Pour un populisme de droite

Posté le 28 novembre , 2017, 10:25
3 mins

Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, constitue pour moi un mystère.
Elle a été élue à l’issue d’une campagne plutôt droitière, notamment sur les réseaux sociaux, contre Claude Bartolone.
Pourtant, depuis cette élection, elle ne cesse de se présenter comme l’icône de la « droite modérée » (ce qui, dans le vocabulaire politico-médiatique, veut dire en réalité : modérément de droite !).

En particulier, elle ne cesse de « tâcler » le probable futur vainqueur de l’élection à la présidence des LR, Laurent Wauquiez.
Récemment encore, dans un entretien au vespéral quotidien gauchiste « Le Monde », elle l’a mis en garde contre le « populisme », précisant : « Le populisme est une impasse car le FN ne s’effondrera pas. Ce parti n’est pas en panne de leader. Il y a Marine Le Pen. Il y aura un jour sa nièce. »

Mme Pécresse a sans doute raison sur le fait que le FN ne va pas s’effondrer dans les mois qui viennent.

Mais je ne vois pas pourquoi cela entraînerait logiquement que le populisme doive être considéré comme une impasse. Il existe de nombreux types de populismes, y compris dans la tradition politique française. Celui de Jean-Luc Mélenchon n’est pas celui de Marine Le Pen.

Et, puisque Mme Pécresse se réclame du général de Gaulle, pourquoi rejette-t-elle la forme spécifique de populisme que ce dernier incarnait ? Il faudrait, en effet, bien mal connaître l’histoire politique française pour ignorer que le fondateur de la Ve République fit souvent appel au peuple contre les « élites », ce qui est très exactement la définition du populisme.

En tout cas, étant donné que les « élites » sont massivement de gauche, je ne vois pas, pour ma part, comment la droite pourrait gagner sur une ligne non populiste.

Le populisme n’est pas la démagogie (et le populisme de droite devrait même être l’antithèse de la démagogie, en luttant contre le fiscalisme ou l’immigration massive).

Je suis d’autant plus surpris par ces déclarations de Mme Pécresse qu’elle gouverne la région, entre autres avec Sens commun, mouvance issue de la Manif pour tous, grand mouvement « populiste chrétien », comme l’avait magistralement définie Patrick Buisson.

Il faut cesser d’avoir peur des mots et accepter de promouvoir un sain populisme, contre les oligarchies anti-françaises!

18 Commentaires sur : Pour un populisme de droite

  1. quinctius cincinnatus

    11 décembre 2017

    ” pour une droite populiste ”

    non ! …

    … pour une droite populaire

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    7 décembre 2017

    c’ est aussi aux lecteurs des ” 4V² ” et à ses journalistes , parmi lesquels nombreux sont ceux qui votent L.R. , à faire comprendre à Laurent Wauquiez qu’ il n’ aura pas de majorité NATIONALE s’ il n’ est pas JUSTE § SOCIAL !

    une élection de cette importance ne se gagne pas qu’ avec ceux de son ” clan ” [ sociétal et donc idéologique ]

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    4 décembre 2017

    heureusement à ” L.R. en M. ” ils ont, aussi, de grandes bourgeoises qui sont ” DeGauche ” : Chiappa, Buzijn … c’ est leur façon, à eux, d’ exprimer leur … ” populisme “

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    2 décembre 2017

    le raisonnement de cette ” élite ” :

    ” jusqu’ à là, tout va bien ” … pour nous !

    Répondre
  5. Bistouille Poirot

    29 novembre 2017

    Des bruits d’éviers qui concernent des “politiques” qui tous réunis ne tiennent leur mandat que de la part de 48% du corps électoral à l’intérieur duquel Macron s’est taillé la part du lion mais qui rapportée à la totalité des inscrits ne représente plus que celle d’un TIGRE DE PAPIER. A l’Assemblée Nationale, l’opposition joue un rôle derrière lequel elle voudrait nous mobiliser, mais l’opposition, C’EST NOUS, les 52%.
    Un seul défaut dans notre cuirasse, ils ont des Macron, des Mélanchon, des Wauquier. Nous n’avons pas encore la tête qui porterait un panache blanc ni de porteur de drapeau au pont d’Arcole, mais on s’active dans les ateliers de tissage.
    Apportez le fil, nous avons les métiers…

    Répondre
    • DE SOYER

      30 novembre 2017

      Bistouille, vous m’oubliez!

      Répondre
  6. Gérard Pierre

    28 novembre 2017

    Dame Pécresse terminera un jour en macronie ! …… lors des prochaines échéances électorales.

    Elle s’y prépare déjà en tournicotant depuis la primaire de la droite !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29 novembre 2017

      et à force de vouloir ( ? ) être ” différente ” ( ? ) la période macronienne ne se distinguera en rien de la période giscardienne, la fin des ” trente glorieuses ” en moins

      Répondre
    • Sylvie Danas

      12 décembre 2017

      En effet, elle attend toujours la prochaine occasion de trahir. Elle a trahi Fillon pour aller voir Juppé. Elle croyait aller à la soupe et s’est retrouvée dans le potage. Après une trahison ratée, il faut ben réessayer, n’est-ce pas ?

      Répondre
  7. HOMERE

    28 novembre 2017

    Le terme “populisme” fait partie des paramètres composant l’exclusion de ceux qui ne sont pas politiquement et civiquement corrects.
    En fait il existe bien les “élites” et les autres que l’on nomme aisément “populistes”et qui sont le peuple français et la majorité de l’opinion.
    Les “populistes” sont censés représenter,de façon péjorative,le peuple dans une médiocrité et une absence de réflexion qui conduiraient à l’irresponsabilité.De fait,ces personnes se trouvent rejetées de toutes activités qui sont ainsi,de facto,l’apanage des élites….dont on mesure tous les jours la pertinence des actions !!
    Aucune dialectique,aucun discours,aucune conciliation n’est possible pour établir un liaison raisonnable entre ces deux situations à part une révolte du peuple auquel on soustrait sa souveraineté.
    Le suffrage universel et les consultations électorales sont les garants de cet état de fait qui perdure par leurs existences…..

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      28 novembre 2017

      remarquons, au passage, que de Gaulle fit appel au Peuple CONTRE ” ses ” élites !

      Répondre
    • DE SOYER

      30 novembre 2017

      Le terme de populisme n’a pas vraiment de sens: il n’y a qu’un combat entre deux élites. Une élite qui aime la France (et éventuellement l’Europe) et une autre “élite” (une fausse élite fabriquée par la politicaillerie à deux balles) qui ne poursuit que ses intérêts, qu’ils soient financiers ou de pouvoir.
      Le seul deal est de rassembler cette vraie élite qui aime la France: c’est ce que j’essaie de faire dans l’ALS, association libérale et sociale!

      Répondre
  8. TRICOT

    28 novembre 2017

    Bien d’accord avec vous. Jusqu’à maintenant c’est la gauche qui dit “ceci est le bien, cela est le mal” donc le populisme est le mal, et la droite est toujours tombée dans ce panneau tenu par la gauche. Cette droite n’est toujours pas majeure, le sera-t-elle un jour? Et le FN joue toujours sans le savoir un excellent allié de la gauche et du centre.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 décembre 2017

      Employer les mots de ” LaGauche ” c’ est déjà se soumettre à son idéologie, c’ est en tout cas se placer dans le fil de son raisonnement ! c’ est ce que font les élites et les communicants de ” LaDroite ” ! Comme dans une bataille, pour avoir une chance de l’ emporter, il faut savoir choisir son terrain et non pas être sur celui que votre adversaire a choisi ! C’ était l’ une des grandes forces de … Napoléon Bonaparte ! Une France libérale ET sociale voilà la seule issue politique et Wauquiez, comme Fillon, néglige trop le ” social ” pour obtenir l’ adhésion des classes ” travailleuses ” et ” populaires “

      Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    28 novembre 2017

    Pour moi, Valérie Pécresse est loin d’ être un ” mystère ” . C’ est l’ archétype même de la bobo francilienne , l’ une parmi tant d’ autres de ces demoiselles de ” bonne famille ” parfaitement formatées par H.E.C. ! Alors, effectivement ni de droite ni de gauche , tout simplement des opportunistes du … Marché !

    Répondre
    • BRENUS

      30 novembre 2017

      Bien d’accord avec Q.C. : Pécrasse a toute sa place dans le marais centriste prêt à toutes les compromissions et en aucun cas avec ce qu’il est convenu d’appeler une droite. Qu’elle dégage dans un nouveau micro parti merdicus cela nous fera des vacances!

      Répondre
    • BRENUS

      3 décembre 2017

      @ Q.C addentum :
      J’ai bossé quelques années dans un boite farcie de HEC et puis témoigner que tous ( zé-toutes comme dirait le non-fini) sont loin d’être des flêches alors qu’ils ne sont jamais dépourvu de prétentions. Et j’ai rapidement compris les gens de la partie “technique” qui se plaisaient à traduire, comme en hydraulique, HEC par Hautes Eaux Catastrophiques.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        4 décembre 2017

        le pire stagiaire qu’ ait eu mon père dans son service sortait d’ H.E.C. !

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)