Psychiatrisation de la société française

Posté le février 16, 2021, 9:58
3 mins

Cela fait des mois qu’on peut lire ou entendre dans la presse des psychiatres nous annonçant une 3e vague psychiatrique post-confinement et réclamant toujours plus de moyens pour traiter une population en détresse.

Ce sont ces mêmes psychiatres qui imposent la chambre d’isolement à nombre de leurs patients, ce «confinement aggravé» devenant alors soi-disant «thérapeutique».

Et voici qu’il y a quelques jours, le Président de la République annonce la tenue avant l’été d’Assises de la psychiatrie particulièrement axées sur l’enfance, dans le but notamment d’«améliorer l’accès aux soins pédopsychiatriques».

Il annonce maintenant le «chèque-psy» pour les étudiants.

Quand on connaît la tendance (en fait une sorte de compulsion) des psychiatres à prescrire des antidépresseurs, quand on voit la courbe exponentielle des ventes de ces produits et qu’on connaît leurs effets secondaires destructeurs, ce n’est pas pour la seule santé mentale de nos concitoyens que l’on s’inquiète, mais pour leur santé tout court et pour leur avenir.

Après les enfants et les étudiants, va-t-on psychiatriser les restaurateurs et les artistes (en détresse eux aussi), les soignants, les chômeurs, les professeurs, les retraités, les salariés qui supportent mal le travail à domicile, les mères de famille débordées, etc.?

L’étape suivante sera-t-elle une distribution massive et gratuite de Lexomil ou de Xanax? On y est presque!

Coût maximal pour le contribuable et la santé publique, bénéfice maximal pour les labos pharmaceutiques.

Ce qui va redonner le moral aux enfants, c’est leur donner accès à une scolarité normale, dans le strict respect des règles sanitaires.

Ce qui va éviter aux étudiants de sombrer dans la dépression, c’est qu’ils puissent poursuivre leurs études dans des conditions normales et dans le strict respect des règles sanitaires.

Ce qui va sauver les restaurateurs du désespoir, c’est de leur permettre de travailler, dans le respect strict des règles sanitaires.
Etc.

Et ce qui va aider l’ensemble de la population, c’est de refuser de se laisser submerger par ce flux ininterrompu de mauvaises nouvelles, de fausses annonces, d’informations non vérifiées et d’affirmations péremptoires et néanmoins contradictoires des «spécialistes».

Dans des situations extrêmes, face à une crise qui nous dépasse tous, des mauvaises solutions et des réponses désespérées émergent.

Ces «solutions» ont une particularité : elles créent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

Psychiatriser toujours plus la société et rendre ainsi les gens de plus en plus dépendants des psychotropes fait définitivement partie de ces très mauvaises solutions.

4 réponses à l'article : Psychiatrisation de la société française

  1. HansImSchnoggeLoch

    17/02/2021

    Le virus est comme les loubards il sort surtout la nuit, ce qui justifie le confinement après 18h.
    Soyons donc tous des loubards et refusons de nous faire contrôler au facies.
    Nous avons une alliée de poids, Claire Hédon, la Défenseure des droits, sera de notre côté.

    Claire Hédon,, une amie intime de Macron qui l’ aime un peu moins depuis qu’elle s’est exprimée sur ce sujet brûlant.

    Répondre
    • vozuti

      17/02/2021

      le virus a pris peur il y a 3 semaines lorsqu’il a été menacé d’un 3eme confinement. il a décidé depuis de faire profil bas pour ne pas énerver véran.
      pour l’instant véran contrôle l’épidémie grâce à ses crises de nerfs qui effrayent le virus , mais il y a une incertitude avec le virus anglais car on n’est pas certain qu’il comprend parfaitement les injonctions désordonnées de ce ministre qui s’identifie à zoro, avec son masque en papier.

      Répondre
  2. vozuti

    16/02/2021

    le confinement est censé être la seule protection possible contre les virus… puisqu’à force de rester enfermés, on a un système immunitaire trop affaibli pour affronter la vie extérieure.
    mais comme l’enfermement amène la dépression, la seule solution est de se soigner… en s’enfermant en hôpital psychiatrique.
    et si la solution était plutôt de ne placer en hôpital psychiatrique que véran, delfraissy et tous leurs collègues charlatans adeptes de cette folle thérapie de l’enfermement ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)