Pour un patriotisme économique

Posté le août 13, 2019, 10:01
4 mins

Thibaut de La Tocnaye est à la fois cadre du Rassemblement national (il est notamment conseiller régional en Provence Alpes Côte d’Azur) et chef d’entreprise à succès.

Il propose dans ce court ouvrage une passionnante réflexion sur le patriotisme économique et sur les blocages de notre société.

Il est fréquent de critiquer le RN sur sa vision économique et sociale – et il est certain que c’est l’un des points du programme de Marine Le Pen qui pêchait le plus en 2017.

Ce livre apporte, de ce point de vue, une bouffée d’air frais. D’autant plus significative que la préface de Marine Le Pen est elle-même de bonne facture et consacre une rupture avec la ligne Philippot de 2017.

Le premier point qu’il faut mentionner, c’est que l’Union européenne et l’euro ne sont pas, dans ce livre, le seul, ni même le principal handicap de l’économie française.

L’auteur discerne trois grands blocages : la déconnexion croissante de la finance et de l’économie réelle (les banques finançant prioritairement les dettes publiques et les grandes entreprises où l’on sait que ni l’emploi, ni l’innovation ne se trouvent principalement); la confiscation de nos libertés économiques par l’Union eu­ropéenne ; l’absence de représentativité professionnelle réelle.

Et, à côté de ces trois blocages majeurs (soigneusement décrits et pour lesquels des propositions concrètes sont apportées), Thibaut de La Tocnaye discerne également deux lames de fond à enrayer : les spirales de la désindustrialisation et de la disparition de la ruralité, ainsi que le poids de l’immigration de masse et la faible natalité française.

La plupart de ces sujets sont relativement bien connus des lecteurs des « 4 Vérités », mais les informations et les solutions apportées par l’auteur méritent d’être lues en détail.

Je voudrais ici noter deux points majeurs, grâce auxquels ce livre pourrait offrir une excellente réponse « populiste de droite » au grand mouvement social des gilets jaunes.

Le premier concerne la représentativité professionnelle. L’auteur fait remarquer que la faible représentativité syndicale est à la fois une exception française et l’une des causes majeures de l’absence de réforme économique et sociale.

La destruction des corporations sous la Révolution n’a jamais été sérieusement résolue. Les syndicats entretiennent une logique de lutte des classes suicidaire et sont donc incapables de travailler au bien des travailleurs comme de l’entreprise.

Deuxième point : l’auteur évoque la politique familiale, qui devient progressivement un énième volet de l’État-providence et de la redistribution, véritable pompe aspirante pour l’immigration.

À long terme, la démographie est le seul sujet qui compte pour une politique nationale et la démagogie court-termiste de nos dirigeants est, de ce point de vue, une catastrophe.

Or, les gilets jaunes ne sont pas seulement la marque du déclassement des classes moyennes françaises. Mais aussi celle d’un éclatement de la cellule familiale, dont les effets sociaux sont ravageurs.

Il est urgent de tester une autre politique et celle que propose Thibaut de La Tocnaye serait excellente pour restaurer le corps social miné par l’individualisme et par le collectivisme !

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Article précédent

Police

6 réponses à l'article : Pour un patriotisme économique

  1. HOMERE

    21 août 2019

    Non
    Je constate,nous constatons que les syndicats sont disqualifiés pour représenter le monde social. Il faut trouver d’autres forme de représentation du corps social dans sa diversité.
    Sur la réindustrialisation de notre pays…il ne faut pas rêver…il se trouvera toujours un pays “chinois” pour produire à toujours moins cher.
    Bien au contraire il faut investir massivement dans la qualité notamment alimentaire et environnementale pour faire de notre pays l’antithèse du productivisme outrancier et mortel.Le tourisme est l’exemple même de ce que nous devons développer exclusivement comme vitrine de notre savoir faire et vivre “à la Française” un art de vivre bien dans un milieu apaisé et écologiquement équilibré..nous devons jouer cet argument à fond…trop de pratiques anti nationales permettent des délocalisations meurtrières (automobile,chimie,aéronautique…) ne jouons plus cette carte perdue d’avance.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22 août 2019

      surtout le tourisme de … masse et chinois de préférence !

      les hôteliers en sont fans : chambres trans formées en porcheries, repas venus d’ une gargote cantonaise de la ville voisine etc … etc …

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    14 août 2019

    PATRIOTISME , FOI et ESPERANCE

    ” regain de ferveur pour le pèlerinage à Lourdes ”

    ( Le Figaro )

    il n’ y a que la Foi qui peut maintenant nous sauver ! … ! … ! à moins que

    ” aides toi et le Ciel t ‘aidera ” ce qui me semble plus pragmatique et réaliste

    Luther reviens ! mais chez nous !

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    13 août 2019

    le problème est que je vois mal, si j’ en juge par les revendications que j’ entend autour de moi, l” électeur lambda du R.N., adhérer aux propositions de quelqu’ un qui a ” réussi ” ( dans quoi au fait ? dans une activité innovante ? )

    Répondre
    • BRENUS

      18 août 2019

      Ratiocinez, ratiocinez, il en restera toujours quelque chose….. Et vous aurez l’impression d’être intelligent. Cela peut aider. Surtout quand le niveau fait cruellement défaut.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        19 août 2019

        étayez votre propos , Brenus mais avec du consistant pas avec votre bile !

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)