Réserver les allocations sociales aux immigrés ?

Réserver les allocations sociales aux immigrés ?

Ainsi formulée, pareille proposition a l’air d’une provocation. C’est bien ce qui risque d’arriver pourtant, si on suit l’une des propositions phare du rapport Attali 2 : mettre les prestations familiales sous condition de ressources.

Luc Ferry la reprend dans une chronique du Figaro qui n’admet pas de réplique : « C’est une évidence », dit-il. Quand deux proches du pouvoir lancent la même idée, c’est qu’il y a anguille sous roche.

Une évidence ? C’est pourtant tout le contraire. Les allocations familiales ne sont substantielles qu’à partir du troisième enfant. L’immense majorité des familles indigènes (le sens exact de “français de souche”) a un ou deux enfants, quand enfant il y a. Où se situent les familles nombreuses ? Principalement dans l’immigration, surtout sahélienne. Accessoirement dans une frange de la classe moyenne, d’inspiration catholique ou pas, mais consciente de ses responsabilités vis-à-vis des générations futures.  Valeurs Actuelles

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • DOE Jane Répondre

    de J.Attali rien ne m’étonne mais de Mr L.Ferry c’est étonnant et désolant

    19/11/2010 à 19 h 49 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: