« Printemps français » et redressement national

Posté le février 06, 2013, 3:15
6 mins

A  la suite de ma chronique de la semaine dernière, j’ai reçu un abondant courrier.

Je n’ai pas fait d’étude statistique sur ces courriels et ces lettres, mais je pense que ce courrier peut se classer, en gros, en quatre catégories : 1) Plusieurs lecteurs ne croient guère aux chances d’un « printemps français ». 2) Beaucoup de ceux qui y croient ou qui en rêvent pensent nécessaire de passer par une phase insurrectionnelle. 3) Quelques-uns demandent qui pourrait prendre la tête d’un tel « printemps français ». 4) Enfin, certains demandent quel serait le but de ce « printemps français ».

Même si, à l’heure actuelle, cela relève de la politique-fiction, il n’est pas inutile de clarifier les choses. Mais je voudrais ne pas le faire seul. Si de nombreux lecteurs des « 4 Vérités » essayaient, avec moi, de répondre à ces quatre interrogations, nous progresserions beaucoup plus rapidement. N’hésitez pas, en particulier, à contribuer au débat en envoyant des articles sur notre site internet.

Sur la première interrogation, ma réponse serait simple : les seules batailles que nous sommes sûrs de perdre sont celles que nous ne livrons pas. Ne croyez pas que ce soit une pirouette. Il est fréquent que des minorités changent le cours de l’histoire. Et c’est spécialement vrai en France où il est plusieurs fois arrivé que des situations humainement inextricables aient été renversées. Qu’il nous suffise de songer à l’épopée de Jeanne d’Arc !

Pourquoi évoqué-je des « minorités », alors que les chiffres du sondage dont je parlais la semaine dernière supposent plutôt de larges majorités ? Parce que je crois que nous sommes minoritaires à avoir une vision globale et cohérente d’une France clairement à droite, fière de ses racines et de son identité, et tournée vers l’avenir. Mais le vrai changement politique, c’est que, sur la plupart des points, les Français sont de plus en plus nombreux à partager notre diagnostic. Par conséquent, la minorité consciente que nous formons est en mesure d’influencer fortement la société.

J’ajoute que nous sommes à l’ère d’internet, où la tyrannie de l’oligarchie politico-médiatique est plus difficile à maintenir.

Cela passera-t-il par une phase insurrectionnelle ? Franchement, je n’en sais rien. Cela me semble le plus vraisemblable, car la société politique me paraît extraordinairement bloquée. Mais ce n’est pas certain. Le nombre de régimes, en apparence installés pour longtemps, qui se sont effondrés d’un seul coup, est loin d’être négligeable. Rappelons-nous que le « printemps » tunisien n’a pratiquement pas fait de morts… tout comme, dans notre histoire récente, le 13 mai 1958.

Qui pourrait prendre la tête d’un tel « printemps français » ? Là non plus, je n’en sais rien. Et, à vrai dire, je ne crois pas que cela soit important.

Cela peut aussi bien être une personne appartenant à ce qui reste des élites françaises (comme un général ou même un ancien ministre) qu’un parfait inconnu. Là aussi, l’exemple des « printemps arabes » est éclairant : des blogueurs que personne ne connaissait sont devenus subitement les figures de ces révolutions. Il pourrait en aller de même chez nous : des activistes de la « réacosphère », comme disent les médias gauchistes, pourraient émerger. Ou un commerçant de Seine Saint-Denis, lassé de se faire braquer pour la énième fois, sans réaction des pouvoirs publics, pourrait lancer un vaste mouvement d’auto-défense.

La plus importante question, c’est, à mon avis : pour quoi faire ?

Si le régime qui vient derrière la Ve République est identique au régime actuel (voire pire – et c’est possible : la VIe République du camarade Montebourg ou la République islamique dont rêvent un certain nombre d’électeurs de François Hollande se­raient pires que notre situation de lent déclin !…), un « printemps français » serait aussi nuisible que les « printemps arabes » : nos libertés, loin de progresser, diminueraient.

À mon avis, le « programme » d’un « printemps français » doit être exactement le programme de l’entente à droite, puisque le peuple français est de plus en plus proche du peuple de droite, c’est-à-dire libertés économiques, identité, et défense de la famille. L’exact opposé du programme de François Hollande.

Les scénarios possibles sont presque infinis. Mais, si nous nous accordons sur ce programme, si nous le développons, si nous le rendons incontournable, peu importe qui le mettra en place ou comment nous prendrons le pouvoir. Nous aurons gagné quand un pouvoir politique, quel qu’il soit, sera à même de diriger la France avec ce programme de redressement national.

25 réponses à l'article : « Printemps français » et redressement national

  1. quinctius cincinnatus

    09/02/2013

    autres lieu autres moeurs :

    Annette SCHAVAN , Ministre de l’ Enseignement (sic ) et amie personnelle du Docteur ( en sciences de la nature et pas en physique comme on le dit souvent ) Angela Merkel vient de démissionner . Elle venait d’être déchue de son titre de Docteur pour … plagiat …

    i-ni-ma-gi-na-ble en France où les plagiaires sont placés sur un piédestal … n’est ce pas les Attali , les Orsonna etc …

    Répondre
    • Lach

      09/02/2013

      et autres Poivre d’Arvor, comme Giscard est d’Estaing et moi, duc d’Anjou

      Répondre
  2. Jaures

    09/02/2013

    Pourquoi parler d’alliance à droite ? Cela dépend sur quoi. Ainsi, on pourrait très bien trouver une entente Le Pen-Mélenchon sur le retour de la retraite à 60 ans, la défense des services publics, les nationalisations et maintes autres mesures économiques qui figuraient dans les deux programmes présidentiels. Les deux ne dénoncent-ils pas, quasiment à l’identique, « l’UMPS ultra libéral  » ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/02/2013

      en cuisine monastique de la fin du Moyen- Âge on appellait ça  » le mariage de la carpe et du lapin « … le couillon , pardon le Bouillon , étant le fade @ Jaurès

      Répondre
  3. Sancenay

    08/02/2013

    Désolé, cher Guillaume, mais je suis loin, très loin d’être enthousiaste, même si je comprends et partage votre légitime révolte.
    Posez-vous sagement la question : lesquels de vos amis mêmes et autres judicieux conseils , qui sont généralement plus que rares en politique, vous suivraient bien loin sur ce terrain là ?
    Si vous le voulez bien, je vous répondrai volontiers en détail demain.

    Répondre
  4. BRENUS

    08/02/2013

    On peut toujours rêver. Si cela ne fait pas de bien, cela ne fait pas de mal non plus. Et ça aide a passer des nuits calmes et réparatrices. Sauf si les rêves sont des cauchemards bien sur.

    Répondre
  5. Dudule

    08/02/2013

    M; Thieulloy (de) Guillaume il n’y a pas besoin d’être de gauche ou de droite pour voir qu’on est en train de se foutre de la gueule du peuple. ALORS C’EST QUAND QU’ON COMMENCE ?

    Répondre
  6. Lach

    07/02/2013

    à la question 1, je réponds que s’il n’y a qu’une seule chance de réussir, il faut la saisir
    à la question 2, je réponds oui, il faut qu’il y ait révolution. J’invite d’ailleurs à aller regarder la définition du mot révolution (qui n’est pas forcément sanglante et de gauche, ni même « républicaine »).
    à la question 3, je dis Philippe de Villiers (ce n’est qu’un nom parmi d’autres). J’invite à aller regarder son intervention au parlement européen, s’adressant à Hollande, mardi dernier.
    à la question 4, je réponds que le problème n’est pas telle ou telle autre constitution. Je réponds que c’est le régime républicain français qui est à la base complètement vicié car établi sur le sang et la tyrannie d’une partie sur une autre.
    En conclusion et paradoxalement à tous les observateurs actuels, je ne pense pas que les Français soient à droite. D’ailleurs la droite française n’est qu’une gauche douce déguisée (cf Maurice Druon). Je crois même que les Français sont collectivistes en économie et con-servateurs en politique. C’est pour ces raisons que :
    1) que la France s’enfonce et devient un pays de seconde zone
    2) qu »il est absolument impossible de réformer quoi que ce soit

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      07/02/2013

      à @ Lach , je ne dirais pas que les Français sont  » collectivistes  » en  » économie  » mais qu’ils y sont  » colbertistes  » , qu’ils ATTENDENT beaucoup trop de l’Etat et que c’est en cela qu’ils sont  » conservateurs  »
      les deux points de sa conclusion n’en demeurent pas pour autant faux …
      j’ajouterais d’une part que c’est là le poids de LEUR Histoire et du catéchisme que leurs traditions leur transmettent et que d’autre part ils n’ont plus vocation à l’héroïsme

      Répondre
    • philiberte

      08/02/2013

      je serais d’accord avec vous, pour Philippe de Villiers, mais outre le fait qu’il est malade (cancer de la cornée, je crois) ce n’est pas un orateur, et la France a besoin de beaux-parleurs…

      Répondre
  7. SYBARITE HECTOR

    07/02/2013

    Un priptemps français ! pourquoi pas.
    Cependant il me semble que le plus important, actuellement, serait d’avoir une vision plus nette de ce que nous voulons pour notre pays.
    C’est pourquoi je propose de revenir à l’essentiel, à savoir, rétablir ou établir en France , une République conforme à la Constitution d’ AOut 1789. Cette Constitution ne s’égare pas dans les détails ni les programmes de café de Commerce.
    Elle précise simplement que la République se doit de garantir les trois lois fondamentales de toute socité fondée sur la Démocratie :
    Liberté, Sécurité, Propriéré.
    A l’heure des réseaux Internet et autres , il semble logique de proposer aux citoyens une prise en charge directe de la conduite de la société par le biais de référendum pour tout ce qui concerne l’organisation de la socitété civile.
    Il ne s’agit là que d’un canevas pour servir de base à une discution plus compléte, entenant compte de bien d’autres points de vue tout aussi interressant !

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    06/02/2013

    L’exact opposé du programme de François Hollande.

    Cela reviendrait à analyser les 60 propositions du candidat Hollande et à choisir celles qui pourrait être retournées à l’envers.
    Il n’est pas sûr que toutes soient utilisables pour ce genre d’exercice.
    PS: Celle du mariage homosexuel serait déjà un ballon d’essai. Et inutile de s’encombrer d’un referendum les socialauds n’en ont pas fait usage non plus.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      08/02/2013

      l’invagination comme principe embryonnaire de la politique … il fallait y penser et surtout l’oser !

      Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    06/02/2013

    En Tunisie , le printemps ( arabe ) ne sent plus le jasmin sauf pour François Hollande qui s’y est invité en Mai

    Mardi à Strasbourg Guimauve Le Conquérant ( des sables ) a eu un entretien ( qualifié de chaleureux ) avec le Président tunisien Moncef MARZOUKI ( parti Ennahda … islamiste quoi ! ) à l’issue duquel il a déclaré que je cite :

     » la Tunisie , un pays ami , était un EXEMPLE des (sic ) printemps arabes  »

    Mercredi Chokri Belaïd président du parti laïc Patriotes Démocrates membre de l’alliance de gauche qu’on appelle là bas  » le Front Populaire  » ( ça ne s’invente pas , même en état de lévitation @ Jaurès lui même n’y aurait pas songé ! ) était assassiné … depuis des  » émeutiers  » saccagent et incendient par tout le pays les permanences d’ Ennahda … allons nous être obligés d’envoyer Manuel Valls pour rétablir le « printemps » ?

    un visionnaire hors du commun ce François Hollande le Normal , aussi stupide que Nicolas Sarkozy ( qui lui sachant qu’il ne reviendra plus- en désespoir de cause ? – fait de la thune )

    et comme on dit aujourd’hui à Tunis

    printemps arabe , hiver nikab

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      06/02/2013

      Guimauve Le Conquérant ( des sables ).
      Pourquoi pas Laurence DuMali?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        07/02/2013

        pourquoi ?
        parce que Lawrence d’Arabie était homosexuel … alors que  » Le Finaud  » est seulement polygame

        Répondre
  10. quinctius cincinnatus

    06/02/2013

    si le  » printemps  » français devait déboucher comme les  » printemps arabes  » sur une nouvelle théocratie romaine  » ( ce qui semble être l’espérance de beaucoup sur le site ,et en particulier celle de Monsieur de Thieulloy ) ne comptez même pas sur un soutien passif des  » fogs  » du marais

    et pour commencer , la référence constante à La Pucelle d’Orléans est déjà en elle même une faute suffisante …et pourquoi pas à Maurras pendant qu’on y est !

    bien cordialement

    Répondre
  11. RR

    06/02/2013

    Deux remarques:

    – « à droite » ne signifie pas grand chose

    – vous oubliez l’essentiel : « Qui n’est pas avec Moi est contre Moi ». La « tête » du printemps français est bien évidemment le Christ, à condition bien sûr de Le reconnaître ouvertement comme tel. Sinon échec garanti. Je ne suis pas certain de grand chose dans la vie, mais de ça, si !

    Répondre
    • philiberte

      07/02/2013

      faut vous réveiller, là! ça fait 2 000 ans qu’il est mort. personne ne vous empêche de prier, mais on vous parle de quelque chose de tangible!

      Répondre
      • RR

        07/02/2013

        Chère Philiberte,

        Personne ne vous a prévenue et ce n’est pas de votre faute, mais Il est ressuscité depuis 2000 ans moins 3 jours. Je suis heureux et fier d’être celui par qui vous apprenez cette nouvelle, peu commune vous l’avouerez.

        Vous parlez de tangible et c’est amusant, Il a prévu le coup à tel point que vous pouvez même le manger ! Oui ça ne s’invente pas… Il devance nos attentes bien au delà de ce que notre imagination pourtant fertile est capable de concevoir. Alors vous pensez bien qu’un printemps, il n’a même pas besoin d’une hirondelle pour en faire des tas, hiver comme été …

        En espérant que toutes ces nouvelles ne vont ont pas trop secouée, je vous adresse mes plus respectueux hommages.

        PS: ne voyez aucune ironie lorsque je dis que personne ne vous a prévenue. Il m’est arrivé de gagner un dîner au restaurant en pariant avec 5 collègues que Pâques était la fête de la résurrection du Christ. Tous avaient été au catéchisme dans leur enfance (pas si lointaine). C’est un fait, très peu de gens sont au courant.

        Répondre
        • philiberte

          08/02/2013

          avec moi vous auriez perdu! et quand je dis que le Christ est mort, je dis que le Christ est mort! s’il est ressuscité, ce n’est que pour ensuite monter aux Cieux, (le jour de l’Ascension!) c’est à dire devenir pur Esprit.
          Ce ne sont pas d’Esprits dont on a besoin pour diriger les foules, mais de personnages de sang et d’os. De gens qui n’auront pas peur de verser le sang, le leur et celui des autres.
          et surtout pas au nom du Christ, comme ça s’est déjà fait!

          Répondre
          • RR

            08/02/2013

            Non non, seul le corps ressuscite. L’esprit (l’âme) ne peut pas mourir, par définition (à moins que le gouvernement n’ « ouvre » la mort aux esprits en légiférant, il en est capable ;o). Le Christ est donc bien quelque part, en chair, sang et os. A la messe notamment, plus réellement que vous et moi (surtout moi, je suis souvent distrait…).

            D’autre part j’ai très peur de verser mon sang, mais si j’ai le courage de le faire un jour ce sera pour le Christ et pour rien d’autre ! Ma patrie et les miens c’est la même chose, puisque sans le Christ ils ne seraient pas.

            Après si on a un chef tant mieux (c’est sans doute même indispensable), mais assumant pleinement sa soumission totale et exclusive au Christ Roi. Sinon je ne lèverais pas le petit doigt, je déteste bosser pour rien.

      • quinctius cincinnatus

        07/02/2013

        ce n’est pas d’un réveil , mais d’une résurrection dont nous avons un urgent besoin !

        Répondre
    • JEAN PN

      07/02/2013

      OUI ! Entièrement d’accord !!!

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)