Quelques remarques autour de l’entente à droite

Quelques remarques autour de l’entente à droite

Par un de ces petits clins d’œil dont le destin a le secret, j’ai reçu, ces derniers jours, des communications de lecteurs des « 4 Vérités » en sens parfaitement contradictoires.

D’abord, en réaction à l’article de Philippe Zeltner-Héring sur De Gaulle paru dans notre n° 752, j’ai reçu plusieurs messages, soit pour le féliciter de s’en prendre à l’image du fondateur de la Ve République, soit pour défendre cette image. La page 6 de ce numéro donne un bon aperçu de ce débat.

Et, dans le même temps, un lecteur me disait que, compte tenu de tel et tel articles parus au cours des six derniers mois, il souhaitait se désabonner. Comme je lui faisais remarquer qu’il serait plus opportun et plus efficace, pour ses propres idées, de répondre aux opinions qu’il contestait, il me répondit qu’il n’avait que faire de discuter avec des Français de droite qui ne seraient pas d’accord avec lui sur les thèmes en question (en l’occurrence, il s’agissait d’Israël et des États-Unis).

Cela me donne l’occasion de rappeler – notamment pour les abonnés les plus récents – notre ligne éditoriale, axée sur le débat entre les différentes tendances de la droite française et sur la promotion de l’entente à droite.

Il est bien évident qu’aucun lecteur des « 4 Vérités » ne peut être d’accord avec l’intégralité des articles qui y sont publiés. On ne peut pas être à la fois gaulliste et anti-gaulliste, pro-américain et anti-américain, protectionniste et partisan du libre-échange intégral…

En revanche, on peut écouter les arguments des autres fractions de la droite française. Il serait, pour ne prendre qu’un exemple, assez extravagant qu’un défenseur de l’abolition des frontières économiques n’ait rien à apprendre de la lecture de Maurice Allais.

Et, surtout, nos divergences ne sont rien à côté de ce qui nous rassemble : le désir de voir notre patrie se débarrasser des chaînes dont le microcosme politico-médiatique et sa doctrine pré-totalitaire du « politiquement correct » l’ont accablée, pour amorcer sa renaissance.
Or, nous n’avons aucune chance de sortir la France de l’ornière socialiste et immigrationniste, où elle s’enlise depuis une quarantaine d’années, si nous n’acceptons pas de nous entendre politiquement.

Une entente politique, ce n’est pas une entente en tous domaines. Un électeur de l’UMP n’a pas nécessairement vocation à passer ses vacances avec un électeur du FN ou avec un électeur qui refuse son bulletin de vote à tout parti, quel qu’il soit. En revanche, s’il est capable d’admettre qu’il est beaucoup plus proche – au moins par le but politique qu’il se fixe, à savoir la renaissance de la France – de l’électeur du FN ou de l’abstentionniste que d’un électeur socialiste, nous aurons franchi un pas de géant.
Bref, le débat, oui ! L’exclusive, non !

Naturellement, il ne m’appartient pas de juger des motivations des lecteurs des « 4 Vérités ». Et je peux comprendre qu’une personne se sente personnellement agressée si un article ou un courrier de lecteur met en cause l’attitude des États-Unis en Afghanistan. Mais je suis bien forcé aussi de constater que la droite française n’est pas unanime sur l’attitude à adopter à l’égard de l’intervention américaine en Afghanistan. Par conséquent, si nous faisons de ce thème le principal clivage politique, nous nous interdisons d’unir la droite française pour affronter ensemble les prochaines années (qui, chacun le sent bien, seront à la fois décisives et très douloureuses pour la France et les Français).
Pour nous, le principal clivage est celui qui sépare les socialistes des anti-socialistes.

Si d’autres journaux de droite veulent se développer en se fondant sur d’autres clivages, grand bien leur fasse ! Nous n’avons pas vocation à remplacer la défunte « Pravda » !

Tout cela pour dire que le débat sur l’analyse de la politique gaulliste m’a beaucoup intéressé – y compris les articles des personnes avec lesquelles je n’étais pas en accord –, mais que je trouve un peu regrettable de refuser le débat purement et simplement.

En tout cas, il est clair que notre ligne éditoriale ne peut pas changer : pour l’entente à droite et, par conséquent, pour le débat entre les droites.
Il n’est pas question que nous ouvrions nos colonnes à des chroniqueurs socialistes et il n’est pas question que les « 4 Vérités » deviennent le porte-parole d’une seule tendance de la droite française. Il existe pour cela les organes des différents partis et des différents mouvements.
Et je compte bien sur ces débats à droite pour dégager les 3 ou 4 points fondamentaux du programme d’une renaissance française !

Partager cette publication

(9) Commentaires

  • HOMERE Répondre

    Bien sûr ! la démocratie est une utopie…d’évidence ! je dirai même que c’est la plus grande illusion dont se repaissent les politiques et dirigeants pour manipuler l’opinion et se donner bonne conscience à peu de frais.

    Croyez vous que le peuple a une réelle expression dans notre pays ?

    Croyez vous que le peuple est consulté pour les grandes questions qui mettent en jeu son existence?

    Croyez vous que le peuple est objectivement informé des choses qu’il subit et des choix arbitraires se rapportant à son avenir ou sa situation de citoyen ?

    Alors si vous croyez celà vous êtes un vrai démocrate…..moi pas en effet !

    16/08/2010 à 11 h 59 min
  • Jacques Répondre

    Non, Homère, l’entente des gens rejetant le totalitarisme est tout sauf de l’utopie,
    ou alors disons clairement: la démocratie est de l’utopie.

    Si c’est ce que vous pensez, "Homère", vous êtes dans le mauvais camp.

    De toute façon, la plus grande guerre jamais vue arrive,
    et ensuite restera soit l’union des anti-totalitaires, soit l’obscurantisme pour quelques siècles ou plus,
    si bien sûr il reste quelque chose !

    15/08/2010 à 23 h 04 min
  • HOMERE Répondre

    Cher Jacques…j’ai trouvé un nom à votre "mouvement":

    UTOPIE !

    Ou,plutôt, "mouvement perpétuel" celui que l’on cherche vainement.On peut lui adjoindre "quadrature du cercle",

    Ou encore " les cinquante glorieuses" allusion aux cinquante % de gens de droite…

    A moins que  " paraître et ne pas être" là serait la question !

    Mais le mieux serait : UMP ! sauf votre respect !

     

    14/08/2010 à 12 h 27 min
  • Jacques Répondre

    Monsieur Guillaume de Thieulloy,

     il conviendrait, à mon sens, de remettre en cause la notion même de "droite" et de gauche"
    Ces termes sont en effet parfaitement inadéquats pour définir quelqu’un sur l’échiquier politique.

    On peut coller d’autres étiquettes pour définir quelqu’un qui serait dans cette mouvance dite "de droite"

    Pour moi, le bon terme recouvrerait l’ensemble des gens qui rejettent le socialisme dans ses dogmes et ses conséquences ( ainsi que ses dérives: le national-socialisme et le communisme ) et qui rejettent ce qui semble constituer, par l’islam, un troisième totalitarisme, sans doute le pire des trois.
    Le point commun des gens de cet ensemble, c’est donc d’abord le rejet des totalitarismes.

    On peut ensuite se retrouver ou se partager autour de notions communes ou diverses (liberté individuelle, par exemple) et ainsi, respecter les différences de chaque anti-totalitaire, de chaque vrai démocrate.

    Là seulement se trouve le Salut… 

    Je n’ai pas d’ennemi dans ce camp des vrais démocrates.

    Reste à lui trouver un nom !

    Jacques

    13/08/2010 à 20 h 01 min
  • Leto Répondre

    Si dans les « droites » françaises il y a l’UMP, je propose un sauf-qui-peut! Il apparaît que les « vraies » droites sont un éparpillement de « n » moins de 5% qui se bouffent la rate entre elles. Bien du plaisir pour tendre vers une majorité stable. Laissons nous rêver et supposons que la moitié des émetteurs de télévision soient entre les mains de maurassiens. En 6 mois nous aurions 80% d’électeurs se prononçant à droite-droite. Qui n’a pas les médias à sa disposition est condamné à rester dans l’oubli. Les cornacs des rigolos au pouvoir ont tout compris depuis longtemps.

    12/08/2010 à 19 h 17 min
  • IOSA Répondre

    De toutes façons, l’entente de Droite se fera encore à coups de bakchich distribué à Droite comme à Gauche…

    Comme d’hab pour le partage du butin constitué par le fric du contribuable…!

    IOSA

    ps: Il n’existe aucun candidat digne de ce nom dans la droite/gauche confondue…reste la famille Le Pen pour enclencher la reéducation des hauts fonctionnaires et des petits que je n’oublie pas.

    Les uns dans le bâtiment et les autres comme jardiniers….du coup plus besoin de main d’oeuvre étrangère.

     

     

     

    12/08/2010 à 13 h 29 min
  • ozone Répondre

    "Entre socialistes et antisocialistes"

    Trop facile,sur l’éssentiel qui porte tort au pays les dirigents des deux "factions" sont d’accord,la caricature étant Pascal Lamy,directeur de l’OMC et grand libreéchangiste devant l’Eternel.

    Communistes et socialistes firent un accord,les communistes disparurent,Eider et les libéraux autrichiens aussi,et pouf,plus rien dans le chapeau,et c’est ce qui se passera si UMP et FN font de méme.

    Ironnie de l’affaire,c’est Mittérrand qui nous apprend la leçon,les communistes étaient la force dominante a gauche,il suivit son bonhomme de chemin et ça se termina comme dit plus haut,en attendant,les circonstances historiques changeaient,de méme,les circonstances changent en permanence,il faut suivre ses convictions et ne pas tenter de forcer le destin par des accords équivoques;

    11/08/2010 à 16 h 16 min
  • sas Répondre

    A guillaume de thieulloy…….le propre du con c’est d être con…..aussi et souvent en france vous trouvez des individus qui sont pour ce qui est conttre et contre ce qui est pour…..

    …..combien de franc maçons qui vont a l église et se disent croyant ? ? ? ?

    C EST A DESEPERER DE L INTELLIGENCE HUMAINE EN GENERAL ET DES QUALITE DU FRANCAIS EN PARTICULIER….. 14 ANS DE GÖCHE AU POUVOIR DANS UN PAYS VICERALEMENT A DROITE …en est la démonstration , confondre position anti nationaliste pour une posture républicaine en est une autre ……s entêter a promovoir des tarés idiots et inutiles,, des apatrides, des baiseurs de gosses, des traitres, des voleurs et autres sectaires pour le bien commun de tous……en est la triste conclusion.

    préféré des francais supposés :

    -noha

    -zidane

    -minimatiss

    cqfd…..on se choisit² les idoles qu on merite et qui nous ressemble parait il…

    sas

    11/08/2010 à 16 h 11 min
  • Anonyme Répondre

    Vous avez raison, néanmoins en utilisant l’exemple "de Gaulle" en ouverture de votre article, vous allez semer encore davantage de confusion. En effet, feu notre Général est à la fois l’un des hommes politiques reconnus comme parmi les plus grands des plus grands (aux côtés de Churchill et quelques rarissimes autres), mais aussi, paradoxalement, celui dont le bilan politique est le plus débattu, le plus contesté, dans toute la latitude de l’échiquier politique, de Besancenot à Mégret.

    Mais par chance, le reste de votre article est extrêmement clair, et il est bon, parfois, de remettre quelques principes élémentaires en évidence.

    11/08/2010 à 0 h 43 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *