Revoir l'enseignement de l'histoire

Revoir l'enseignement de l'histoire

Dans Valeurs
actuelles
 (vu ici), Fabrice Madouas signe un plaidoyer pour l’enseignement de l’Histoire et dénonce :

H « l’erreur commise dans les années 1980 par les promoteurs des pédagogies dites “nouvelles”
(comme l’histoire !) dont l’influence est aujourd’hui décisive. S’inspirant de réflexions conduites en France dans l’entre-deux-guerres et mises en œuvre d’abord aux États-Unis, privilégiant le
développement de la personnalité de l’enfant, ils ont mis l’accent sur les disciplines d’éveil et décrété que l’élève était apte à construire lui-même son propre savoir.

Appliqué à l’histoire, un tel pro­gramme a sonné le glas de la narration au profit de la sacro-sainte étude de
documents
. «Comme me le rappelait récemment un jeune prof d’histoire, avec une ironie non teintée d’amertume, on voudrait nous obliger à faire réfléchir les gosses sur les
civilisations à partir d’un tesson de poterie
…» Les planches colorées montrant saint Louis sous son chêne, Louis XIV à Versailles et les poilus dans les tranchées ont été critiquées pour
leur naïveté. «Du moins l’émotion était-elle éveillée chez l’enfant, et son intérêt aiguisé»: elles ouvraient «un chemin initiatique vers la vérité», elles permettaient à
l’élève de s’inscrire dans l’histoire en se situant dans l’espace et dans le temps. »

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: