Pourrie, la République ?

Pourrie, la République ?

C’est ce que Marine Le Pen a affirmé : La présidente du FN, Marine Le Pen, « s’étonne » que Robert Bourgi
dans ses révélations sur les financemenst occultes présumés « ne parle pas de Nicolas Sarkozy, alors qu’il fait partie du premier cercle » des proches du président de la République, dans une interview à France Info aujourd’hui.

Invitée à commenter les déclarations de l’avocat Robert Bourgi au JDD, Marine Le Pen répond qu' »au bénéfice de règlements de comptes, on finit par apprendre la vérité » sur le « financement des campagnes électorales ». « Je m’étonne que Bourgi ne parle pas de Nicolas Sarkozy, alors qu’il fait partie du premier cercle » des proches du président, a-t-elle poursuivi.

Robert Bourgi, selon elle, « fait partie de ces personnages occultes, ceux qui transportent les billets (…), tout comme Alexandre Djourhi », cité dans le dernier livre de Pierre Péan, La République des mallettes.

« Djourhi est un trafiquant d’armes et a également des entrées » à l’Elysée, a ajouté Mme Le Pen, répétant, comme elle l’a dit hier à Nice à l’occasion des journéesd’été du FN, que « la République est pourrie jusqu’en son centre ».

Partager cette publication