PS : des primaires illégales

PS : des primaires illégales

Nicolas Sarkozy a raison lorsqu’il dit, certes bien timidement, que les primaires so­cialistes sont contraires à l’esprit de la Ve République. Il devrait aller plus loin et oser dire, en sa qualité de garant des institutions, qu’il y a détournement des règles électorales et en tirer toutes les conséquences.

On a réussi à faire passer pour « d’intérêt général » des élections internes à un parti politique. Ces élections ont pris une dimension nationale, ce qui était d’ailleurs parfaitement prévisible. Car tel était le but. Le PS n’a-t-il pas surtout besoin que l’on parle de lui ?
Les chaînes publiques, oubliant leur devoir de neutralité, ne se sont pas gênées pour donner à l’événement un retentissement qu’il n’aurait jamais dû avoir.

Mais ce qui est plus étrange, c’est que les collectivités territoriales, normalement dévolues au service public, et financées par l’argent public, se soient soumises, souvent avec beaucoup de zèle, aux exigences d’un parti, pour une élection dont les mo­dalités, définies par lui seul et non par la loi, sont critiquables à de nombreux égards.

D’évidence, on n’aurait pas vu le même enthousiasme, si le Front National, Lutte Ouvrière, ou même l’UMP, avaient tenté d’organiser des primaires sur le même mode.

Pour participer à ces élections, les conditions étaient au nombre de trois : déclarer son identité, payer 1 euro, et signer un engagement de respecter les « valeurs de la gauche » (com­me si le PS en avait le monopole !).
Autant d’entorses aux principes qui régissent toute élection sous la Ve République. À savoir, le principe du secret, la gratuité, et la non-discrimination des électeurs, dès lors qu’ils remplissent des conditions requises, conditions liées au statut civique et non aux opinions politiques.

Aucun de ces principes n’a été respecté. Les nombreux Fran­çais, qui n’adhèrent pas à l’idéologie du PS, se sont donc abstenus de participer à ces élections. Alors qu’elles s’inscrivent dans un objectif clair : préparer des élections présidentielles.

Après tout, pourquoi un non-socialiste n’aurait-il pas le droit de choisir une personnalité PS qui lui semblerait « un moindre mal » ? Ce sont des démarches que l’on voit dans toutes les élections. Rappelons-nous de 2002, où certains électeurs de gauche venaient voter pour M. Chirac contre M. Le Pen avec… des masques à gaz. On ne leur a pas demandé de signer un engagement de respecter les valeurs de la droite !
Il n’échappe à personne que ces élections, autoproclamées « primaires », s’inscrivent bel et bien dans un processus électoral plus large, puisqu’il s’agit à terme d’élire le chef de l’État.

Susciter l’auto-censure des non-socialistes est la plus subtile des censures !
Nous avons donc laissé faire un véritable forcing électoral, avec l’émergence d’une nouvelle pratique électorale non prévue par les textes (et même en contradiction avec eux). Malgré les protestations d’usage, on se doute qu’il y a eu quelques complicités à droite, à moins qu’il ne s’agisse d’une coupable naïveté.

En conséquence, de nombreux acteurs sont fondés à se prévaloir d’un préjudice. En premier lieu, l’électeur, qui se voit exclu et qui ne peut, dans le cadre de cette élection d’envergure nationale, exprimer son avis. En second lieu, les partis politiques constitués, du fait que cette élection fausse le jeu électoral, dès lors qu’elle concède à un parti particulier un traitement électoral dérogatoire.

Ils sont donc parfaitement en droit de poursuivre l’État qui a accepté que la puissance publi­que apporte son concours à ces élections et qui, de ce fait, a commis une faute.

Ils sont aussi fondés à saisir le juge du contentieux électoral aux fins de lui demander de déclarer nulles et non avenues de telles élections.
Espérons qu’ils seront très nombreux !

Espérons aussi que les temps de parole sur les ondes pour les présidentielles, seront comptabilisés dès à présent, puisque tout porte à croire que la campagne électorale a déjà commencé !

Partager cette publication

Commentaires (4)

  • Stéphane Lallement Répondre

    Contrairement à ce que certains se plaisent à affirmer, il n’y a absolument rien d’illégal dans les primaires du PS. Ce qui me choque dans cette affaire, c’est précisément que les autres partis politiques n’organisent pas de primaires. Ce sont les partis qui refusent d’organiser des primaires et se comportent comme des petites dictatures qui doivent recevoir l’opprobre public.

    21/10/2011 à 15 h 06 min
  • revizor Répondre

    Le fait est que en laissant faire ces primaires on a laissé une structure de double pouvoir s’installer et imposer sa loi au pouvoir légal , au pouvoir élu par le peuple et cela n’a pu se faire qu’avec certaines complicités à "droite".

    Car je considére que cette "consultation" était illégale tant au regard de notre texte fondamezntale la Constitution de 1958 modifiée en 1962 qu’ au regard des textes législatifs et réglementaires portant organisation des opération électorales.

    Il s’agit donc d’une violation de la Constitution de 1958 et d’une atteinte à la démocratie.

    Il est évident que si le Front National, le Parti Communiste ou même l’UMP avaient eu la même audace de se livrer à cette "parodie démocratique" qui est d’ailleurs un "viol de la démocratie" on aurait vu et entendu d’éminents juristes ou d’éminents comités Théodule et notamment le Conseil Constitionnel, le CSA et la CNIL, la dénoncer et demander son interdiction.

     

    20/10/2011 à 9 h 58 min
  • Daniel Répondre

    "D’évidence, on n’aurait pas vu le même enthousiasme, si le Front National, Lutte Ouvrière, ou même l’UMP, avaient tenté d’organiser des primaires sur le même mode."

    Excellente observation pour une évidence révélatrice des "sentiments" discriminants et racistes d’une gauche douteuse aux odeurs nauséabondes…  Odeurs qu’elle croit sentir du côté du FN…

    " Pour participer à ces élections, les conditions étaient au nombre de trois : déclarer son identité, payer 1 euro, et signer un engagement de respecter les « valeurs de la gauche » (com­me si le PS en avait le monopole !).
    Autant d’entorses aux principes qui régissent toute élection sous la Ve République. À savoir, le principe du secret, la gratuité, et la non-discrimination des électeurs, dès lors qu’ils remplissent des conditions requises, conditions liées au statut civique et non aux opinions politiques."

    Ces arguments sont en effet justifiés.
    Pour l’essentiel, l’obligation de signer un engagement à respecter les valeurs de gauche pour avoir le droit de participer au vote relève d’une manipulation extrêmement grave. Existe t-il un seul "responsable" politique qui les connait, qui puisse les définir….  et qui les respecte? C’est  toute l’hypocrisie de cette caste qui se fait élire contre les riches, mais qui a beaucoup de DSK dans ses rangs et beaucoup d’autres qui rêvent d’ en être bientôt . Et par quels moyens? par des droits/ privilèges qui constituent une discrimination à vie pour leurs inférieurs, leurs juifs à eux dont le FN est l’image,   privilèges qu’ils critiquent chez leurs adversaires qui ne sont pas toujours propres mais qui ont le mérite d’afficher la couleur de leurs choix. C’est ainsi que Mitterand a précipité les écarts riches/pauvres:  notre meilleur allié depuis longtemps m’expliquait en se frottant les mains un richissime client  industriel juste aprés l’élection de 81!.   Et ça recommence.

    A part ça la réaction des socialistes de l’équipe Sarkosy  à cet évènement surmédiatisé a été pitoyable par son côté politicard.

    19/10/2011 à 22 h 03 min
  • Jaures Répondre

    Tout ceci n’est que billevesées.
    Ce sont les primaires elles-mêmes qui ont créé l’évènement. Alors que personne ne se bousculait pour retransmettre les débats, les chaînes d’infos ont connu des audiences record. TF1 qui avait boudé les primaires a fait le forcing auprès du PS pour retransmettre le débat du 2ème tour. Et pour cause: une audience de 6 millions pour une émission politique (qui ne coûte quasiment rien) était une aubaine imprévue.
    De même, avec près de 3 millions de votants, alors qu’il y a quelques semaines on en attendait à peine 1 million, les Français ont montré un réel intérêt pour une consultation dont ils ont parfaitement compris et avalisé le principe.
    Par ailleurs, la "puissance publique" n’a rien investi dans l’affaire. La mise à disposition de salles municipales aux associations (le PS est une association) est une obligation légale. Certaines mairies de droites se sont même fait du beurre en louant leurs salles jusqu’à 1000€ la journée !
    La mairie de Paris a fait payé 300€. Mais qu’importe: avec une telle participation et la contribution d’un euro l’opération ne coûtera rien au PS.
    A ce sujet, on ne saurait confondre les primaires avec une élection. Il s’agissait là d’une opération menée par un seul parti et dont le résultat n’implique légalement rien. Ainsi, M Hollande ne possède pas plus de mandat électif aujourd’hui. Il ne possède qu’une légitimité morale liée à l’éthique démocratique. Rien n’empêcherait légalement Martine Aubry de se présenter malgré tout, tout comme un membre de l’UMP pourrait se présenter contre Sarkozy. Les modalités de ces primaires (paiement, charte,…) n’engagent donc que leur organisateur, libre à chacun de les accepter ou de ne pas y participer.
    Si Fretté pense que n’importe qui est en droit de participer à la désignation du candidat d’un parti, il faut que chacun d’entre eux ouvre une consultation libre et ouverte. On ne peut reprocher au seul Parti qui permet aux non adhérents de choisir son candidat de n’être pas encore assez ouvert.

    Donc, si Fretté porte plainte et obtient du Juge que la désignation de F.Hollande doit être annulée, quelle en seront les conséquences ? Cela n’empêchera en rien le vainqueur de se présenter comme candidat, d’avoir l’investiture de son Parti et, éventuellement, d’être élu Président de la République.

    Mais laissons se défouler les procéduriers maniaques.

    19/10/2011 à 16 h 58 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: