Pitoyable bilan de Nicolas Sarkozy

Pitoyable bilan de Nicolas Sarkozy

J’ai, je le reconnais, pensé que Nicolas Sarkozy ferait mieux que Jacques Chirac. Vu ce qu’a fait Jacques Chirac, cela ne semblait pas très difficile. Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’apercevoir que ce que m’avait dit un de mes amis, qui connaissait bien Nicolas Sarkozy, se révélait exact : Nicolas Sarkozy serait pire que Jacques Chirac.

Nous sommes à l’heure du bilan et celui-ci est accablant. Les rares gestes positifs accomplis ces dernières années, tels la limitation des prélèvements obligatoires ou le projet de réforme des universités, se sont trouvés aussitôt raturés par diverses formes de pusillanimité.

Et, pour le reste, quelle trajectoire (si l’on peut dire, car le mot trajectoire semble tout à fait excessif pour désigner ce qui ressemble à une errance titubante et sans repères) !
Économiquement, la France a stagné : la croissance a été quasiment nulle, le chômage s’est maintenu à un niveau élevé, la pauvreté s’est accrue dans des proportions alarmantes, des entreprises ont fermé sans que d’autres entreprises viennent les remplacer.

« Socialement », il a été procédé à des rafistolages indigents : le RMI a été remplacé par le RSA, quelle avancée !

En termes de sécurité intérieure, il y a eu beaucoup de gesticulation, mais aucun résultat
, sinon une « tolérance zéro » appliquée aux automobilistes, ce à quoi les théoriciens américains de la « tolérance zéro » n’avaient effectivement pas pensé car, eux, ils pensaient aux criminels…

Des décisions timides ont été prises : telles la loi sur le voile islamique, qui n’est pas une loi sur le voile islamique, car elle peut concerner aussi les casques de moto ou l’usage du passe-montagne.

D’autres décisions, honteuses et xénophobes, ont fait tache : pour régler des problèmes d’émeutes dans des quartiers islamisés,
on a décidé d’expulser des Roumains en les désignant à la vindicte. Pour tenter de faire plaisir aux adeptes de la peste verte écologique, on a pris des mesures inutiles et coûteuses,
telles l’ajout d’éthanol dans l’essence, l’imposition de normes « basse consommation » dans le secteur immobilier, ou la construction de parcs d’éoliennes destinés à faire ce que les ministres font déjà très bien : brasser du vent en gaspillant l’argent des contribuables.

En politique extérieure, c’est loin d’être mieux : présenté au départ comme « américain » et « ami d’Israël », Nicolas Sarkozy s’est assez vite rangé aux positions les plus fangeuses du Quai d’Orsay et à la politique arabe de la France. Bachar Al Assad a été reçu avec les honneurs à Paris : il massacre son peuple aujourd’hui, sans que la France fasse davantage qu’énoncer quelques remontrances.

Mouammar Kadhafi a planté sa tente à quelques mètres de l’Élysée, et il a suffi, quelques mois plus tard, d’un coup de téléphone de Bernard-Henri Lévy pour que la France s’emploie à le faire tomber, puis assassiner par des islamistes antisémites. Mahmoud Abbas a été reçu très souvent à l’Élysée et a reçu un soutien clair de la France à ses activités de chef maffieux.

Nicolas Sarkozy a même comparé l’Autorité palestinienne au Vatican. Nicolas Sarkozy a tout fait pour se rapprocher de Barack Obama qui, imprégné d’un mépris profond pour l’Europe, n’a cessé de le dédaigner. L’élection présidentielle ayant lieu dans trois mois, Nicolas Sarkozy s’agite dans toutes les directions. Un jour, il se déclare partisan de la taxe Tobin qu’il dénonçait voici quelques années comme une ineptie gauchiste.

Un autre, il suggère une ouverture en direction du mariage gay, avant de se rétracter. Un autre, il célèbre Jeanne d’Arc pour imiter le Front National.

Parce qu’un autre candidat parle de réindustrialiser la France, il se met à parler de réindustrialisation. L’euro étant en péril, il s’est placé en première ligne en prétendant le sauver…

Ce qui pourrait encore permettre la réélection de Nicolas Sarkozy serait l’immense nullité de ses adversaires. Le débat actuel en France se situe au ras du plancher. Avoir autant de candidats et n’en avoir aucun qui tient un discours à la hauteur des enjeux, cela s’appelle le crépuscule. Si Nicolas Sarkozy se faisait réélire parce que ceux qui lui font face semblent plus nuls que lui, cela suffirait à indiquer où est tombée la France.

Partager cette publication

Commentaires (43)

  • Anonyme Répondre
    Je trouve l’analyse de M. Millière très factuelle. Je m’autorise à penser aussi que sa plus grande réussite (au petit nicolas, sans affection de ma part, car il avait bien dit au soir du 7 mai 2007 : « Je ne vous trahirai pas, je ne vous mentirai pas je ne vous décevrai pas » Hélas carton plein !!!), est la criminalisation du conducteur, qui restera dans nos mémoires comme le grand président des radars, autoroutiers seulement car pour le reste il aurait bien du en louer car il ne savait pas où aller après avoir été élu. Voyez où nous sommes, au bord d’un gouffre nommé Euroland, car là non plus il ne brille pas.
    19/02/2012 à 12 h 47 min
  • grepon Répondre

    "Dans les médias télévisés, dans la presse, dans les librairies, un authentique pluralisme existe qui n’a rien à voir avec les simulacres monolithiques qu’on rencontre en France.

    Ca veut dire que les medias et la presse sont bien pire en France, ou c’est quand meme monolithique et a pensee unique au possible, qu’aux Etats-Unis ou il y a plus de diversite et ouverture parmi les sources journaleux qu’en France, le pays de la presse-aux-ordre.  

    Mais!    Ca ne veut surtout pas dire que les medias et la presse americaine pris dans leur ensemble sont une reference dans la matiere.   Que les journaleux americains aient un biais a gauche (sur l’echelle  gauche-droite americaine) de 90% contre 10% environs personne ne peut contester avec serieux.   De meme, que les medias aient passer bien plus de temps a chercher des scandales dans la vie du candidat vice presidentiel Republican que dans celle du candidat presidentiel Democrat, nulle ne peut contester.   C’etait un spectacle deguelasse, qui ne trouvait pas grande chose, alors que chez Obama les faits choquants ont ete ecrits dans les deux auto-biographies du candidat par aillieurs sans accomplissements remarquables.   En pire, ce que Obama a fait de sa vie jusqua 2008 a ete anti-americain,  ouvertement, et choquant, mais la presse ne voulait pas y toucher, par peur de ruiner le moment, leur moment progressiviste parfait, ou ils cooperaient avec David Axelrod a amener l’Obama imaginaire (suppose etre representatif des blacks americains, avec lesquels il partage rien) a la presidence des Etats-Unis.     Tout critique a ete ecarte des medias ou villepende comme acte de racisme, surtout quand ca n’avait rien a faire avec race ou ethnie, c.a.d. toujours.     Les Republicans sont le parti anti-raciste veritable depuis Lincoln et ne font pas dans les "identity politics", mais pour un journaliste de reconnaitre ca aurait ete choquant parmi ses paires.    L’omerta continue lors de la campagne 2012, les medias et hollywood tres largement ramant pour le camp Obama, occultant scandales et fautes et catastrophes tout azimuths, pour se concentrer sur leurs mauvaises caricatures des candidats Republican.

    01/02/2012 à 14 h 19 min
  • francois Répondre

    oui effectivement face à la malhonneteté intellectuelle érigée en système ,milliere a raison ;il ne faut plus repondre au clown qui se livre systèmatiquement à des attaques personnelles.j’invite un maximum de gens à en faire de meme pour mettre monsieur je sais tout à sa véritable place.

    01/02/2012 à 13 h 32 min
  • Jaures Répondre

    Shannon, vous avez raison, je ne reprocherai jamais à quiconque de changez d’avis.
    Mais il importe alors, surtout quand on a pris une position publique, de reconnaître ses erreurs et peut être, rendre justice à ceux qu’on a raillé et qui étaient dans le vrai. Avez-vous déjà lu cela sous la plume de Millière ?
    Par ailleurs, il y a erreur et erreur. Se tromper sur l’opportunité de l’entrée de la Turquie dans l’Europe n’a pas les mêmes conséquences qu’un peu trop de sel dans le pot au feu. De même, combien de milliers de morts pour des "erreurs" commises en Irak ? N’y a-t-il pas dans tout cela beaucoup de désinvolture ?

    Enfin, quand on se trompe, il faut assumer. Affirmer qu’Obama "ne sera jamais élu" n’est pas dramatique, tout le monde peut se tromper, mais est-il fair play de faire ensuite porter le chapeau à la presse qui n’aurait en l’espèce "pas fait son travail" alors que quelques semaines plus tôt Millière écrivait:
    "Dans les médias télévisés, dans la presse, dans les librairies, un authentique pluralisme existe qui n’a rien à voir avec les simulacres monolithiques qu’on rencontre en France.
    Quand des sujets de fond doivent être abordés, ils le sont sans détours ni circonlocutions, et la diversité des analyses est, en général, respectée. Cela n’est pas étranger au fait que des Américains de l’Amérique profonde en savent souvent davantage sur les conflits cruciaux qui touchent la planète que nombre de gens qu’il m’arrive de croiser dans l’université française." (16/09/2008)
    Bref, quelle est la part de l’erreur et celle de la mauvaise foi ?

    01/02/2012 à 9 h 40 min
  • Shannon Répondre

    Jaures : vous avez surement raison de la ou vous vous trouvez. Mais ne dit-on pas qu’il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis. Les temps changent a grande vitesse, il faut savoir etre flexible sous peine d’avoir tort…

    31/01/2012 à 15 h 50 min
  • grepon Répondre

    <<ce sont les plus riches qui ont tiré les marrons du feu pendant que le chômage et la pauvreté touchaient les plus fragiles>>

    D’après cet intervenant ce sont donc les riches qui provoquent la pauvreté. Comme le dit si bien Guy Milliere ce garçon est mal dans sa peau.

    grepon ajoute:   Remarquons l’indirection obscurante dans "le chomage et la pauvrete touchaient les plus fragiles"

    Les "plus fragiles" sont passives dans l’affaire, toujours victimes pures totalement deresponsibilisees.  Certains le sont, bien sur, une fraction, par incapacite physique ou mentale, mais le gros du taux d’inactivite (figure plus interessant encore que le chomage) n’a rien a faire avec des incapables.   Ils font leurs choix suivant les couts et recompenses cree par l’etat providence d’un cote et du cote de l’offre et demande dans le marche du travail, tel qu’il est grace a l’intervention hyperregulatrice et tentaculaire, encore, de l’etat providence.   L’asphyxiation du secteur privee, des familles, et du marche du travail par un gouvernement hypertrophie et hyperregulatrice….pourtant extremement visible dans la penurie de travail et la faiblesse de la croissance europeenne….n’apparaisse jamais dans la prose d’un gauchiste.   Tout est formule comme si le gouvernement ou encore pire "la collectivite" doit evidemment faire toujours et encore plus pour combattre les mauvaise effets de ses interventions deja massives, interventions qui sont la cause la plus proximale de la misere tant deploree.   

    Le parti veritablement responsable des maux etant ecarte du discours par une prose obscurantiste au possible, il y a toujours espace pour repondre a cette manque en pointant du doigt ceux qui vont, pour l’instant, bien, malgre les maintes obstacles construits par l’etat hypertrophie…ou par corruption style fascist, ou des elites au gouvernement favorisent et s’allie avec certaines boites.

    31/01/2012 à 2 h 03 min
  • grepon Répondre

    Je ne suis pas persuadé que la situation aurait été pire avec Ségo !!!

    Qui que ce soit aurait ete oblige de diriger le bateau la ou l’entraine la riviere, car le courrant l’entraine plus vite que le moteur enfaibli peu le propulser a contre-courant, et de meme il n y pas assez d’essence pour se sauver ainsi. 

    Les rives sont raides et accidentees d’un cote, et hostile de l’autre.   Les passagers sont peureux et/ou incapable pour tenter une sortie sur n’importe laquelle des rives. 

    Le capitaine de la France ne sauvera donc rien, car l’etatisme a fait son travail sur le capital physique et humaine a ce point.   La seule choix possible de vos elites est de s’acheter du temps, a gesticuler comme si il n y a pas de chutes mortelle devant, ni delta boueuse infecte de maladies terribles, crocodiles, et popule exclusivement de cannibales.

    Le fameuses chutes Thatcher sont droit devant.   L’etat est a court non seulement de l’argent d’autrui, mais de "autrui" tout court.

    30/01/2012 à 23 h 41 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Guy Milliere: Et je ne me cache pas derrière un pseudonyme. >>
    On en sait déjà pas mal du syndicaliste après tout ce qu’il nous a raconté lui-même.
    Ci-dessous une petite compilation qui retrace des attributs retrouvés sur ses posts.
    Syndicaliste, âge~ 46 ans, père de deux filles,  Fan de Lionel Jospin. Habite dans un quartier de la banlieue parisienne à forte diversité. Son boulanger est tunisien. Travaille dans une entreprise d’entretien au service de collectivités publiques (écoles, universtés, etc…). On peut supposer que dans l’exercice de son travail il passe de  temps à temps à Paris-8 où enseigne Guy Milliere. Envoie ses posts aux 4V à partir de 3 adresses eMail différentes. Fréquente les musées publics gratuits (d’après lui).

     

    30/01/2012 à 16 h 56 min
  • Jaures Répondre

    Allons M Millière, il ne faut pas bouder comme ça !
    Quand on participe à des sites dans un esprit pamphlétaire, il faut en accepter des retours de même nature. Vous vous complaisez dans l’invective (crétin, cerveau ravagé, cuistre etc sont couramment utilisé dans vos articles pour parler de ceux qui ne partagent pas vos idées) et dés que l’on vous réfute, même poliment, vous prenez la mouche !
    Je ne vous ai jamais pris pour un crétin mais je mets vos contradictions réitérées sur le compte de convictions aux fondations fragiles. Pardonnez-moi si j’illustre trop souvent mes posts de vos propres écrits, la tentation est trop forte et, que vous me répondiez ou non (cela m’importe peu, je ne considère pas cela comme un insigne honneur) je continuerai, ne serait-ce que parce que cela est amusant.
    Quant à vos "conférences", elles ne font "le plein" que des quelques convaincus que vous faîtes des milliers de kilomètres pour retrouver. Si cela vous rend heureux, tant mieux mais, au fond, je sais que vous n’êtes pas dupe.

    30/01/2012 à 13 h 15 min
  • toto Répondre

    Juste une petite question au fonctionnaire de l education nationale….

     

    ……….toutes ces petites activitées annexes et lucratives…se font avant, pendant ou après les heures obligatoires dues a votre administration….pas même à vos élèves, dont on mesure le grand intéret porté…..

    ……….ou pendant les RTT ,,,,,,,,?????????

     

    on comprend mieux pourquoi ni la droite ni la gôoooche ne revient sur les  35 h 00 …..dont le seul but manqué….aura été de faire bosser plus les fonctionaires avec l annualisation……et non moins le privé

     

    beurck !!!!!! s’cusez , j’vais gerber…..

     

    toto

    30/01/2012 à 13 h 11 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<comme en tout pays libéral bon teint>>

    L’Allemagne est un aussi un pays libéral bon teint. Ci-joint un lien vers les statistiques du chômage en Baden-Württemberg, land limitrophe des départements 67 et 68. À titre de comparaison le taux de chômage est de 9% au 68.
    Il faut noter que le même euro a cours sur les deux rives du Rhin.

    http://www.statistik-bw.de/Konjunkturspiegel/am_AL.asp

     

    30/01/2012 à 9 h 28 min
  • guy milliere Répondre

    @Jaures. Je n’essaierai pas de vous expliquer quoi que ce soit. Vous savez tout. Vous comprenez tout. Vous êtes un génie. Satisfait? Juste une question: vous me prenez visiblement pour un crétin (je partage en cette position la compagnie de mon ami Pascal Salin, ce qui me place en bonne compagnie), je me demande simplement pourquoi vous me lisez. Désir de perdre votre temps? Je me demande aussi pourquoi vous vous faites archiviste obstiné de ce qu’écrit un crétin, quitte à faire preuve de la plus parfaite mauvaise foi. Rancoeur personnelle? Peu m’importe. Je vais bien. Je suis heureux. Mon dernier livre s’est bien vendu. Mes conférences font salle comble. Et si cela vous déplait, c’est très bien ainsi. Je ne vous répondrai plus désormais: pour ce qui me concerne, j’ai bien mieux à faire. Et je ne me cache pas derrière un pseudonyme.

    30/01/2012 à 0 h 47 min
  • richa83 Répondre

    """"""
    Ne parlons même pas des inconsistences politiques que Sarko a imposés à ses électeurs de Droite. Pour appliquer une politique de "gôche" il fallait expliquer que la rupture allait se faire aux dépens de la Droite. Sachant cela l’électorat de Droite aurait certainement voté pour sa bravitude du Poitou-Charente. Le cauchemar viendrait maintenant à sa fin et on aurait pu s’éviter le dilemne que va causer cette élection.
    """""""

    Je ne suis pas persuadé que la situation aurait été pire avec Ségo !!! qui avait au moins un avantage: on savait de quel bord elle était!! le vainqueur nous a bien enfumé, lui !

    29/01/2012 à 22 h 17 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<ce sont les plus riches qui ont tiré les marrons du feu pendant que le chômage et la pauvreté touchaient les plus fragiles>>
    D’après cet intervenant ce sont donc les riches qui provoquent la pauvreté. Comme le dit si bien Guy Milliere ce garçon est mal dans sa peau.

    29/01/2012 à 19 h 59 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Guy Millière

    nous savons tous que la Turquie veut retrouver la grandeur de la Sublime Porte … mais les "peuples" Arabes n’en veulent pas , pas davantage que des Perses ( lire Gobineau pas si ringard que ça , car LUI connaissait le Monde qu’est à lui seul l’Iran … une des plus grande Civilisation )
    Turcs , Juifs , Kurdes ou Perses voilà les "ennemis" des Arabes ( des "nationalistes" pas des "potentats" )
    P.S. : inutile d’insulter le Q.I. de @ Jaurès il vaut largement le votre ou le mien

    29/01/2012 à 15 h 37 min
  • heraclite Répondre

    Au lieu de dénigrer systématiquement Sarkozy, on ferait mieux, Monsieur Millière en tête, de se poser la question suivante : "Que peut-on faire avec un peuple comme le peuple français, tel qu’il est".
    Rien ! tant il est conservateur et incapable d’envisager sans crainte le moindre changement.
    Et pourtant, tout le monde sait ce qu’il faudrait faire.
    La France est le pays où il faut des crises majeures pour que le peuple ouvre enfin les yeux sur la réalité. Et encore, car la dénonciation du bouc émissaire est depuis longtemps un sport national.
    C’est à désespérer.

    29/01/2012 à 10 h 59 min
  • Jaures Répondre

    Cher M Millière, le ton que vous adoptez systématiquement dans vos articles ou vos réponses à nos commentaires me donne à penser que l’atrabilaire n’est pas de notre côté.
    Pardonnez-moi, mais le "cancre" que je suis n’a pas écrit qu’Obama ne serait jamais élu, n’a pas affirmé en 2003: " La guerre allait durer, c’est sûr. Et puis les forces américaines n’étaient pas assez nombreuses, les attentats suicides allaient se multiplier. De doctes spécialistes de la chose militaire parlaient gravement du pari perdu de Donald Rumsfeld.Il ne reste rien de tout cela, strictement rien." pour dire ensuite, prenant en exemple les mêmes réserves raillées, que des erreurs ont été commises.
    Ce n’est pas moi qui ai nié l’existence d’une crise économique aux Etats-Unis jusqu’en octobre 2008.
    Ce n’est pas moi qui ai milité jusqu’en 2010 pour que la Turquie intègre l’Europe.
    Ce n’est pas moi qui ai fait l’éloge du livre de Pascal Salin où il nous enjoint à "s’inspirer d’urgence des exemples du triptyque gagnant: l’Espagne, l’Irlande et l’Estonie" (2007).
    Quant à la savante tournure d’esprit qui amène à voter et appeler à voter pour un candidat en, soi-disant, espérant qu’il ne sera pas élu, elle relève selon moi d’une totale immaturité politique surtout quand on glisse dans l’urne sans état d’âme un bulletin au nom d’un homme condamné à de multiples reprises pour négationnisme, banalisation de crimes contre l’humanité ou provocation à la haine raciale.
     "J’ai une éthique, disiez-vous lors d’une de vos conférence, des valeurs. Et vous ?". Je vous retourne la question.
    Lorsque j’étais étudiant, la moindre des choses pour moi était de reconnaître la compétence du professeur qui corrigeait mes copies. Vos étudiants doivent à ce jour être bien dubitatifs. Surtout lorsque vous écrivez que vous savez que trois sur quatre d’entre eux se retrouveront au chômage.

    Hans, si je réitère mon affirmation, c’est qu’à ce jour personne ne m’a répondu sur ce site. Car dire que Sarkozy est socialiste est bien vain si on constate que, comme en tout pays libéral bon teint, ce sont les plus riches qui ont tiré les marrons du feu pendant que le chômage et la pauvreté touchaient les plus fragiles.
    Sur ce point, Sarkozy a accompli son devoir. Sachons le reconnaître.

    29/01/2012 à 10 h 51 min
  • guy milliere Répondre

    @Jaures. Vous êtes vraiment pitoyable. Aucune aptitude à l’analyse géopolitique.Vous deviez être un cancre à l’école. J’ai expliqué en détail le basculement de la Turquie : cela a échappé au peu de matière grise qui vous reste. Je n’ai pas changé d’avis sur l’Irak : il fallait un changement de régime, et des erreurs ont été commises, ce n’est pas contradictoire, réfléchissez un peu, pour une fois. En 1940-45, il fallait en finir avec Hitler, et de multiples erreurs ont été commises. Faites preuve d’un minimum de logique, un simple minimum. En 2002, j’ai réagi à un unanimisme qui sentait l’imposture : Le Pen n’avait pas la chance la plus infime de passer. Et le slogan Votez escroc, pas facho, me semblait le degré zéro de la politique. Pour Sarkozy, je l’ai écrit, je me suis trompé : j’attendais mieux et autre chose. And so what ? Je n’ai été délaissé par personne, et j’ai toujours des amis de gauche, mais à votre différence, ils n’appartiennent pas à la gauche sectaire et ne ramassent pas leurs arguments dans le caniveau. Je n’ai, par ailleurs, pas la débilité que vous me prêtez, et vos arguments, par leur simplisme navrant, ressemblent de votre part à un autoportrait. Vous devez être mal dans votre peau, mon garçon. Une montée de bile, sans doute. @Troubadour. J’ai dénoncé le traité de Lisbonne, et la confiscation de la démocratie par la technocratie européenne. Je pense effectivement que la haine d’Israël qui règne en France a des racines antisémites auxquelles s’ajoute une myopie géopolitique consternante : l’Europe est en voie de soumission au monde islamique et ne défend plus les valeurs de la civilisation occidentale. Et le discours des disciples d’Astérix pensant défendre leur village gaulois à l’heure d’internet et de la monnaie dématérialisée est grotesque, et date de la fin du dix-neuvième siècle. Marine Le Pen et Nicolas Dupont Aignan tiennent des raisonnements qui datent du temps de l’invention des premières ampoules électriques. La France ne pourrait retrouver un dynamisme qu’en regardant le monde et en s’ouvrant à lui avec confiance, non en se repliant dans la posture du vieillard crispé. @Guillermo. Le changement de politique de la Turquie vis-à-vis d’Israël fait partie de la part d’Erdogan, d’un changement d’alliances bien plus large que, si Israël ne vous obsédait pas et si vous lisiez effectivement mes articles, ne vous aurait pas échappé.

    29/01/2012 à 5 h 10 min
  • grepon Répondre

    Il reste a espérer que les peuples gardent la maîtrise de leur révolution. Rien n’est joué.

    Si, la plus grande des revolutions arabes, celle egyptienne(l’egypte etant le pays arabe le popule et siege de ses centres culturelles les plus importants), va dans le mur, non seulement le mur de la tyrannie grondante islamiste(les partis islamistes sont TRES majoritaire au parlement grace aux elections), mais vers tueries en masse, cleansing ethnique, destructions genres plastiquage des budhas de Bamyan, et FAMINE:    Les coptes vont devoir fuire le pays a coups de massacres et vol de leurs biens quand ce n’est pas leurs vies ou simplement leur virginite dans certains cas.   Mais, ce n’est pas le pire qui peut,qui est en train, d’arriver:  

    La tresorie du pays se vide sans pouvoir lever d’autres fonds, ca dans un pays ou la moitier des besoins caloriques sont importes.   Voyez-vous l’Europe ou les US actuels, voir le IMF d’aujourdhui leur pretant de l’argent pour qu’ils puissent manger?   Les emeutes et la famine, les penuries en carburants pour cuisiner, sont deja en cours, dans ce pays ou la moitier de la population vivait(AVANT le "printemps") avec moins de 2$ par jour.

    Pour ceux qui se foutent des arabes et leur devenir, sachez que les islamistes se mettent deja a la destruction du patrimoine pre-islamique du pays, genre la mise a feu d’une librairies detruisant des milliers de documents uniques il y a quelques temps, expres, par motivation religieuse.   Ce meme parti, allies des muslim brotherhood mais encore plus islamiste, veulent elliminer la patrimoine pre-islamique entierement, jusquaux pyramides d’apres leurs discours.

    Voila le pourquoi du fait de l’implosion de leurs recettes du tourisme, situation qui va perdurer grace a l’horipillant evenenements presents dans ce pays, sans parler de ce qui arrive bientot.

    Il faut ajouter, bien sur, que les prix des aliments a augmente recemment, grace au deceleopments  en asie, qui achete de la viande au prix du marche, viande qui coutent au moins six fois son prix thermodynamique si vous voulez, en termes de poids de grains necessaire pour produire la viande.    Les nullisimes arabes se trouvent incapable de payer pour leur bouffe et carburants au prix de marche, faute de pouvoir produire ou vendre services que le reste du monde est pret a payer pour.    Des millions, des dizaines de millions, risque de crever de faim.   Remarquons que les banques centraux du japon, de l’Europe, et des Etats-Unis impriment de l’argent pour remplir les trous fisaux abyssaux de leurs etats hypertrophie, ce qui a fait augmenter le prix des commodities, dont les engrais, carburants, et grains.    

    Ca, et la montee des capacites d’achat des asiatiques, a declenche "le printemps arabe".    La desperation.    Comme l’islam rend tres con, il y a des milllions et millions d’arabes pour croire que toute situation desesperee et du a une manque de fidelite suffisante a Islam, c.a.d. que c’est allah qui leur punisse, la reaction des populations arabes est l’islamisation, la radicalisation.

    Que peut faire l’occident? On peut trouee nos propres bilans encore plus pour payer les graines qui manque a plus de 50millions d’ames, mais regarde un peu les discutailles entre les pays zeropeens autour des pays PIIGS et la sous capitalisation de vos banques privees.   Regarde un peu les discours des debats presidentiel aux USA, ou Obama a laisse le Congress operer sans budget, creusant 5 mille milliards de dette nouvelle dans trois ans seulement.   Regarde un peu Japon, qui a 250% de dette publique par mesure de PNB, une population en declin, et une nationalisme le plus pur qui se trouve sur cette planete.  

    L’egypte risque une catastrophe de taille biblique,grace a la revolution, revolution qui est le resultat non pas des politiques occidentaux "faisant le lit de l’islamisme" mais grace a Islam et l’arrierete averee des cultures arabes, une combinaison lethale, pour eux.

    28/01/2012 à 23 h 14 min
  • Guillermo Répondre

    @quinctius cincinnatus Moi pareil à priori je ne suis suis ni anti-Juifs ni anti-Arabes ni anti-autreschoses mais bon je trouve souvent que Millière est un peu tendancieux… en parlant par euphémisme. En fait je trouve qu’il prêche pour ceux qui sont déjà convertis à un certain extrémisme.

    28/01/2012 à 22 h 44 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Enfin, je vous laisse votre appréciation de "politique de gauche" que vous attribuez à Sarkozy. Les seuls à être gagnants de  ce septennat sont les millionnaires, encore plus riches et plus nombreux selon le Crédit Suisse.>>
    Cela doit tenailler terriblement cet intervenant car ne faisant pas partie du lot des élus. Sa frustration et son envie se trahissent aux commissures de ses posts invoquant toujours ce même leit-motiv. Y-a-t’il quelqu’un pour lui dire d’arrêter son disque rayé? Merci d’avance.
    En ce qui me concerne je suis bien content de savoir que quelques uns ont réussi, puissent-ils être encore plus nombreux, car cela fait toujours cela en moins qu’il faut payer pour soutenir l’armée d’assistés restante.

    28/01/2012 à 21 h 27 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ François
    à votre pensée formulé de cette façon j’adhère sans réserve
    mais ma remarque aura eu au moins le mérite que d’autres lecteurs formulent eux aussi des réserves sur l’auteur …
    bon Dimanche

    28/01/2012 à 20 h 34 min
  • Anonyme Répondre

    Le premier qui me cite ( preuves à l’appui ) UN SEUL pays Arabe ou Africain ( Namibie exceptée) où  le  "chef" ne se nourrit pas sur la bête (  ce qui est une disons… "tradition" locale )  gagne …toute mon estime … et surtout ne me donnez pas le nom de  l’Union Sud Africaine ***
    *** ceci pour @ Jaurès  !

    28/01/2012 à 19 h 32 min
  • Jaures Répondre

    Cher Hans, il est vrai que Sarko, comme d’autres, a reçu les dictateurs arabes que Millière d’ailleurs regrette puisqu’ils étaient, selon lui "des alliés de l’Occident". Ce sont ces "alliés" qui ont fait le lit de l’islamisme en cédant à la corruption, en emprisonnant et torturant les opposants et en condamnant à l’exil des leaders islamistes aujourd’hui auréolés de leur martyr. L’occident s’était fourvoyé de même en soutenant le funeste Battista contre lequel le peuple cubain prit le parti de Castro. Il reste a espérer que les peuples gardent la maîtrise de leur révolution. Rien n’est joué.
    Le "fou furieux de Damas", comme vous dîtes, n’est plus soutenu que par la Russie, vous savez, ce pays libéré "grâce à Reagan" et aujourd’hui grand modèle de démocratie, de liberté de la presse et de soutien aux peuples opprimés.
    Par ailleurs, les présidents des Etats-Unis ont toujours été les hôtes respectés des présidents français, y compris socialistes. La première guerre du Golfe a vu se ranger Mitterrand aux côtés de Bush père. Le seul à être réticent à cette alliance était à l’époque J.M.Le Pen qui préféra aller serrer la main de Saddam.
    Enfin, je vous laisse votre appréciation de "politique de gauche" que vous attribuez à Sarkozy. Les seuls à être gagnants de ce septennat sont les millionnaires, encore plus riches et plus nombreux selon le Crédit Suisse.

    28/01/2012 à 17 h 20 min
  • Laudance Répondre

    C’est exact. Le bilan de Nicolas Sarkozy est pitoyable. Mais les électeurs français le sont tout autant, eux qui s’abstiennent ou qui votent toujours pour les mêmes depuis plus de trente ans. Ils ne sont donc pas à plaindre, car ils ne récoltent que ce qu’ils ont semé, c’est-à-dire des représentants tous « plus pires » les uns que les autres. Et ce n’est pas fini, loin s’en faut. En effet, si Sarkozy n’était pas réélu par défaut, cela signifierait que les Français auraient choisi un candidat évoluant à un ou plusieurs étages encore plus bas. On se dirige d’ailleurs vers cela, tant les Français sont éduqués dans le socialisme dès leur naissance et imprégnés de celui-ci jusqu’à leur mort. C’est ce qui risque d’arriver dans ce pays où tant de gogos avaient déjà soutenu Ségolène Royal, miss chabichou, madone du Poitou et grande prêtresse du Zénith. Et comme aujourd’hui ils n’ont toujours rien compris, Hollande a vraiment toutes ses chances, lui qui n’ayant toujours vécu que dans l’appareil n’a jamais connu le monde réel. Il est transparent, insignifiant, prisonnier d’une idéologie dépassée. Mais qu’à cela ne tienne, les médias le soutiennent. Les gauchos, les bobos, les intellos autoproclamés, les artistes fortunés, les syndicalistes qui ne représentent qu’eux-mêmes, les fonctionnaires et enseignants privilégiés du système vont voter pour cette nullité. Etranger, je ne suis bien sûr pas concerné. Mais j’ai de la peine pour mes amis français demeurés lucides, car ils vont payer chèrement les habituels égarements de leurs compatriotes enfumés, incapables de se libérer du marxisme-léninisme et de l’état-providence qui, bien plus que les banquiers dénoncés, les ont conduits au bord de la faillite. En effet, au-delà du bas niveau du candidat Hollande, il ne faut pas oublier les casseroles sorties du caniveau qui attendent sa présidence avec impatiente, afin de l’utiliser à leur avantage. La Révérende Mère Delors-Aubry-Brochen rescapée de Jurassic Park, Efa Choly l’intégriste verte, Mélenchon le Bolchévique et autres résidus soviétiques. C’est à ces gens-là que les Français vont probablement confier leur avenir, c’est-à-dire à ceux de la vraie gauche archaïque qui, avec complicité de la fausse droite, sont les principaux responsables de leur déchéance. Mais quand on est socialiste dans l’âme, du berceau au tombeau, on préférera toujours celle-ci au désaveu de son idéologie.

    28/01/2012 à 14 h 35 min
  • François Répondre

      Quinctius, je maintiens.
     Si vous demandez à la rédaction d’arrêter de VOUS abreuver …etc.. vous parlez en votre nom. Rien à dire.
     Si vous demandez à la même rédaction d’arrêter d’abreuver les lecteurs…etc… vous vous mettez en position de parler en leur nom ou au nom d’une autorité supérieure qui vous ferait l’arbitre de ce qu’il est intelligent de dire à ces lecteurs. Et là, il est légitime de vous demander de qui vous tenez votre mandat.
     Tout ceci indépendamment du fond de l’article…

    28/01/2012 à 13 h 56 min
  • TOTO Répondre

    hoooo le méchant commissaire politique…..

    ……….. il a méchament censuré sas ….QUI RAPPELAIT SIMPLEMENT LES GRANDES QUALITES du sieur collaborateur et peut être même associé de site milliere …notre innénarable fonctionaire de l eradication dite nationale…et autochtone.

    bolchevics…..

     

    sas qui se marre….et qui persite a dire que nous ne sommes pas en republique et qur la nabot va repasser et nous de trépasser…

    toto

    28/01/2012 à 13 h 17 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Guillermo

    vous mettez le doigt là où ça fait mal !
    vous allez vous faire un paquet d’ennemis sur le blog !
    N.B. : je ne suis pas antisémite , c’est à dire ni anti-musulman (arabes ) ni anti- juif  ( israëlites ) pour plus de précision et moins de confusions sur le terme anti-sémite

    28/01/2012 à 12 h 03 min
  • André Répondre

    Je suis souvent en accord avec Guy Millière mais là il me choque lorsqu’il dit que Sarkozy est pire que Chirac.

     Sarkozy lui aimait W Bush contrairement à Chirac. En ce qui concerne le conflit israelo palestinien, il n’est certes pas pro israelien mais il n’est pas pro palestinien comme l’était Chirac. Il n’a d’ailleurs pas accepté la volonté des palestiniens de proclamer un Etat palestinien unilatéralement. Il a sur la question une politique équilibrée.  Il n’est pas tiers mondiste comme l’était son prédecesseur, il a fait un discours courageux à Dakar ou il a dit ses 4 vérités à l’Afrique. Sur l’Iran, il est bien plus ferme que Chirac et regrette la lacheté d’Obama. Sarkozy préfère d’ailleurs W Bush à Obama.

    En politique intérieure, il a diminué de 150 000 le nombre de fonctionnaires d’Etat. La RGPP a permis 15 milliards d’euros d’économies Il a exonéré de charges patronales les heures suplémentaires, réduit l’impôt sur la fortune et supprimer les droits de succession. Il a fait une réforme de la taxe professionnelle. Il a reporté l’âge de départ à la retraite à 62 ans. Le gouvernement Fillon a décidé de geler les allocations familiales et les aides au logement. Dire qu’en politique intérieure, quasiment rien n’a été fait c’est faux.

    Il y a des failles dans le bilan de Sarkozy mais elles sont dues surtout à la crise. A cause de la crise de la dette, il est  contraint d’augmenter les impôts.A la suite de la crise de 2008, il a pris des mesures de relance contestable mais ces mesures n’auraient pas été prises dans un autre contexte.

     Il a pris certaines mesures écologiques, a fait l’ouverture à gauche mais ces mesures sont assez superficielles et ne sont que du vent. Il le fait pour des raisons de stratégie politique et pour ne passer pour un homme de droite trop borné. Il ne faut pas confondre la forme avec le fond.

    En conclusion, Sarkozy à l’aune du rapport aux Etats Unis, de sa volonté de baisser les dépenses publiques est bien meilleur que Chirac et je dirais même plus meilleur que tous les Présidents de la 5 ème République.

    28/01/2012 à 11 h 45 min
  • grepon Répondre

    La vraie raison de ce changement d’opinion, c’est qu’auparavant, la Turquie était alliée d’Israêl et qu’aujourd’hui elle ne l’est plus. Tout simplement.

    La Turquie, en prenant la voie d’islamisation, a, bien sur, change d’alliances et change de discours demagogique chez elle, car il le fallait pour se faire elire dans ce pays en voie d’islamisation.   Comme le State Department des Etats-Unis, comme moi meme, comme Milliere, on voulait voire la Turquie accroche sur l’occident, attire vers l’occident, c.a.d. les valeurs des lumieres etc, au lieu de la perdre a la tyrannie et la misere qui va avec l’islamisation.     Nous avons change d’avis apres que c’est devenu claire que la cause a ete perdu:   La Turquie, comme beaucoup de pays, connait une transformation demographique radicale qui fait que la fraction incroyant de la population plonge, et que la fraction croyant et traditionnelle monte.   La democratie etant ce que c’est, les derniers gagnent les elections, et leur politiciens a eux agissent dans le sens de leurs vouloirs.

    Par aillieurs, si vous n’avez jamais change de cap, ca dirait long sur vos capacites de discernement.

    Les gens intelligents entreprennent projets a risque gardant toujours de ne pas perseverer quand il devient claire que les buts ne peuvent pas etre atteint.

    28/01/2012 à 1 h 47 min
  • grepon Répondre

    C’est en France que l’on se bat car c’est en France que la politique à un sens.

    Mwais, c’est sens unique, la politique en France.   Etatistisme a fond la caisse vers le mur, tete baissee.  A quoi bon se battre politiquement quand, en finalite, il va vous falloir apprendre a se defendre et se battre dans la premiere sens de ses deux mots, dans une guerre civile de moins en moins larvee, dans un avenir proche?    Les francais qui quittent le pays pour des pays moins suicidaires font le meillieur choix pour leurs enfants sinon pour eux memes.

    28/01/2012 à 1 h 34 min
  • grepon Répondre

    Aujourd’hui, il critique sans nuance tout ce qui lui semble ressembler à des idées de gauche et soutient ce qu’il pense être ce que la gauche exècre.

    Ca a le merite d’etre un principe simple, claire et concis.   En outre c’est humanitaire au possible de stopper collectivistes dans presque tout ce qu’ils entreprenne, car leurs activites menent systematiquement a la misere, tyrannie, et destruction.   Bien plus que la moitier des peuples l’occident sont en route pour l’aneantissement, pour avoir ete seduite par les chouettissime histoires des etatistes de tous bords.

    Par aillieurs, pour info, Le Pen pere a ete un gauchiste nationaliste, un etatiste encore.   La question pour un citoyen francais etant de voter pour le moins pire candidat (il n y jamais de bon, tous sont des etatistes, tous machiavellique jusqua l’os), choisir Le Pen aurait ete le bon choix a plusieurs reprises.   Pour info le reste du monde s’est bien marre de regarder les franchouilles defiler contre Le Pen cette foi ou il ete au deuieme tour contre ChIrak.

    28/01/2012 à 1 h 29 min
  • IOSA Répondre

    Si Sarko est de nouveau président, se serait hélas la preuve irréfutable qu’il gouverne bien une majorité d’idiots incapables de voir la réalité.

    Si Hollande est président, se serait encore la preuve irréfutable qu’il gouvernera une majorité d’idiots incapables ( les mêmes quoi, mais en pire car non seulement incapables de voir la réalité, mais en plus ils l’a fuient de peur de la voir).

    La France peuplée de larves soumises.

    Entre la gôche molah et la droite pro-islamiste, je vote Marine car là au moins j’ai un espoir de rester dans la France de mon enfance.

    IOSA

    27/01/2012 à 23 h 35 min
  • Guillermo Répondre

    J’ai juste un truc à dire à Jaurès (une fois n’est pas coutume). Tout comme vous le faites remarquer, Millière était 100 % pour l’entrée de la Turquie dans l’Europe. Aujourd’hui il y est fermement opposé, prétextant que la Turquie serait subitement devenue islamiste radical. La vraie raison de ce changement d’opinion, c’est qu’auparavant, la Turquie était alliée d’Israêl et qu’aujourd’hui elle ne l’est plus. Tout simplement. Le jour où la Turquie s’est crépé le chignon avec Israêl j’ai su que Millière allait immédiatement trouver à la Turquie des tas de poux dans la tête. C’est ce qu’on appelle de l’objectivité.

    27/01/2012 à 22 h 57 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Quitte à être traité de crétin par le collectiviste aux 120 millions de "maccabs" je vais quand même commenter l’article de Guy Milliere.
    a) le tyran de Tripoli avait planté sa tente à quelques mètres de l’Elysée
    b) le fou furieux de Damas était l’hôte de Sarko à un défilé du 14 juillet
    c) tous les tyrans arabes à présent éjectés ou trucidés avaient été invités au nouveau Club Med. Le con tributable français a payé comme toujours! Ce cochon n’a rien d’autre à faire de toute façon.
    Rien qu’avec ce triste bilan l’article de Guy Milliere se justifie.
    On tremble à l’dée que Georges W Bush aurait pu être invité à la place du Président de Syrie. Que n’aurait-on entendu? Peut-être que cette république bananière eut pu se souvenir que c’est grâce aux Alliés US qu’elle existe de nos jours. Sans ces mêmes Alliés le mur de l’Atlantique serait encore en place.

    Ne parlons même pas des inconsistences politiques que Sarko a imposés à ses électeurs de Droite. Pour appliquer une politique de "gôche" il fallait expliquer que la rupture allait se faire aux dépens de la Droite. Sachant cela l’électorat de Droite aurait certainement voté pour sa bravitude du Poitou-Charente. Le cauchemar viendrait maintenant à sa fin et on aurait pu s’éviter le dilemne que va causer cette élection.

    27/01/2012 à 19 h 08 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @François

    je n’ai pas la prétention de parler à votre place , pas davantage qu’à celle des autres … la mienne me suffit …  et je donne mon avis qui vaut ce qu’il vaut , ne vous en déplaise… à moins que vous ne soyez , vous , un adepte de la pensée unique et de l’autodafé …
    par la même occasion je remercie vivement la rédaction d’avoir bien voulu faire paraitre mon courriel
    bien cordialement à vous

    27/01/2012 à 18 h 24 min
  • François Répondre

      Quinctius cincinnatus, pour qui vous prenez vous pour parler à la place des lecteurs?

    27/01/2012 à 17 h 58 min
  • UANECNARUAL Répondre

    Bon d’accord, M. Guy Millière n’est pas des plus accomodant;

    On peut même e^tre d’accord avec les autres commentaires qui trouvent qu’il exagère un peu ; cependant, si on y  regarde  de plus près , on est forcé de constater qu’il ne fait que reprendre  le déroulement des 5 dernières années de la Présidence de Sarkozy.

    Et là, les opinions n’y peuvent pas grand  chose, seul  les faits sont présents et nous parlent de ce qui s’est réellement passé depuis  5 ans. Pas de quoi être fier ni de quoi pavoiser.

    La réalité , qu’on le veuille ou non , est très proche de la description que M. Millière en fait et il est loin d’être le seul a en faire le contat !

    27/01/2012 à 16 h 11 min
  • Sauveur Suprême Répondre

    "Ce qui pourrait encore permettre la réélection de Nicolas Sarkozy serait l’immense nullité de ses adversaires…"

    Brillant article de Guy Millière….et terrible réalité celle qu’il nous montre….

    En effet, aucun candidat n’est capable de faire un diagnostic économique et politique correct: ils aboient tous en choeur contre "la finance", "le marché", un imaginaire "ultra-libéralisme"….Or, le problème de la France est le  l’échec de toutes les formes de l’étatisme socialiste. Il suffisait de regarder le débat Juppé-Hollande, pour voir à quel point ces frères jumeaux portent une écrasante responsabilité dans la situation du pays.

    Il est clair que UMP, PS et consorts font partie du problème et ne font pas partie de la solution. Ce qui ne veut pas dire que le positionnement outrancièrement gauchiste de Marine Le Pen soit de nature à nous sortir de l’ornière.

    27/01/2012 à 9 h 58 min
  • HOMERE Répondre

    Je vous l’avez bien dit,rien de rien n’est au crédit de Sarkozy……vous allez voir ce qui va être au débit de Hollande….attachez votre slip car vous allez finir en string.Millière n’échappe pas à l’air du temps,il stigmatise ceux de son camp (mais a t il un camp ?)

    Tous ceux qui ici se cachent à l’étranger et vomissent sur la France et ses turpitudes seraient bien inspirés de se montrer et d’arrêter de stipendier leur pays (qui apparemment le l’est plus) Espérons que le prochain Président n’oublie pas cette population d’expatriés grandes gueules mais bas du caleçon.

    C’est en France que l’on se bat car c’est en France que la politique à un sens.Vous croyez qu’Obama est meilleur que Sarkozy ? alors qu’à t il fait ce Président de pacotille…? et Zapatero ? et Berlusconi ? et Cameron ?  et Papandréou ? vous cherchez des références en France parce que vous sacrifiez à la mode anti Sarkozy que vous voulez ridiculiser en ridiculisant votre pays (qui apparemment ne l’est plus).

    L’histoire vous apprendra qu’un jour certain la fuite s’est arrêtée à Varennes…..et que les lumières sont alors arrivées…..

    27/01/2012 à 9 h 57 min
  • Jaures Répondre

    Cher Quinctius, la démarche de Millière est systématiquement la même: il avance une opinion en raillant les "crétins" qui ne la partagent pas avant quelque temps plus tard de virer à 180° en affichant pour ses contradicteurs le même mépris.
    Nous avons de nombreux exemples: il milite jusqu’en 2008 pour l’entrée de la Turquie en Europe puis, tout à coup, nous informe que ce pays est devenu islamiste radical. Il approuve sans réserve l’invasion de l’Irak et quelques mois plus tard écrit que "des erreurs ont été commises" alors que ceux qui les dénonçaient étaient conspués sous sa plume. Il soutient Israël avec zèle mais vote en 2002 pour le seul candidat interdit de séjour dans l’Etat juif pour ses propos négationnistes. Là, il dit pis que pendre d’un Président pour lequel il a appelé à voter "au premier et au deuxième tour".
    Pour comprendre la cohérence de cela, il faut revenir 3 décennies en arrière, quand Millière était un relativiste de gauche. Vexé d’être délaissé par ses camarades, il a décidé tout à coup d’exprimer sa rancoeur en prenant le contrepied de ses précédents engagements.
    Aujourd’hui, il critique sans nuance tout ce qui lui semble ressembler à des idées de gauche et soutient ce qu’il pense être ce que la gauche exècre. C’est ce qui explique ses contradictions: pensant que la gauche déteste Israël, il soutient l’Etat juif sans faillir, mais sachant que Le Pen est à l’opposé de la gauche, il vote pour lui. Qu’importe la contradiction idéologique, Millière ne suit que sa propre logique.
    Tant que Millière n’aura pas fait son coming out, il continuera à errer dans son labyrinthe intellectuel où ses changements de direction permanents et prévisibles ne le conduisent que dans l’impasse.

    27/01/2012 à 9 h 57 min
  • Troubadour Répondre

    * L’analyse bien pauvre de Guy Millière * Il ne voit pas que le plus grave c’est d’avoir signé le traité de Lisbonne au mépris du référendum qui le rejetait. Pour Guy Millière, les mondialistes et les fédéralistes ne sont pas le plus grave danger qui menace les nations. * L’analyse sioniste de Guy Millière * En politique extérieure, c’est loin d’être mieux : présenté au départ comme « américain » et « ami d’Israël », Nicolas Sarkozy s’est assez vite rangé aux positions les plus fangeuses du Quai d’Orsay et à la politique arabe de la France. Israël est sa patrie, la France n’en fera jamais assez pour Israël et si vous émettez des réserves vous êtes un antisémite. Reductio ad Hitlerum garantie. Il vit son enfermement sans être capable d’en sortir. * Personne en France ne trouve grâce à ses yeux * Peut-être l’ambassadeur d’Israël ou le président du CRIF? Il en devient touchant. l’immense nullité de ses adversaires. Je trouve François Asselineau, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan tout à fait réalistes sur la situation, Mais Guy Millière leur est tellement supérieur qu’il faut clore tout débat. Il ne trouve rien de positif à écrire sur la France, sa patrie est ailleurs et il n’en dit que du bien. Double aveuglement. Pitoyable allégeance à une puissance étrangère. Il est désolant et prévisible. Cordialement

    27/01/2012 à 7 h 57 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    au directeur ,
    allez vous continuer  longtemps encore à abreuver vos lecteurs des inepties géo-politiques et racistes de Monsieur Guy Millière…un bon point pour lui cependant au début de son article :
    … pour la première fois il fait acte de contrition ! … mais … chassez la nature elle revient au galop !
    bien vous

    26/01/2012 à 22 h 08 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: