Réformes : les demi-mesures ne suffiront pas

Posté le novembre 27, 2007, 12:00
9 mins

"Je ne veux pas qu’il y ait un vainqueur et un vaincu », dit Nicolas Sarkozy, le 20 novembre dernier, en plein conflit sur la réforme des régimes spéciaux de retraite".

Ses vœux ont été exaucés, au terme de ces neuf jours de grèves dans les transports. Dès le 21, les premières réunions tripartites (employeurs, représentants de l’État et syndicats) amorcèrent la sortie de crise. À la SNCF et la RATP, ont été fixés cinq rendez-vous pour des négociations point par point, échelonnés entre le 26 novembre et le 18 décembre. Aussi, dès le 22 novembre, les assemblées générales ont-elles presque toutes voté la reprise du travail. Mais si la tournure des négociations déplaît aux syndicats, ils relanceront la grève : SUD-RATP a déjà déposé un préavis de grève pour le 18 décembre, et la CFDT pour le 20 décembre à la SNCF.

Le chef de l’État n’a pas écouté les « durs » de l’UMP – dont François Fillon – qui pensaient l’occasion venue d’engager un bras de fer décisif avec les syndicats. Il y aurait eu un duel à mort entre Nicolas Sarkozy et Bernard Thibault, le patron de la CGT, comme il y en avait eu un, en 1984-85, entre Margaret Thatcher et Arthur Scargill, le chef du syndicat des mineurs britanniques (NUM). Argument pour la méthode Thatcher : l’exaspération de l’opinion publique contre les grévistes de la RATP et de la SNCF. Tout le contraire des grèves de 1995 qui renversèrent le gouvernement Juppé : il y a douze ans. C’est portés par l’opinion publique que les cheminots paralysèrent le pays pendant trois semaines pour défendre leurs régimes spéciaux de retraite. Ils étaient aussi cautionnés par le PS, aujourd’hui discret face à ce qui apparaît comme la défense de privilèges indus.

Le souvenir de 1995 a inhibé le président de la République. Les grèves et manifestations des étudiants, des ouvriers du Livre, des personnels des hôpitaux et des tribunaux, des postiers… lui font redouter une coagulation des mécontentements. Des revendications sur la hausse du pouvoir d’achat fleurissent. Sarkozy a fait monter en ligne les stratèges de la douceur : le ministre du Travail, Xavier Bertrand – « Je ne veux pas d’une réforme qui casse, mais d’une réforme qui passe » – le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant. Et le conseiller pour les Affaires sociales, Raymond Soubie, ex-conseiller de Jacques Chirac et de Raymond Barre dans les années soixante-dix. « Soubie fait de la politique sociale comme il y a vingt ans, dit Fillon. Il a les réflexes du siècle dernier. Mais ça ne marche plus et ça ne peut pas marcher. »

Les cheminots ont accepté l’alignement des régimes spéciaux sur 40 annuités de cotisation au lieu de 37,5, laissant le chef de l’État sauver la face en tenant l’une de ses promesses de campagne. Mais la réforme sera vidée de son sens par les bonifications et les décotes qui ne manqueront pas d’être négociées dans les prochains jours. Ce qui aura fait de l’affrontement Thibault-Sarkozy une pantomime, inutile et coûteuse : le ministre de l’Économie et des Finances, Christine Lagarde, a évalué entre 300 et 400 millions d’euros par jour la facture des grèves pour l’économie française. Le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) Jean-François Roubaud, estime que les neuf jours de grève auront coûté entre 0,2 et 0,3 point de PIB : chaque jour, « les magasins d’habillement ont perdu 40 à 50 % de chiffre d’affaires, le commerce en général 40 %, l’hôtellerie et la restauration 30 %. Nous ne sommes pas près d’augmenter les salariés ».

Voilà le vif du sujet. Sarkozy présente cette semaine des « initiatives pour répondre à l’angoissante question du pouvoir d’achat ». 59 % des Français estiment que le leur a diminué au cours de la dernière année, selon un sondage Ifop réalisé pour l’hebdomadaire « Dimanche Ouest France ». Ils jugeront là-dessus le chef de l’État, dont la marge de manœuvre est d’autant plus réduite que le cours de l’euro s’emballe à près de 1,50 dollar. La monnaie américaine semble engagée dans un crack qui finit par grever le commerce extérieur de la zone euro.
Même les Allemands s’en inquiètent. Le cours du baril de pétrole frise les 100 dollars : l’économie mondiale encaisse un troisième choc pétrolier. L’économie américaine, travaillée par des déséquilibres structurels et la crise des subprime qui menace la consommation, pourrait bientôt se contracter, et le reste du monde avec elle. Au lieu de réformer drastiquement l’économie française pour la préparer au coup de tabac qui s’annonce, le président de la République a choisi la voie des demi-réformes. Comme dans l’université, où le problème de la sélection a été éludé.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

19 réponses à l'article : Réformes : les demi-mesures ne suffiront pas

  1. Anonyme

    03/12/2007

    La bouteille à moitié vide pour les uns est toujours à moitié pleine pour les autres.
    Quelle que soit la façon de faire, elle ne peut intervenir qu’en raison d’une volonté de faire. Et à partir de là, il faut bien commencer d’une manière ou d’une autre.
    C’est toujours mieux que de passer son temps à gloser.

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    03/12/2007

    Les demi-mesures ne suffiront pas.

    Qui a dit : " Si tu es chaud, je te boirai. Si tu es froid, je te boirai. Si tu es tiède, je te vomirai ! " …….. ? ? ?

    Cette raie publique est vraiment à vomir. Les signes avant coureurs de la nausée sont déja perceptibles.

     

    Répondre
  3. sas

    03/12/2007

    sas a ecouté hier……la prestation télévisée d’un autre illustre frere mac(manche à couille)…….beau parleur si il en est…..33 eme degré…..mis en examen pour detournement et arrivé au triple galop dans la bande naguybocsiene après avoir été à l’origine de la création du programme euthanasique de goôô^che…..j’ai cité le frère du mont sinaî "alain bauer"…….

    afficionados de la tchatche, maitre également exs science de l’enculade berbale, pineur de mouche en plein vol et théoricien incontestable de la trouduculcraterie…..

    ……donc en représentation commandé pour les loges , avecsa soeur okrent(forcément…)….baueur le grand maitre de cérémonie viens nous expliquer doctement : qu’à villier -le -bel……c’était une "jaquerie" 

    …..J A Q U E R I E……nos moulouds et autre allogènes de banlieux , étant comparés aux paysans et autres cerfs de l’epoque d’antan……tel Mr jOURDAIN qui faisait de la prose sans le savoir…..nos banlieusards porteraient haut et clair les idéees et l’art de la subversion des lumières des siècles passées…..à l’origine de ce bordel chronoque…..contemporain lui…

    que n’étais -je sur ce plateau pour contredir notre baratineur patenté et maitre d’oeuvre(encore) des statisques nationnales à la délinquances……celles là même qui alimententent les plus folles rumeurs de reprise en main et baisse de l’insécurité, évoquées sans cesse par le marsupillami de neuilly…….bidonnées à ne plus en pouvoir, tordues de telles manières que mêmes les méchants n’osent les évoquer sans se marrer…….et se tennir les côtes…sachant que de toute manières , eux , les initiés luttent activement contre les "impressions" seulement…..d’insécurités,de difficultés economiques,de perte de pouvoir d’achat…..et j’en passe et des meilleurs….

    donc mauvaises nouvelles pour les bons français profanes…..le go est toujours à la manoeuvre et la guerre avec la gnlf est de plus belle….

    sas le profane

    Répondre
  4. beligue

    03/12/2007

    Mais quel courage, quel courage que nos députés ont eu pour voter l’arrachage de 200 000 ha de vignes pendant que 80 policiers étaient blessés durant la guerre des banlieues.

    Fallait-t-il une lois un vote de nos députés pour arracher 200 000 ha de vignes pendant que des problèmes insignifiant affecte le pays, dettes, banlieues, pertes de compétitivité.

    Il est vrai qu’un ministre de l’agriculture socialiste est aller donner des plants de vignes aux chinois, plants sélectionnés avec l’argent des agriculteurs.

    Non seulement Sarko est veule mais il avilie tout ce qu’il touche.

    Vu les réactions de mon entourage  je parie moins de 5 % des voix dans 5 ans.Et il y en a ici qui nous disent d’attendre l’homme pressé. Un président, un éventail, un ventilateur , une soufflerie !!!!

    Je vous le prédit dans 5 ans on se croira au paradis originel et on n’aura même plus de feuille de vignes.Vous me direz normal avec un tel ventilateur

    Répondre
  5. Brice

    02/12/2007

    POur sas,

    peuple de cons par JMLP oui avant d’être de la forêt……non,non de veaux a-t-il été dit…par CDG,

    là aussi tu prêches un convaincu, mais je rajouterai un détail, parmi les socialo et coco pas cons, il y avaient les russes. Je parle de Lénine, qui avait compris que lorsque les sociétés s’écroulent et basculent, seules les minorités conscientes réagissent, les veaux et les cons suivront tout seul.

    A+.

    Répondre
  6. sas

    01/12/2007

    A brice……l homme de la forêt…..

    Vu la qualité de nos responsables pas coupables et autre enarques initiés……je peux même te garantir et te confirmer……que nos anciens bouffaient forcément des bananes et sur les plus hautes branches encore…à voir le marsupilami de neuilly….version naine: maccaque

    peuple de cons oui avnt d’être de la forêt……non,non de veaux a-t-il été dit…

    sas

    Répondre
  7. Brice

    30/11/2007

    Salut à tous,

    Pour Jean-Claude THIALET,

    AVANT de parler de "REFORMES", il faudrait que chaque personne, qu’elle soit physique ou morale ACCEPTE DE SE REFORMER elle-même, et même D’elle-même ! Encore faudrait-il que le CHEF de L’ETAT, et TOUS CEUX QUI NOUS GOUVERNENT, outre qu’ils devraient commencer par se réformer eux-mêmes, AIENT LE COURAGE de présenter aux Français la situation du pays telle qu’elle est, telle qu’ils en sont responsables en tant que membres de  partis gouvernementaux (UMP, PS, UDF  – Nouveau Centre et MoDem aujourd »hui – PC"F" et VERTS) qui dirigent si mal la FRANCE depuis des lustres. Quitte à reprocher au passage à une bonne partie de ces Français de les avoir maintenus si longtemps au pouvoir malgré un bilan de plus en plus désastreux, et dans l’illusion qu’ils n’étaient pas si mauvais que cela ! La preuve, c’est qu’on les ramenait chaque fois, d’alternance en alertance au pouvoir ! Car, tous ceux (et celles) qui n’ont cessé par leur bulletin de vote de ramener d’élection en élection les mêmes incapables, les mêmes lâches, les mêmes marionnettes ont leur part  – si infime soit-elle – dans une situation dont je conviens qu’elle mérite largement plus que des "DEMI-MESURES".

    Sans commentaire (ou presque), tu prêches un convaincu, j’ajouterai 2 citations, la 1ère de De Gaulle : "Les Français sont des veaux", OUI et une de JMLPen "Les Français sont vraiment des cons" OH QUE OUI. Oui, car la responsabilité, comme tu en parles si bien, est imputable aux dirigeants et bien sur à ceux qui les élisent. J’entends souvent dire "de toute façon, qu’on vote ça changera rien", quelle abdication et perte de responsablilite civique. Dans ce cas présent, on ne note pas, on s’écrase. En 2002, j’ai voté JMLP aux 2 tours, non pas que j’adhère à tout son programme, mais à une grande partie, il a au moins le cran de montrer la vérité sur le thermomètre français, il ne ment pas, non pas que ses valeurs soient inacceptables, c’est plutôt qu’il a des valeurs et ça c’est inacceptable. 2007, JMLP au 1er, Sarko au 2ème, pas par adhésion, absolument pas, mais comme a justement dit JMLP "les Français ont voté contre un nouveau projet socialiste catastrophique". Oui, j’ai voté contre la gauche, pas pour Sarko, je me suis dit ; ce sera un peu moins pire, imagine l’état avancé de la pourriture dans ma confiance en la politique française.

    L’heure, hélas ! n’est plus aux "demi-mesures", ni même, je le crains, à ces prétendues "REFORMES" dont Nicolas SARKÖZY nous bassine les oreilles. ELLE EST A LA REVOLUTION,  CELLE DES ESPRITS ! (2) Quel cataclysme faudra-t-il pour que nos concitoyens le comprennent enfin, faute d’avoir la lucidité de le comprendre par eux-mêmes, faute d’avoir à la tête de l’ETAT et dans le GOUVERNEMENT,  un homme ou une femme qui ait le courage de leur dire (enfin) la VERITE !

    Un cataclysme, comme tu l’as bien dit, tout est question du seuil de perception de la population et celui-ci est très bas, tellement bas, que je me demande pour que la  population se réveille et agisse par les urnes ou la force que nous ne nous noyons dans l’or noir ! Opérer une complète révolution mentale, je cible avec toi, non pas quelques minorités extrêment lucides mais ceux qui dorment (oui, car à ce stade, ce n’est plus de l’inconscience, mais une atrophie cérébrale). Je dirai juste qu’une révolution s’opère en 3 actes/phases :

    – une multiplication d’actes contre-révolutionnaires,

    – une guerre extérieure (ça ne saurait tarder) car lorsque je dis extérieure (c’est l’ennemi et il est sur notre sol), mais cela peut dégénérer avec leurs mères patries, tu m’as compris,

    – une multiplication d’actes révolutionnairess.

    La probabilité de survenance de tels événement ne dépend plus à mon avis du seuil de perception, car maintenant nous avons dépassé le point de non-retour et la population (une grand majorité est amorphe). L’élément déclencheur sera économique, quand les amorphes iront faire leurs courses et que le contenu du caddie s’amenuisera parallèlement à l’augmentation des prix et de la diminution des matières 1ères dans les grandes surfaces sera palpable, ce qui ne saurait tarder avec la chute prochaine de l’État providence, c’est ce qui contribuera à faire éclater le conflit et à crever ce gargantuesque abcès. Qui croit encore à une Europe démocratique en 2010 ? Cordialement Brice.

    Répondre
  8. Jean-Luc ESCOFFIER

    30/11/2007

    Cher Monsieur,

     

    Aussi intéressant qu’il soit, votre article tente de faire croire qu’un « bras de fer » aurait été possible entre Gouvernement et syndicats à condition d’écouter les « durs » de l’UMP.

     

    Vous vous aventurez même jusqu’à comparer le bras de fer qui aurait pu avoir lieu avec l’épisode au cours duquel Margaret THATCHER a eu définitivement raison du Syndicat des Mineurs Anglais.

     

    Outre le fait que s’il y avait des « durs » à l’UMP vis-à-vis des socialistes cela se saurait, votre comparaison est grotesque pour au moins 5 raisons :

     

       Les heures de grève des mineurs tout autant que les permanents syndicaux britanniques n’étaient pas financés avec l’argent du contribuable alors que c’est le cas en France pour les grèves des fonctionnaires.

     

       Un cadre juridique mis en place par les Tories définissait clairement les limites de l’action syndicale alors qu’en France un mandat syndical donne le droit de saccager une usine, pirater un navire ou empoisonner une rivière en toute impunité.

     

       Le Royaume Uni était sorti grâce aux mesures prises par Margaret de sa situation « d’homme malade de l’Europe » et une culture libérale avait été restaurée dans l’opinion alors que chez nous les esprits y compris ceux des « pris en otages » croient encore majoritairement au socialisme.

     

       Des mesures astucieuses avaient été prises pour éviter une paralysie au cas où la grève des mineurs s’éterniserait comme la constitution en secret de réserves de charbon et la formation d’officiers du Génie à des postes de responsabilité dans les centrales électriques par exemple.

     

    Chez nous la « préparation » a consisté à mettre en place une mascarade pour qu’il n’y ait ni vainqueur ni vaincu, le coût final des régimes spéciaux demeurant inchangé pour le contribuable.

     

       Enfin : Margaret était animée par des valeurs « victoriennes » et menait la lutte pour restaurer et préserver la grandeur de son pays Angleterre, alors que Nicolas, serviteur interchangeable du mondialisme, ne travaille pas pour la France mais conduit une carrière politique en France.

     

    Bien cordialement.

    [email protected]

     

    Répondre
  9. Anonyme

    30/11/2007

    Brice : " Pour Mancney, c’est vrai, mais nous avons 2 avantages, quand trop d’émeutes il y aura et que le seuil de la guerre civile ethnique ouverte aura été atteint, la police ne pourra plus nous "protéger" ou nous empêcher de nuire, elle jonglera. Sachez également que le lieu de prédiction de guerre qui nous est propre, à nous peuples de la forêt, c’est justement la forêt, les peuples du désert y sont étrangers, on ne bas pas un ennemi sur son propre sol, surtout lorsqu’on le méconnaît totalement. Tant que le sang coule dans nos vaines, la résistance perdure, ce n’est pas de la poésie, ni de l’utopisme à la con, mais de l’idéalisme, le 21ème sera celui de notre disparition historique, si nous baissons les bras ou de notre résurrection avec l’EuroSibérie ; ça c’est un idéal. Il ne faut jamais abandonner, ou alors faites-vous sauter le caisson."

    Intéressant. Merci pour votre réponse. Voici juste un peu de lecture :
    http://www.centerfiresystems.com/index.asp?PageAction=VIEWCATS&Category=88

    Pas d’autres comments pour le moment.

    Best,

    Mancney

    Ah, by the way, ca veut dire quoi "abandonner"?

    Répondre
  10. glacepica

    29/11/2007

    @ SAS :

    nb) "ce qui expliquerait qu’ils attendent tous que le france titanic coule pour de bon."

    Sur le TITANIC, l’orchestre a joué jusqu’au bout , lui

    En Francarabia ( Willaya 7), l’orchestre est en grève

    Sic transit gloria mundi …

    Répondre
  11. Jean-Claude THIALET

    29/11/2007

    29/11/07    -"Les 4-Vérités"

    Laurent Artur du PLESSIS parle d’or lorsqu’il titre son article "LES DEMI-MESURE NE SUFFIRONT  PAS !". Et si Nicolas SARKÖZY se veut L’HOMME DE LA MESURE, je crains, au regard de ses prétendues "REFORMES" qu’il ne soit seulement que L’HOMME DE LA DEMI-MESURE", et même plutôt celui des "NON REFORMES" et au final, L’HOMME DE L’ECHEC TOTAL !

                    Ce qu’il présente comme des REFORMES n’en sont pas. Ainsi :

       – la "REFORME DES UNIVERSITES" (sic), à peine votée, s’avère un échec total. Le gouvernement, celui qui "ne cède pas à la rue", a déjà capitulé sur un point majeur de "sa" soit-disant "réforme" en acceptant de revenir sur la "sélection à l’entrée" qui devait en être la pierre angulaire. Mieux, ou pire, alors qu’il comptait "respirer" un peu, faute d’avoir des moyens financiers suffisants, en faisant appel au partenariat d’entreprises privées, il vient de s’engager auprès de Syndicats d’Etudiants (dont je note au passage qu’ils sont loin de faire l’unanimité auprès des étudiants eux-mêmes !) à déverser des centaines de millions d’euro supplémentaires – où les trouvera-t-il ? –   pour continuer à entretenir une Univesristé où des dizaines de milliers d’étudiants n’ont pas leur place, une Université dont un de ses membres éminents (Jean-Robert PITTE, sur RTL, l’an dernier) avait eu le courage de reconnaître qu’elle était une "usine à chômeurs". Pas seulement d’ailleurs à cause de la nullité des "étudiants" qu’on y accepte SANS LA MOINDRE SELECTION, mais aussi parce qu’on les laisse s’engouffrer dans des filières dont on sait par avance (à commencer par les intéressés eux-mêmes !) qu’elles n’offrent quasiment pas de débouchés ! Et encore, Valérie PECRESSE, dont on ne peut douter qu’elle a l’aval de son Président de la République de patron, n’a pas encore fini sur la route des concessions. Des "concessions" dont on peut douter qu’elles obtiennent un jour l’accord des étudiants "grévistes" (1) sinon à quel prix pour les finances publiques

        – la "REFORME DES REGIMES SPECIAUX". Si, comme il s’en est vanté (certes avec "modération" comme en témoigne son "ni vainqueurs ni vaincus" d’avant son voyage en Chone), sa prétendue "réforme des Régimes Spéciaux" est acquise, Nicolas SARKÖZY n’est pas au bout des ses peines. D’abord parce que les Syndicats n’ont pas encore donné officiellement leur aval. Mais aussi, et surtout, PARCE QUE, DE CONCESSIONS EN CONCESSIONS, cette "réforme" n’en finira pas de se vider de sa substance lors des réunions "tripartites" qui se déroulent actuellement et dont on nous assurent qu’elles dureront plusieurs semaines. Sans parler du fait qu’elles sont placées sous le régime d’une reprise des grèves… à la moindre anicroche.

    Et quand on entend les beaux discours présidentiels, ministériels, parlementaires ou syndicaux, ou les propos des citoyens de ce pays, on comprend parfaitement que l’heure n’est pas aux REFORMES, pas même aux demi-mesures, ni même aux quart de mesures. Et cela pour la bonne raison que le "PEUPLE" n’est pas prêt à se REFORMER. Pas plus qu’un Président qui a accepté de voir augmenter sa rémunération de plus de 170% à un moment où, comme l’a fait – timidement – Christine LAGARDE, on devrait parler de sacrifices. Pas plus que des parlementaires qui ne sont pas prêts à sacrifier (pour des tas d’aussi bonnes raisons que celles avancées par un vulgaire cheminot, ou un R.a.T.piste !) leur régime spécial de retraite financé à 63% par les contribuables !

    AVANT de parler de "REFORMES", il faudrait que chaque personne, qu’elle soit physique ou morale ACCEPTE DE SE REFORMER elle-même, et même D’elle-même ! Encore faudrait-il que le CHEF de L’ETAT, et TOUS CEUX QUI NOUS GOUVERNENT, outre qu’ils devraient commencer par se réformer eux-mêmes, AIENT LE COURAGE de présenter aux Français la situation du pays telle qu’elle est, telle qu’ils en sont responsables en tant que membres de  partis gouvernementaux (UMP, PS, UDF  – Nouveau Centre et MoDem aujourd »hui – PC"F" et VERTS) qui dirigent si mal la FRANCE depuis des lustres. Quitte à reprocher au passage à une bonne partie de ces Français de les avoir maintenus si longtemps au pouvoir malgré un bilan de plus en plus désastreux, et dans l’illusion qu’ils n’étaient pas si mauvais que cela ! La preuve, c’est qu’on les ramenait chaque fois, d’alternance en alertance au pouvoir ! Car, tous ceux (et celles) qui n’ont cessé par leur bulletin de vote de ramener d’élection en élection les mêmes incapables, les mêmes lâches, les mêmes marionnettes ont leur part  – si infime soit-elle – dans une situation dont je conviens qu’elle mérite largement plus que des "DEMI-MESURES".

    L’heure, hélas ! n’est plus aux "demi-mesures", ni même, je le crains, à ces prétendues "REFORMES" dont Nicolas SARKÖZY nous bassine les oreilles. ELLE EST A LA REVOLUTION,  CELLE DES ESPRITS ! (2) Quel cataclysme faudra-t-il pour que nos concitoyens le comprennent enfin, faute d’avoir la lucidité de le comprendre par eux-mêmes, faute d’avoir à la tête de l’ETAT et dans le GOUVERNEMENT,  un homme ou une femme qui ait le courage de leur dire (enfin) la VERITE !

                  Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) des étudiants qui se croient de plus en plus tout permis. Leur dernier exploit ? Piller un supermarché en FRANCHE-COMTE ("il faut bien se nourrir a déclaré avec une fausse ingénuité une "pillarde" au micro de RTL), poussant même le culot jusqu’à entreposer les marchandises dérobées dans les locaux-mêmes de leur Université. Sans que les Pouvoirs publics alertés interviennent sur le champ … Demain, comme à Villiers-le-Bel, où ailleurs où opèrent les casseurs et les pillards en tous genres, il sera trop tard pour "coincer" les délinquants, la "racaille" comme disait Nicolas SARKÖZY du temps qu’il était ministre de l’Intérieur…. Comme pour éviter tout incident, toute  "bavure" policière ou judiciaire ! Que diable ! Ne sommes-nous pas  dans un "ETAT DE DROIT" , celui où ceux qui rejettent nos lois, qui rejettent la société ont tous les … DROITS ?

    (2) et même des moeurs, dans la mesure où tout se tient chez un individu.

    Répondre
  12. EIFF

    29/11/2007

    Bruxelles arrache 200 000 hectares de vigne en France :

    L’Assemblée nationale a adopté une proposition de résolution sur la réforme de l’OCM du vin (organisation commune de marché viticole) voulue par Bruxelles, dans laquelle les députés indiquent "consentir" à l’arrachage de 200.000 ha de vignes.

    Cette proposition de résolution émanant de la délégation parlementaire pour l’Union européenne a été adoptée par la commission des Affaires économiques. Les députés PS se sont toutefois abstenus, a-t-on appris de source parlementaire.

    Source: AFP

    Répondre
  13. Jean-Claude THIALET

    29/11/2007

    29/11/07    – "Les 4-Vérités"

    Nicolas SARKÖZY est un grand (1) modeste. Si l’on en juge par la façon dont il a (pas encore d’ailleurs, puisqu’aucun accord n’a encore été signé)(2) réglé le poblème des "régimes spéciaux", il est permis de douter qu’il n’y aura "NI VAINQUEURS NI VAINCUS" !

    En effet, nul n’en doute parmi les dirigeants syndicaux  – et c’est sans doute une des raisons, sinon la pricnipale,  pour lesquelles ils ont accepté de terminer la grève malgré l’avis de la "base" – LES COMPENSATIONS EN AVANTAGES MATERIELS ou FINANCIERS que Nicolas SARKÖZY et les responsables tant de la SNCF que de la RATP ont accepté  – dans les coulisses – d’accorder aux salariés, dépasseront LARGEMENT le sacrifice des 40 annuités pbligaoires avant le départ à la retraite(2).

    NICOLAS SARKÖZY pourra continuer à pérorer en nous assurant avec la (vraie ou fausse) sincérité qui a séduit un peu plus des 53% d’électrices/électeurs qui ont accepté de voter le 6 mai dernier :

    "J’AI PROMIS DE FAIRE DES REFORMES, ET JE TIENS MES PROMESSES. La preuve, j’ai fait passer à 40 (3)  les annuités des "régimes spéciaux". J’ai assuré la "réfome" des Universités, etc."

    La "réfome des Universités" ? Parlons-en ! Une loi a été votée au Parlement(3). Comme toute loi, elle est applicable à TOUS les citoyens. Apparemment, pas par les ETUDIANTS (ou prétendus tels !). Pas même par les lycéens qui ne sont pas (encore) concernés ! Ainsi, malgré toutes les concessions accordées par Valérie PECRESSE (4), avec, on peut l’imaginer, l’accord de Nicolas SARKÖZY, des "étudiants"   – certes minoritaires – continuent à "bloquer" les Facultés, et même à débaucher des lycéens et des collégiens pour soutenir un mouvement qui s’essougle d’autant plus que les (vrais) étudiants peuvent, à juste titre, se considérer comme VAINQUEURS. Et les dernières propositions-concessions  de Madame LE ministre viennent encore d’être rejetées.

    On comprend que ce GRAND modeste de Nicolas SARKÖZY préfère assurer, la main sur le coeur, IL N’Y A NI VAINQUEURS, NI VAINCUS car, in fine, quand l’heure du bilan des Réformes sera venue  – on le devine par avance   – et le nouveau président le sait mieux que quiconque,  LE VAINQUEUR SERA, UNE FOIS DE PLUS "LA RUE". Et si le gouvernement SARKÖZY/FILLON, avec la complicité habituelle d’une presse aussi vile que servile, peut nous assurer SANS RIRE que le programme des réformes a été réalisé, IL Y AURA "UNE" VAINCUE : les CAISSES DE L’ETAT "REPUBLICAIN" (celles de la France !) qui auront été largement pillés pour permettre aux princes qui nous gouvernent d’ACHETER leurs prétendues réformes.

           Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) façon de parler, si l’on juge par sa taille ou si l’on juge qu’il n’a pas (encore) la dimension napoléonnienne qu’on veut bien lui donner !

    (2) les dirigeants syndicaux préviennent d’ailleurs régulièrement, à la Radio, à la TV et dans la presse, qu’ils sont décidés à reprendre les "journées d’action" s’ils s’aperçoivent que ces "promesses secrètes" ne seront pas tenues !

    (3) pas celles des députés dont, rappelons le, 63 % du montant des retraites sont à la charge des CON… tribuables !

    (4)  cette "Réforme des Universités" (sic) avait d’ailleurs été vidée d’une bonne partie de sa substance puisque le GOUVERNEMENT QUI NE CEDE PAS AUX PRESSIONS DE LA RUE avait accepté de supprimer la "SELECTION A L’ENTREE" qui, logiquement, était le "socle" de cette prétendue réforme !

     

    Répondre
  14. Brice

    29/11/2007

    Pour Sas et Mancney,

    brice……peut être que ces gens initiés……savent tout comme le prophétisait jean de notre dame alias nostradamus……voir les révélation de fatima…..(quelles sont ses révélations ?), parce que nostratruc prophétise une guerre mondiale embrasant toute l’humanité et durant 27 ans avec des épisodes de guerres nucléaires dont le bilan humain serait de plus de 3 milliards 500 millions de morts, donc à comparaison, tous les conflits du 20ème ne serait des "détails historiques" tant leurs bilans humains seraient "faibles" en comparaison. La prédiction/estimation la plus pessimiste est celle de Guillaume Faye, mais elle est vaiment trop pessimiste (ramenant le sold humain à 300 millions de survivants), lorsqu’il parle d’accélération de l’histoire et du siècle (le 21è) le plus belliqueux de l’histoire) dans son livre "la convergence des catastrophes".

    Néanmoins, l’histoire n’est pas écrite, on peut spéculer et prévoir, l’histoire, c’est nous qui allons la faire, pas les abrutis qui nous gouvernent. Lorsque l’on parle, de la colonisation de peuplement qui défigure notre socle anthropobiologique, les arabo-musulmans ont appris à leurs dépends après 7 siècles d’occupation, qu’une colonisation échoue toujours, surtout dès lors que les peuples qui la subissent n’y consentent pas. Je ne suis pas fataliste mais volontariste, je pense à long terme comme le font les peuples longs-vivants ; chinois, japonais, indien et pour nous les russes. Que ce soient mes enfants ou les votres, le pense à mes petits enfants, donc dans deux générations, car accepter, ce que disent les prédictions, c’est abdiquer moralement et tout comme le disaient Machiaval, Sun Tzu et Carl Von Clausewitz, le moral est la 1ère des armes. Pour vous en convaincre, je préfèrait infiniment voir mon pays et mon continent être noyé dans un déluge de feu nucléaire ou bactériologique (pire qu’Hiroshima et Nagasaki) rendant impossible l’occupation de notre sol pendant des siècles. Voilà mes valeurs, les européens endormis et non inconscient réagiront lorsqu’il seront au bord du gouffre et que le seuil de percolation aura été atteint.

    Pour Mancney, c’est vrai, mais nous avons 2 avantages, quand trop d’émeutes il y aura et que le seuil de la guerre civile ethnique ouverte aura été atteint, la police ne pourra plus nous "protéger" ou nous empêcher de nuire, elle jonglera. Sachez également que le lieu de prédiction de guerre qui nous est propre, à nous peuples de la forêt, c’est justement la forêt, les peuples du désert y sont étrangers, on ne bas pas un ennemi sur son propre sol, surtout lorsqu’on le méconnaît totalement. Tant que le sang coule dans nos vaines, la résistance perdure, ce n’est pas de la poésie, ni de l’utopisme à la con, mais de l’idéalisme, le 21ème sera celui de notre disparition historique, si nous baissons les bras ou de notre résurrection avec l’EuroSibérie ; ça c’est un idéal. Il ne faut jamais abandonner, ou alors faites-vous sauter le caisson. A+.

    Répondre
  15. Anonyme

    28/11/2007

    Brice : " – en 2010, la France comptera 15 milliions de personnes d’origine extra-européenne (ce qui est sans précédent dans l’histoire des Gaules et d’Europe depuis le Néolithique)"

    Avec une estimation de 60,876,136 in metropolitan France (July 2007 est.), cela fait pas loin de 25%, n’est ce pas, et c’est dans 2 ans!!!!

    Combien en 2020?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  16. sas

    28/11/2007

    A brice……peut être que ces gens initiés……savent tout comme le prophétisait jean de notre dame alias nostradamus……voir les révélation de fatima…..

    que de terrible desordre apparaitront en décembre 2012 et que l’humanité perdra les 2/3 DE SONT NOMBRE…….et iles de mon avis sage et avisé…..que les enclumes qui resteront ne seront pas de la meilleurs aulne humaine….

    sas

    nb) ce qui expliquerait qu’ils attendent tous que le france titanic coule pour de bon….

    Répondre
  17. Brice

    28/11/2007

    Salut,

    La question est maintenant de savoir, non pas si l’économie française et mondiale va se casser la gueule, mais quand ?. Étant, puisque c’est la vulgate actuelle dans une économie mondialisée où les banques centrales européennes continuent d’être les bons élèves des intérêts américains, prisonniers à court terme et par le court terme par la combinaison de deux facteurs :

    – 1) en 2010, la France et une grande partie de l’Europe croulera sous le poids des vieillards avec ;

    – le renouvellement des générations qui n’est pas assurée, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne perdent quelques milliers d’habitants par an, même si cette dernière connaît une très supercielle et courte "embellie économique", la situation n’est pas meilleurs en Europe centrale, orientale, Ukraine, Biélorussie et Russie

    – la colonisation de peuplement continue avec son lots de travailleurs sous-qualifiés contribuant à la tiers-mondisation progressive de l’Europe,

    – en 2010, la France comptera 15 milliions de personnes d’origine extra-européenne (ce qui est sans précédent dans l’histoire des Gaules et d’Europe depuis le Néolithique),

    – 2) le déficit de la France sera tel (presque 3000 milliards d’euros, quel passera en cessation de paiement, dixit Jean-Roux, commissaire aux comptes dans son livre "La grande… culturel français",

    – ce déficit de l’État concerne la France et bien d’autre pays de l’U.E. et hors U. E., la cessation de paiement risque de toucher la Russie entre 2010-2015,

    – les USA ont le plus fort déficit + de 35000 milliards de dollars, suspendus et interdépendants de la Chine, l’Inde voire du Japon eux aussi endettés,

    – un autre choc pétrolier d’une ampleur sans précédent, voir "La Face cachée du pétrole" pour huit unités consommées, une seule est extraite,

    – une économie mondiale spéculative et endettée obsédée par le court terme,

    On pourrait continuer longtemps, mais je ne veux me couper l’appétit, ni à vous autres pour ceux qu’ils l’ont encore.

    Bonne appétit et bonne journée. 

    Répondre
  18. sas

    28/11/2007

    Dans ce conflit en trompe l’oeil médiatique ,il n’y a ni vainqueur ni vaincu……juste une cocue: LA FRANCE qui garde ses fonctionnaires oisifs et privilégiés remboursés des coûts economisés partiellement par un début de nivellement……qui n’aura m^me pas porté sur la plus grande dyscrimination qui soit: 70% des 6 derniers mois pour le public et 60% des 25 dernières années pour le privé……NON SEULEMENT ILS NOUS AURONT MAL SERVI ET RUINE DE LEUR ACTIF……mais leurs retraites et vieux jours nous couteront plus chèer que leurs période supposée active…..

    ……mais qu’à cela ne tie,nne madame la marquise……la regularisation des 40 ans de cotisation imposee par l europe…..aura été faite…..les maîtres européens n’auront pas à sanctionner….

    QUID DES 3% de déficite du PNB qui seront explosés en 2007….

    sas

    Répondre
  19. beligue

    28/11/2007

    La statégie c’est comme les sandales, il faut qu’elles aillent à celui qui les porte. Sarko est une petite pointure et il ,prèfère les pantoufles. Giscard, Mitterand et Chirac bis en somme.

    La question est ? qui enfile le bleu de chauffe et qui se colle au boulot??

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)