Réfugiés ukrainiens ?

Réfugiés ukrainiens ?

Dans son roman bien connu, « Le camp des saints », l’excellent écrivain Jean Raspail, récemment décédé, mettait en scène une invasion « pacifique » de l’Europe par des milliers d’affamés venus des antipodes.

Le plus impressionnant, dans ce roman déjà ancien (1973), remontant à une époque où l’invasion migratoire n’était nullement aussi manifeste qu’aujourd’hui, tenait sans doute à l’attitude des « élites » européennes.

Toutes renonçaient à se battre et à défendre leurs frontières et leurs peuples, paralysées qu’elles étaient par le pathos médiatique et la compassion forcée pour le « lointain ».

Il est clair que, depuis 1973, la situation s’est considérablement dégradée. Non seulement, les migrations atteignent des chiffres gigantesques (au moins 2 millions d’étrangers sont entrés sur le territoire français pendant le seul quinquennat Macron), mais les médias exploitent, plus encore que le romancier ne l’eût pu imaginer, la corde de l’émotion.

Une photo, une belle histoire suffisent désormais à désarmer toute velléité de résistance.

Pourtant, il y aurait, beaucoup plus encore qu’en 1973, matière à s’interroger.

Tout récemment, « Le Figaro », qui ne passe pas pour un organe néo-fasciste, affirmait que 30 % des réfugiés « ukrainiens » n’étaient pas ukrainiens.

Un tiers, ce n’est pas tout à fait négligeable. Cela devrait même pouvoir se voir. Eh bien, cela n’intéresse pas notre excellente caste jacassante.

Toute à l’exploitation médiatique de la légitime compassion pour les civils ukrainiens sous les bombes, toute à l’utilisation de cette guerre pour assurer la réélection triomphale de Jupiter, elle détourne le regard.

Plus exactement, elle n’a repris l’information du « Figaro » qu’une fois celle-ci utilisée par l’opposition de droite, de Marion Maréchal à Valérie Boyer, pour dénoncer un énième détournement de notre droit d’asile. Là, les « fact-checkers » (comme on dit en franglais) sont entrés en action.

Ironiquement, ils ont été incapables de prouver que l’information était fausse. Simplement qu’elle n’était pas « sourcée » – le « Figaro » disait « selon nos informations » !

Ce faisant, ces éminents confrères se dispensaient de répondre à l’essentiel. Jean-Marc Leclerc, le journaliste du « Figaro », détaillait un peu le profil de ces 30 % d’étranges « réfugiés ukrainiens » et y discernait notamment 7,5 % d’Algériens, 3,5 % d’Ivoiriens et bien d’autres, qui ne sont pas exactement voisins de l’Ukraine.

Mais « réfléchir, c’est déjà désobéir », dit l’adjudant serre-file. Et réfléchir en matière migratoire, c’est être fasciste !

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • Laure Tograf Répondre

    Vous êtes un médisant concernant les réfugiés Ivoiriens. Chacun sait que Yamoussoukro est la capitale de l’Ukraine. Quand à Alger c’est la capitale de l’Europe. Bande de kakabas.

    07/04/2022 à 0 h 56 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      quanT à …
      MOINS sérieusement à Nogaro ( mais oui ) dans le Gers ( département de l’ ineffable Cassetête ) un quadragénaire justement d’ origine ( sic ) IVOIRIENNE mis en examen pour violences familiales sur les personnes de ses QUATRE  » COMPAGNES  » et de ses VINGT HUIT ENFANTS … l’ argent braguette n’ a plus besoin de s’ abriter à l’ ombre des bananiers et les allocs fonctionnent à plein(s) régime(s) pour assurer le  » grand remplacement « 

      08/04/2022 à 20 h 25 min
      • Laure Tograf Répondre

        Mille excuses à votre illustrissime grandeur pour l’impardonnable « fôte » quant à l’emploi du mot « quand ». Je n’imaginais pas polluer à ce point votre fine analyse de mon commentaire.
        Pour ce qui concerne le grand remplacement de la population d’origine européenne, défaillante, par le sang neuf et les pénis africains, c’est déjà en cours. D’ailleurs, certains commentateurs se réjouissent du fait que, selon eux, la population française est déjà bien « créolisée » et même « s’en réjouit » , ah bon…. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. MLP ou MACRONET vont se charger de finir la bête. Le seul ennui, pour les « remplaçants » tient au fait que ce qui était la France n’aura bientôt plus les moyens financiers de les chauffer à l’oeil, même après avoir cramé les meubles comme le fit jadis Bernard de Palissy . Mamadou finira par regretter les cocotiers.

        10/04/2022 à 0 h 52 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: