Que veut Macron ?

Posté le avril 21, 2020, 9:44
6 mins

J’ai déjà dit plusieurs fois ce que je pensais d’Emmanuel Macron.

Je l’ai dit, même, avant qu’il soit élu.

Ceux qui se faisaient des illusions m’ont dit que j’étais excessif.

J’ai répondu en citant le psychiatre italien qui l’avait décrit comme un psychopathe.

Il y a eu ensuite les moments de mégalomanie que j’ai déjà bien trop décrits. Il y a eu les marques de mépris et les mutilations infligées, j’ai déjà bien trop décrit tout cela aussi.

Mais, depuis l’arrivée de la pandémie, quand bien même j’ai traité du caractère inepte de la gestion des choses par celui qui est Président de la république française, une question est restée dans ma tête : que veut Macron ?

Il savait dès janvier qu’il faudrait des masques et des tests et, non seulement il n’a pas commandé et stocké le nécessaire, mais il a envoyé en Chine le stock de masques qui restait en France.

Il savait dès février que les hôpitaux étaient en pénurie, et il a envoyé ailleurs, en Iran cette fois, du matériel médical dont les soignants français auraient eu besoin.

Voulait-il que les Français meurent par milliers, et que le personnel soignant ait les plus grandes difficultés pour soigner ? Et, en ce cas, pourquoi ?

J’ai du mal à imaginer que ce soit involontaire. Dès lors, je maintiens ma question : que veut Macron ?

Il savait à la mi-février que le coronavirus était contagieux et passait les frontières avec ceux qui en étaient porteurs, et il a néanmoins laissé les frontières ouvertes. Là, cela ne pouvait pas être involontaire. Dès lors, ma question demeure : que veut Macron ? Préserver l’idée européenne, dit-on. J’ai du mal à me satisfaire de la réponse.

Il a ensuite placé toute la population en confinement, sachant que des malades seraient enfermés dans le même appartement que des non-malades, ce qui ne pouvait qu’exacerber encore la contagion – et c’est ce qui s’est passé.

Il a décidé de maintenir le confinement jusqu’au 11 mai et d’envoyer, après cette date, les enfants à l’école où il est évident que des enfants non contaminés seront en contact avec des enfants contaminés et ramèneront la contamination chez eux.

Certains me disent qu’il veut ainsi mettre en place une « immunité de masse », et qu’il a procédé en deux étapes : contagion par le confinement, puis parachèvement par l’utilisation des enfants.

C’est envisageable. Mais fallait-il mentir à la population en lui disant que le confinement allait la préserver, et fallait-il créer des conditions de confinement dignes d’une incarcération ?

Y avait-il une intention supplémentaire de briser le moral de la population et de la soumettre ?

Je dois dire que je le pense, et je maintiens ma question : que veut Macron ? Chercher à créer une hypothétique « immunité de masse » n’impliquait pas le mensonge, l’enfermement, et ce qui l’a accompagné, non.

Il n’y avait pas non plus nécessité d’interdire aux médecins de prescrire le seul traitement qui marche.

Y avait-il une intention d’éliminer un nombre certain d’octogénaires ? Avoir autorisé largement le Rivotril, tout en interdisant le recours à l’hydrochloroquine et à l’azithromycine, pourrait le laisser penser.

Si les personnes traitées à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine ne sont pas toutes guéries, le traitement rend les personnes atteintes non contagieuses : y a-t-il eu la volonté de maintenir la contagiosité pour arriver plus vite à l’hypothétique « immunité de masse », quitte à ce qu’il y ait plus de morts ? Ce n’est pas exclu.

J’aimerais ne pas avoir à me poser ce genre de questions, mais l’opacité fait que je ne peux que me les poser, et ma question persiste donc : que veut Macron ?

Si la volonté était de créer une hypothétique « immunité de masse », n’y avait-il pas moyen de le faire, en outre, sans détériorer gravement l’économie du pays ?

Y a-t-il eu une volonté de détériorer l’économie du pays pour rendre une population brisée et soumise bien davantage brisée et soumise encore, et donc pour la soumettre encore davantage et la rendre dépendante et bien plus pauvre ?

Ma question persiste encore et toujours : que veut Macron ? Obtenir une population brisée, soumise, dépendante, condamnée a une vie précaire, régie par la peur, était-il au cœur du projet et y a-t-il eu une utilisation cynique de la pandémie ? L’incompétence me paraît une explication insuffisante.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

12 réponses à l'article : Que veut Macron ?

  1. Nox

    04/05/2020

    Pour un certain nombre de décisions, il applique son programme de campagne, ou le GOPE de la Commission européenne.
    Mais là pour le coronavirus il est simplement submergé, le nez sur le guidon, avec toujours un coup de retard, et cherche juste à survivre. Pas de recul, pas de hauteur de vue, pas de connexion avec les attentes populaires. Mais pour l’affaire Benalla c’était pareil. Dans les situations de crise il enchaîne les décisions catastrophiques les unes après les autres.
    Cela dit, s’il est doué pour conquérir le pouvoir et qu’il n’est pas doué pour gérer les crises, ce ne devrait pas être un problème. Il ne manque pas dans l’appareil d’Etat de gens remarquablement formés et expérimentés dans ce domaine. Pourquoi ne pas leur confier le problème ? Pourquoi ne pas les consulter ? J’ai peur que son complexe de supériorité jupitérien lui interdise de faire appel à ce savoir-faire basique en management : aller chercher les gens compétents dans les domaines où on n’est pas soi-même qualifié…

    Répondre
  2. vozuti

    26/04/2020

    des médecins américains ont publié une étude tronquée,largement reprise par les médias, pour démontrer que la chloroquine tue les patients au lieu de les guérir.le but étant de discréditer le pr raoult et aussi trump,qui avait parlé d’espoir au sujet de ce traitement.
    en réalité lorsqu’on lit leur étude en détail, on s’aperçoit qu’ils ont donné la chloroquine seulement aux cas les plus graves,et que le groupe témoin n’ayant pas reçu la chloroquine était en grande partie composé de cas moins grave.
    en d’autres termes,leur étude prouve seulement que les cas graves meurent plus souvent que les cas moins graves!
    dans cette crise, les autorités médicales ont battu tous les records de désinformation et de manipulation.

    Répondre
    • Nox

      04/05/2020

      Manipulation, bien sûr.
      Le professeur Raoult a toujours précisé que la chloroquine n’est efficace que si elle est donnée en début de maladie, et il l’administre donc dès les premiers symptômes à tous ses patients. Si on attend que le patient soit diagnostiqué « cas grave », c’est trop tard…

      Répondre
  3. vozuti

    26/04/2020

    l’oms et les autorités médicales nationales ont volontairement multiplié le taux de mortalité de ce virus par 10 ou 20, pour obliger les gouvernants à prendre des mesures inappropriées et disproportionnées qui auront des effets bien pire que le virus lui-même.c’est à peu près comme si votre médecin vous conseille l’amputation pour soigner un cors au pied,en vous faisant croire que ça va finir par la gangrène .le gouvernement suédois n’a pas cédé au chantage,et aux dernières nouvelles la suède n’est toujours pas dépeuplée…
    en france ,au contraire, on a été particulièrement obéissants,les randonneurs sont pourchassés par hélicoptère,ceux qui vont chercher des champignons sont dénoncés par leurs voisins et verbalisés,les prêtres qui font des messes sans public sont eux aussi victimes de délation,et chassé de leur église par des policiers armés…il faut dire que les médias français sont probablement les plus nocifs de la planète,lorsqu’ils reçoivent l’ordre de créer une psychose,il y mettent tout leur zèle.

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    26/04/2020

    Que veut Macron ?

    …… le sait-il lui-même ?

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    26/04/2020

     » que veut Macron ?  »

    tout simplement  » s’ en sortir « 

    Répondre
  6. vozuti

    22/04/2020

    c’est vrai qu’en france actuellement la confusion est totale.
    plus personne ne sait si le but des autorités est d’atteindre l’immunité de masse ou au contraire de confiner les français à vie pour qu’ils ne croisent plus jamais de virus,si le but des hôpitaux est de soigner les malades ou de les euthanasier,si le but des forces de l’ordre est de protéger les français ou au contraire de les casser pour leur apprendre les vertus de l’obéissance aveugle…les journalistes se sont tous spécialisés dans la rubrique nécrologique et des médecins parisiens arrogants se succèdent sur les plateaux de tv pour déverser leurs propos confus…c’est le temps de la grande confusion.

    Répondre
  7. vozuti

    22/04/2020

    macron est perdu et il délègue ses décisions à de doctes autorités expertes en confusion et incohérence.
    à sa décharge il faut dire que réussir en situation de crise ou de guerre ne demande pas du tout les mêmes qualités que pour réussir lorsque la route est déjà tracée.
    on pourrait plutôt poser la question « que veulent les autorités médicales et médiatiques ? »
    très certainement provoquer un désastre pour se débarrasser de macron,et subsidiairement pour fourguer leur vaccin.
    et effectivement,seuls les gens mal intentionnés se trompent à tous les coups.les gens stupides se trompent seulement une fois sur 2.

    Répondre
    • Nox

      04/05/2020

      Pour les autorités médicales, je ne crois pas qu’elles veulent quoi que ce soit. Elles sont prisonnières de règles mortifères empilées en temps de paix et qu’il faudrait avoir le courage d’envoyer balader en temps de crise. Par exemple l’interdiction de la chloroquine est justifiée par l’absence d’études médicales sérieuses, qui ne pourront pas être publiées avant plusieurs mois. Il a fallu deux mois pour autoriser la laboratoires vétérinaires à faire les tests, alors qu’ils en avaient la compétence technique. Dès janvier des industriels ont proposé leurs services pour fabriquer des respirateurs en quantité, là encore il a fallu deux mois avant que le gouvernement donne son autorisation… Mais déroger aux sacro-saintes règles, normes et habilitations est devenu quasiment impossible dans notre pays ossifié par le principe de précaution (Merci Chirac…).
      Je crois tout simplement que la France est devenu un vieux pays, dans lequel la réactivité, l’innovation, sont interdites ou soigneusement encadrées. Emmanuel Macron n’avait pas pris conscience de cette lourdeur quand il parlait de « start-up nation »…

      Répondre
  8. ELEVENTH

    21/04/2020

    A la question : que veut REELLEMENT Macron, réponse : le sait-il lui-même. Nous sommes de plus en plus en droit d’en douter.

    Répondre
  9. Nathaniel

    21/04/2020

    C’est bien le début, mais la suite c’est un livre à acheter???
    J’ai mes réponses, j’aurais aimé connaitre la votre
    Cordialement
    NC

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23/04/2020

      Guy Millière ne donne jamais les réponses il les vend parfois et encore faut il croire que ce sont des  » réponses  » !

      ceci mis à part c’ est un homme de convictions bien plus que de Réflexion

      c’ est son fond de commerce politique comme il est celui des  » 4 Vérités  » et persévérer dans des  » vérités  » fussent elles régulièrement démenties par les faits et leurs conséquences ne les dérangent guère

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)