Régionales : mobilisation à gauche, démoralisation à droite et consolidation du FN

Régionales : mobilisation à gauche, démoralisation à droite et consolidation du FN

Les résultats du premier tour des élections régionales constituent d’abord un sévère avertissement pour la majorité parlementaire. Au-delà des têtes de listes UMP ou UDF, au-delà du Premier Ministre, c’est le président de la République qui est visé, non pas à cause des intérêts catégoriels bousculés par les réformes mises en route, ainsi que le répètent, comme par cœur, ses derniers partisans, mais au contraire à cause de l’absence de réformes, dans les principaux domaines où les électeurs de droite en attendent, c’est-à-dire fiscalisme, sécurité, immigration.

Dans ces conditions il y a de la part de Jacques Chirac soit du cynisme soit du masochisme à se féliciter d’une bonne participation électorale le dimanche 21 mars, car celle-ci n’est que le reflet de la forte mobilisation à gauche, et de la démoralisation à droite, double aspect d’un même phénomène, qui a abouti au résultat observé…

Pour la plupart des caciques de l’UMP, le gouvernement aurait été sanctionné pour sa politique sociale. C’est sans doute l’opinion d’électeurs de gauche. Mais pas forcément celle des électeurs qui ont manqué à la droite parlementaire. Avant d’écouter ses adversaires, cette majorité ferait mieux d’écouter sa propre base…

Mais cela l’amènerait à prendre en considération les points de vue de ceux qui ont voté pour le Front National, formation qui consolide ses positions, et s’affirme aujourd’hui, comme la troisième force politique du pays, loin devant l’UDF.

Le bon sens voudrait, dans une élection à deux tours, que les regroupements soient possibles pour toutes les formations ayant dépassé les scores minima. On l’accepte pour la gauche, y compris pour ses franges les plus extrêmes. La gauche le conteste à la droite, c’est de bonne guerre. Mais non seulement la droite parlementaire accepte cet oukase, mais elle l’adopte, sans aucune raison sérieuse.

L’UMP est en pleine contradiction. Une partie de ses électeurs votent FN. Une autre s’abstient. La logique voudrait qu’elle les retrouve en passant des accords avec le FN. Ou en inscrivant dans son programme des propositions propres à ramener les prodigues au bercail. En ne faisant ni l’un ni l’autre, l’UMP se condamne à perdre les prochaines élections. Le pari de Jean-Marie Le Pen d’être, la prochaine fois, non plus seulement au deuxième tour, mais, face à un candidat de gauche, le candidat unique de la droite est chaque jour plus probable…

Partager cette publication

Comments (8)

  • jacques furlainac Répondre

    Je reçois les nouvelles de France via TV5 qui rediffuse le journal télévisé de l’une de vos chaînes. Je suis toujours surpris de la discrimation dont fait l’objet le FN. On ne voit jamais cela au Canada, vous n’avez pas une presse honnête. Ainsi lors de la « réaction des parties d’opposition » au nouveau cabinet on a présenté la réponse d’un candidat socialiste (correct) puis… non pas le FN (la 3ìeme force politique) mais… Mme Buffet !!! qui ne représente presque personne! C’est vrai comme dit Gil Linard qu’il n’y a pas de force libérale puissante en France. En fait l’UMP est plus à gauche que notre gauche puisque même le NDP (notre parti le plus à gauche) n’oserait jamis proposer/tolérer la semaine de 35 heures obligatoire.

    01/04/2004 à 19 h 47 min
  • OMvaincra Répondre

    le terme français de base ne visait pas les français des classes sociales défavorisées mais bel et bien ceux auxquel on a confisqué la liberté de penser. Vous n’etes donc pas visé randonneur! Le FN n’a aucune chance de passer légalement pr les raisons que l’on sait. La victoire passera dc par l’alliance de ttes les dtes! (excluons bien evidemment les bienpensants de l ump et les néonazis)

    01/04/2004 à 17 h 37 min
  • Adolphos Répondre

    Enfin, ce qui est bon dans tout ca c’est que le gouvernement n’aura plus de scrupules à transférer des conpétances au régions. A charge pour elles des les financer si elle veulent en faire plus que le budget alloué par l’Etat. Et comme les socialistes sont dépensiers, le payeur va enfin être le consomateur.

    01/04/2004 à 14 h 07 min
  • Jean Christophe Répondre

    Bjr J’ai 16 ans, et je suis tout à fait d’accrod avec le Fn. Votons FN!!!

    01/04/2004 à 13 h 18 min
  • CASSANDRE Répondre

    L’élection de Chirac en 2002 a été un accident. Normalement, Jospin aurait dû être élu. Cet accident résulte de l’éparpillement des voix de gauche au premier tour sur un trop grand nombre de candidats, et notamment de la candidature de Mme TAUBIRA DELANON (2,5% des voix). Ceci pour rappeler que, sociologiquement, avec ses millions d’assistés, ses millions d’immigrés, ses millions de fonctionnaires, cheminots, gaziers, électriciens, RMIstes, chômeurs, la France est aujourd’hui de gauche. Les élections des 21 et 28 mars 2004 n’ont fait que rappeler ce phénomène. S’ajoute à cela l’effet amplificateur de medias orientés, partisans et abrutissants. La tendance générale de ce pays est à l’affaissement et au renoncement, comme le montre sa politique étrangère, à la fois veule avec les dictatures et arrogante avec les démocraties. Le même constat s’impose, certes à un degré moindre, pour nos voisins européens. Il n’y a rien à attendre de bon des années qui viennent pour l’Europe en général et la France en particulier.

    31/03/2004 à 21 h 34 min
  • Gil Linard Répondre

    Ce n’est pas une alliance UMP/FN (d’ailleurs impossible tant que les énarques tiendront l’UMP) qu’il faut mais il est nécessaire de construire une grande force politique de DROITE LIBERALE qui n’existe pas dans notre pays. Bien sûr, des membres de l’UMP et du FN pourraient en faire partie.

    31/03/2004 à 15 h 04 min
  • randonneur29 Répondre

    je suis un FRancais  » de base  » , un de ceux de la France d’en bas .je viens de prendre ma carte au Front National car je suis aussi un Francais de souche , et je ne reconnais plus dans la politique de la droite la defense des valeurs qui ont fait notre pays , oserai-je dire MON pays ?toujours est -il que je m’y sens de plus en plus mal.Par contre j’ai retrouvé parmis les idées du FN ,bon nombre de ces valeurs .En tout cas , je pense qu’il y a surement pire choix que le mien . Juste un exemple , j’ai entendu dire tout au long de la campagne precedent les elections que le FN n’avait aucun projet ( a chacun d’ailleurs de se faire une opinion la dessus ).et des le lendemain des elections j’entends dire de la part des journaliste que le PS n’as pas de projet non plus.et pourtant les gens ont votés a gauche ??avouons qu’il y a la de quoi s’interroger .et puis la gauche il me semble qu’il n’y a pas si longtemps nous avons pu les voir a l’oeuvre .alors on prends les memes et on recommence et pendant ce temps la le Pays coule inexorablement vers je ne sais trop quel abime.et si on changeais tout cela si on essayais autre chose avant qu’il ne soit trop tard ???

    31/03/2004 à 14 h 15 min
  • OMvaincra Répondre

    Je partage tout à fait votre analyse Mr Rouxel. l’avenir de la France politique passe par une alliance FN/UMP; et bcp d’electeurs s’y resoudent ou l’esperent secretement. Et puis le FN c’est pas le parti nazi non plus. Les seuls lésés ds l’histoire c’est la gauche. Mais tant qu’il auront le monopole médiatique, une fusion UMP/fn sera mal percue par le francais de base.

    30/03/2004 à 20 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: