Permis de séjour à point

Permis de séjour à point

 

« C’est une idée
italienne
: un immigré devant respecter les lois du pays d’accueil (comme le recommande la doctrine sociale de l’Eglise), il
disposerait d’un permis de séjour à points, avec 30 points. Une condamnation en justice lui retirerait entre 5 et 15 points, la non-scolarisation d’un enfant, 5 points. A l’inverse, s’il parle
italien, il gagnera 8 points, s’il l’écrit, 4 points de plus.

Il y aurait entre 4 et 5 millions d’immigrés en Italie. » Lu sur le Salon Beige.

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: