Pour une victoire de la droite en 2017

Posté le janvier 20, 2017, 7:48
5 mins

La caste de la gauche minoritaire doit, cette année, être stoppée – et pour longtemps – par la droite majoritaire.

Mais, pour cela, il ne faut aucune abstention dans le camp de la droite, même si le quinquennat de Nicolas Sarkozy a laissé un goût amer chez beaucoup. Celui-ci, qui s’est sabordé lui-même, est hors de course.

À nous de dénoncer avec vigueur le bilan calamiteux du sieur François Hollande et, surtout, maintenant, de tout faire pour discréditer le « charmeur » nouvelle version, Manuel Valls, qui voudrait nous faire croire que le modèle républicain et social est en jeu et que lui seul serait capable de le « préserver en réformant » (sic).

M. Valls oublie qu’il est coresponsable des dégâts, puisqu’il est entré au gouvernement dès l’avènement de l’actuel président et qu’il vient d’en sortir pour œuvrer à sa propre ascension vers la présidence de la République après avoir occupé des postes prestigieux : ministre de l’Intérieur dès 2012 et chef du gouvernement jusqu’au 6 décembre 2016.

À aucun moment, François Hollande n’a enregistré de résultats positifs dans les domaines qui préoccupent au plus haut point les Français qui travaillent ou veulent travailler.

Constatons :
– l’état lamentable de notre économie qui aboutit à l’augmentation du nombre des chômeurs ;
– la fiscalité débridée destinée notamment à combler les mauvais choix sociaux ;
– l’insécurité croissante…

Et ce n’est là qu’un aperçu de l’impéritie qui touche d’autres domaines, comme la non-maîtrise de l’immigration illégale, la mauvaise qualité de l’enseignement, le rationnement des soins…

Que du rétropédalage pour un président qui s’autoproclamait abusivement progressiste !

Et ne parlons pas de son ridicule de se montrer satisfait dans l’ensemble de son action !

Je connaissais certes bon nombre des turpitudes socialistes, dignes d’un mauvais feuilleton qu’on pourrait titrer « Pouvoir et trahison », mais j’ai pu constater que j’avais raté des épisodes et non des moindres qui concernaient certaines fraudes lors d’élections internes, les petits arrangements sous cape et contre nature entre les principaux candidats que l’on retrouve aux primaires pour la présidentielle !

Malgré ces pactes, la gauche, qui se voudrait unie, est le parti le plus divisé qui soit. Un exemple : la contestation des mesures économiques par les frondeurs qui ont joué la provocation en dénonçant l’austérité. Et Manuel Valls a répondu, lui aussi, par la provocation en menaçant de démissionner avec son gouvernement.

L’affaiblissement de la gauche est tellement patent que même l’arrivée du nouveau Premier ministre, Bernard Cazeneuve, ne saurait nous persuader d’une subite amélioration, dans la mesure où son action passée est loin d’être remarquable.

C’est donc le moment pour les citoyens de droite et les déçus de la gauche de se mobiliser pour le premier tour des présidentielles pour qu’aucun représentant de la gauche ne soit présent au deuxième tour.

En revanche, il faut que, dès maintenant, on sache vraiment comment s’y prendront François Fillon et Marine le Pen (qui devraient résister à l’élimination au premier tour) pour résoudre les grands problèmes qui se sont entassés comme :
– l’afflux d’immigrés clandestins ;
– la lutte contre les djihadistes présents sur notre sol ;
– l’existence des zones de non-droit ;
– les nombreuses fraudes sociales…

Autant de problèmes posés depuis trop longtemps et restés pratiquement sans réponse.

Ce n’est qu’alors que les gens se déplaceront vers les urnes et que le prochain chef de l’État de droite aura les coudées franches pour agir enfin, et au plus vite !

Les batailles d’ego, ça suffit ! les trop nombreuses promesses, ça suffit !

Faire machine arrière sur les programmes ne doit pas être utilisé non plus à trop forte dose. Il ne suffit pas de gagner personnellement, c’est le pays tout entier qui doit y gagner avec un modèle républicain de… droite !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)