Parlottes républicaines et réponse au terrorisme

Parlottes républicaines et réponse au terrorisme

Un professeur décapité en pleine rue, en plein jour, devant son école, encore par un musulman qui n’avait rien à faire chez nous, apparemment au motif d’avoir, par son enseignement, offensé le prophète.

Une horreur de plus. Et qu’entend-on ? C’est la république qui est attaquée.

C’est le mantra habituel auquel on attribue, semble-t-il, une vertu salvatrice.

Une fois de plus, l’incantation remplace l’action.

Je n’en peux plus d’entendre parler de la république à tout bout de champ.

La république n’est pas la France. Et la France ne s’identifie pas à la république.

La république n’est qu’un système de gouvernance, dans le principe ni mieux ni pire qu’un autre, dont l’aura s’est éteinte chez nous depuis qu’elle démontre son impuissance à protéger les Français.

La France est trahie par la république.

Serions-nous sous un régime différent, l’agression contre notre peuple ne serait pas différente.

Cette fois, c’est un professeur qui est victime. Demain qui ? Quel professeur, demain, ne s’interrogera pas sur le contenu de son enseignement? Déjà, dans bien des quartiers, ils s’auto-censuraient pour avoir la paix ; que sera-ce demain ?

En fait, le choix des victimes est de peu d’importance pour les terroristes.

Ce qu’il faut, pour eux, c’est que tout le monde puisse se sentir menacé et pas seulement les têtes de chapitre ; et ils font ça très bien.

Ce n’est pas la république qui est attaquée; ce sont la France et les Français.

Mais nos dirigeants réagissent, c’est vrai – comme d’habitude : en s’agitant, en parlant.

M. Macron, qui aime bien les phrases célèbres, empruntées aux autres sans les citer, nous a gratifiés d’un «ils ne passeront pas». Mais ils sont déjà là, Monsieur le président!

Le ministre de l’Intérieur en visite au Maroc se précipite à Paris où on ouvre une énième cellule de crise.

Au rythme où notre président et nos ministres se déplacent à chaque événement, il va falloir embaucher des supplétifs car ils ne tiendront pas.

À moins de 24 heures de l’assassinat, le bruit courait déjà qu’on pourrait rendre un hommage national à notre malheureux compatriote.

Pourquoi lui? Parce que c’est un membre du corps enseignant? En raison de l’horreur du geste du tueur? Mais on va pouvoir faire ça toutes les semaines!

Les Français n’attendent pas que l’on vienne leur tenir la main et pleurer avec eux. Ils attendent d’un chef qu’il commande et les protège.

On va sans doute, une fois de plus, se limiter à ce qu’on sait faire de mieux: ouvrir des plateaux télé interminables où le cortège habituel des commentateurs prudes va à l’avance s’effrayer que l’on puisse associer l’islam et les islamistes. On va organiser des cérémonies, des marches blanches, ouvrir des cellules psy, un numéro vert.

Et, pendant ce temps-là, l’invasion continuera comme devant. Français, dormez en paix; votre chef veille!

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Le terroriste musulman de 21 ans qui a exécuté ses basses oeuvres dans la cathédrale de Nice serait donc un Tunisien qui a été débarqué début octobre sur l’île italienne de Lampedusa.

    À partir de ces éléments il devrait être possible de retrouver le bateau des soi-disants humanitaires ayant récupéré cet individu quelque part en Méditerranée.
    Mais je rêve à haute voix.

    Nous sommes fin octobre il aura donc suffit de 4 semaines pour que cet individu ait pu se déplacer de Lampedusa jusqu’à Nice. L’a-t’il fait par ses propres moyens, on peut en douter.
    Il y a donc quelque part des filières qui financent ces passages d’un pays à l’autre. Peut-on débusquer ces filières, oui mais uniquement si la volonté y est. Avec le gouvernement actuel de bras cassés on peut en douter.
    Le petit chef n’a-t’il pas décrété pour la seconde fois en quelques jours “Ils ne passeront pas” et pourtant ils passent.

    Conclusion:
    Si vous voulez que cela cesse votez autrement.

    29/10/2020 à 18 h 46 min
    • ELEVENTH Répondre

      Un des points de passage entre l’Italie et la France pour les clandestins de tous types se trouve dans la vallée de la Roya ou à peu près, proche de la frontière. De sorte que des salopards français bravent impunément les lois en allant même chercher les parasites en Italie.
      Un « berger » bien-pensant local s’est fait prendre mais a été aussitot relaché car il aurait agit par amour de son prochain. Il continue et les tartuffes applaudissent.
      Tandis que les identitaires qui s’étaient bornés à déployer une banderole a la frontière ont ramassé 9 mois de taule.
      Demandons des comptes à nos propres salopards. Qu’ils s’agenouillent devant les victimes de leurs protégés. On peut aussi souhaitez qu’ils se fassent zigouiller comme le vieux curé normand assez naïf pour avoir donné la moitié du terrain paroissial aux muzzs pour une mosquée. Ses « nouveaux amis » n’ont pas tardé à le remercier. Avis aux autres amateurs et autres lècheurs de babouches.

      01/11/2020 à 1 h 18 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        D’après les dernières nouvelles ce terroriste musulman tunisien serait venu en France uniquement pour tuer.
        Qui l’a commandité, qui lui a fourni les armes.
        On ne le saura sans doute jamais.

        01/11/2020 à 18 h 46 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Critiquer l’islam avec des caricatures n’est certainement pas la bonne stratégie, d’ailleurs aucune religion n’en demande.
    Quand la plupart d’elles font le dos rond, l’islam réplique violemment.

    L’islam a tellement d’autres angles d’attaque, qu’il serait dommage de ne pas les utiliser intelligemment.
    J’en cite quelques uns pour fixer les idées:

    a) son intolérance envers les autres religions.
    b) son traitement abject des femmes.
    c) sa cruauté envers les apostats.
    d) sa justification du mensonge permanent.
    e) et pire sa seule présence empêche le progrès humain.

    Sans musulmans beaucoup de problèmes pourraient être évités en France et ailleurs.
    Dieu sait qu’il y en a déjà assez sans eux.

    Un moratorium s’impose, notre survie est en jeu.
    Ce n’est pas l’actuel gouvernement qui osera le mettre en pratique.
    Si vous voulez survivre votez autrement.

    27/10/2020 à 14 h 42 min
    • lecointe Répondre

      oh que oui mais des que ‘vous exprimer ces craintes vous le pire…car vous n etes pas dans la ligne es loges ….

      28/10/2020 à 21 h 40 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Vos propositions seraient la bienvenue.

        29/10/2020 à 18 h 48 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *