Policiers et citoyens : la colère des Français monte !

Policiers et citoyens : la colère des Français monte !

Depuis plusieurs jours, les policiers manifestent toutes les nuits, dans Paris et plusieurs autres villes de France, malgré les admonestations de leurs supérieurs.

J’avoue que je me suis longtemps demandé comment les forces de l’ordre (tant policiers que militaires) pouvaient obéir aux ordres ineptes qu’elles recevaient.

Je sais que cela fait partie de la grandeur et de la servitude de ces métiers au service du pays, mais l’injustice, l’incohérence, l’irresponsabilité des ordres reçus sautaient aux yeux de tous…

Quand on minimise les actes gravissimes commis au Trocadéro ou à Notre-Dame des Landes et, qu’en sens inverse, on gaze des religieuses ou des enfants qui défilent pacifiquement contre la loi Taubira, chacun voit bien que la police est utilisée à des fins politiques.
Ajoutez à cela le laxisme judiciaire qui libère régulièrement les « malheureuses victimes d’une société répressive », qui s’empressent alors de récidiver – comme on le vit récemment à St-Etienne du Rouvray
Cette utilisation politique de la police, ce laxisme judiciaire, mettent en péril la sécurité de la nation. Tout comme ils mettent en péril la sécurité des forces de l’ordre elles-mêmes.

Viry-Chatillon fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.
Contraints à surveiller une caméra de surveillance (!), systématiquement détruite par les voyous d’une zone de non-droit, que les policiers avaient, par ailleurs, ordre de ne pas « provoquer », ces derniers sont tombés dans un guet-apens et ont été grièvement blessés. Trop, c’est trop !

Pour la première fois dans l’histoire, les policiers manifestent donc illégalement, malgré les rappels à l’ordre.

Il faut qu’ils sachent que les citoyens français, aussi excédés qu’eux-mêmes, les soutiennent. De toute évidence, il n’y a aucune manipulation politique derrière ce mouvement de colère, mais tous les honnêtes gens le comprennent et le soutiennent spontanément.

Les rappels à l’ordre de M. Cazeneuve et de ses sbires ne font que jeter de l’huile sur le feu, au lieu d’apaiser la situation.

Il est, par ailleurs, remarquable que les syndicats prétendument « représentatifs » sont totalement hors-jeu.

Comme cet été à Sisco, ce à quoi nous assistons est la montée d’une colère de la majorité silencieuse. Et nul ne sait où s’arrêtera cette colère si les sortants, responsables de cette situation catastrophique, ne sont pas rapidement sortis !

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • BRENUS Répondre

    Tous ces flics n’en n’ont pas encore assez pris pris dans la tronche. Ont ils manifesté lorsqu’on leur ordonnait de tabassez les manifestants anti mariage prout avec femmes et enfants ou les veilleurs? C’est un peu le même problème que les profs qui vous ressassent à longueur de temps qu’il faut ‘comprendre » les NTM et viennent pleurnicher quand ils se ramassent une poignée d’os dans la tronche. Il faut savoir ce que l’on veut et ne pas soutenir les crapules en tapant uniquement sur ceux qui ne risquent pas de foutre le feu à la ville.

    01/11/2016 à 16 h 55 min
    • debuf Répondre

      En gros ce que tu dis, c’est que l’on peu les attaquer à coup de cocktails Molotov en toute impunités?
      C’est l’état le responsable quand tu est seul dans la merde dans une citer vider de services de l’état la seule aide que tu peu trouver c’est dans la rue.
      Bien sûr que c’est pas normal de gazer femme et enfants mais faut pas tous mélanger.

      08/11/2016 à 0 h 58 min
  • Hilarion Répondre

    L’expression légitime défense est ambiguë. La défense est une action répondant à une attaque. L’adjectif légitime apporte une précision laissant supposer qu’une action de défense pourrait ne pas être légitime. Mais dans ce cas c’est l’attaque qui serait légitime et la défense infondée ou illégitime. Dans ce dernier cas qui détiendrait la légitimité de l’attaque? L’état pour faire respecter la loi ou un membre de la gaucho/racaillosphère comme des événements à gravité croissante le révèlent.
    La triste réalité de notre époque, c’est que les gouvernements qui se succèdent se sont plus ou moins volontairement laissés prendre en otage par la gaucho/racaillosphère. Les gouvernements n’osent plus faire respecter la loi dans certaines zones par crainte des représailles de toute une population dont la stupidité n’a d’égale qu’une haine destructrice, allant jusqu’à attaquer les pompiers qui peut être un jour sauveront l’un des leurs. La police, dernier rempart est encore envoyée, mais à contre coeur dans les zones de non droit avec cette consigne implicite, mourrez, mais surtout ne nous déclenchez pas d’émeute..
    Sont traités d’oiseaux de mauvaise augure ceux qui voient venir une guerre civile, mais comment ne pas voir que des milliers d’individus à travers la France sont de véritables barils de haine n’attendant que l’allumage de la mèche qui mettra le feu à une France dont ils se repaissent en même temps qu’ils en souhaitent la disparition.
    Les pauvres types qui « gouvernent » devraient se souvenir de ces mots de Churchill après les accords de Munich « Vous avez choisi le déshonneur à la guerre, vous aurez la guerre et le déshonneur ».
    Pour en venir à l’irénique Jaurès qui craint de voir fondre l’effectif des fonctionnaires, Le Général de gendarmerie Favier (dont Juppé à dit qu’un militaire devait fermer sa g…Voilà qui est de bonne augure pour les vérités que nous délivrera notre peut être et hélas futur président) auteur d’un livre sur la délinquance, vient d’être expédié au bout du monde en représailles à des déclarations dans le cadre d’une enquête parlementaire, suivant lesquelles on pourrait doubler les effectifs de la gendarmerie « que cela ne servirait à rien puisque dès arrêtés les délinquants sont remis en liberté ». A titre indicatif, il était évalué à plus de 50 millions d’€ par an le carrousel de Calais qui consistait à faire courir police et gendarmerie après des individus jamais arrêtés ou remis en liberté. Mais sans doute, mon bon Jaurès ne payez vous pas d’impôts ou considérez qu’il est excellent pour la santé de ces fonctionnaires et militaires de courir à vos frais ainsi toute les nuits après des délinquants aussi ravageurs qu’au dessus des lois.

    27/10/2016 à 21 h 44 min
    • Jaures Répondre

      Hilarion, vous avez raison, la notion de « légitime défense » est complexe et c’est pour cela qu’elle nécessite d’être encadrée. Ce qui compte est la pratique et nous avons, comme je l’ai souligné ci-dessous, l’exemple américain avec les résultats que l’on connait.
      Là bas la légitime défense est déclarée a priori pour les forces de l’ordre. A l’arrivée, il y a 10 fois plus de policiers tués qu’en France et 1000 morts chaque année sous les balles des forces de l’ordre.
      Aux Etats-Unis, le taux d’incarcération est 4,5 fois plus élevé et les récidivistes (règle des 3 coups) écopent de la perpétuité. Pourtant la délinquance n’est pas moins élevée et le taux d’homicide 5 fois supérieur à celui de l’Europe.
      On constate donc que la solution ne réside ni dans l’incarcération de masse, ni dans la violence légale.

      La sécurité repose sur 3 piliers: prévention, répression, réinsertion. Négligez un seul de ces piliers et votre politique est vouée à l’échec. Le problème est que le résultat ne sera jamais parfait (il n’existe pas de société avec 0 délinquance) et que ces piliers doivent être constamment ajustés, évalués, réformés.
      C’est donc un problème complexe qui demande des solutions multiples à sans cesse renouveler.
      Il est certain qu’il est plus facile d’aligner des slogans genre « tolérance 0 » ou « il faut arréter l’angélisme ». Le fait est que personne n’est capable de citer un exemple où le tout répressif a permis de juguler la délinquance.

      28/10/2016 à 10 h 38 min
  • Jaures Répondre

    Comparer la colère légitime des policiers à l’affaire sordide de Sisco est parfaitement ridicule.
    Pour le reste, les policiers ont raison de demander des moyens matériels et humains pour effectuer leurs missions. Le moins qu’on puisse dire est qu’il n’ont pas été gâtés sur ce point depuis 10 ans.
    Il faut aussi que les Français qui les soutiennent soient cohérents: tous demandent plus de policiers, de militaires, de prisons, de juges, de profs devant leurs enfants, d’infirmières,…Ce ne sera pas possible en supprimant des centaines de milliers d’emplois dans la fonction publique (d’ailleurs ceux qui les préconisent se gardent bien de dire dans quels effectifs ils tailleront).

    Il faut également que les policiers réfléchissent à ce qu’ils demandent. La légitime défense doit continuer d’être encadrée. Aux Etats-Unis où la légitime défense du policier est constituée a priori, on déplore plus de 1000 morts chaque année sous les balles de la police, dont plusieurs enfants abattus alors qu’ils jouaient avec des armes en plastique. Aujourd’hui, les téléphones qui filment ces actes mettent en lumière ce qui autrefois était caché.
    Et cette disposition, loin de protéger les policiers, se retourne contre eux: aux Etats-Unis, ce sont plus de 50 policiers tués en intervention en 2014 que l’on déplore (4 en France).
    Ensuite, ce ne sont pas les juges qu’il faut incriminer. Les juges appliquent la loi, c’est donc aux législateurs qu’ils doivent demander des comptes.
    Il ne faut pas non plus faire une fixation sur la prison. La prison n’a jamais empêché la récidive. Aux Etats-Unis, il y a la règle des 3 coups, un taux d’incarcération 4,5 fois supérieur à celui de la France avec les résultats que l’on constate.
    Le problème est que la politique répressive suit des chemins contradictoires depuis 15 ans, que les moyens sont réduits jusqu’à la caricature; que la formation est insuffisante (ce qui conduit à des erreurs annulant certaines procédures),…
    Il importe d’accompagner le désarroi des policiers afin que soit prise en compte leur expertise mais que certaines revendications soient analysées en commun afin que leurs effets pervers soient bien compris des policiers.

    26/10/2016 à 11 h 30 min
  • Charles Répondre

    …. les lois concernant les excès de vitesse, elles, sont bien appliquées par contre … on peut pas tout faire …
    Lamentable

    26/10/2016 à 9 h 43 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    une fois encore, le problème ce ne sont pas les policiers ce sont les lois et l’ application d’ icelles … la solution : élire des députés qui  » raidissent  » les lois et qui exigent qu’ elles soient appliquées ; bref une conduite politique à l’ inverse de celle de Sarko  » l’ abrogationniste « 

    25/10/2016 à 21 h 06 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: