Racisme? Vous voulez vraiment qu’on en parle?

Posté le septembre 10, 2019, 8:50
5 mins

Voici des années que, dans ces colonnes, nous nous opposons aux lois liberticides issues de la funeste loi Pleven de 1972 – et, depuis, maintes fois aggravée, y compris abondamment sous l’actuel gouvernement.

Je conteste résolument que toute «discrimination» soit nécessairement de la «haine».

Je conteste résolument que le fait d’observer des différences entre les hommes soit nécessairement du racisme – au sens de l’idéologie (profondément de gauche, je vais y revenir) d’une hiérarchisation des races.

Et je conteste résolument que le parlement soit en mesure de fixer les canons du débat public, en disant le vrai et le faux, ou en prétendant lutter, comme la récente loi Avia, contre une «cyber­haine» jamais définie.

Il est insupportable que la droi­te traditionnelle qui, par ses racines chrétiennes en particulier, a toujours défendu la thèse d’une unité de l’humanité soit en permanence soupçonnée, par les idéologues de l’anti-racisme, de mépriser «l’autre».

C’est d’autant plus paradoxal que l’accusateur est souvent issu de la gauche qui promut naguère, sous couvert d’évolutionnisme plus ou moins scientiste et progressiste, le racisme proprement dit – c’est-à-dire la hiérarchisation des races et l’abolition de toute différence de nature entre l’homme et les primates (le Noir se trouvant chez Voltaire, Darwin et quelques autres mentors du merveilleux monde moderne, à mi-chemin entre le chimpanzé et le Blanc).

Mon opposition radicale, tout à la fois au racisme et à l’idéologie anti-raciste, est l’une des raisons de mon soutien à l’action de l’AGRIF (Alliance Générale contre le Racisme et pour le respect de l’Identité Française et chrétienne) – parmi d’autres raisons comme la nécessité de lutter dans les prétoires contre le racisme anti-français et les actes anti-chrétiens qui font l’objet, de la part de caste politico-médiatique d’une étrange indulgence.

C’est assez dire que j’ai savouré cette ahurissante déclaration de Liliam Thuram, footballeur reconverti dans l’anti-racisme: «Il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche. Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être. C’est quelque chose qui dure malheureusement depuis des siècles.»

D’abord, j’ignore ce qu’est la «culture blanche». Je connais une culture européenne, une culture française, ou une culture arabe (car, que je sache, les Arabes sont blancs!); pas de culture blanche.

Même la très gauchiste Licra a toussé en se plaignant, au nom de «l’universalisme républicain», de «l’essentialisation» (quel jargon délectable!) d’un groupe humain.

Quand Thuram dit que les Blancs pensent être supérieurs, il entretient, volontairement ou non, une confusion néfaste.

Il parle vraisemblablement du racisme moderne. Or celui-ci ne dure pas depuis des siècles, mais simplement depuis l’évacuation brutale du christianisme hors de l’espace public par les «Grands ancêtres» de la gauche.

Peut-être aussi parle-t-il de l’esclavage. Mais, alors, il «amalgam» indûment les «Blancs» chrétiens qui, lentement mais sûrement, s’opposèrent à l’esclavage, et les «Blancs» musulmans dont certains le légitiment encore au nom d’une lecture littérale du Coran.

Est-il besoin d’ajouter que cette insistance sur le racisme blanc permet opportunément d’oublier le racisme anti-blanc?

La mort de Robert Mugabe, le dictateur du Zimbabwe, responsable de la ruine de son pays, notamment par sa chasse sanglante aux fermiers blancs, aurait pourtant été une bonne occasion d’y réfléchir!

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

2 réponses à l'article : Racisme? Vous voulez vraiment qu’on en parle?

  1. KAVULOMKAVULOS

    14 septembre 2019

    Lu sur un hebdomadaire récent la situation qui s’est produite dans une université du Comté de Washington : Evergreen, fréquentée par une majorité des “divers blacks et autres” qui avancent n’importe quoi sur les blancs et leurs soit disant privilèges pour ne rien foutre et tenter de les faire dégager, alors que nombre des “divers” sont bousiers, eux, alors que les autres paient. Une vidéo complète a été présentée du bordel incroyable provoqué par ces dits étudiants, soutenus par bon nombre de profs gauchistes à la ramasse, veules, lâches ou pourris – blancs et noirs réunis-. Un des enseignants qui n’obtempérait pas aussi vite aux dingueries de ces zozos a été viré et l’a fait savoir, ainsi que les pratiques de l’établissement. Du coup les subvention d’état ont fortement diminué et les zozos sont dans la merde qu’ils ont provoqué en raison de leur haine de tout ce qui est blanc. Du coup nombre de parents ont fait dégager leurs gosses de ce bordel racisé dont on est en droit de douter de la qualité présente de l’enseignement et de la réelle formation que reçoivent encore ceux qui restent. Ils peuvent vomir leur haine – là bas c’est autorisé pour les bronzés, mais ne sortiront jamais d’un niveau minable qui ne vaudra rien sur le marché du travail. Apprendre uniquement à gueuler, gémir, récréminer, sans rien apporter de positif est une curieuse façon d’éducation. Beaucoup pensent que nous allons y arriver en France et leurs débuts sont prometteurs. Une bande de crétins de l’UNEF a fait annuler une pièce antique au prétexte que les artistes- comme le veut la tradition pour cette pièce- étaient en partie grilmés en blacks. L’insulte suprême. Qui veut réellement “vivre ensemble” avec ça…..
    Qu’elle différence de comportement avec les élèves asiatiques qui les surplomberont tous sans mollir : eux ils bossent !

    Répondre
  2. BRENUS

    10 septembre 2019

    Pour complaire à la pensée unique, je proclame : TOUS LES NOIRS SONT GENTILS – TOUS LES BLANCS SONT MECHANTS . Conclusion: ces derniers doivent cracher au bassinet pour l’éternité afin de “réintégrer l’humanité” (domaine dont ils sont absents) comme l’a si bien dit écrit une métisse il y a peu. Hamdoulillah.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)