Retraite : la réforme votée au Sénat

Posté le 27 octobre , 2010, 11:01
3 mins

Le troisième examen le plus long au Sénat depuis le début de la Ve République. Après seize jours et 143 heures de débat, les sénateurs ont entériné mardi par 177 voix contre 151 le texte sur les retraites mis au point lundi par une commission mixte paritaire (CMP), réunissant des représentants de l’Assemblée nationale et de la chambre haute. Ce texte reporte de 60 à 62 ans l’âge légal de départ et de 65 à 67 ans l’âge pour une retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres cotisés.

La réforme a été approuvée lors d’un vote solennel où chaque sénateur, qui avait le droit à une seule délégation de vote, est monté à la tribune de l’hémicycle du Palais du Luxembourg pour mettre son bulletin dans l’urne. Le groupe UMP qui, contrairement à l’Assemblée, ne détient pas la majorité absolue au Sénat, et la quasi-totalité du groupe de l’Union centriste (UC) ont voté pour. Les groupes de l’opposition de gauche ont de leur côté voté contre.

 

«Cette réforme est le fruit d’un long dialogue social. C’est une réforme efficace qui est complète et juste. C’est une réforme moderne qui conforte notre système de retraites par répartition», a affirmé le ministre du Travail, Eric Woerth, à l’issue du vote, précisant qu’il s’agit d’un «vote historique». Le sénateur communiste Guy Fischer a en revanche exprimé son mécontentement. Cette réforme «sera supportée par les seuls salariés. Vous imposez une réforme injuste, inefficace et brutale», a déclaré l’élu, pour qui ce texte est «marqué du sceau de l’injustice».

 

Débats parfois tendus

Le texte de la CMP entérine le maintien à 65 ans de l’âge de la retraite à taux plein pour les parents d’enfants handicapés et pour les parents de trois enfants nés avant 1956 et ayant interrompu ou réduit leur activité professionnelle pour se consacrer à l’éducation de leurs enfants. [Voir le détail ici : Les mesures retenues par les parlementaires]

 Les députés se prononceront à leur tour mercredi après-midi par un vote solennel sur ce projet de loi. Le texte présenté par Eric Woerth sera alors définitivement adopté par le Parlement. L’opposition a toutefois annoncé mardi qu’elle saisirait le Conseil constitutionnel, ce qui retardera la promulgation du texte.

A l’issue de trois semaines de débat, le Sénat avait adopté vendredi soir ce projet de loi après l’avoir amendé avec le feu vert de l’Elysée et de Matignon. Les députés avaient pour leur part adopté le 15 septembre ce projet de loi, par 329 voix contre 233, à l’issue de débats parfois tendus.

Répondre

  • (pas publié)