Questions pour un Président

Posté le août 04, 2012, 12:00
3 mins

Quelles sont les limites de la liberté d’expression ? Qui la réglemente ? Les lois, nous dira-t-on ! Hélas ! Elles s’avèrent confuses et se prêtent à toutes les interprétations, ouvrant ainsi la voie à l’arbitraire.

Par exemple, certains mots usuels de notre langue sont désormais interdits. L’Académie française peut-elle en dresser la liste ? Par quelles périphrases doit-on les remplacer ?

Le président vient d’établir une distinction entre l’opinion et l’abjection. Comment délimiter cette dernière ? Autrefois, elle englobait les critiques à l’égard de la religion et du monarque. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quels sont les cultes ou les pouvoirs explicitement protégés ?

Il faut proscrire les discours haineux mais on peut impunément traiter de salauds les patrons, les bourgeois, les sous-chiens et les coloniaux ! Comment s’y retrouver ?

Dans un souci de transparence, ne serait-il donc pas plus simple d’instaurer un haut commissariat à la liberté d’expression ? Les auteurs et les journalistes viendraient lui soumettre leurs manuscrits pour obtenir son imprimatur. Ce système serait moins pervers que celui qui consiste à laisser les intellectuels publier pour mieux les éreinter ensuite sous le poids des procédures judiciaires et de peines infamantes.

Question subsidiaire : existe-t-il une liste noire de toutes les personnes qu’il convient d’ostraciser ? Est-elle diffusée à des correspondants dans toutes les maisons d’édition et les organes de presse ? Qui la tient à jour ? Ne s’agirait-il pas d’une puissante association antiraciste se comportant comme un satellite de l’état ? Sommes-nous à la veille d’une nouvelle affaire des fiches ?

Ce sont quelques-unes des questions qu’il va falloir poser au président Hollande dès la rentrée. Rejoignez sans tarder le « Comité des intellectuels pour la libre expression » sur Facebook.

3 réponses à l'article : Questions pour un Président

  1. Guillermo

    07/08/2012

    @Oeildevraicon,

    Oui effectivement toutes ces contorsions et compromissions pour ne pas appeler un chat un chat.  Tout ça parce qu’ils ont la hantise de l’étincelle qui risquerait de mettre le feu au poudre.

    Donc on s’empresse de condamner lourdement le raciste blanc,  et d’absoudre tous les méfaits quand ils viennent du "du clan d’en face".   On a entendu Walls le raciste s’empresser de monter au créneau pour des simples têtes de cochon déposées devant le chantier d’une mosquée.  Par contre il fait silence-radio pour un Français de 98 ans laissé entre la vie et la mort après l’agression d’un nicktam notoirement "connu des services de police".

    En se comportant de cette façon ils ne font qu’augmenter la quantité de poudre qui finit par s’entasser dangereusement.   A force de lâcheté on s’achemine vers d’inévitables ennuis gravissimes.

    ils dépassent d’ailleurs le stade de la lâcheté.  Maintenant ils en sont à la lâcheté ASSORTIE DE PROVOCATIONS, comme Taubira qui s’empresse de supprimer les peines sur les multi-récidivistes ainsi que les emprisonnements pour mineurs.  La même Taubira s’empresse de se préoccuper du sort des condamnés sans un mot pour les victimes.  Il est vrai que dans sa tête (qui sait si elle n’a pas raison ?), les victimes sont surtout des blancs et les malfaisants plus souvent des gens de son ethnie.

    Au fait dans la liste des mots à mettre à jour dans le fameux dictionnaire socialo-collabo,  j’ai oublié "Français de souche aimant son pays, attaché à sa culture et ses traditions" qui serait admirablement synthétisé par le mot "raciste".

    Répondre
  2. Oeildevraicon

    06/08/2012

       OUI… Guillermo toutes ces contorsions, tous ces pas un coup à gauche un coup à droite, toutes ces reculades un pas en avant deux en arrière, tous ces "merdias" et politiques maniant la langue de bois lorsqu’il s’agit de la religion d’ "amour", tout
    cela disais-je, pour nous enfumer et ne pas appeler un CHAT un CHAT.

    Répondre
  3. Guillermo

    06/08/2012

    Faudrait un dictionnaire socialo, avec bien sûr une académie française 100 % socialo. Une liste avait déjà été mise en avant sur un forum. J’avais retenu : – clandestin se dit candidat à l’immigration – rodeur se dit gens du voyage – émeute se dit incident – bandes se dit identités de quartier – bandes de Noirs et d’Arabes se dit jeunes qui se regroupent suivant des conditions ethniques – enfants d’immigrés se dit enfant de famille d’éducation soignée – voyou notoire se dit individu connu de la police – mosquée se dit centre culturel et religieux – ….

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)