Paris, capitale du Tiers monde

Posté le décembre 24, 2019, 12:27
6 mins

Des statistiques portant sur la criminalité à Paris viennent d’être publiées.

Elles sont absolument accablantes.

Elles montrent un accroissement très net d’une année sur l’autre dans tous les domaines : vols, vols avec violence, agressions, cambriolages. Paris est devenue l’une des capitales les moins sûres du monde développé.

Si la criminalité à Paris augmente, le taux d’élucidation des crimes, lui, diminue, et on peut aisément voir là une relation de cause à effet : un criminel qui pense avoir peu de risques de se faire prendre et d’être sanctionné est bien davantage incité à commettre un crime que s’il pense qu’il se fera prendre et sera sanctionné.

Sous-jacent à cela, on peut discerner une multitude de facteurs : l’inefficacité de la police, qui manque de moyens et d’effectifs, et qui se trouve souvent affectée à d’autres tâches que la sécurité de la population, une justice de plus en plus politisée et de plus en plus laxiste, la présence dans Paris ou sur son pourtour immédiat de bidonvilles résultant de la présence croissante d’immigrants illégaux.

La criminalité et l’ensemble des facteurs que je viens d’énumérer créent pour ceux qui vivent à Paris une existence quotidienne de plus en plus pénible et de plus en plus désagréable.

Et c’est sans prendre en compte d’autres facteurs : les manifestations qui sporadiquement s’achèvent en émeutes, les grèves qui bloquent les transports collectifs, la quasi-impossibilité pendant les grèves d’utiliser un véhicule automobile en raison de l’asphyxie délibérée de la circulation par les autorités de la ville (et même quand il n’y a pas de grèves, circuler en voiture dans Paris est devenu très difficile, et trouver une place de stationnement plus difficile encore).

Des touristes viennent toujours, attirés par les images d’un Paris d’autrefois qui a pourtant d’ores et déjà presque disparu. Il reste des monuments.

Il n’y a plus d’harmonie urbaine : des édifices hideux sont venus dépareiller l’architecture de quartiers entiers.

Et quand, en raison de l’insécurité ambiante, des touristes se font agresser ou dévaliser, Paris leur laisse un souvenir impérissable, mais pas du tout celui auquel ils s’attendaient.

J’ai longtemps vécu à Paris. Je vis désormais très loin. Je ne reviens à Paris que de manière brève (deux ou trois jours) et pour des motifs précis.

Je ne reconnais plus la ville dans laquelle j’ai vécu.

Je suis triste pour les gens qui y vivent et qui subissent tout ce que je viens de décrire, mais je constate aussi que, lors des élections municipales, ceux qui ont fait de Paris une ville d’insécurité et qui l’ont enlaidie sont non seulement réélus, mais gagnent du terrain.

J’ai beaucoup de mal à comprendre que des gens puissent voter pour subir.

L’explication qui m’a longtemps semblé la plus pertinente était que le nombre d’électeurs parisiens vivant d’assistances diverses s’accroissait, et que s’opérait un phénomène classique de marché politique et d’achat des voix des uns avec l’argent des autres.

Mais cette explication ne tient pas : si Paris devenait une ville d’assistés, les prix dans le secteur immobilier s’effondreraient.

Or, ce n’est pas le cas.

L’explication essentielle réside aujourd’hui à mes yeux dans la mentalité de gauche et dans un lavage de cerveau permanent qui permet à celle-ci de s’épandre.

Pour les tenants de cette mentalité, l’insécurité est un problème, mais « la répression n’est pas la solution » – et il n’y a sans doute pas de solution.

Et si, comme c’est à l’évidence le cas, l’insécurité vient de l’immigration incontrôlée, c’est un problème aussi, mais « il faut avoir de la compassion pour des gens qui viennent du monde pauvre et qui ont une existence misérable ».

Ce qu’on trouve à Paris se retrouve, à moindre degré, dans d’autres villes de France, et, à moindre degré aussi, dans d’autres capitales d’Europe.

Les États-Unis eux-mêmes sont touchés, et San Francisco, Los Angeles, Chicago, New York suivent la même voie sans issue que Paris, qui devient peu à peu une capitale du tiers-monde, sans que ses habitants semblent tous s’en apercevoir.

Quand j’étais adolescent, et encore influencé par mes professeurs de gauche au lycée, je pensais que la gauche, c’était la générosité.

Je sais maintenant que la gauche détruit et salit tout ce qu’elle touche.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

5 réponses à l'article : Paris, capitale du Tiers monde

  1. BRENUS

    26/12/2019

    Paris c’est « fluctuat nec mergitur », parait-il. La preuve, le peuple des rats de tous genres ne quitte pas le navire mais, bien au contraire, y prolifèrent.
    Le retour de la peste noire, apportée jadis par ces gentils rongeurs, c’est pour quand ?

    Répondre
  2. OMER DOUILLE

    26/12/2019

    Paris = RATCITY. Et dire qu’en 1871 les parisiens se battaient pour en acheter en raison du blocus prussien sur l’alimentation . Ils seraient heureux aujourd’hui : viande a profusion et gratuite.
    Que viennent chercher les touristes étrangers dans ce cloaque où je suis né il y a longtemps…. avant l’arrivée massive des « colons » et des gays.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/12/2019

      que viennent ils chercher ces touristes ? sans doute un dépaysement humain exotique ( le plus dur à éviter à Paris ce sont les crachats chinois )

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    25/12/2019

    Donald Trump a ,déjà à mi-mandat, dépensé plus d’ une centaine de millions d’ U.S. $ sur le budget de la Maison Blanche *** pour améliorer son swing au golf ( pas à la boxe ! ) et la plus grande partie de cet argent public est entrée dans les caisses de la société immobilière … Trump

    *** plus qu’ Obama en deux mandats ( 80 M d’ U.S. $ )

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    25/12/2019

    et encore Paris ne connait pas [ pour l’ instant ] les tueries de masse à l’ américaine !

    il donc est préférable de vivre, comme Monsieur Millière, à Las Vegas,  » la cité du vice  » comme disent les WASP , cette ville fondée pour le jeu par la mafia juive de N. – Y.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)