Présidentielle : immigration et dette publique

Posté le février 28, 2007, 12:00
8 mins

Campagne présidentielle : ce n’est pas sérieux ! Christian Lambert Une overdose de drogue peut tuer. Une overdose de campagne présidentielle ne tue pas, mais irrite singulièrement.

Nous assistons depuis des mois à un formidable déballage de discours, interviews, promesses, commentaires et sondages. Pour autant, rien de concret, ni de précis sur les deux graves problèmes qu’ont créé en France trente ans de mauvaise gouvernance et qui menacent l’existence même de notre pays.

S’agissant de l’immigration, dans la meilleure hypothèse, rien ne sera fait qui soit de nature à résoudre le problème. Le nombre des visas délivrés, plus de deux millions par an dont près de 700 000 pour les Africains, ne changera pas. Par tous les moyens, les immigrés continueront d’arriver venant de l’Afrique du chaos, de l’Orient en guerre, de la Chine surpeuplée à raison de 300 000 en moyenne chaque année, avec 130 000 naturalisations par an, que complète la régularisation des clandestins discrète et permanente, régularisation des parents d’enfants scolarisés un jour et grévistes de la faim un autre jour.

Comme le taux de fécondité de ces populations allogènes est fort élevé, alors que celui des Françaises de souche l’est peu, force est d’admettre que la nature même de l’Hexagone va en être inexorablement bouleversée. Que l’on en juge : femmes africaines, 4,07 ; maghrébines, 3,25 ; turques, 3,35 ; asiatiques, 2,83 et françaises, 1,6. Il est assez facile, dès lors, de prévoir ce qui va se passer. Dans quelques décennies, les communautés noires, maghrébines, turques, asiatiques se battront entre elles et, pour commencer, contre les Français. Le pillage sera généralisé. L’islamisme aggravera les choses. En attendant, les immigrés qu’il faut assister, soigner, loger coûtent aux contribuables quelque 35 milliards d’euros par an. On le sait bien dans le tiers-monde où des millions de jeunes et moins jeunes se préparent à rejoindre les banlieues de nos villes où les attendent la famille et la tribu. Montreuil n’est-elle pas déjà, après Bamako, la plus grande ville du Mali !

Voilà pour après-demain, mais pour demain se pose le problème de la dette. Nul ne l’ignore désormais. Les candidats en parlent de temps en temps, mais sans jamais présenter de solutions très précises. On se contente de vœux pieux et d’incantations. Dussè-je me répéter, je rappellerai que la dette de l’État s’élève à 1 200 milliards d’euros, plus 900 milliards d’euros pour la retraite des fonctionnaires, soit plus de 2 000 milliards. Elle était quasiment nulle en 1980. Elle s’accroît de 5 000 euros par seconde, a révélé en septembre 2005, Jean-François Copé, ministre délégué au budget, et coûte 40 milliards d’intérêts par an à la charge du contribuable, soit l’équivalent de l’impôt sur le revenu, le deuxième poste budgétaire après l’Éducation nationale ! Elle s’alourdit du montant du déficit annuel de l’État, soit environ 40 milliards d’euros si l’on ne tient pas compte de quelques tours de passe-passe dont Bercy est coutumier. On voit que le tableau n’est pas attrayant et voici que les principaux candidats à la présidentielle publient des programmes de 20 à 100 milliards d’euros par an, toujours à la charge des contribuables, les serfs de la République, corvéables et taillables à merci. Il est vrai qu’il s’agit de programmes modulables et variables selon les jours. La médaille d’or a été, en ce domaine, remportée par Ségolène Royal.

Pour rembourser cette dette, chaque Français, nourrissons compris, devrait verser au fisc 18 000 euros, soit pour une famille de cinq personnes, 90 000 euros. C’est bien sûr impossible, d’autant que 26 % des ménages sont endettés ou surendettés. Ce qui n’est pas étonnant dans un pays qui compte quelque 5 millions de « rechercheurs d’emploi ». Ceci étant, de la dette, on se moque. Fort bien. Cependant, le Trésor Français aux bourses vides emprunte, chaque mois, des milliards d’euros pour payer les intérêts des emprunts précédents. Or ces emprunts ne peuvent être obtenus qu’en fonction de la note donnée à l’emprunteur. Et par qui ? Par les grandes agences financières américaines. Il suffirait que Standar and Poor, par exemple « dégrade » la dette française, pour que la France financière s’effondre en 24 heures. Alors, plus de banques, plus de salaires, plus de retraites.

On en serait réduit à appeler au secours Bruxelles, l’Allemagne, les États-Unis, le FMI et pourquoi pas les Saoudiens ? Dans ce contexte, où est l’indépendance de la France ?

sites&blogs

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

16 réponses à l'article : Présidentielle : immigration et dette publique

  1. EIFF

    06/03/2007

    Sas toujours le bon sens….et 10°)  retour du franc et restauration de l’indépendance monétaire de la France.

    Répondre
  2. EIFF

    05/03/2007

    Selon un sondage IFOP, 49% des Français considèrent que «l’immigration est une chance» pour la France alors que 51% sont d’un avis contraire. Le clivage est plus important selon la sensibilité politique des sondés, l’immigration étant «une chance» pour 60% des sympathisants de gauche contre 37 % seulement des proches de la droite.

    20Minutes.fr 05.03.07

    Répondre
  3. SAS

    05/03/2007

    a JEAN CLAUDE……jamais dit rien de tel….

    1° remise des frontières en place et abandon des accords de mastreesch et shengen

    2° remise en place de controle douanier et taxer les produits rentrant

    3° REINSTALLER EN FRANCE LA PEINE DE  MORT selon la volonté populaire majoritaire

    4°PURGER ET REPRENDRE DES MAINS MACONNIQUES L ENSEMBLE DE LA MACHINE JUDICIAIRE et ramener ces fonctionnaires les juges et autres à leur statut et role initial de fonctionnaire

    5 °VIRER DEFINITIVEMENT, EN AYANT PRIS SOIN DE RECUPERER L ARGENT VOLE ,MAL ACQUIS OU DETOURNE; de tous ces droits communs qui ce sont succédés aux affaires et postes a responsabilité dans la gabgie française depuis 35 ans….POLITIQUES ET HAUT FONCTIONNAIRES

    6°Aplliquer le droit romain dès lors qu’un cadre,politicien, ou fonctionnaire se laisse aller et rendre coresponsable ses proches directes et sa famille….(epoux conjoint,enfants, frères etc…) lorsqu’on a vole 1 on doit payer obligatoirement 2 afin de n être plus tenté…

    7°SUR LES GRANDS SUJETS EFFETUER DES REFERENDUM POPULAIRE ET LES FAIRE RESPECTER PAR LES ARMES ET LA FORCE SI NECESSAIRE dès lors qu’ils sont démocratiques et mojoritaires…

    8 ° Abandonner la fausse laicité maçonnique et rétablir le christianisme en france ou l’athéisme pasif, prennant soin d’en imposer la morale à l’ecole…..la morale chrétiene. 

     et déjà la france se redressera naturellement…tel un jonc dechargé du poids de sa neige fondante au soleil.

    sas

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    05/03/2007

    05/03/07    "LES-4-VERITES" –

    A la lecture ce matin dans "METRO" (lundi 5 mars) d’un sondage sur l’immigration, je crains bien que les Français de base n’aient pas compris que les problèmes dont ils se plaignent (salaires insuffisants, manque d’emplois ou de logements, précarité, etc.) soient liés en bonne partie à un trop-plein d’immigrés. Que disent ces sondages ?

        – sur l’immigration en général, que l’immigration est une "chance pour la France" (sic) pour 33% d’entre eux plutôt d’accord, et 16% tout à fait d’accord contre 28% plutôt pas d’accord et 23% pas d’accord.

        – sur l’immigration clandestine, (les pouvoirs publics luttent-ils efficament contre l’immigration clandestine ?) :  33% sont d’accord et 12% tout-à fait d’accord, contre 28% plutôt pas d’accord et 26% pas du tout d’accord.

        – sur les critères de sélection ("Faut-il instaurer des critères de sélection relatifs au métier ou au niveau de diplôme…?") :  34% sont plutôt favorables et 19% tout-à-fait favorables, contre 27% pas favorables et 20% plutôt favorables. 

    (Sondage Ifop pour "Acteurs Publics" et "Métro")

    Que dire, sinon qu’il y a en gros 50% d’autruches qui n’ont encore pas voulu ouvrir les yeux et les oreilles face aux dangers liés à une immigration incontrôlée. Et qui sont prêtes à se mobiliser au moindre mot d’ordre des "Assoces" qui pullulent en France et qui ont fait de l’immigration leur fonds de commerce… Même s’il n’est pas exclu de penser que cette enquête tombe à pic piur enlever un peu plus de crédibilité aux thèses du FRONT NATIONAL et quelques points dans les sondages à Jean-Marie Le PEN …

           Cordialement, Jean-Cklaude THIALET 

    Répondre
  5. Jean-Claude THIALET

    03/03/2007

    03/03/07    – "Les 4-Vérités" –

    SAS: si je suis votre propos à la lettre, ne faudrait-il pas que, pour payer sa dette colossale : primo, la FRANCE exige des instances internationales tant par immigré accepté sur son territoire; deuxio, suprime à l’égard des nouveaux entrants tous les avantages en nature ou en espèces qu’elle leur accorde largement, prenant pour cela le prétexte (justifié) que sa dette ne lui permet plus de donner, mais l’oblige au contraire à demander à toutes celles et à tous ceux qui trouvent bon de venir vivre chez nous de payer leur écot. Ce serait une question, sinon de charité (bien ordonnée) du moins de (pur) bon sens….

    FLORIN. A entendre les SARKÖZY(1), ROYAL ou BAYROU (je ne parlerai pas des menus fretins que sont BUFFET, VOYNET, BOVE et autres BESANCENOT), on ne voit pas qu’ils aient compris que les dettes (on parle aujourd’hui de 2,4 milliards d’euros) les obligeaient à fermer les portes à l’immigrations de populations affamées, pas plus, d’ailleurs, que de faire des économies.

    Les politiciens du "Sustème" sont prisonnier de l’ostracisme auquel ils ont condamné, avec la complcité de médias à la botte (et même, sans doute, à la solde !) Jean-Marie LE PEN qui, depuis des années, condamne l’invasion des immigrés. Comment pourraient-ils à leur tour reprendre cette politique anti-immigration sans se faire taxer de LE PENISME. Un mot dont l’idée seule leur fait horreur.

    Alors, pour moi, il n’y a qu’une seule solution, c’est que les électeurs mettent à la porte les candidats (de l’UMP, du PS, de l’UDF,du PC"F", des VERTS, etc.) qui, prisonnier d’un Système qu’ils ont contribué à établir, sont bien incapables d’en sortir. Ils ne peuvent que couler avec, et prier seulement qu’il dure aussi longtemps que leurs petites personnes. Il est hélas à prévoir que la FRANCE, et les FRANCAIS crèvent avant eux …

                                    Cordialement, Jean-claude THIALET

    (1) il ne faut surtout pas croire à SARKÖZY et à son "immigration choisie"(2). Ne s’est-il pas empressé, peu après cette affirmation, d’aller promettre "plus de visas" à l’Algérie de son cher BOUTEFLIKA, après avoir embrassé fraternellement son hôte barbaresque ?

    (2) les "cerveaux" à "importer" sont davantage asiatiques qu’Africains. Surtout quand on sait la pénurie dont souffre cruellement ce continent au bord du gouffre !

    Répondre
  6. Anonyme

    03/03/2007

    Beaucoup de bon sens, Annika, beaucoup de bonnes questions. Le vent est bon quand il souffle d’Amerique!
    Best,
    Mancney

    Répondre
  7. serauj

    03/03/2007

    jaures wrote :

    "Quel ramassis d’âneries! Les étrangers ont investi 58 milliards d’euros en France (15% d’accroissement par an depuis 2000, malgré les 35h, les socialistes au pouvoir, etc…)."

    Merci de préciser lesquels  !

    Répondre
  8. Anonyme

    02/03/2007

    Jaures

    Vous oubliez la région  Nord-Pas de Calais et bien d’ autre régions comme le Midi Pyrénnées et tout les leiux géographiques où ses construisent des lieux de culte pour les fanatiques de la RATP  comme à Lyon .

    Enfin pourquoi voulez vous acceuillir Eiff absolument à l’ aéroport car Wanadoo .fr se situe en ce pays .

    Grandpas

    Répondre
  9. Annika

    01/03/2007

      Il va falloir une petite révolution pour remettre les pendules à l’heure.  Pour re-instaurer l’idée que l’état ne nous doit rien, si ce n’est l’éducation dans les écoles, et la protection nationale/civile en récompense pour une maigre taxe payée par le peuple.  Veuillez noter le mot « maigre ».  En vérité, nous sommes nés seuls et nous mourrons seuls, la période entre les deux – qu’elle soit fructueuse ou joyeuse – dépend de nous, de nos actions et de nos choix.  Notre comportement définit en partie notre vie et influence celle de nos enfants.  Ce simple principe, immémorial, est tombé  comme dit Florin « au fond de la piscine » et se doit de reprendre sa place importante dans la fibre de la société.  Responsabilité personnelle, autonomie, maîtrise de soi, s’autogérer, vie morale : avons-nous oublié d’enseigner toutes ces valeurs qui peuvent éviter le SIDA,  une grossesse a 15 ans, des enfants élevés sans mariage, sans pères, ou qui quittent l’école trop tôt (une garante de misère) ? Et nous croyons maintenant que l’état devrait prendre en main les conséquences de ces vies libertines ?

      L’idée reçue récente que l’état se doit d’incruster et régir le social et le fiscal à tous niveaux ‘pour un bien-être égalitaire’, entraîne inévitablement un compromis sur les libertés.  Il faut un juste milieu bien sur, mais Liberté, Liberté Chérie doit toujours rester en tête de liste.  Les caisses de retraite sont une bonne chose, mais pourquoi devraient-elles être obligatoirement des caisses d’état ?  L’éducation nationale est une bonne chose, mais pourquoi ne pas permettre aux contribuables de mettre leurs enfants en école privée si ça leur chante, avec un bon de l’état qui représente les frais pour l’éducation nationale que ce contribuable a payé au fisc ? 

     Ou serait-ce trop de « liberté » pour les contribuables ?

    Répondre
  10. Jaures

    01/03/2007

    Quel ramassis d’âneries! Les étrangers ont investi 58 milliards d’euros en France (15% d’accroissement par an depuis 2000, malgré les 35h, les socialistes au pouvoir, etc…). La productivité par heure est en France la meilleure d’Europe, après la Norvège. Les premiers investisseurs ? Les américains qui constatent qu’en France il y a moins de journées perdues pour faits de grève qu’aux E.Unis! Enfin sur les immigrés dont EIFF nous affirme qu’il en entre 1 milion par an, si c’est le cas, sachant que la quasi totalité de ceux ci résident sur 3 régions (Ile de France, Paca et Alsace) nous devrions ne voir autour de nous que des étrangers. Si EIFF est dans ce cas, peut-être ne s’est-il pas rendu compte qu’il ne vit pas en France. Qu’il se ressaisisse! Je viendrai l’accueillir à l’aéroport.

    Les problèmes de la France ne viennent ni de l’immigration ni d’un manque de libéralisme mais, au contraire, d’une mauvaise gestion des fonds publiques qui doivent être redirigés vers les services publiques et non dilapidés dans des baisses de charges ou autres subventions aux entreprises qui ne créent pas d’emplois.

    Répondre
  11. EIFF

    01/03/2007

    L’aveu.

    Le 5 février 2007 sur TF1 l’émission « J’ai une question à vous poser », une femme s’adresse à Mr Sarkozy, ministre de l’intérieur et candidat à la présidentielle : « Vous avez nommé à la tête du CFCM un Algérien [Dalil Boubakeur], alors que la majorité du CFCM sont des Marocains. » Et elle précise qu’elle dit cela objectivement, puisque « je suis pourtant Algérienne ».

    Tout est dit. Pour cette française de papier, le CFCM doit représenter les musulmans selon leur origine nationale, et non selon leur pensée « religieuse » ou leurs opinions. Pour cette française de papier, on est musulman, Algérien ou Marocain avant d’être Français.

     

    Dans ces conditions, la supression de la double ou triple nationalité est une urgence absolue et le rétrocession de la nationalité française devient légitime dans la mesure où elle met en péril la cohésion nationale et la sécurité des citoyens français.

    Répondre
  12. Votez pour moi

    01/03/2007

    Je suis absolument d’accord avec Florin !

    La France est ingouvernable ! Quelque soit le gouvernement, aucune réforme ne sera possible, tant que des minorités (syndicats, associations, lobbies etc…. par ailleurs grassement subventionnés avec l’argent du con-tribuable) "terrorisent" ceux qui sont censés representer la majorité !

    La seule issue, et probablement très bientôt, sera le "crash"  économique de ce  pauvre  pays en dérive, victime de la "générosité socialo-gauchiste-électorale" avec l’argent des autres.

    Il n’y a que par ce seisme, que les tenants de ce dogme "génocidaire" économiquement parlant, touchés dans leur confort et leur certitude, peuvent se réveiller et abandonner  toute résistance idéologique à la réforme de la France et permettre au phenix de renaître de ces cendres !

    Puisse 2007 sauver ce pays !

    Répondre
  13. Florin

    28/02/2007

    Je vais faire hurler plus d’un : la dette est une CHANCE pour la France : elle seule est de nature à obliger les politiques de mettre fin à leurs funestes agissements, et accessoirement, le peuple à changer RADICALEMENT de gouvernants … Quand les ventres étaient tous pleins, le pétrole bon marché, l’emploi abondant etc etc, le "bon peuple" votait des pourritures, qui se refilent entre elles les manettes du véhicule France depuis 40 ans …

    Certains, il faut leur frapper la tête contre les murs pour qu’ils commencent à comprendre – il suffit de voir les simulacres de débat sur les diverses chaînes tv et radios …

    Eh bien, on se dirige rapidement vers le fond de la piscine – avec, comme avantage, l’idée qu’une fois là-bas, on ne peut que remonter …

    La seule façon de remonter : se placer COLLECTIVEMENT hors système, voter hors système, agir hors système. Au lieu de quoi, on trouve encore en 2007, dans un pays sous l’état d’urgence depuis 2005, 19% de cocus qui veulent se rafraîchir à l’ombre de grandes oreilles décollées de l’autre … j’ai oublié son nom … Grand bien leur fasse … Vive la RBF !!! *

     

    * B pour Bananière biensûr !

    Répondre
  14. EIFF

    28/02/2007

    L’Etat français ne cesse de brader son patrimoine national et en est réduit à vendre son stock d’or pour sauver les apparences, mais la dette s’accroit à vitesse grand V et l’immigration subie ne cesse d’augmenter et de nous plonger dans le déclin et la paralysie. La fausse droite se réjouit d’avoir renvoyé 5 000 clandestins de plus ces dernières années alors que près de 500 000 ilégaux et autant de régularisés viennent chaque année alourdir les problèmes liés au chômage, à la précarite et aux coûts exhorbitants généres par les aides, les subventions…etc…Le scandale de la distribution de la CMU aux immigrés et les régularisations du squatte de Cachan sont  un parfait exemple de la politique que défende les 2 candidats de l’UMPS. Les intellectuels néo-cons ralliés à Sarkozy vont malheureusement rater le train en marche, seul une politique d’immigration zéro, d’islamisation zéro et d’arrêt total du regroupement familial pourront venir à bout des CATASTROPHES qui nous atendent……..en 2012, pour la prochaine élection, il sera trop tard pour s’apercevoir du gâchis de cette campagne de 2007 truquée par les médias dhimis.

    Répondre
  15. sas

    28/02/2007

    mr lambert…….sas est d’accord avec votre analyse…..et c’est même la principale cause du chantage permanent contre la france…..car nous sommes en faillite…..l’argentine a été mise sous tutelle du FMI avec 1200 milliards de dollars dette….pour sortir de cette dette , un plan drastitque, la ruine des empargnants populaires,de nouveaux emprunts et la braderie geantes des richesses et bijoux du pays…..privatisation a tout au profit des mêmes enclumes qui avait fait fuir les capitaux du pays le precipitant à l’agaonie…….opéré en catastrophe par le socialo droit commun de service MENEM…….et 10 ans après , sans plus aucun actif a céder , c’est une dette de 3 fois plus que les argentins ont a règler…..

    une situation ,justement analysée, et qui perdure est un plan….

    sas

    Répondre
  16. jacques

    28/02/2007

    Un article particulièrement insensé

    "Il suffirait que Standar and Poor, par exemple « dégrade » la dette française, pour que la France financière s’effondre en 24 heures."

    Il ne se produira rien de tel
    Les décottes se produisent sans d’autres effets qu’une légère augmentation du taux d’intérêt.
    Lorsque les pays prennent quelques mesures d’austérité, puis la cote remonte et les taux d’intérêts redescendent.

    " Alors, plus de banques, plus de salaires, plus de retraites."
    Quelle  ignorance économique, quel ineptie !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)