Politicien, un bon métier

Posté le 03 avril , 2017, 5:03
8 mins

Il faut commencer jeune. À 16 ans, vous vous engagez dans un parti, car la France vit sous le régime des partis politiques qui sont autant d’états dans l’État. On en comptait 408 en 2013, y compris les micro-partis créés à des fins financières cachées !

Donc vous commencez en faisant preuve de dévouement au parti. Vous collez des affiches, vous distribuez des tracts, vous participez aux réunions et vous applaudissez très fort l’orateur du parti. En même temps, il n’est pas interdit de faire quelques études – une licence ès lettres par ci, une licence en droit par là –, mais ce n’est pas absolument nécessaire. Il vous faut avant tout être un bon et fidèle militant du parti et, un beau jour, vous êtes nommé assistant d’un parlementaire du parti, ce qui vous met le pied à l’étrier dans des conditions confortables et, un autre jour, un jour divin, vous êtes désigné par le parti pour être le candidat dans une circonscription électorale gagnable. Vous devenez député avec 7 200 euros bruts d’indemnités mensuelles, plus une indemnité représentative de frais de mandat de 5 840 euros par mois, plus à votre disposition, 9 618 euros par mois pour le salaire de vos collaborateurs. Sur ce point, il faut quand même être prudent.

Si votre ambition se limite à être un simple député, vous ne risquez pas grand-chose à engager comme collaborateur votre épouse, votre enfant ou l’amie préférée du moment, mais si vous êtes choisi pour remplir les fonctions de ministre et, à plus forte raison, si vous êtes candidat à la présidence de la république, alors, là, vous risquez d’avoir des ennuis. Des journalistes subventionnés – ils sont très nombreux à l’être – étaleront votre nom en première page, expliquant que vous avez fait travailler votre épouse qui, en réalité, ne travaillait pas, tout en faisant semblant de travailler, que le petit dernier a été engagé alors qu’il était à la maternelle et que votre chère amie et assistante était analphabète.

Quoi qu’il en soit, la tentation est là : 9 618 euros par mois, ce n’est pas rien. Le plus simple, pour éviter tous les ennuis, serait, réflexion faite, de supprimer purement et simplement ce crédit, ce qui ferait une économie de 9 618 euros multiplié par 925 parlementaires, soit 8,9 millions d’euros par mois – et 12 fois plus en un an !

Toujours est-il que député, vous êtes au-dessus du panier. Un jeune diplômé de l’ENA ne reçoit à sa sortie de l’école que 1 690 euros par mois, une vraie misère, dans un pays où le salaire médian est de 1 772 euros par mois, alors qu’il est de 3 500 euros en Suisse !

Donc, soyez heureux, modeste, et prudent. Vous ferez ainsi un quinquennat, puis un autre, puis un autre encore et, si vous êtes élu questeur de l’Assemblée nationale, vous recevrez un supplément d’indemnité de 5 003,57 euros par mois, ce qui fera de vous un nabab démocratique, chargé notamment de veiller sur les indemnités de vos collègues, dans le sens d’un « ajustement » permanent.

Ceci étant, il est possible qu’après 3 ou 4 quinquennats, le parti vous remercie de vos bons et loyaux services. Mais vous ne serez pas perdu pour autant. Vous aurez une bonne retraite et, si vous êtes bien considéré par le chef de l’État, vous pourrez, à votre demande, être nommé conseiller d’État ou conseiller à la cour des comptes au tour extérieur. Comme beaucoup d’heureux gagnants vous auront précédé, vous n’aurez rien d’autre à faire que de percevoir le plus haut traitement de la fonction publique. On ne peut exclure non plus un séjour au parlement européen, une très agréable maison de retraite où la plupart des emplois sont, paraît-il, fictifs.

Mais il est possible que l’ambiance austère de la cour ou du conseil ne vous plaise pas. Vous pourrez alors tenter la diplomatie. Le chef de l’État peut vous nommer ambassadeur, comme Caligula, empereur à Rome, avait nommé consul, en 38 après Jésus-Christ, son cheval favori. Caligula, il est vrai, n’était pas très sérieux. Il avait de multiples épouses. Il augmentait les impôts sans arrêt. Bref, il était fou et il fut assassiné. Ceci dit, loin de moi toute comparaison avec les temps contemporains…

Toujours est-il que Mitterrand nomma ambassadeur aux Seychelles son médecin de famille. Là-bas, le sable des plages est d’une qualité exceptionnelle. Je déconseillerai Londres, Washington et Berlin, parce que l’ambassadeur dans ces capitales est un restaurateur qui doit recevoir 7 jours sur 7, matin et soir, les ministres de passage, sous-ministres, fonctionnaires hors classe et présidents de quelque chose. Demandez plutôt Panama, aux multiples possibilités ou, mieux encore, Bandar Seri Bagawan, parce que personne ne sait où se trouve ce pays, où il ne vous sera demandé que de jouer au golf avec le sultan local.

Mais, si finalement, vous avez l’âme sédentaire et que vous êtes membre du conseil général de votre département, vous pourrez être élu sénateur et retrouver une belle vie de parlementaire, jusqu’à 90 ans et plus, comme Serge Dassault.

J’ai connu quelques-uns de ces heureux gagnants. C’était des parlementaires compétents, parfaitement honnêtes et lucides, dévoués à leurs électeurs. « Pourquoi, me disaient-ils, irions-nous contre le système ? On l’a trouvé. On ne l’a pas inventé. Ce n’est pas à nous de le démolir. »

Ainsi va la France éternelle, où l’on est en droit de se demander si, au fond, le peuple français n’est pas secrètement favorable à un régime qui s’accommode fort bien de la pagaille, de la tricherie, de l’échec en toute chose. C’est ce qu’on appelle la démocratie à la française. Dans ces conditions-là, ce régime peut durer encore très longtemps.


ARTICLE PRÉCÉDENT

Macron

5 Commentaires sur : Politicien, un bon métier

  1. trividic

    7 avril 2017

    Pour faire court : “lécher le cul” comme l’on dit vulgairement rapporte gros …. aie aie aie

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    6 avril 2017

    d’ après les D.N.A. ( ” Dernières Nouvelles d’ Alsace ” ) le bâtiment qui abrite le parlement européen à Bruxelles menace de s’ effondrer en raison de … FONDATIONS instables … ce bâtiment surnommé par les Bruxellois ” le Caprice des Dieux ” en raison de son architecture en forme de boîte de fromage mais aussi parce qu’ il avait coûté la somme de 1,8 milliards d’ écus avec un surcoût de 80 % sur les prévisions, devrait donc être légalement démoli

    pas de doute l’ Europe c’ est stable et porteur !

    Répondre
  3. Gérard Pierre

    5 avril 2017

    Monsieur Christian Lambert, dont j’apprécie toujours la lecture des articles qu’il commet sur ce site, aurait pu également préciser quelles sont les ‘’qualités‘’ incontournables que doit posséder, dès l’adolescence, tout candidat à la ‘’polititude à durée indéterminée‘’ :

    ¤ 1)- Le cynisme tranquille, … genre « les yeux dans les yeux », … qui doit amener le plus naturellement du monde celles et ceux qui « partagent vos valeurs » avec des âmes de féaux encore un peu ‘’tendres‘’, à vous préférer comme ami, … [synonyme de suzerain dans la profession], … plutôt que comme rival, …

    ¤ 2)- L’absence de conviction, … ce qui permet d’en nourrir plusieurs, lesquelles, interchangeables, seront en partie dévoilées en fonction d’opportunités situationnelles, … Un seul principe : « Jusqu’à présent, j’ai fait ce qu’il convenait que je fisse, mais dorénavant, je ferai ce qu’il faudra que je fasse ! »

    ¤ 3)- Le machiavélisme, … expression d’une intelligence perçue comme supérieure dans le milieu. Mitterrand est adulé par ses laudateurs, non pas pour son œuvre au service de la France, … [comme celle de Hollande, elle est déplorable], … mais pour sa capacité à intriguer, à méduser, à manipuler, à duper, pour son esprit de fin lettré florentin occupé à son seul service !

    ¤ 4)- Une absence totale de fierté, … remplacée par un orgueil rentré, … qui permet d’avaler n’importe quelles couleuvres en partant du principe que si elles sont ‘’nourrissantes‘’ il suffit de les ingérer en se pinçant le nez mentalement, en se drapant dans une dignité théâtrale que retiendra la civilisation du paraître. Un coup de honte est si vite passé et les coupures qui cicatrisent le plus vite étant, c’est bien connu, les coupures de presse !

    L’intention ne suffit donc pas ! … un certain équipement mental est prérequis.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      6 avril 2017

      Résumons et même brièvement : il suffit d’ avoir l’ esprit ” pute ” et encore beaucoup sont plus … humaines

      Répondre
      • Gérard Pierre

        7 avril 2017

        …… et plus respectables !

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)