Réflexions à propos de l’affaire Bygmalion

Posté le octobre 07, 2016, 7:05
1 sec

La démocratie indirecte est un système catastrophique de gestion d’un pays. Pendant des siècles, on a utilisé la royauté, avec ses avantages

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

5 réponses à l'article : Réflexions à propos de l’affaire Bygmalion

  1. quinctius cincinnatus

    11/10/2016

    Sarkozy a trouvé un allié de poids ( plume ) en la personne de Not’Président qui donnera l’ ordre à ses troupes débandées de voter pour le balkanique et du pont euxin réunis si jamais au second tour il y avait un duel M. Le P. vs Sarko

    Répondre
  2. 4870884

    08/10/2016

    Qu’en est-il de la prise en compte des votes blancs ???
    encore des paroles

    Répondre
  3. Berni

    07/10/2016

    ..et je dis bravo !!
    Malgré ce, nos masses populaires bienheureusement pour certains, n’en n’ont cure…
    Ils consomment, consomment… et s’ebaillissent béatement devant les plateaux tv, leur bagnole et Bfm-wc …

    Répondre
  4. Bistouille Poirot

    07/10/2016

    le peuple serait complice OK !
    Il ne reste plus qu’à prolonger de quelques heures les « Nuits Debout » jusqu’au petit déjeuner et plus si affinité, pour atteindre les QUORUMS et la prise en compte des ABSTENTIONS. La collation sera servie sans sucre au petit matin, en attendant le service d’un tiède fast food.
    Place au élus républicains pour la durée de leurs mandats, contrariés par des référendums d’initiative populaire dont le défroqué Siéyès et Sarkozy son fils naturel ignoraient l’existence pour le premier. Le second quant à lui, n’en avait rien à faire (pour rester poli) !

    Répondre
  5. Gérard Pierre

    07/10/2016

    La démocratie est par nature directe ou alors elle n’est pas !

    Ce que nous vivons n’est que le pur produit de la révolution française de 1789, que la plupart des citoyens ont appris à aduler depuis l’école primaire, en considérant comme un sacrilège le seul fait de se poser la question de la remise en cause de l’ÉQUATION MENTEUSE quotidiennement assénée selon laquelle RÉPUBLIQUE = DÉMOCRATIE, …… et vice et versa !

    Le discours fondateur de l’abbé Sieyès en date du 7 septembre 1789 pose clairement les fondements de la république.

    L’abbé Sieyès, un ecclésiastique aussi retord que l’évêque Talleyrand, …… l’un et l’autre personnages déterminants de la révolution et du directoire, …… L’abbé Sieyès donc dis-je opposait le gouvernement représentatif, …… qu’il promouvait, …… et le gouvernement démocratique qu’il rejetait.

    Texte intégral de son discours FONDATEUR de la République :

    « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. »

    Cela peut-il être dit et écrit plus clairement ?

    Depuis la fulgurante 1ère république jusqu’à la Vème, PERSONNE n’a jamais remis ce principe fondateur en cause ! …… et la VIème république réclamée par messieurs Mélenchon, Montebourg et consort, n’envisage pas de changer quoi que ce soit à cela !

    Nous comprenons maintenant pourquoi, après que les Français aient rejeté par 53% des voix le projet de traité constitutionnel européen, le Président Sarkozy [représentant, au sens sieyèsien du terme] s’est empressé d’aller dédire à Bruxelles le résultat de notre suffrage universel ! …… et ce en toute conformité des lois de la république une & indivisible, et de sa Constitution !

    Pour que nous fussions une démocratie, il faudrait, au minimum, que la république accepte DEUX PRINCIPES qu’elle rejette jusqu’à présent avec obstination mais qui sont pourtant pratiqués sans problème dans nos Assemblées Générales d’Associations, dans n’importe quelle Assemblée Générale de copropriétaires, ou dans n’importe quel Conseil d’Administration :

    1 ) Le QUORUM, …… c’est-à-dire l’obligation d’un taux de participation minimum de : 50 + epsilon %.

    2 ) La reconnaissance et la prise en compte des ABSTENTIONS, …… ET NON DE L’ABSENTÉISME, … lors des élections.

    Or qui peut changer tout cela ?

    ¤ 1)- Le peuple ? …… pas par la voie démocratique ! …… La parole lui est confisquée depuis 1789 ! …… Elle ne lui est artificiellement consentie qu’après la livraison canalisée des prémâchés dogmatiques des partis politiques entre lesquels il est sommé de faire son choix, sans sortir de là ! …… « Il n’a pas de volonté particulière à imposer » comme l’indiquait ce cher abbé Sieyès !

    Exit l’actuelle campagne, dite des primaires, qui aboutira à des choix gloubi-boulgaïques qu’on présentera le moment venu aux électeurs en leur disant en substance : « Vous avez le choix entre deux restaurants avec plat unique de cuisine industrielle ! »

    ¤ 2)- Les élus de la république ? …… TECHNIQUEMENT OUI ! …… Ils le peuvent !

    Mais quel intérêt auraient-ils à le faire ? ……

    Alors ? …… que nous reste-t-il à imaginer ? …… que penser de cette république qui se drape dans les atours de la démocratie comme un travesti qui tente de convaincre une ‘’proie‘’ de passage en lui laissant imaginer qu’il est autre chose que ce qu’il est réellement ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)