Rapport Attali : plus nuisible qu’utile

Posté le janvier 30, 2008, 12:00
8 mins

Le rapport de la Commission présidée par Jacques Attali, sur la « libération de la croissance française », pour intéressant qu’il soit (mais moins que deux autres rapports précédents établis par les Commissions présidées par Michel Pebereau et Michel Camdessus), n’en est pas moins globalement nuisible.

Il est tout à fait possible que la déréglementation de certaines professions, comme les notaires, les taxis ou les coiffeurs, permettrait non seulement de gagner quelques fractions de point de croissance mais également, d’améliorer – car finalement, c’est ce qui compte – la vie quotidienne des Français. Le rapport Rueff-Armand (1959) faisait déjà le même constat. Cela n’a pas empêché le pays de se transformer globalement considérablement, mais cela en dit long, en effet, sur le poids du conservatisme dans notre pays…

De la même manière, le bilan tiré par l’aéropage de la Commission Attali de la politique suivie depuis plus de trente ans dans le domaine de l’urbanisme commercial, et d’une soi-disant politique de soutien au commerce de proximité, avec les lois dites « Royer » (1974) puis, « Galland » et « Raffarin », est sans doute pertinent. En l’absence de ces dispositifs – également sources d’une corruption massive… – il n’est pas sûr que le petit commerce serait moins bien représenté aujourd’hui dans le panier de la ménagère.

Mais, ni les professions réglementées ni les lois encadrant la distribution, ne peuvent sérieusement être tenues pour principales responsables des freins à la croissance. Ceux-ci sont ailleurs, évidents comme le nez au milieu de la figure, et d’ailleurs admis par tout un chacun (sauf, apparemment, quelques membres de la Commission Attali…) : l’accumulation des déficits publics, qui pompe l’épargne des Français ; l’excès de la dépense publique, qui capte leurs revenus ; l’hypertrophie de la sphère publique, qui rabougrit l’économie libre, seule créatrice de richesses.

Non pas que le document publié par la Commission Attali ignore ces vérités premières. Le pouvait-elle ? Mais en ne mettant pas en tête de ses propositions (drôlement appelées « décisions ») quelques fortes recommandations touchant à cet essentiel, et en y plaçant, au contraire, des préconisations fumeuses, on peut dire qu’il tombe à côté de la plaque. Et, plus grave, il donne à nos gouvernants et en particulier à Nicolas Sarkozy l’illusion qu’il pourrait retrouver des marges de manœuvre et de la croissance, sans s’atteler à ce qui est leur devoir, à savoir la remise en cause des principes de l’administration publique de notre économie.

Pour preuve : la Commission a mis en tête de son rapport vingt de ces 316 propositions qu’elle juge « fondamentales ». Celle sur la réduction de la dépense publique arrive en vingtième position. Elle est d’ailleurs présentée de façon elliptique. Et elle est de toute façon très insuffisante. Elle n’évoque qu’une réduction de 1 %, chaque année, de la part de la dépense publique dans le Produit intérieur brut, actuellement comprise entre 53 et 54 %…

Par contre, dans le même temps, beaucoup de propositions aboutiraient soit à conforter soit à accroître la sphère publique. Conforter, par exemple en ce qui concerne le domaine de la santé publique, dont l’encadrement des dépenses serait principalement comptable. Accroître encore la sphère publique, en particulier dans le domaine du logement.

Dans ces deux domaines, le rapport Attali colle parfaitement à l’idéologie dominante française, celle que partagent au moins nos dirigeants autoproclamés, aussi bien politiciens, haut fonctionnaires, syndicalistes que journalistes, à savoir : ce n’est pas parce qu’une politique a fait la preuve de son inanité (sécurité sociale, logement social…) qu’elle est mauvaise… Il faut et il suffit de la présenter autrement. Et si possible accroître les moyens mis à sa disposition.

S’agissant de l’éducation nationale (« décision fondamentale 1 »), la Commission Attali développe exactement ce type de raisonnement en disant : « Se donner les moyens pour que tout élève maîtrise avant la fin de la 6e le français, la lecture, l’écriture, le calcul, le travail de groupe, l’anglais et l’informatique ».

Car, selon la fausse idéologie française, les dysfonctionnements auraient toujours pour origine une insuffisance de moyens ! C’est le fil conducteur de ce document qui, tout compte fait, et pour cette raison, est beaucoup plus nuisible qu’utile.

Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française sous la présidence de Jacques Attali
250 pages – Gratuit
www.liberationdelacroissance.fr


Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

15 réponses à l'article : Rapport Attali : plus nuisible qu’utile

  1. VITRUVE

    04/02/2008

    c’est bien vrai SAS!
    la maçonnerie et les maçons ne doivent leur sérieux qu’à une cédille!
    j’aime bien aussi les politiciens "eculés" de droite et de gauche,
    des lapsus , (des actes manqués?) bref, des bons mots comme cela , ça remplace une page de JC THIALET comme un rien! mais, chut! faut pas lui dire.
    VALE

    Répondre
  2. sas

    03/02/2008

    SAS t’adoube superdupont……m’sieur attali non, nous on te lit…

    monopole a faire sauter en urgence….

    -l’eau et le traitement de celle ci….et des ordures menagères

    -la distribution des produits pétroliers

    -l’electricité et son transport

    -les autoroutes

    -les gigarettes et allumettes

    -le livre et l edition

    -l’information et la television

    …….tien et le monopole de nos politiciens eculés de droites et de gauches , toujours en poste familliaux et toujours macons de surcroit…..

    sas

    Répondre
  3. Anonyme

    01/02/2008

    Pourquoi faire rentrer des immigrés et les déclarer sans papiers ??? Pour pouvoir les arnaquer ! Pour leur proposer les postes libres qui ne demandent pas trop de qualification , fournissant du travail au noir (bâtiment , plonge dans les arrières cuisines …..) et ainsi faire baisser les salaires de base Ces travaux sont refusés par les gens qui payent leurs impôts et leurs charges car les salaires proposés sont indécents et ne peuvent subvenir à leurs besoins( le pouvoir d’achat ). Ensuite , cela donne des justifications à des clowns style ATatalili . Bienvenue au pays des nantis

    Répondre
  4. Superdupont

    01/02/2008

    Pourquoi ne pas faire sauter les chasse-gardees de l’industrie cinematographique , musicale , du livre ?

    Plus d’amis de Mr Attali que chez les taxis sans doutes……….

    Et puis quel regal de voir l’eminence grise de Miterrand pendant deux septennats nous donner une lecon de liberalisme !  L’eleve a depasse de maitre ……

     

    Répondre
  5. MAGNE

    01/02/2008

    Bonjour .

     "La valeur contraignante de la Charte des droits fondamentau est reconnue, sauf pour le Royaume-Uni. Elle sera mentionnée dans le texte sans pour autant y être intégrée.

    Le nouveau traité devra être ratifié par tous les pays membres pour entrer en vigueur en 2009."

    Il faudrait peut – être se poser la question , pourquoi le Royaume – Uni obtient toujours des dérogations . Arrêtez – moi si je me trompe , mais dans aucun Traité n’est spécifié la liberté d’entreprendre , la valeur fondamentale de ce pays .

    Le rapport Attali , un chiffon rouge pour détourner l’attention du Traité simplifié .

    Tous les Traités européens , notre Constitution devrait en préambule indiquer : Liberté complète d’entreprendre . Les Peuples européens et surtout les Français sont des Peuples d’entrepreneurs . L’Etat n’a pas à s’occuper des entreprises , ni de leur stratégie , ni de leur nombre d’heures à travailler par semaine ( à noter que la moyenne européenne est de 38 heures , et que ce minimum devrait être pour la France de 38 heures , mais ceci est un autre problème ) .

    M. Sarkozy qui a fait pour la France  énormément depuis qu’il est Président ,devrait l’inculquer à tous nos concitoyens .

    Tant que nous resterons dans cette situation , nous serons toujours un pays communiste .

    Bien cordialement .

    MAGNE

    Répondre
  6. Yohan92

    31/01/2008

    « Le troisième choix (pour sauver les retraites) conduirait à organiser la venue de deux millions d’étrangers par an entre 2020 et 2040, ce qui se traduirait, sur l’ensemble de la période considérée, du fait de l’élargissement des familles, par l’entrée sur notre sol de 93 millions d’immigrés ; la France compterait alors 187 millions d’habitants, dont 68% d’immigrés première ou de deuxième génération»  ( J. Attali- "L’avenir du travail "- 2007).

    Répondre
  7. Tom de Vendée

    31/01/2008

    Je reviens sur la mesure concernant une augmentation de l’immigration. En effet, pour quoi faire : n’y a t-il pas assez de main d’oeuvre au chômage dans notre pays que l’on pourrait qualifier au lieu de dilapider notre argent dans de veines mesures. L’autre problème, le plus important est la loi sur le rapprochement familiale – ces travailleurs étrangers feraient venir leurs familles à intégrer alors qu’il n’y a aucune structure capable d’y faire face , vu le coût exhorbitant que cela représenterait.

    Si l’on veut maintenir  »cette mesure »,  il faut supprimer le rapprochement familial.

    Répondre
  8. Anonyme

    31/01/2008

    Jacques : "
    Le rapport Attali était INDESIRABLE et INUTILE. Il ne fait que retarder les réformes. Il ne fait que donner l’illusion de faire quelques chose."

    – Au contraire, Jacques, désirable, je sais pas, mais il est probablement tres utile, car c’est probablement bien son but, justement, de retarder, de noyer le poisson, de donner l’illusion. Souvenez vous du rapport Baker-Hamilton qui avait donné a tout le monde (meme sur ce forum!), l’illusion d’une fin de l’intervention en Iraq : il n’a été préparé que pour pouvoir augmenter le nombre de troupes!!!
    Encore une fois, ces rapports sont simplement des outils, et vu l’int
    éret qu’ils suscitent, ils sont tres  efficaces, et souvent, un des composants, qui est important et qui est noyé dans l’inventaire, sera vendu avec le reste, et sera accepté par la population, alors que pris séparemment, il aurait provoqué des tollés. Evidemment, il sera bien mieux accepté car il est composé de maniere a ce que chacun y trouve quelque chose qui lui plait.
    Le procédé ne vous parait pas évident? Alors, c’est qu’il est astucieux.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  9. jacques

    31/01/2008

    Pour pertinent que les commentaires de M. Dumait soient, il n’en reste pas moins qu’il a manqué l’essentiel.
    C’est ne d’ailleurs pas si remarquable que cela. C’est un phénomène sociologique bien connu.
    Lorsque l’on baigne dans un milieu, on a beau vouloir conserver une certaine indépendance, désirer faire avancer ses idées libérales réformatrices, on finit, sans s’en apercevoir, a se faire entrainer par la vague étatiste et immobiliste et a oublié le cap qu’on s’était fixé.
    Il faudra donc qu’une personne ne baignant pas dans ce milieu remettre les pendules à l’heure juste:

    Le rapport Attali était INDESIRABLE et INUTILE. Il ne fait que retarder les réformes. Il ne fait que donner l’illusion de faire quelques chose. En cela Sarkozy est dans la fils spirituel pur laine de Chirac et Villepin.

    Vous payez vos dirigeants pour agir. Le programme des mesures à faire c’est bon pour une campagne électorale. On est maintenant à l’heure de la vérité: on agit ou on reconnait qu’on a menti.

    Si après tous les rapports précédents, avec tous les conseillers à sa disposition, si après avoir occuper le portefeuille de l’économie, votre président ne sait toujours pas ce qu’il doit faire, c’est qu’il est vraiment incompétent et il devrait en tirer les conséquences et démissioner.

    D’ailleurs on pourrait lui remettre sur le nez ce qu’il avait lancé lors du débat présidentiel à Ségolène Royale qui se targuait qu’elle allait "consulter" la population si elle était élue: Voici (grosso modo) la réponse que lui fit Sarkozy et qui’il devrait se mettre dans la figure: "… mais vous devez quand même maintenant savoir ce que vous allez faire, savoir quelles seront vos principales mesures!"

    Sarkozy est en chute libre. Il le mérite pleinement. C’est de la superficialité. C’est encore plus peureux dans les réformes que Villepin.

    Il y a toujours espoir qu’il y a un sursaut de sa part… mais à chaque mois qui passe on est permis de perdre de plus en plus espoir. Un autre 5 ans qui de toute évidence sera gâcher.

    Répondre
  10. Noël Hanssler

    31/01/2008

    On dit aréopage, et non aéropage.

    Répondre
  11. Robert Moreau

    31/01/2008

    Je veux féliciter EIFF pour sa définition du rapport : "Cri de haine des élites contre les classes moyennes". L’auteur nous dit que les freins au développement sont connus de tous et s’appellent accumulation des déficits, excès de dépenses, hypertrophie publique. Soit. Encore faudrait-il dire, dans un rapport  tel celui-ci, d’où proviennent ces déficits, dépenses et hypertrophies.

    Il est clair que l’excès des dépenses et l’accumulation des déficits se sont creusés après le septennat de Monsieur Giscard d’Estaing et sont liés à l’aventure des nationalisations à grands frais publics, suivis de dénationalisations au profit de copains de Messieurs les ministres des finances de l’époque qui les avaient baptisés "noyaux stables", faute de leur demander de verser la valeur réelle des avoirs publics à eux cédés.

    Quand à l’hypertrophie publique, elle semble provenir directement des rêves des mamans françaises qui voient toutes leurs rejetons en futurs majors de l’ENA, de Polytechnique ou de Normale Sup. Nos mamans font le rêve de la stabilité pour leurs enfants et la stabilité est dans la sphère publique du fait de l’imprévisibilité du système judiciaire français.

    Demander des indemnités pour les avantages dont jouissent actuellement les héritiers des "noyaux stables" et mettre un minimum de prévisibilité dans l’exercice judiciaire sont justement les actes qui provoqueraient la panique des élites et le redémarrage des classes moyennes.

    Ce qui manque aux classes moyennes françaises c’est la justice.

    Répondre
  12. Anonyme

    31/01/2008

    Encore une fois, ce genre de rapport n’est qu’une aide a la vente, pas un catalogue de produit. Les produits sont connus depuis longtemps. Le but du rapport est de les faire passer dans l’esprit des gens et, ca a l’air de marcher.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  13. Anonyme

    30/01/2008

    ATTALI…..  plutôt ATTILA, oui…    Et je doute que ce ne soit pas un clin d’oeil du sort.

    Répondre
  14. Florin

    30/01/2008

    Difficile (même pour A. Dumait !) de casser les 316 mesures du rapport Attali en quelques mots tenant sur une seule page format A4. Mais bon, c’est son droit d’essayer !

    Ce qui est VRAIMENT nuisible, Monsieur, ce n’est pas la "libéralisation" des taxis et autres notaires et pharmaciens : c’est l’idée éhontée (que le MEDEF lui a soufflée, n’ayons aucun doute là-dessus) qu’une nouvelle immigration serait nécessaire à notre pays. Les immigrés déjà installés, au chômage par millions, on oublie !!! on en fait venir d’autres, avec de mystérieuses qualités et qualifications …  Rien que cette connerie-là annule la valeur (potentielle !!) des autres propositions – que peu de gens ont lu à ce jour, et pour cause.

    Ah, problème de traduction, pour finir : "se donner les moyens de … " signifie "faire en sorte que …"
    et non pas "claquer plus de pognon pour …". Pour rester crédible, il ne faut pas inventer de problèmes là où il n’y en a pas (sauf si … l’on veut occulter les VRAIS problèmes …).
     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)