Passé discutable, perspectives inquiétantes

Passé discutable, perspectives inquiétantes

S’agissant des perspectives à court et à moyen terme, les choses sont claires : guerre civile et anarchie en Tunisie, Égypte et Libye, où les organisations internationales dénoncent maintenant les atrocités commises par les partisans armés des « droits de l’homme ». Amnesty international fait état de nombreux cas d’atrocités, fractures, brûlures et nécroses des tissus dues à l’usage d’électrochocs. La torture est menée par les militaires du nouveau régime « démocratique » mis en place par Nicolas Sarkozy, à la demande de Bernard-Henri Lévy ! L’échec est total.

Au Proche et au Moyen-Orient, les guerres se succèdent avec le risque d’une nouvelle guerre contre l’Iran qui aura sa bombe dans un an. Les États-Unis s’efforcent de freiner Israël qui veut bombarder les sites nucléaires de Téhéran dans les mois qui viennent. Dans tous les cas, de nouveaux problèmes vont se poser pour le transport du pétrole, ce qui va encore en faire monter le prix.

Meurtrière défaite en Afghanistan, où le Pakistan islamiste est en passe de gagner la guerre, par l’intermédiaire des talibans. Nicolas Sarkozy, volontiers chef de guerre, à la condition de ne subir aucune perte, fait des pieds et des mains pour retirer d’Af­ghanistan le corps expéditionnaire français (3 600 hommes et leur matériel), dont les pertes gênent sa campagne, lui qui avait déclaré en août 2010 que « l’armée française resterait en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire ». En attendant, le coût financier de cette guerre est considérable. Depuis 2008, la France y a dépensé 2 milliards d’euros, outre les pertes en vies humaines.

La France abonde, par ailleurs, à hauteur de 18 %, aux 150 millions versés annuellement par l’Europe pour le « développement » de l’Afghanistan, premier producteur d’héroïne dans le monde avec le Pakistan, l’opium étant raffiné par les Iraniens. Le narco-trafic, c’est un tiers du PIB afghan. Enfin, le gouvernement français contribue à la corruption en donnant 36 millions d’euros par an pour des projets civils dans la province de Kapissa où est stationnée une partie des troupes françaises. Je précise que l’Afghanistan est jugé comme le pays le plus corrompu au monde par Transparency International, avant même les États d’Afrique noire. Toutes ces largesses pour un pays en faillite, la France, qui a une dette de 1 700 milliards d’euros, ce n’est pas mal !

Tout ceci, c’est autant de points marqués par l’islam en guerre contre l’Occident, non seulement en Orient, mais en Afrique sub-saharienne, au Maghreb islamique, et probablement demain en Europe où se trouvent déjà quelque 40 millions de musulmans, Maghrébins, Noirs islamisés, Libyens Égyptiens, Libanais, Irakiens, Afghans, Pakistanais et même, ce que j’ai vu de mes propres yeux, Indonésiens islamisés de Bornéo. Et j’en passe… Tous ces immigrés étant généralement soutenus financièrement par les Européens, Français en tête, ce qui évidemment les incite à venir toujours plus nombreux. C’est pour eux, parmi d’autres, que les programmes de gauche veulent imposer la construction de millions de logements sociaux dont l’eau, le gaz, l’électricité, seront payés par le contribuable bien français, alors que la protection sociale représente déjà 41,4 % – chiffre effarant ! – de la dépense publique de la France.

Ce n’est là qu’un premier aboutissement, qui n’empêche nullement d’observer la longue marche de l’Occident tout entier vers la décadence.
Il ne s’agit pas ici de faire un cours d’histoire contemporaine, mais seulement d’évoquer l’évidence. On peut faire partir la décadence de la France en 1763, année du traité de Paris, qui fit perdre à notre pays l’Amérique et l’Inde au profit de la Grande-Bretagne. Puis, ce fut la révolution de 1789, qui a fait naître la république dans le sang, avec tueries, génocide, destruction d’une partie du patrimoine national, et pour finir la ruine financière. La « légende napoléonienne » n’a été qu’un vaste pillage avec une sinistre addition de 400 000 morts pour les guerres jusqu’en 1800, un million pour les guerres napoléoniennes proprement dites, 600 000 pour les guerres intestines et l’échafaud pour mémoire.

Voilà nos deux millions de morts. La France ne s’en est jamais relevée (Cf. « Le coût de la révolution française » par René Sédillot). Ce fut aussi la fin de la noblesse qui avait abusé de ses privilèges et la victoire de la bourgeoisie qui domina le XIXe et la première partie du XXe, jusqu’aux guerres mondiales suicidaires entre la France et l’Allemagne qui aboutirent à la victoire du communisme dans le monde et à sa dictature (100 millions de morts). Le communisme finira par s’effondrer, du moins en URSS, et nous entrons aujourd’hui dans une autre époque, celle de l’anarchie déguisée en démocratie et liberté. Reportez-vous au « printemps arabe », aux guerres en Orient, au chaos africain, au gigantesque narco-trafic en Amérique centrale…

Il va sans dire que cette décadence va de pair avec la fin de la morale que l’on appelait « bourgeoise ». La corruption se généralise partout. Le trafic de drogue, qui était très marginal il y a 30 ans, est devenu universel et porte sur des tonnes de cocaïne, héroïne, cannabis, ce qui implique des millions de consommateurs, sollicités par des « dealers » appartenant généralement à la « diversité » jusqu’aux portes des établissements scolaires. Le tout sexuel véhiculé par la télévision et internet est sur tous les écrans et, bien sûr, le vol sous de multiples formes qui incluent la violence.

Comment cette situation pourrait-elle s’améliorer, alors que les mêmes causes produiront les mêmes effets ? La société de consommation est toute-puissante qui exige toujours plus d’argent qu’il faut trouver par tous les moyens. L’État-providence est né de cette mentalité et le critiquer vous fait passer pour un réactionnaire fasciste qu’il faut faire taire.

Assurément, il ne s’agit pas d’instituer un ministère de « l’éradication du vice et de la promotion de la vertu », comme à Kaboul au temps des talibans, mais, on peut le souhaiter, simplement un petit sanctuaire où l’on pourrait prier pour le rétablissement du bon sens et de la simplicité (69 codes sont en vigueur en France qui comptent au total plus de 70 000 articles) et pour le retour de l’honnêteté, de telle manière que nos dirigeants méritent d’être respectés et que les honnêtes gens n’aient plus peur.

Ce n’est pas pour demain, dans un régime démagogique, de gauche ou de droite, qui ne résout aucun problème et accumule les échecs, les désordres et les mensonges, causes d’un mécontentement général qui va probablement, je le crains, nous conduire au pire, c’est-à-dire au retour aux affaires en mai prochain du socialo-communisme pour au moins 5 ans. Ce n’est pas sûr, il est vrai. C’est qui est sûr, c’est l’augmentation des impôts. Ainsi que le sauve-qui-peut des patrimoines qui ne se sont pas encore expatriés. Qu’est-ce qui restera ? Les immigrés, les chômeurs et, pour beaucoup, la misère.

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • HOMERE Répondre

    Indiscutablement on se dirige vers une islamisation intégrale de l’arc Magrhébin et des pays jusqu’alors sous régime autoritaire….nous regretterons,à l’usage,le départ des laïcs comme Mubarak,Hussein et même Kadhafi sans parler de Ben Ali…..les prochains seront Assad et Bouteflika…le Roi du Maroc devrait aussi dégager….tous laisserons la place à l’Islam immodéré.Depuis les confins de la Chine jusquaux rives de l’Atlantique, l’islam règnera en maître; l’Europe sera ceinturée par le croissant…..de gauche à droite : Maroc,Algérie,Tunisie,Libye,Turquie,Irak,Iran,Pakistan,Afghanistan,Chine…en deuxième rideau : Arabie et Emirats,Yémen,Somalie,Indonésie,Thaïlande et Sumatra.

    L’occident sera alors mûr comme un fruit…..ou pourri…..!! nos enfants vont être fiers de nous….ils goûterons les joies de l’islam démocratique…et modéré…bien sûr !!

    12/02/2012 à 15 h 16 min
  • francois Répondre

    revizor,

    bien sur que les civilisations ne sont pas egales…. il n’y a que les cretins d’égalitaristes pour affirmer le contraire.cependant votre theorie ,à mes yeux est fausse:si vous laissez en afghanistan,mais egalement en irak ou en somalie(la liste n’est pas exhaustive…)"faire" les plus puissnats et les plus islamisés vous mettez en place toutes les conditions pour arriver à un nouvel hitler ou un nouvel 11/9 .les camps d’entrainement afghans etaient filmés depuis une vingtaine d’années sans jamais ne rien faire contre cela avec le resultat connu !!!!! l’allemagne de 33 n’avait pas le droit de s’armer et on a laissé faire avec le resultat connu egalement !!!!

    actuellement l’irak ne s’est jamais porté si bien et il n’y a jamais eu autant d’ecoles en afghanistan ……

    12/02/2012 à 11 h 09 min
  • revizor Répondre

    Nos interventions que ce soit en Afghanistan en Afrique Noire ou en Afrique du Nord, quelles qu’en soient les formes, militaires , logistiques, aides financières et matérielles ne me paraissent nullement justifiées et notamment par les arguments fallacieux de certains.

    Il est clair qu’intervenir dans ces pays ça n’est qu’ajouter à l’anarchie et la pagaille déjà largement existantes.

    Nous sommes amenés à nous immiscer dans des luttes tribales, interethniques, interreligieuses et à prendre des partis extrêmement hasardeux qui ne font avancer ni la démocratie, ni les droits de l’homme, ni l’état de droit , ni la bonne gouvernance économique.

    Ces pays sont toujours aussi sous-développés, aussi misérables en dehors d’une bourgeoisie compradore, avec des masses de chomeurs importantes qui sont donc disponibles pour otutes les aventures et notamment la violence armée et terroriste.

    En fait il m’apparaît bien que toutes les civilisations ne se valent pas, pour reprendre des propos, que j’approuve du ministre de l’intéreiru Claude Guéant.

    10/02/2012 à 8 h 40 min
  • R. Ed. Répondre

    Petites corrections concernant les chiffres…

    Officiellement, l’Europe compte 55 millions de mahométants dont 5,5 millions en France, chiffre ayant déjà quelques années.

    Quand on nous dit qu’il n’y a QUE 5,5 M de moslims en France, cela prête déjà à rire;, ce qui laisse sous-entendre la réalité des autres 55 M.

    On connait tous la différence entre "officiel" et officieux.

    Les cocos, là aussi le chiffre a été revu à la hausse, c’est bien plus près de 150 millions ( et ce n’est pas encore terminé) que de 100.

    Et pour finir, ce n’est plus Nicolas II le tsar de toutes les Russies, c’est Poutine, enfin de ce qu’il en reste.

    08/02/2012 à 12 h 14 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: