Remarques sur l’ésotérique Christine Lagarde

Remarques sur l’ésotérique Christine Lagarde

Je ne comprends pas ce que dit cette femme. J’ai beau faire des efforts, j’ai beau avoir fait plus d’études qu’elle et que tous les bacs +1 de ce gouvernement, croisé le fer avec Hegel, Héraclite ou Foucault, Popper, Mandelbrot ou Max Planck, je ne comprends pas ce qu’elle dit. On prétend d’ailleurs qu’elle parle mieux l’anglais que le français, et que c’est pour cette anglophonie que l’américanomaniaque de l’Elysée, qui ne s’attendait surtout pas à la victoire d’Obama, l’a recrutée. On doit à Lagarde un triplement du déficit budgétaire, une explosion de la dette publique, un effondrement industriel, une hausse du chômage, une hausse inouïe du déficit commercial et j’en passe…

Une déstructuration de la grammaire et de la syntaxe

Mais on lui doit surtout une jargonnerie sans équivalent dans l’histoire de ce pauvre pays. Il faut remonter à la France de maître Pathelin, au Médecin malgré lui ou au mamamouchi pour retrouver une prose aussi ésotérique. J’avais déjà été frappé par la technicité abstruse des deux hypercandidats entre les deux tours de 2007 : on aurait cru à un débat entre un conseiller financier en formation et un bureaucrate de l’URSSAF.

Depuis, notre coûteux président, entre ses réformes à la noix et ses taxes carbone, s’est fait connaître par son verbalisme complexe qui rejette Jacques Derrida sur les bancs du collège… Joint à une déstructuration programmée et clairement revendiquée de la grammaire et en particulier de la syntaxe, la technicité orwellienne de bon nombre de ses propos trouve ici un débouché bien naturel : Les gens ne s’intéressent plus à la politique et ils lui tournent le dos.

Ce genre de phrases m’enchante :

« Pour soutenir les politiques de l’emploi, le fonds d’investissement social (FISO) sera doté en 2010 de 1,4 milliards d’euros. Et le dispositif "Zéro charges" pour les TPE sera maintenu… »

J’aime bien aussi ce genre de choses :

« …des flux intervenant entre la mission "Remboursements et dégrèvements" et la mission "Solidarité, insertion et égalité des chances" du budget général : l’entrée en vigueur du RSA se traduit en effet par de moindres dépenses pour la prime pour l’emploi (PPE) liées à l’augmentation des revenus des bénéficiaires du RSA, qui permettent un accroissement des dépenses de la mission "Solidarité, insertion et égalité des chances", sans effet sur le solde. »

C’est bien dit. Il y a aussi cela :

« La réforme de la TP est une réforme préparée par le Gouvernement et par les parlementaires pour lutter contre les délocalisations ; pour améliorer l’attractivité du territoire. J’ai conscience que les collectivités locales ont aussi besoin de leurs financements. Nous ne réformerons pas la TP sans garantir l’autonomie financière et la stabilité des ressources des collectivités. La suppression de la part Équipements et Biens Mobiliers (EBM) de la TP devrait entraîner, pour les collectivités, un manque à gagner de 22,6 milliards d’euros. »

Un décodeur pour la comprendre

Moi, j’ai conscience qu’il faut un décodeur pour comprendre Christine Lagarde, notamment quand elle s’amuse avec ses dépéréquations et ses déterritorialisations, qui détériorent tellement la langue de Voltaire et de Renan. Il nous faudrait un R2D2, comme dans la guerre des étoiles, pour piger ce que dit le petit robot 6P0…

Evidemment, quand le roi est nu, on se retrouve devant le fatras de banalités convenues, énoncées dans un français de cours d’école : c’est ainsi qu’on lui doit aussi ce type de phrase qui serait digne du maire de Champignac lors des comices agricoles :

« Il ne sert à rien de se chamailler quand il est l’heure de travailler ».
On dirait du Johnny Hallyday. Il y a aussi cela : « Il n’est plus temps de laisser du temps au temps. Le temps, ça se gagne. » Comme l’argent, dirait le candidat de 2007… Avec ces péroraisons dignes de La Palice, le pays de Guizot, de Benjamin Constant ou du général De Gaulle n’a qu’à bien se tenir…

Je terminerai par cette cerise sur le gâteau :

« La charte de budgétisation a pour objet de s’assurer que tout mouvement de dépense (ou de recettes) ayant pour objet d’accroître (ou de diminuer) le niveau de la dépense publique, que ce soit directement ou indirectement, est bien pris en compte dans l’évolution de la dépense et ne sera pas considéré comme une "mesure de périmètre", non comprise dans la norme de dépense, c’est-à-dire une simple réimputation au sein du budget de l’État ou un simple transfert entre l’État et une autre entité. »

Comme un des Dupont, je dirais même plus… Non, je ne dirais rien de plus.

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • vik Répondre

    Monsieur BONNAL Nicolas, MERCI ! A écouter cette charmante Christine LAGARDE s’exprimer sur des sujets d’ordre économique ou financier, j’ai toujours ce sentiment désagréable que je n’y comprends rien, parce que dépassé par un langage technique, voire ésotérique, et des plus pointus !

    Eh non ! Vous aussi, et certainement beaucoup d’autres comme nous, pauvres humains, doivent faire partie de ce club d’ignorants !

    Une chose est quasi certaine ! Le Code Général des Impôts, et le Livre des Procèdures fiscales ont dû lui servir de livres de chevet ! Le style linguistique de notre ministre s’en rapproche,  à s’y méprendre ! Mais comprend t’elle elle-même ses propres déclarations ? On peut se poser la question légitimement, sans vouloir faire de  polémique !

    Vik

    09/11/2009 à 21 h 14 min
  • Anonyme Répondre

    Je ne comprends rien non plus à son verbiage, mais il me semble qu’elle est avocate à l’origine ; donc depuis quand les avocats sont-il LES experts en économie ?!

    Depuis quand les meilleurs présidents doievent-ils être des avocats ?

    09/11/2009 à 18 h 49 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Pour ne pas mourir idiot, j’ai essayé le pipotron, le résultat ne déteint pas du tout du verbiage utilisé par la dame citée dans l’article. Ci-dessous un échantillon pris au hasard:
    <<Eu égard à l’extrémité conjoncturelle, il convient d’anticiper la somme des issues de bon sens.>>
    Je n’ai rien capté, mais peut-être y-a-t’il des intervenants pour lesquelles cette prose ne présente pas de problèmes.

    07/11/2009 à 10 h 27 min
  • jako Répondre

    Christine Lagarde a simplement assimilé la novlangue franco-technocratique avec autant de brio qu’elle pratique la langue anglaise.

    07/11/2009 à 10 h 25 min
  • Drakkar Répondre

    Il y a sur Internet une machine qui écrit les déclarations de Mme Lagarde – et de nombre de dirigeants français – c’est LE PIPOTRON !

    Ne vous privez-pas du plaisir du PIPOTRON, rien de tel pour nous venger de ces crétins phraseurs néfastes.

    Ah, bien sûr, il y a une différence notable entre LE PIPOTRON et Mme Lagarde, le premier ne nous coûte RIEN …

    06/11/2009 à 18 h 22 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Non, je ne dirais rien de plus>>
    Si, la dona e mobile…

    05/11/2009 à 18 h 04 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: