Retraites : tout sera dit, peu sera fait…

Retraites : tout sera dit, peu sera fait…

Une fois de plus, la gauche s’époumone en promesses dans un but purement électoral. Elle n’a fait que multiplier
les réformes dévastatrices pour l’économie française depuis 1981. On doit au moins la moitié du chômage structurel en France aux mesures économiques de la gauche, mais elle persiste dans son
aveuglement :

 

Ségolène Royal a commencé par se mettre au diépason des promesses socialistes :  » la gauche, si elle remporte la
présidentielle, rétablirait l’âge de départ à 60 ans. «Solennellement je vous dis oui», a-t-elle répondu. Elle a promis de rétablir «la liberté de partir à 60 ans» si on a
«la durée de cotisation». 

«Sur cette réforme, on nous aura tout dit, et notamment des mensonges. On ne sait plus dans ce pays diriger qu’avec des mensonges», a
poursuivi Martine Aubry.«Nous reviendrons sur cette réforme quand nous reviendrons au pouvoir (…). Nous souhaitons garder la retraite à 60 ans», a-t-elle répété. Et le numéro
un des communistes d’estimer que la gauche pouvait «faire reculer» le gouvernement et «gagner cette bataille» sur les retraites. Enfin, sûr de son fait, Bernard Thibault, a
assuré qu’il n’était pas «illusoire de viser la victoire», estimant que le mouvement social est «en position de force aujourd’hui ».

 

Le premier ministre a «solennellement» exhorté les Français à ne pas faire confiance à «ceux qui vous promettent
aujourd’hui qu’ils reviendront sur les lois que nous sommes en train de faire voter.» (citations extraites du Figaro)

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: