Qu’on nous laisse en paix pour créer et développer nos entreprises !

Posté le août 29, 2014, 5:49
2 mins
bureaucratie-paperasse-1
Les médias prétendent que les entrepreneurs seraient enchantés du gouvernement Valls II. La réalité est très différente: ce qui est vrai, c’est que le parterre choisi des universités du Medef a fait un accueil triomphal au Premier ministre. Mais les patrons de PME n’ont aucune raison  d’applaudir des mesures faites pour les entreprises du CAC 40 et qui, non seulement n’arrangent en rien leur vie quotidienne, mais contribuent, au contraire, à ajouter de nouvelles strates de réglementation administrative.

De façon générale, les prétendus “cadeaux aux entreprises” ne sont jamais utilisables que par les grands groupes internationaux, pas par les PME françaises. Nous ne voulons pas de ces cadeaux empoisonnés. Nous ne voulons qu’une chose : qu’on nous laisse en paix pour créer et développer nos entreprises.

Ce qui tue l’emploi en France, c’est un code du travail totalement délirant et un changement permanent de la législation. Et aucun “pacte de responsabilité”, aucun “CICE”, soi-disant merveilleux “cadeaux” aux entreprises, n’y fera rien. Les 140 milliards d’euros d’aides diverses aux entreprises, dont se gargarisent tous les gouvernements successifs, et dont aucune PME ne profite jamais, seraient bien plus utiles endégrèvement de charges sociales ou en baisse de la pression fiscale – pour restaurer notre compétitivité, nos marges et, finalement, notre capacité à embaucher.

De la même façon que la CGT ne représente nullement les salariés du privé, le Medef ne représente en aucune façon les PME françaises : nous ne sommes pas jaloux de l’augmentation de 29% du salaire de M. Gattaz et nous nous réjouissons bien volontiers pour lui du succès de ses affaires, mais, dans le même temps, combien d’entre nous étaient, au contraire, obligés de diminuer leur rémunération pour sauver leur entreprise ?
Non, M. Valls, les patrons français ne vous applaudissent pas et ils ne se sentent absolument pas représentés par les risettes de M. Gattaz !

La pétition : à signez sur Défense-PME 

5 réponses à l'article : Qu’on nous laisse en paix pour créer et développer nos entreprises !

  1. HansImSchnoggeLoch

    30 août 2014

    EuroAirport : la France lance un ultimatum à la Suisse

    voir ici:
    http://www.contrepoints.org/2014/08/30/178999-euroairport-la-france-lance-un-ultimatum-a-la-suisse

    Cet article décrit une expérimentation unique qui permet de comparer en grandeur nature l’impact de la fiscalité sur les entreprises en l’occurence françaises et suisses.

    Article à lire impérativement.

    un extrait:
    “En 2009, 62% des salariés sont Français et 16% Suisses, 64% résident en France et 25% en Suisse. 52 entreprises sont installées dans le secteur français, 74 dans le secteur suisse. Les premières emploient 20% des effectifs totaux de l’aéroport, les secondes 80%.

    Autrement dit, le secteur suisse est plus dynamique et attractif que le secteur français. Pourtant nous y avons strictement les mêmes infrastructures, le même bassin d’emplois et les mêmes opportunités d’affaires. Seuls diffèrent le droit fiscal et le droit du travail. Nos énarques voient-ils ce cas d’école lors de leurs études ?”

    Répondre
  2. ernewein

    30 août 2014

    Le gouvernement doit simplement, par l’intermédiaire de la justice, s’occuper de faire respecter les contrats librement passés entre des personnes. Il faut donc supprimer simplement la plus grande partie du code du travail et ainsi on verra se développer l’activité, ce qui assurera à chacun des revenus corrects, sans aucun besoin de privilèges.

    Répondre
  3. Roger Saint Pierre

    30 août 2014

    Très bonnes remarques. Je suis retraité, donc je ne suis plus partie prenante. Mais il est vrai qu’il ne suffira plus de modifier les codes existants, effectué par des technocrates qui, comme d’habitudes, auront à cœur de parsemer les nouveaux codes d’exceptions et de cas particuliers destinés à protéger telle ou telle catégorie. Il faudra tout remettre à plat. Quel gouvernement, quelle assemblée aura le courage de le faire ?

    Répondre
  4. DeSoyer

    29 août 2014

    Quand on saura qui est Valls, je doute que même les grands patrons continuent à le soutenir.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)