Pinte contre la loi sur l'immigration

Pinte contre la loi sur l'immigration

Dans le cadre d’un « chat » du Monde, le député Etienne Pinte, ancien Maire de Versailles, persiste dans sa négation des problèmes que pose l’immigration :

Etienne Pinte : Effectivement, cette loi recèle à mes yeux plusieurs atteintes à la Constitution française, et en particulier la déchéance nationale. Jusqu’à présent, la déchéance nationale n’existait que pour sanctionner des crimes contre l’Etat, et pour la première fois, me semble-t-il, on veut l’utiliser pour punir des crimes et délits de droit commun. (..)

 Mais je ne vous cache pas qu’à titre personnel, quand j’ai vu tout au long de l’été – et en particulier après le discours de Grenoble – tous ces camps démantelés, tous ces hommes, ces femmes et ces enfants en file indienne avec leur baluchon, prendre l’avion car ils étaient expulsés – on était en juillet et en août – , j’avais l’impression de voir en filigrane le Vél’ d’Hiv’ (…)

Notre collègue Ciotti, député des Alpes-Maritimes, a déjà fait voter, à mon grand regret, une première proposition de loi suspendant les allocations familiales aux familles dont les enfants seraient trop souvent absents de l’école. J’ai voté contre cette proposition de loi. Le même M. Ciotti remet cela en suggérant de mettre les parents en prison s’ils n’arrivent pas à maîtriser leurs enfants mineurs qui auraient commis plusieurs délits. Tout cela veut dire que M. Ciotti n’envisage de trouver des solutions à une certaine délinquance de nos enfants que
par des mesures coercitives. Et si les parents étaient en prison, que ferions-nous des enfants ? Je suis naturellement totalement hostile à cette nouvelle proposition.(…)

François et moi sommes très liés depuis très longtemps. Nous avons partagé autour de Philippe Séguin les valeurs de la République qu’il incarnait et qu’il défendait avec le talent que nous lui avons connu. François et moi sommes qualifiés de « gaullistes sociaux », et donc nous partageons les mêmes convictions.

Dans l’intérêt de la France, je souhaite que François Fillon reste premier ministre. Le cas échéant, la seule chose que je puisse dire, c’est que je me mettrais à son entière disposition pour l’accompagner dans son « nouveau challenge », comme il le dit.

Encore un député de la France d’en haut qui n’a rien compris aux difficultés du peuple français et qui n’aura par le soutien des patriotes en 2012 pour se faire réélire !

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: