Régionales : condamnation de l’ouverture à gauche

Régionales : condamnation de l’ouverture à gauche

Il est encore trop tôt pour tirer des enseignements de ces élections régionales. Le deuxième tour peut en effet sensiblement modifier l’analyse que nous pourrions faire du premier tour.

Mais, d’une part, il est rarissime que les tendances du premier tour s’inversent radicalement entre les deux tours. Et, d’autre part, les résultats du premier tour peuvent s’analyser pour eux-mêmes.

Personnellement, j’en retiens essentiellement deux chiffres. Tout d’abord, celui de l’abstention (et des votes blancs que l’on omet toujours de comptabiliser dans la « grande presse »). Seuls 44,6 % des inscrits se sont exprimés.
Il est vrai que les scrutins régionaux ne déplacent pas souvent les foules. Mais, cette fois-ci, nous atteignons des sommets ! Cela signifie, par exemple, que le PS triomphe presque partout en France… avec moins de 10,5 % d’assentiment ! Voilà qui remet un peu en perspective l’idée d’une France majoritairement à gauche…
Le moins que l’on puisse dire, c’est que les partis traditionnels ne font pas recette. Plutôt que de pousser des cris de victoire, à la place des dirigeants du PS et de l’UMP, je me poserais quelques questions sur mes liens avec le « pays réel » !…

Le deuxième chiffre majeur de ce scrutin, ce sont les 2,2 millions de suffrages recueillis par le FN (11,4 % des suffrages exprimés). Certes, ces chiffres sont sensiblement plus faibles que ceux de 2004 (3,6 millions de voix et 14,7 % des suffrages exprimés), mais ce score est important à deux titres au moins.

Tout d’abord, il concerne un parti que tous les commentateurs donnaient pour mort depuis l’élection de 2007. Pour un mort, le FN se porte bien !
Et ce score est très nettement supérieur à ce qu’annonçaient les sondages. Preuve que nous avons repris, sous Nicolas Sarkozy, le train-train habituel des électeurs de droite votant FN pour sanctionner la politique de gauche des gouvernants UMP, mais ne le disant pas

Mais, surtout, ce qui me paraît décisif, c’est que la stratégie de « droitisation » du discours de l’UMP ne fait plus recette. Ainsi Thierry Mariani, choisi pour présider la liste du parti majoritaire en PACA, précisément pour son positionnement droitier, ne devance Jean-Marie Le Pen que de 92 087 voix (2,8 % des inscrits seulement…).

Le succès de Sarkozy en 2007 avait été de se placer à droite sans complexe. L’ouverture à gauche et le « front républicain » ont eu raison de ce succès !

Partager cette publication

(12) Commentaires

  • Philippe Répondre

    A Homè[email protected],

    Continuez à dire des choses fausses sur le Front National et à cautionner les acoquinements de l’UMP avec le PS si vous voulez, la seule chose, c’est que ne prétendez pas en même temps servir la France et désirer une politique plus à droite…

    Qui en 2007 a capté les voix des électeurs de droite nationale pour faire ensuite une politique d’ouverture à gauche et d’européisme, une politique complaisante à l’immigration et à toutes ses conséquences ? Qui, à contrario, a toujours défendu avec constance ses idées et n’a jamais trompé ses électeurs ?

    Et je vous ferai remarquer que même sous gouvernement socialiste, les "gens", comme vous dites, défilent et manifestent quand même dans la rue puisque, la plupart du temps, il s’agit de préserver  certains z’avantages z’acquis au détriment du bien-commun national.

    "Ce n’est pas en se jettant des invectives que la droite reviendra aux affaires, car elle reviendra aux affaires, soyez en sûrs !".

    D’abord, il n’y a aucune invective ni animosité dans mes propos, seulement je n’aime pas qu’on accuse certains pour ce qu’ils ne sont pas.

    Deuxièmement, ben euh! C’est-y pas la "droite" qui justement est aux affaires depuis 2002 au niveau national ? Vous admettez donc que c’est une fausse droite qui a trahi. Alors, on peut être d’accord sur ce point essentiel et j’espère deux choses : qu’il y ait vraiment un autre vrai parti de droite dans le paysage politique français à l’avenir, et que si le Front national ne s’y fusionne pas, qu’il ne soit pas ostracisé et caricaturé comme actuellement.

     

    24/03/2010 à 12 h 49 min
  • Philippe Répondre

    Homè[email protected],

    Comme c’est beau (comme l’antique) de dire que vous avez raison d’avoir tort ! On dirait du Sarkozy dans le texte…

    Bonne journée à vous aussi.

    24/03/2010 à 12 h 03 min
  • HOMERE Répondre

    Je ne suis pas aussi visionnaire que Lepiaf mais je persiste et signe en réaffirmant que le FN a fait perdre 4 régions au moins à la Droite….et que son obstination à rester idéologiquement ce qu’il est, est la meilleure assurance qu’il soit éternellement hors jeu.Qu’il se saborde ne changera rien au problème,il restera toujours face au front républicain qui rejette certaines de ses positions inacceptables….Marine Le Pen a remarqué celà bien avant moi et c’est pourquoi elle prépare la succession de son père sur  des "bases" autres permettant,le moment venu de rendre possible une alliance à droite.C’est une hypothèse fumeuse mais un fait objectif.

    Sur un plan plus polémique,je ne suis pas certain que Nicolas SARKOZY fasse réellement une politique de gauche si l’on en juge par l’opposition très hostile à son programme des gens de la gauche socialiste et communiste.Les gens ne défilent pas dans la rue pour rien….Par contre,je n’ai jamais pensé que les personnalités de gauche qui sont au Gouvernement soient utiles et performants eu égard à leur passé politique plutôt faible et au plan de leurs compétences plutôt restreintes.Il était nécessaire de présenter un certain rassemblement de personnes venues de la gauche et de la diversité….celà n’a pas été une réussite pour le moins et il faut en tirer les leçons qui s’imposent.Peut être aussi que certains électeurs de droite sont "partis" voir les écolos et qu’ils en reviendront …..Le parti unique qui a aussi négligé la composante "centriste"issue de l’ex-UDF n’a pas,non plus, permis de constituer une force d’appoint.

    Voilà où nous en sommes et ce n’est pas en se jettant des invectives que la droite reviendra aux affaires,car elle reviendra aux affaires..soyez en sûrs ! il vaudrait alors mieux que le FN en soit en créant les conditions nécessaires qui lui appartient d’établir pour celà.C’est son problème….!!!

    Pour ce qui concerne les francs maçons,je n’ai dit à aucun moment qu’ils appartiendraient à tel ou tel parti….ils bouffent à tous les rateliers aussi bien à gauche qu’à droite et c’est bien de celà dont il s’agit.Nous subissons les influences de ces "ordres" au travers des hommes politiques dont on sait qu’ils font passer les obédiences avant leurs opinions….un peu commes les islamistes qui font prévaloir leur appartenance religieuses avant celles relevant des Lois de la République,c’est d’ailleurs la bonne définition existante entre un musulman qui place ces dernières avant la religion alors que l’islamiste inverse les priorités….!

    Je vous souhaite une bonne journée en pensant aux lendemains qui vont chanter….comme LEPIAF sentant le printemps arriver…enfin !

     

    23/03/2010 à 19 h 33 min
  • Philippe Répondre

    [email protected],

    Enfin quelqu’un d’intelligent qui a compris que l’UMP ne fait pas une politique de droite.

     Car certains (voir Homère) voudraient que le Front se saborde pour laisser Sarko et sa bande faire peinard sa politique de gauche.

    Et qui c’est qui marginalise l’autre et le met hors jeu? A croire qu’ils n’ont jamais entendu parler des fameux "fronts républicains" (ripoublicains serait plus juste). Et du refus du RPR-UDF en 1998 puis en 2001 (régionales puis municipales) de faire une alliance que le FN avait proposée, et pas l’inverse.

    On fait "barrage" contre les patriotes mais contre la gauche, rien, ou plutôt si, on les nomme ministres ou au conseil constitutionnel.

    Je serai le premier à souscrire à une "alliance des droites", mais pour cela il faudrait que l’UMP revienne à droite et ça, c’est pas gagné.

    Homè[email protected] : "le FN est l’allié objectif de la gauche à qui il va permettre de gagner les régionales. C’est un fait pas une hypothèse."

    Ben, non, c’est une hypothèse fumeuse, car même dans les régions où il n’y a pas de triangulaires (et il y en a 10 ou 12), l’UMP est partout battu sauf en Alsace. Normal, les électeurs de gauche préfèrent voter pour l’original de gauche plutôt que pour sa copie. La faute donc à l’UMP et à elle seule et à son virage à gauche.

    Quant à la présence des "frères" que vous dénoncez, mais ouvrez les yeux! Ils sont très nombreux à l’UMP (les plus emblématiques sont le ministre Bertrand ou encore le conseiller présidentiel Alain Bauer) et dès le lendemain de son élection en 2007 le sieur Sarkozy s’est rendu au GODF pour féliciter les "frères" d’être de remarquables inspirateurs pour la République".

    21/03/2010 à 21 h 12 min
  • sas Répondre

    Je pense effectivement…..que c’est notre principal problème N° 1….

    …..que l urgence immédiate de la France, de l EUROPE ET du MONDE ;…….est la" franc maçonnerie et ses filliations" egémoniques et mondiales et ses relais : ONU , CFER,OTAN, BILBERGER GROUPPE,TRILATERALE,HORLOGE,FMI,OMC,CONSEIL DE L EUROPE….(liste de tutelles incomplètes)

    …..c’est assurément ni pour le bonheur des peuples, ni pour leurs prospérité et sa rejoint méchament le NUEVO ORDO SECULARUM….et donc contraire au principe de NATION

    Ils ont donc inventés a leur "exclusif service ", un ordre maffieux et un pouvoir SUPERIEUR AU DEMOCRATIE ET REPUBLIQUE (leur concepte de troie) , AFIN QUE TOUJOURS LES CHAÎNES DE COMMANDEMENT VISIBLES:INSTITUTIONNELLES HIERARCHIQUES, NATURELS ET DEMOCRATIQUES ;soient perverties , court circuitées et rendent inopérant tous les ETAT et les GROUPPES non affiliés…..cqfd

    Il en est donc ainsi de la fausse DROITE UMP, et la fausse GAUCHE PS…….qui est en permanence fusionée UMPS pour nous asservir, nous faire choir et nous ruiner…..selon d autres plans et d’autres auriculaires volonté….la droite ou gauche c’est du pareil…

    Comprendre ca…..c’est enfin mettre une analyse sur notre drame contemporain actuel et ses funestes conséquences.(vous avez des doutes regardez le JT)

    j ai dit

    sas

    21/03/2010 à 13 h 11 min
  • LEPIAF Répondre

    J’en ai marre des faux culs de "droite" comme de gauche : tous des hypocrites !

    Pourquoi toujours repousser les "lièvres" positifs énumérés depuis 20 ans et + par le FN ?

    Des solutions, il y en a ! Encore faut-il avoir le courage de les appliquer !

    J’en ai plus que marre de tous ces crétins : JE VOTE FN !

     

    20/03/2010 à 19 h 38 min
  • HOMERE Répondre

    Délogeons la Loge et leurs affidés…..le clan des ombres et l’esprit des ténèbres aussi visqueux que les reptiles constrictors….que fout on encore de ces spectres  autoproclamés visionnaires et humanistes ? figures même de l’anti démocratie et clans des penseurs nantis…..véritables capricornes termitiens ils sillonnent la pensée universelle en la pillant….authentiques gourous encapuchonnés ils pérorent de leur appartenance sectaire au "grand architecte" comme un étendard protecteur…..de leurs privilèges.

    Au 21eme siècle on tolère toujours ces pratiques héritées de Malthus et perpétuées par les "frères"dont on sait qu’ils sont aussi des politiques convertis aux clans…belle mentalité !

    Pour en revenir au Front du problème, il est bien évident que l’UMP ne gagnera rien et ne fera rien du FN actuel…..les triangulaires sont la vraie démonstration que le FN est l’allié objectif de la Gauche à qui il va permettre de gagner les Régionnales…c’est un fait,pas une hypothèse ! Plus le FN sera fort et haut,plus la gauche sera peinarde (selon Saint François)…..il faut donc que :

    Soit le FN change dare dare de fusil d’épaule en devenant la composante nationale de la droite,c’est à dire en remisant son antisémitisme,son antiEuropéanisme et son antiaméricanisme chronique tout en affirmant sa préférence nationale,

    Soit il demeure en l’état et restera isolé à droite et condamné à l’errance perpétuelle…sans espoir aucun de peser sur les choix politiques de la France dont il se prévaut tant…!

    Voilà la situation dans laquelle ce parti s’est mis….hors jeu !

    Actuellement le Front National n’existe pas…c’est un spectre !

    20/03/2010 à 17 h 57 min
  • SAS Répondre

    Merci commissaire…je pense que c’est de taille….et important de comprendre …ENFIN

    Au moins 1 des 4  VERITES……qui en vaut 3

    sas

    20/03/2010 à 2 h 55 min
  • sas Répondre

    ouverture a gauche et bisbilles ?????

     

    Guerre ouverte chez les francs-maçons
    Par François Koch, publié le 17/03/2010 à 10:50 – mis à jour le 17/03/2010 à 14:44
    lexpress.fr
     

    François Stifani,grand maître de la GRande Loge nationale française. Son obédience risque la scission.
    LEXPRESS/T. Dudoit

    François Stifani,grand maître de la GRande Loge nationale française. Son obédience risque la scission

    ·                                  

    La Grande Loge nationale françaiseveut devenir l’obédience n° 1. Elle affronte une crise sans précédent. Dans un climat de violence et de déballage, des frères entrent en rébellion contre le grand maître François Stifani, son pouvoir absolu, sa cour assidue à l’Elysée. Enquête.

    Le 4 décembre 2009, jour où tout dérape: le souverain grand comité de la Grande Loge nationale française (GLNF), obédience affichant 43 000 frères, se réunit dans son grand temple, au coeur de son siège parisien, digne d’une multinationale. Une trentaine de frères se lèvent, quittent leur tablier maçonnique et avancent sur le pavé mosaïque. Un porte-parole tente de poser une longue liste de questions critiques sur l’utilisation des 17 millions d’euros de capitations (cotisations) comme sur le renforcement des relations de l’obédience avec les sommets du pouvoir de l’Etat.

    "Pour qui vous vous prenez? Où vous vous croyez? gronde François Stifani, grand maître de la GLNF. Votre complot a été découvert avant même sa mise en oeuvre! Vous êtes pitoyables!" Et, se tournant vers ses grands officiers: "Prenez la liste de ces gens! Ils n’ont plus leur tablier!" Puis le grand maître s’adresse "à ceux qui [lui] sont proches" pour leur communiquer son sentiment sur le texte que tentent de lire les "comploteurs": "Je ne me torcherai pas avec, de peur de me salir les fesses. Je vais vous distribuer du papier Lotus. Les discours sales vont de bouches sales à oreilles sales." "C’est pitoyable que vous ayez sali cette maison, pour faire le coup de force", reprend-il en direction des contestataires. "Je note, grand maître, que, lorsque l’on vous dit quelque chose et que vous n’êtes pas d’accord, alors on est sale", intervient le présumé "chef de bande", Claude Seiler, un des grands maîtres provinciaux franciliens, agent d’assurances de 71 ans, dont trente de maçonnerie. "Vous êtes sale, pas moi!", réagit François Stifani, avant de clore l’échange d’un "C’est pas vous qui avez la parole", ponctué d’un sonore coup de maillet. "Ce que nous avons vécu est ce qu’il y a de plus condamnable et de plus hideux: la perfidie, la calomnie, la méchanceté qui amène les "sans-coeur" à se liguer, comploter et couvrir de miel la pomme empoisonnée!", écrira quelques jours plus tard le grand maître. "Nous n’avons pourtant fait que lui poser des questions, observe le Marseillais Jean-Pierre Claverie, 68 ans, ancien grand inspecteur. Un crime de lèse-majesté!"

    Les discours sales vont de bouches sales à oreilles sales

    Le 5 décembre, François Stifani signe 24 ordonnances suspendant les "mutins" qui avaient défié son autorité. Comme si de rien n’était, à la Grande Arche de Paris-la Défense, il dirige la tenue solennelle annuelle, devant 2500 participants, des représentants de loges et 58 délégations étrangères. De son fauteuil impérial, il lance: "Aimez-vous les uns les autres. J’ai, pour ma part, un sentiment d’ineffable bonheur quand je suis au milieu de vous et j’ai la sensation qu’unis rien ne peut nous arriver!" Etonnante envolée aux accents de gourou menacé par le monde extérieur. Alors que si risque il y a, il ne vient que de l’intérieur.

    La destitution de l’un des "trublions", le Tourangeau Thierry Perrin, chef d’entreprise de 65 ans et grand maître provincial du Val de Loire, a provoqué une fronde locale, que François Stifani croit pouvoir étouffer en ordonnant, décision rarissime, la dissolution de toute cette province de 1450 frères. Mais cette sanction, au lieu de calmer la rébellion, fait qu’elle s’intensifie et se répand. A grande vitesse et à grande échelle, car la révolte s’exprime au travers de moyens modernes de communication: des sites Internet intitulés Le Myosotis se multiplient.

    Jean Murat, ancien assistant grand maître, soutient la fronde.
    LEXPRESS/T. Dudoit

    Jean Murat, ancien assistant grand maître, soutient la fronde.

    Dans leurs commentaires, des frères internautes entrés en résistance s’alarment du rythme effréné des recrutements de profanes. "C’est la volonté folle et orgueilleuse de dépasser le plus vite possible le Grand Orient", regrette Thierry Perrin. "Nous sommes déjà la première obédience, puisque le GO gonfle ses chiffres, déclarait il y a un an François Stifani àL’Express. La Rue Cadet ne l’accepte pas, car elle veut conserver le leadership politique et social." Avec un objectif d’au minimum trois ou quatre initiations par loge chaque année, ce sont donc près de 6000 nouveaux frères par an que la GLNF doit accueillir dans ses temples.

    En juin 2009, le grand maître crée une commission des affaires intérieures, dont les conclusions, remises trois mois plus tard, sont alarmantes : "La croissance des effectifs, […] insuffisamment maîtrisée, […] comporte un risque mortel pour l’ordre." Résultat, Jacques Perret, 68 ans dont la moitié en maçonnerie, est démis de la présidence de la commission. François Stifani l’accuse: "Mauvais esprit, comploteur et manoeuvrier, vous retrouvez les démons du passé, ces rêves de révolution de palais", avant d’ajouter: "Les faits et propos qui m’ont été rapportés ont été communiqués au grand porte-glaive [procureur de la justice maçonnique]." Le boss de la GLNF a vite le verbe assassin pour ses frères en disgrâce. Utilise-t-il des "fiches d’évaluation" avec "les points forts et les faiblesses", comme celles qu’il avait demandé, en juillet 2008, aux grands maîtres provinciaux de rédiger sur leurs officiers?

    Comploteur et manoeuvrier, vous rêvez de révolution de palais

    "La fuite en avant dans la course aux effectifs a d’abord une cause financière", affirme Jacques Perret. Afin d’accroître le nombre de loges, il faut bien acquérir de nouveaux temples. Le grand maître a aussi besoin d’argent pour financer sa politique de communication et de relations publiques. Un appartement de 260 mètres carrés a été acquis avenue de Wagram, à Paris, pour un coût total de près de 2,5 millions d’euros. "Un lieu de réunion mieux adapté et plus conforme au statut actuel de l’obédience", explique François Stifani à ses frères, dans une lettre interne. Il s’agit d’y recevoir "les acteurs majeurs de la société civile, les politiques, les intellectuels ou les religieux, au bénéfice de la renommée de notre maison!". Sur les blogs contestataires, les frangins expriment pourtant leur incompréhension: le siège luxueux de la GLNF n’était-il pas suffisant pour les hôtes de marque de l’obédience?

    Et il y a ce fameux "cabinet fantôme" où ont été intégrés des hauts fonctionnaires comme Guillaume Jublot, chef de cabinet (UMP) de Christian Blanc, secrétaire d’Etat au Développement de la région capitale, ou Frédéric Lacave, chef de cabinet du préfet de la région Ile-de-France. Grâce à eux, explique François Stifani, "nous avons rencontré plusieurs ministres, de hauts fonctionnaires, d’importantes autorités spirituelles et religieuses". Dans quel objectif? "Participer aux réflexions sur les fichiers, les spiritualités, le droit au logement des plus démunis, la lutte contre les exclusions, l’émergence de nouvelles religions, le communautarisme, l’intégration, etc." Sauf que les frères se demandent légitimement comment de telles contributions peuvent être produites, puisqu’au sein de la GLNF "toute discussion ou controverse politique ou religieuse" est catégoriquement interdite.

    "François Stifani a fait don de son obédience à Nicolas Sarkozy"

    En février dernier, révèle La Lettre de L’Expansion, François Stifani a remis à Nicolas Sarkozy un "rapport sur l’organisation des musulmans de France, [évoquant] la création d’une nouvelle instance non cultuelle, mais à caractère social et indépendante de toute puissance étrangère". Le grand maître explique au site Internet Hiram.be qu’il a "rencontré différentes personnalités laïques et religieuses et recueilli leur avis" avant de formuler sa proposition, qui "manifeste l’idéal de fraternité universelle porté par les francs-maçons". Au même moment, Brèves, la lettre interne de la GLNF, confirme que la suggestion à Nicolas Sarkozy lui a été faite par François Stifani "en tant que grand maître de l’une des principales obédiences maçonniques françaises". Pourtant, un mois plus tard, devant L’Express, ce dernier ne parle plus que d’une "réflexion à titre personnel". A-t-il pris conscience d’avoir été trop loin, d’avoir heurté nombre de ses frères peu habitués à de telles interventions au plus haut niveau de l’Etat?

    "François Stifani s’agite beaucoup pour faire croire qu’il est le seul à pouvoir exercer une influence en tant que tel, observe Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient et proche de Nicolas Sarkozy. Dès qu’il voit un conseiller de l’Elysée, il lui propose ses services." C’était bien l’objectif de ce "cabinet fantôme", officiellement dissous depuis janvier dernier: établir des relations entre la GLNF et le monde profane, notamment les cabinets ministériels, un domaine où le GO avait une bonne longueur d’avance. De quoi agacer le patron de la GLNF, surtout parce qu’il se sent en phase avec les options du président de la République. "François Stifani a fait don de son obédience à Nicolas Sarkozy, raille Pierre Lambicchi, grand maître du GO. Mais je ne sache pas que le locataire de l’Elysée ait apprécié." Le patron de la GLNF laisse apparaître sa jalousie de n’avoir "même pas été honoré de la présence d’un ministre ou d’un secrétaire d’Etat", pour la Conférence mondiale des grandes loges régulières de 2006, alors qu’en 2003 le 275eanniversaire du GO avait attiré le président de la République et la moitié du gouvernement.

    "J’ai la lourde tâche d’être un guide spirituel"

    "En deux ans, la GLNF a acquis une existence sur le plan médiatique, se console François Stifani. C’est vrai que nous avons pris des risques, mais nous avons retiré un bénéfice inestimable d’image, de considération et de respect." La "Rue Pisan" partait de bien bas. Au début des années 2000, de nombreux frères de la GLNF sont éclaboussés par des affaires largement médiatisées. L’obédience est violemment attaquée par Alain Bauer, alors grand maître du GO, qui appelle à la "karchérisation". Côté Grande Loge de France (GLDF), son grand maître d’alors, Michel Barat, accuse la GLNF d’interdire à ses membres de visiter les autres obédiences… tout en les laissant fréquenter les fraternelles affairistes, notamment celles du BTP. Une pleine page de publicité est même achetée dans Le Figaro, afin que ses lecteurs cessent de confondre GLDF et GLNF!

    Sautoir de Grande Tenue National brodé Main, 540 euros.
    scribe.fr

    Sautoir de Grande Tenue National brodé Main, 540 euros.

    L’époque a changé. Et François Stifani a ouvert les portes des temples aux caméras de télévision. En mai 2009, Canal+ montre pour la première fois une tenue de grande loge où des centaines de frères font l’inquiétant "signe d’ordre", un mouvement de la main sur le cou signifiant "j’aimerais mieux avoir la gorge coupée que de révéler les secrets qui m’ont été confiés", et le défilé de dignitaires africains. La caméra s’attarde sur l’un d’entre eux, qui remet au grand maître français une enveloppe et sur un autre, qui offre un cadeau de chez Cartier. Pour bien des frères, l’image est déplorable. C’est sûr, François Stifani mouille sa chemise sur les plateaux de télévision. Et, parfois, sa vraie nature transpire: "J’ai la lourde tâche d’être un guide spirituel, déclare-t-il en mai 2008 aux téléspectateurs de TV 7 Sud-ouest. Les frères attendent beaucoup de moi." "Nous n’avons besoin ni de gourou ni de maître à penser", ont asséné les rebelles du 4 décembre 2009.

    "Le grand maître de la GLNF est issu d’un consensus vers un homme providentiel, déclarait à L’Express, en 2005, François Stifani, à l’époque assistant grand maître. Il n’y a pas chez nous de démocratie." Aujourd’hui, il est à la tête de l’obédience, son discours a radicalement changé, niant ce qu’il reconnaissait auparavant: à la GLNF, le grand maître désigne son dauphin dans le cadre d’une succession monarchique. "J’avais pressenti la dérive autocratique", confie Jean Murat, 75 ans, chirurgien tourangeau à la retraite. En septembre 2007, il ose se présenter contre François Stifani devant les membres du souverain grand comité. Résultat: 26%. Un score très élevé, compte tenu de la tradition moutonnière de ce cénacle de dignitaires âgés si heureux d’arborer un tablier bleu. A l’époque, très peu de frères étaient gênés par la décision du Varois Jean-Charles Foellner, 66 ans, qui avait choisi comme successeur son avocat fiscaliste, administrateur de la Foellner Holding SA. Ce qui ne dérangeait pas hier scandalise les contestataires d’aujourd’hui, qui font montre d’un étonnant sursaut. "Jean-Charles ne m’a jamais payé 1 euro d’honoraires, se défend François Stifani, et je ne suis dans sa société que pour aider sa femme, djiboutienne, peu rompue aux affaires." Roukaya Foellner, 30 ans, a en effet été désignée PDG de la holding.

    "La crise ne s’apaisera pas sans le départ de François Stifani", affirme Jean Murat. Les rebelles, qui prônent aussi une révolution démocratique, espèrent mettre en difficulté leur grand maître le 25 mars prochain, lors de l’assemblée générale où doivent être approuvés les rapports financiers. Avec des institutions monarchiques totalement verrouillées, les insurgés ont très peu de chances de renverser leur grand maître. Mais ils ont gagné la bataille de l’information en brisant la loi du silence maçonnique. La boîte de Pandore aux relents nauséeux demeurera ouverte.

    19/03/2010 à 15 h 52 min
  • Philippe Répondre

     Sandelleau

    "Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir et il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre" (proverbe chinois).

    Concernant Sarkozy, L’UMP et leurs électeurs bernés, j’aurai pu aussi, de façon moins polie, écrire la phrase ci-dessus avec le mot "cocu".

    19/03/2010 à 8 h 18 min
  • sandelleau Répondre

    On se demande si certains électeurs réfléchissent quand ils votent ou quand ils s’expriment. Quand je lis le FN est la seule opposition patriote de droite. Au secours. Les fous sont lâchés.

    19/03/2010 à 0 h 28 min
  • Philippe Répondre

    A la télé, à la radio, dans les journaux, je ne fais qu’entendre la complainte des "ténors" de l’UMP appelant les électeurs du Front national à voter pour eux au 2ème tour (tiens je croyais qu’ils n’étaient pas fréquentables?). Par contre, ils n’attaquent absolument pas les socialistes ou à peine, pour "la forme". Mais ce n’est absolument pas surprenant.

    J’ai donc envie d’inverser les rôles et d’appeler les électeurs de l’UMP trahis en permanence (rappelez-vous 2007, rappelez-vous "la liquidation des erreurs de mai 68", rappelez-vous "je rétablirai la sécurité dans les zones de non-droit" et aussi "la repentance est une sorte de haine de soi") à voter FN au 2ème tour pour montrer à l’UMP où est la vraie droite. Si vous votez UMP, Sarkozy et sa bande vous remercieront avec de nouvelles nominations de ministres socialistes et une collaboration accrue à la politique socialiste dans les conseils régionaux.

    Le Front national est la seule opposition patriote de droite.

     

    18/03/2010 à 22 h 29 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: