Régionales : l'ouverture sanctionnée

Posté le mars 15, 2010, 12:00
43 secs


Après avoir été élu en partie grâce aux voix du Front National, Nicolas
Sarkozy
, a pratiqué l’ouverture à tout va et forcé son parti à faire des listes d’union avec le Nouveau Centre.
Cette tactique a marché pour les européennes, qui sont
une élection à un seul tour : l’essentiel est d’arriver premier.
C’est une catastrophe pour les régionales, où non seulement la majorité présidentielle n’arrive pas première au premier tour, mais ne dispose pas en plus de réserves de voix pour le second
tour.

Il faudrait pouvoir pour cela s’appuyer sur… le Front National ! Or, non seulement Nicolas Sarkozy a maintenu l’embargo imposé à la droite par les manoeuvres
mitterandienne, mais il a mené une politique marquée par les symboles de l’ouverture à gauche.

La réconciliation des droites et l’intégration du Front National est donc devenue doublement impossible, la défaite de la majorité présidentielle devient inéluctable, malgré un
rapport de forces pas si favorable à la gauche que les médias ne le disent…

La politique d’ouverture se révèle un non sens politique, elle n’a affaibli ni le PS, ni Europe Ecologie, tout en créant des blessures internes à l’UMP qui ne sont pas près de
cicatriser.