack_fonseca_panamaTous les médias bruissent, ces jours-ci, de l’affaire dite des « Panama pa­pers », se félicitant d’une admirable opération con­jointe d’investigation.

Il faut reconnaître que l’opération est impressionnante.

À la suite d’une fuite, dont a bénéficié le « Süddeutsche Zeitung » l’année dernière, 107 rédactions (dont, en France, celle du « Monde »), réparties dans 76 pays et coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation, ont étudié, des mois durant, 11,4 millions de do­cuments, « pesant » ensemble quel­que 2,6 téraoctets (c’est-à-dire 2 600 milliards d’octets).

Ces documents concernent les 214 488 structures offshores créées ou administrées par le cabinet Mos­sack Fonseca au Panama.

Les résultats sont aussi « alléchants » que le laisse supposer cette impressionnante liste de chiffres. Environ 1 000 Français figurent dans la liste, aux côtés de « stars » ou de personnalités politiques (dont 6 chefs d’État encore en activité).

Je dois avouer que voir clouer au pilori des « pourris » ne me désole pas vraiment. Montrer que l’oligarchie politique sait « préparer ses vieux jours » en détournant l’argent public est également une opération de salubrité publique.

Je fais d’autant moins la fine bouche qu’une partie non négligeable de la finance mondiale est, purement et simplement, liée au crime organisé et que, surtout, la frontière entre l’argent sale et l’argent propre est devenue parfaitement poreuse.

Ceci implique qu’un certain nombre des sociétés en jeu dans ces « Pa­nama papers » pourraient conduire les enquêteurs (si enquête il y a…) à des opérations mafieuses y compris menées avec l’argent public, car les marchés publics sont devenus un moyen particulièrement efficace de « blanchir » de l’argent sale… tout en continuant à se « goinfrer » sur le dos des contribuables.
Voir l’oligarchie mondiale menacée par une enquête d’une ampleur inédite n’est pas franchement pour me déplaire.

Cependant, je ne peux me départir d’un sentiment de malaise.

Tout d’abord, au nom de la déontologie journalistique, nous avons été avertis que nous n’aurions jamais accès à la base des données d’origine. Certes, cette base est emplie de données brutes, compliquées à interpréter et il pourrait s’avérer désastreux de jeter en pâture des noms sans que l’on sache leur responsabilité dans la vie de ces sociétés offshore. Mais cette opacité permet aussi de déstabiliser des personnes ou des sociétés, sans que l’on puisse savoir ce qu’elles ont réellement fait.

Pour ne prendre qu’un exemple, je constate que le nom de Michel Platini est donné par les médias, mais nous ignorons s’il a fraudé le fisc français et si d’autres dirigeants de la FIFA sont également mis en cause par cette liste.

On peut donc tout imaginer, de la parfaite légalité du compte panaméen de M. Platini jusqu’à un vaste système de concussion, dont tous les dirigeants du foot mondial seraient complices.

De la même façon, nous découvrons le nom de l’inénarrable Cahuzac dans ce fichier. L’homme nous a accoutumés à le considérer comme étant volontiers en délicatesse avec le fisc quand bien même il aurait été, ces dernières années, l’une des plus hautes autorités fiscales du pays. Mais l’intéressé a déclaré avoir réglé ses problèmes avec le fisc. Son apparition dans les « Panama papers » remonte-t-elle à quelques années (auquel cas elle ne nous apprend rien, puisque nous savions déjà qu’il avait fraudé) ou prouve-t-elle qu’il a menti une fois de plus ? Nous n’en savons rien.

En d’autres termes, cette investigation massive, aussi intéressante soit-elle, ne nous dit, en réalité, pas grand-chose.

Surtout, bon nombre de personnes sont traînées dans la boue, alors que certaines au moins ont sans doute respecté la loi de leurs pays : avoir un compte dans un paradis fiscal n’est pas, que je sache, un délit !

J’ajoute que nous ignorons tout sur l’origine de cette fuite. « Le Monde » explique lui-même qu’il n’en sait rien et qu’aucun autre membre du consortium des journalistes d’investigation n’en sait rien (sauf, probablement, le « Süddeutsche Zeitung »). Comment être sûr, dans ces conditions, qu’il ne s’agit pas d’une vaste opération de manipulation ?

Enfin, n’oublions pas que la véritable raison de l’existence des paradis fiscaux réside dans l’existence d’enfers fiscaux, dont la France socialiste est, hélas, l’un des pires exemples.
En un mot, je suis tout prêt à applaudir à cette magnifique opération d’investigation. Mais, avant de m’y risquer, j’aimerais beaucoup en savoir plus !

22 Commentaires sur : « Panama papers » : prudence, prudence…

  1. BRENUS

    9 avril 2016

    @Jacky : “35 heures par semaines” ? Mais vous habitez où, vilain contradicteur facho-pétaino-collabo-sso et j’en passe et des meilleures, sur la lune? C’est pas bien de vouloir faire travailler les jojo à ces “cadences infernales”.

    Répondre
  2. Le Ket

    7 avril 2016

    FRAUDER LE FISC, C’EST VOLER SES CONCITOYENS !

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    7 avril 2016

    lorsque l’ on sait, maintenant, qui est le sponsor de cette étude c. à d. le …. financier George Soros on peut légitimement penser qu’ il s’ agit d’une

    … false flag attack ***

    *** pour les non-anglicistes : une attaque sous fausse bannière

    Répondre
  4. Bistouille Poirot

    7 avril 2016

    No comment

    Répondre
  5. Bontron

    6 avril 2016

    Méfiance, absolument d’accord. Quel sont les arrières pensées ? Cela fait longtemps que l’on sait que beaucoup de “présidents africains” détournent l’argent des contribuables français et personne n’a jamais rien dit.
    Quant à Platini, d’après son avocat, il aurait ouvert son compte 1 an après avoir été élu patron de l’UEFA. Sans doute pour recevoir de petits cadeaux de Blatter !

    Répondre
  6. Drakkar

    6 avril 2016

    lesakerfrancophone.fr propose une théorie intéressante et plausible.

    Répondre
  7. rémy gigos

    6 avril 2016

    Il peut nous arriver d’envier ces chefs d’entreprises, ces hommes politiques, ces sportifs qui gagnent beaucoup d’argent qu’ils cachent dans des paradis fiscaux pour échapper à l’impôt. Mais ces fraudeurs savent qu’ils ne sont pas en règle avec la loi et, n’ayant pas la conscience tranquille, ne mènent pas une vie heureuse, malgré les apparences. Tôt ou tard leurs crimes sont découverts et le regard des autres est alors si difficile à supporter que certains mettent fin à leurs jours. L’homme qui transgresse les valeurs morales de la société dans laquelle il vit, s’enfonce chaque jour davantage dans une existence douloureuse, bien éloignée du bonheur auquel il aspirait quand il était enfant.

    Les lanceurs d’alerte, eux, ont compris qu’ils ne peuvent pas vivre heureux en couvrant les méfaits de leurs associés. Ils prennent parfois des risques démesurés pour révéler les malversations auxquelles ils sont confrontés, mais au bout du compte ils sont en paix avec eux-mêmes car ils ont la satisfaction du devoir accompli.

    Répondre
    • Jaures

      7 avril 2016

      Curieux. Je n’ai pas souvenir d’un footballeur, d’un évadé fiscal ou d’un politicien véreux qui se soit suicidé poussé par la culpabilité d’une fortune malhonnêtement acquise ou frauduleusement placée.
      Caïn accablé par la repentance demeure un mythe.

      Répondre
  8. Dodds

    6 avril 2016

    “Panama Papers” .. ?? Sources du Panama Papers : L’International Consortium for Investigative Journalism (ICIJ) (littéralement « Consortium international pour le journalisme d’investigation ») lequel est une émanation du Center for Public Integrity (CPI) financé par Open Society Foundations fondée en 1979 par le milliardaire américain George SOROS, et l’OSF c’est aussi la source de financements de Panama papers.. La boucle est bouclée !
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Center_for_Public_Integrity

    Répondre
  9. sécotine

    6 avril 2016

    quant on lit que le dit consortium à but non lucratif compte parmi ses principaux donateurs George Soros, le multi milliardaire fondateur du “Nouvel Ordre Mondial” principal contributeur des 2 campagnes Obama ainsi que du mouvement des Anonymous et Syriza entre autres qui nourrit une haine incommensurable pour Poutine et Trump on ne peut qu’être circonspect. Jetez à la vindicte populaire à la fois le vrai et le faux, il en sortira toujours quelque chose.

    Répondre
  10. rudi

    6 avril 2016

    tout ceci n’est que vaste fumisterie , organisé pour lutter contre tout ce qui représente le patriotisme , danger pour tous ces socialos de tous pays , qui voient un grave danger arrivé pour eux , une justice , une vrai qui risquerait de leur demander des comptes ! alors on organise un vaste complot pour faire supprimer le danger! avez vous remarquer comme on attaque poutine, le Fn , mais jamais les socialistes, ni les américains qui sont les plus grands magouilleurs , qui eux sont blanc comme neige! ha la neige, oui , mais peut être celle qui servira dans les salles de shoot voulu par nos socialistes ! comment peuvent ils donner des noms tout en nous disant qu’il faudra au moins trente ans pour étudier tous les dossiers ? enfin les noms qu’on donne sont ceux qui dérangent ! après tous , il y a Platini , qui a côtoyé Hollande et Valls, et le pire de tous, il y a Cahuzac qui a été ministre de hollande et de Valls, alors pourquoi ne pas suspecter le président et ses ministres ?

    Répondre
    • Jaures

      6 avril 2016

      Lutter contre le patriotisme ?
      Est-ce à dire que ceux qui ont ouvert des comptes offshore seraient des patriotes ?
      Car contrairement à ce qui est dit, il y a de tout dans ce listing, des gens de gauche, de droite, des Russes, des Américains, des chefs d’Etat, des footballeurs, des entrepreneurs, des artistes,des banquiers, des avocats,…
      S’il y a complot, c’est contre ceux qui déjà riches à millions en cachent encore car jamais rassasiés. Il vient un moment où l’argent devient une drogue dont il faut augmenter la dose pour que le junkie garde sa jouissance.
      D’ailleurs, on voit que les méthodes des évadés fiscaux ne diffèrent guère de celles des trafiquants de drogue.
      Même engeance.

      Répondre
  11. Le Ket

    5 avril 2016

    Encore une opération d’enfumage généralisée, servant à occulter la situation catastrophique du secteur financier qui, loin d’être assaini, risque au contraire de s’effondrer à court terme.

    TOUS les moyens existent depuis des lustres pour tracer les mouvements de capitaux, légaux et illégaux. Il faut seulement obliger les infrastructures financières comme SWIFT ou EUROCLEAR à communiquer les données à la Justice !

    Seule manque la volonté politique de poursuivre les contrevenants européens ou autres. Les copains protègent les coquins …..

    Répondre
    • Jacky Social

      6 avril 2016

      Le Ket: en fait, si l’on vous suit bien, il faudrait transformer l’ensemble de la planete en enfer fiscal. Si le systeme financier est dans la merde, c’est sans doute du cote des etats qu’il faudrait investiguer, vous ne croyez pas? La crise actuelle n’a rien a voir avec les “paradis fiscaux”. Il est bien qu’une certaine transparence regne afin d’erradiquer le financement du terrorisme, de la drogue, du traffic d’etres humains, etc.. Mais cela n’interesse pas les etats qui sont bien plus curieux de savoir ce que font leurs citoyens en etat de legitime defense, Ce probleme enfer fiscal/paradis fiscal est complexe certes, mais la solution que vous pronez fait que votre raisonnement fait egalement partie du probleme. Dommage. D’un cote, vous en avez après l’etat mele-tout mal gere et puis ensuite vous voulez faire pire en accentuant les controles deja pesants. Je ne vous comprends pas tres bien, Le Ket. Pourriez-vous affiner votre propos car j’ai du mal a voir ou vous voulez en venir?

      Répondre
      • Le Ket

        7 avril 2016

        @ Jacky Social le 6/04 à 0h22 :

        Le contenu de mon post est limpide et je ne prône pas “l’enfer fiscal”.

        Ce sont bien évidemment les ministres, les députés et les fonctionnaires en charge des affaires de l’Etat qui doivent appliquer les règles et les lois concernant la fiscalité et les fraudes éventuelles.

        Si les citoyens/contribuables / électeurs ne sont pas satisfaits de la pression fiscale, ils sont libres (dans le secret de l’isoloir) de voter pour d’autres partis plus proches de leurs aspirations à diminuer les taxes et les impôts.
        RIEN ne les retient !

        Mais depuis fort longtemps, la fraude est inscrite chez certains comme un “sport” national.
        Les fraudeurs veulent un Etat-Providence qui leur apporterait le bien-être et un “mieux vivre”, mais sans débourser un rond ! Soyons sérieux : tous les acquis obtenus ces 40 dernières années ont un coût et n’ont fait que creuser le déficit des états européens.
        On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et la fermière par dessus le marché.

        Mais comme je l’avais écrit ci-dessus, ce “Panama Pampers” est une opération d’intoxication et de désinformation de première classe.

        Qui se cache derrière cette “fuite”, orchestrée depuis 2014 ?
        Dans quel but ?
        Pour masquer quelle ignominie ?
        Qui sont les grands absents dans cette liste, longue comme un jour sans pain ?

        Les paradis “fiscaux” ont donné lieu à d’innombrables études, ouvrages et colloques et servent AUSSI de donneurs d’ordres aux états et à leurs services spéciaux : comment sont payées les rançons aux preneurs d’otages ?

        Et OUI, les paradis fiscaux ont joué un rôle très important dans la crise bancaire de 2008 durant laquelle de très nombreux opérateurs se sont remplis les poches, sans que les services financiers étatiques ne puissent prélever leur dîme !
        Et cette crise bancaire et financière n’est pas encore finie….

        Répondre
        • Jacky Social

          7 avril 2016

          Le Ket: votre reponse est celle d’un Jaures. Seriez-vous Jaures V?
          “Les fraudeurs veulent un Etat-Providence qui leur apporterait le bien-être et un « mieux vivre », mais sans débourser un rond !” – JE SAIS CELA. MAIS CE N’EST PAS DU TOUT MON CAS. JE NE VEUX PAS DE L’ETAT NI DE SES “SERVICES” DANS MA VIE PRIVEE AUTRES QUE CEUX QUI LUI REVIENNENT EN TOUTE LEGITIMITE (LES POUVOIRS TRADITIONNELLEMENT REGALIENS). Donc vous confirmez mes presomptions de votre post precedent. Dommage. Je pensais que vous etiez de Droite. Avec ce que vous ecrivez ici, je ne vois pas ou est le probleme. Tout va bien. La faute, c’est les autres, notamment les paradis fiscaux et tout ce qui ne va pas dans le sens du “tout a l’etat” Ou alors en quoi etes-vous different des bessons Jaures I et II? Ce qui vous ennuie, c[est l’immigrassion musulmane. Moi, je m’en fous de ca. C’est un problem annexe. Supprimez les allocs etatistes et on n’en parle plus. Soyez de Droite.

          Répondre
        • quinctius cincinnatus

          7 avril 2016

          comme dans tous les ” grands ” scandales financiers, c. à d. très fortement mediatisés , il s’ agit d’ une ” false flag attack ”

          le financier plus ou moins ” occulte ” en est George Soros le nouveau messie d’ un nouvel ordre politique et surtout financier, lui aussi messianique

          en ce moment quelques noms sont jetés en pâtures mais pas n’ importe lesquels … attendons l’ effet boomerang

          Répondre
  12. Jaures

    5 avril 2016

    Si Platini a ouvert un compte au Panama, on est en droit de se demander pourquoi alors que, résident Suisse, il ne peut invoquer un “enfer fiscal”.
    De même, quand un footballeur gagne en 1 an de quoi mettre sa famille à l’abri du besoin pour 20 générations, on se demande ce qui le pousse à risquer sa réputation pour quelques millions de plus.
    Je n’aurai donc que ce conseil à donner aux multimilionnaires: vous voulez vivre paisiblement et profiter sereinement de vos millions ? Payez vos impôts !
    Vous verrez, des tas de gens le font.

    Répondre
    • Jacky Social

      5 avril 2016

      @Jaures I notre conseiller fiscal hors pair: faut-il payer en une fois, en plusieurs fois, a quel taux (90%?) et avec combien d’annees d’avance afin de renflouer notre pauvre etat martyre pourtant si genereux avec nous pour nous et a travers nous? Nous sommes desoles Jaures le conseiller fiscal organisateur de communaute mais nous n’avons pas saisi la portee de votre bienveillante gentilesse. Vos posts seront desormais traites avec plus de respect. Nous croyons que vous etes notre sentier lumineux vers une vie saine et meilleure dans une misère crasse dont nous avons tant besoin comme de pain. Que serions-nous sans vous et vos fonctionnaires qui peinent tellement pour nous du matin au soir pendant 35 longues heures par semaine. Vu d’ici nous avions effectivement du mal a comprendre la terrible penibilite de leur colossal travail abattu chaque jour dans un entousiasme a faire palir tous les stakhanovistes de la terre. En vous maltraitant, nous sommes vraiment passes a cote du genie et du discernement que vous incarnez si bien et si justement. Jamais un mot de trop, ni de paroles idiotes. Si-si je vous jure. Nous somme tous coupables car egoistes, vils et introvertis, racistes et xenophobes. Je regrette sinceremement mes mots trop durs, cher Jaures I, vous l’amateur de Copacabana et d’opera. Veuillez pardoner mes incoherences et mes contradictions ultraliberales et d’avoir ose un seul instant croire que vendre et acheter sont des actes legitimes. J’ai honte. si vous saviez.

      Répondre
      • Jaures

        6 avril 2016

        Cher Jacky, on voit que les évadés fiscaux viennent de tous les continents et quels que soient les taux d’imposition de leur pays.
        C’est que même si le taux d’imposition était de 1%, ce serait toujours trop pour certains qui créeraient des comptes sur des Etats où le taux serait à 0 (comme à Panama).
        Et surtout, il y a le secret. Masquer l’origine et le montant de ses avoirs. C’est là le premier intérêt des paradis fiscaux.

        Répondre
        • Jacky Social

          6 avril 2016

          @Jaures I: je ne vois rien a redire. Les gens sont libres. Tiens, ca me fait penser aux caisses noires de la FGTB et du PS belges au Luxembourg…

          Répondre
          • Jaures

            7 avril 2016

            Si sur ce slogan,”les gens sont libres”, chacun peut domicilier son argent où le taux d’imposition est à 0%, ce sera formidable: plus d’impôt donc plus d’armée, plus de police, plus de justice,…
            Les seuls pays à garder cela seront les dictatures.
            Pensez-vous qu’elles n’en profiteront pas pour regarder avec concupiscence vers nos pays désormais sans défense ni institutions ?

Répondre

  • (pas publié)