Remettre la France sur les rails de la compétition internationale.

Posté le septembre 16, 2014, 4:58
4 mins

Par Guillaume CAIROU, Président du Club des Entrepreneurs, fondateur du groupe Didaxis et membre de CroissancePlus

7760087622_arnaud-montebourg-et-manuel-valls

Nous venons d’écouter le discours de politique générale du Premier ministre Manuel Valls à l’Assemblée Nationale. Nous entrepreneurs, voyons que les symptômes de la fragilité de l’économie française se multiplient. La France peut réussir. Elle a tous les atouts pour retrouver un leadership économique en Europe à condition de se réformer et de ne pas faire de l’Allemagne un bouc-émissaire.

Tout prouve la nécessité de réformer le modèle français. Rien n’est définitif. La France a décroché mais ne doit pas renoncer. Il n’existe aucune fatalité à l’effondrement de nos comptes extérieurs et à l’envolée du chômage. Il suffit d’entamer les réformes nécessaires pour redresser de notre compétitivité, inciter les Français à prendre des risques en entreprenant. La France sait mieux que personne bousculer les lignes établies et innover. Il faut l’encourager.

Le préalable c’est de dire lucidement que notre partenaire allemand n’est en rien responsable de notre décrochage. Davantage qu’un bouc-émissaire, il doit être un modèle de réforme. La France doit s’inspirer des réformes mises en place par Berlin dès la fin des années 1990 qui ont rétablit la compétitivité du pays grâce à la maîtrise du coût du travail et à la baisse de la fiscalité globale.

L’affaiblissement de notre croissance et de notre productivité couplé au recul de l’innovation ne doivent pas nous enfermer et nous contraindre. Au contraire. Des solutions permettent de retrouver croissance, emploi et innovation. Cela passe par la confiance dans notre pays et dans sa capacité à retrouver confiance et sérénité afin que les investisseurs n’hésitent plus à investir, finançant ainsi l’économie réelle qui n’en a jamais eu autant besoin.

La France ne doit pas renoncer à être un site de production. La France ne doit pas renoncer à être un espace d’innovation. La France ne doit pas renoncer à sa compétitivité. La France a tous les ingrédients entre les mains pour retrouver des gains de productivité.

Alors c’est vrai, la France ne peut plus compter sur la recette trop facile de la dette publique massive.

La France peut retrouver sa croissance à condition de miser sur le secteur privé. Les entreprises sont la solution. Encouragées, réanimées, nos entreprises retrouveront la capacité d’investir afin de surmonter leur retard d’investissements. Elles retrouveront la capacité d’innover. Elles retrouveront leurs bénéfices et une marge de financement.

Ne perdons jamais de vue que notre pays dispose d’atouts uniques dans le monde. Combien de pays nous envient notre vigueur démographique ? Combien de pays nous envient la productivité d’une partie de notre main-d’œuvre ? Combien de pays nous envient l’abondance de notre épargne ? Combien de pays nous envient la qualité de nos infrastructures publiques ? Combien de pays nous envient l’excellence de certains de nos pôles publics et privés en situation de leadership mondial ? Quel pays n’envie pas notre patrimoine ?

La France a tous les atouts pour se redresser.

6 réponses à l'article : Remettre la France sur les rails de la compétition internationale.

  1. DeSoyer

    22 septembre 2014

    Démographie étrangère, pas française.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    18 septembre 2014

    si vous croyez que le ” colbertisme ” ( celui que l’ on vous a enseigné ) est la panacée, vous allez vite déchanter ! vous nous aviez habitué à plus de finesse !

    quant au commentaire de @Homère que vous louangez et pour lyrique qu’ il soit, il est politiquement , sociologiquement et économiquement d’ une stupidité rare … mais de la part d ‘un sarkozyste il n’ y a pas lieu d’ en être étonné : avoir une grande gueule semble leur suffire ! !

    Répondre
  3. druant philippe

    17 septembre 2014

    Qu’ on se souvienne du technocrate Giscard (Festin) qui souhaitait une France de 100 millions d’ habitants !
    Que n’ existe -t il pas un virus mortel qui s’attaquerait uniquement à ce genre de patronat !

    Répondre
  4. druant philippe

    17 septembre 2014

    La “vigueur démographique” est une expression d’ anthologie : seuls des malades croissantistes peuvent se réjouir de cela .
    La destruction de la nature sans laquelle aucun vie n’ est possible que ces abrutis assimilent aux “petits oiseaux “, la betonisation , la surpollution , la destruction des terres agricoles par ajouts excessifs d’ engrais dreivés du petrole et de pesticides , ils n’ en ont cure !

    Répondre
  5. HOMERE

    16 septembre 2014

    Mais…la France a été un site massif de production……qu’est il devenu ? et pourquoi ? mieux valait il importer des produits made in china et réaliser une marge immédiate et importante plutôt que de valoriser et développer la production nationale…vous en voulez des centaines d’entreprises qui ont démissionné de leurs activités….des centaines voire des milliers…la liquidation de la filière machine outil est un pur scandale du patronat français qui a largué des secteurs entiers de notre industrie….les patrons aujourd’hui sont la honte du libéralisme et le pur produit de cette France nauséabonde qui met avant profits plutôt que stratégie et développement…..les PME ? parlons en !!! de vrais nuls sans projets sans ambitions sans risques ni responsabilités…en 1960,période à laquelle le grand largage de notre industrie a eue lieu , 1 chef d’entreprise de PME sur dix parlait anglais…deux sur dix exportaient…..
    Aujourd’hui une bagnole française comprends 70% de produits étrangers ….et tout le reste à l’avenant…
    Nous n’avons plus que des Starts Up bidon qui déposent bilan ou se vendent comme des putes prenant ci et là une plus value permettant un bon pactole….et une bonne rente !!
    Alors….l’innovation ? elle est où l’innovation ? vous plaisantez j’espère ?
    Ah oui la vigueur démographique pour disposer de main d’oeuvre immigrée à la charge de l’Etat et a pas cher….c’est cà la vision du patronat ?
    Ah oui la vigueur de notre épargne à 0,75% ?
    Cher Monsieur,ouvrez les yeux sur vos carences et votre responsabilité effroyable quand au déclin industriel de notre pays….
    Vous êtes coupable et irresponsable…..

    Répondre
    • René de Sévérac

      17 septembre 2014

      Commentaire excellent (ça change de Jaurès) !

      Cher Guillaume Cairou :
      “Ne perdons jamais de vue que notre pays dispose d’atouts uniques dans le monde”.
      (quoique la “vigueur démographique” avec succès remarquable dans le commerce illicite !)

      Ce qui est étonnant, dans ce pays plein d’atouts,
      c’est que les leaders économiques relaient systématiquement les leaders politiques -fussent-ils (nominalement) socialistes !
      Quand aux libéraux (les purs), ils ne voient pas la nature du peuple français qui y sont fondamentalement hostiles : ces enfants gâtés ne seront jamais des Allemands.

      Dieu merci, un parti patriote et colbertiste est né;
      il a atteint le quart de l’électorat.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)