Sarkozy a fait accéder de nouvelles élites au pouvoir

Posté le 30 mai , 2007, 12:00
7 mins

Signe des temps, le gouvernement Fillon ne compte que deux énarques : Alain Juppé et Valérie Pécresse.

Mais on peut ne pas être énarque et ne savoir faire que de la politique, comme Nicolas Sarkozy et François Fillon : ils n’ont jamais exercé d’autre métier, tout au moins durablement. Sarkozy fut embauché par l’avocat Guy Danet, puis est devenu associé du cabinet d’avocats parisien « Leibovici – Claude – Sarkozy », spécialisé dans le droit immobilier. Le métier d’avocat étant incompatible avec tout autre activité, il n’eut que rarement l’occasion de l’exercer, ayant été happé par la politique. Fillon n’a fait que de la politique. Mais Sarkozy et Fillon ne s’y sont pas parachutés à partir des grands corps de l’État, tels l’Inspection des finances, le Conseil d’État ou la Cour des comptes. Ils viennent de la base. Sarkozy milita dans la section RPR de Neuilly. Fillon fut attaché parlementaire de feu Joël Le Theule, un enseignant d’origine modeste, auquel il a succédé à la maire de Sablé-sur-Sarthe et à la députation de la Sarthe.

Xavier Bertrand, ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité, fut agent d’assurance. Et il entra en politique par le bas, militant dès 16 ans au RPR. Il besogna, de 1997 à 2002, comme assistant parlementaire de Jacques Braconnier, sénateur de l’Aisne.
Certains membres de ce gouvernement réussirent brillamment dans le privé. Exemple : Jean-Louis Borloo, ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi. Nommé avocat au barreau de Paris au début des années quatre-vingt, il fonda un cabinet, d’abord spécialisé dans l’entreprise en difficulté puis dans la transmission, l’implantation d’entreprises, le marché financier, les fusions et acquisitions. Devenant l’un des conseils externes les plus recherchés par les grandes entreprises, il fut classé par Forbes parmi les avocats les mieux payés au monde.

Bernard Tapie fut l’un de ses clients. Borloo enseigna l’analyse financière à HEC Paris. En 1986, il accéda à la présidence de l’USVA (Union Sportive Valenciennes-Anzin), qu’il assuma jusqu’en 1991. En 1989, il fit une entrée fracassante en politique : il fut élu maire de Valenciennes, sans investiture politique, avec plus de 76 % des voix, au second tour.

Autre exemple qui mérite qu’on s’y attarde : Christine Lagarde, ministre de l’Agriculture et de la Pêche. Cette ex-membre de l’équipe de France de natation synchronisée entra, en 1981, chez l’Américain Baker & McKenzie, un des premiers cabinets d’avocats mondiaux. Elle en gravit tous les échelons jusqu’au poste de présidente. Sous sa présidence, Baker & Mckenzie augmenta son chiffre d’affaires de 50 %. Elle fut élue 5e femme d’affaires européenne par le Wall Street Journal Europe.

En avril 2005, elle entra au Conseil de surveillance de la multinationale néerlandaise ING Group, une des principales sociétés financières au monde. Femme d’influence, elle fut membre du Center for Strategic & International Studies (CSIS), un think tank, au sein duquel elle co-présidait avec Zbigniew Brzezinski la commission Action USA/UE/Pologne (où elle défendait les intérêts US) et suivait plus particulièrement le groupe de travail Industries de défense USA-Pologne (1995-2002) et les questions liées à la libéralisation des échanges polonais. En 2003, Christine Lagarde devint membre, toujours au sein du CSIS, de la Commission pour l’élargissement de la communauté euro-atlantique. En 2006, elle fut classée comme la 30e femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes. Elle a vécu à Chicago jusqu’à sa nomination comme ministre déléguée au Commerce extérieur du gouvernement Villepin, en 2005.

Les journalistes sont fortement représentés dans les allées du pouvoir : Catherine Pégard, rédactrice en chef au service politique du « Point », a été nommée conseillère politique de Sarkozy, et Georges-Marc Benamou, journaliste à Nice-Matin et écrivain, conseiller culturel du nouveau président. Myriam Lévy, journaliste au « Figaro », est devenue conseillère en communication de Fillon. L’emprise de la communication sur la politique se confirme. Les IEP (Instituts d’Études politiques) en ont pris acte, qui proposent une section communication.

L’époque de l’énarchie triomphante semble révolue. Sortir de l’ENA, de préférence dans la « botte », c’est-à-dire dans les premiers, comme Giscard, Chirac, Juppé, Balladur, Fabius, Hollande, était la voie royale menant aux plus hautes destinées politiques. L’ouverture sarkozyenne à la société civile rapproche la Ve République de la IIIe.


Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

12 Commentaires sur : Sarkozy a fait accéder de nouvelles élites au pouvoir

  1. sas

    5 juin 2007

    A ecran bleu et tous les autres……

    C ETAIT CA LE PELRINAGE A MALTE avec ou sans bateau ;……..il a clairement fait comprendre aux ordres internationnaux qu’il serait un bon esclave.

    l’ordre de malte ou le b’rain b’rigth anglais …….sont des loges mondialistes contrôlant les loges nationnales type GO ou GNLF…..c’est ca le vrai pouvoir politique.

    SAS

    Répondre
  2. Jaures

    3 juin 2007

    Gloire à l’omniscient St Tex qui, au sein de chaque art et chaque profession est capable de distinguer les 10% de "compétents" des 90% de jaloux.

    Répondre
  3. EcranBleu

    3 juin 2007

    Comme l’ont écrit un peu plus haut SAS et EIFF, les têtes du gouvernement changent, mais ça ne change en rien les délires maçonniques visant à transformer le continent en Eurabia.

    Sarko le maçon ne doit rendre des comptes qu’à ses frères de loge. Le reste, c’est de l’amuse gueule pour divertir la foule en disant qu’on veut faire une chose et en faisant tout pour que le contraire se réalise.

    Exemple :

    – Sarko candidat dit : "si je suis élu, j’utiliserai le pouvoir de veto de la France pour interdire l’entrée de la Turquie dans l’Europe"

    – Sarko président (après avoir été "brieffé" par ses frères de loge) dit : "Finalement, je vais laisser faire".

    Le projet Eurabia entre maintenant dans sa dernière phase avec la proposition de créer une "union méditerranéenne" avec les pays du maghreb. Ajoutez à cela l’immigration turque future et la passoire que sera devenue la frontière européenne et dans 15 ans, vous aurez un imam à l’Elysée.

    Répondre
  4. Anonyme

    2 juin 2007

    Compte tenu que dans ce monde, et dans chaque profession ou métier ou art, ou ce que vous voulez, il y a 90 % de nuls face à 10 % de compétents très jalousés par les nuls, je me demande aussi ce qui va se passer d’efficace dans ce pays à l’avenir.

    Mais je ne ferai pas, comme la plupart des franchouillards bon teint, de préjugés ou de jugement à l’emporte pièce dans cette situation complexe d’état de délabrement avancé de la France.

    Wait & see me semble plus sage. 

    Répondre
  5. EIFF

    1 juin 2007

    Turquie/candidature à l’UE: Entretiens à Ankara d’un conseiller de Sarkozy

    http://www.romandie.com/infos/news2/070529170522.tlk0zmnf.asp

    "……De source diplomatique turque, on précise que Paris ne mettrait pas son veto à l’ouverture des discussions sur trois nouveaux chapitres dans les négociations d’adhésion avec Ankara prévu les 20 et 21 juin….."

    Les architectes de l’islamisation de l’Europe ne renoncent pas à leur projet Eurabia, le partenariat privilégié-intégré de la Turquie prévu par Bruxelles et Francfort se poursuit pour officialiser la grande route turque, qui deviendra le passage obligé de toutes les filières d’immigration extraeuropéénnes.

    Répondre
  6. EIFF

    31 mai 2007

    …Tôt mardi, Bernard Kouchner met les points sur les i au cours d’une rencontre, amicale mais agitée, avec son homologue polonaise Anna Fotyga avec laquelle il prépare le prochain voyage à Varsovie du président Sarkozy. Tandis que Mme Fotyga lui récite la liste des points de désaccords avec les autres Européens, le ministre français explose : « Mais vous êtes contre toute l’Europe ! »…..

    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=343147

    L’acteur Kouchner va décidément bien nous faire rigoler dans ses numéros de show-man improvisé, l’ex-soixante-huitard, ami des expansionistes albanais, va pouvoir exercer son talent de donneur de leçons en toute liberté et nous épater quand il s’agira d’envoyer des bulldozers humanitaires pour sauver la planète.

    Répondre
  7. Recman

    31 mai 2007

    "….et que je ne sais quel saint MICHEL leur donne la force de terrasser tous les "dragons" qui paralysent le pays. "

    Vous vouliez sans doute dire Saint-Georges !

    Répondre
  8. Guillermo

    30 mai 2007

    Je suis absolument d’accord … avec SAS ci-dessus. Je trouve comme lui qu’il y a vraiment de quoi se bidonner à la lecture d’un article aussi naïf.

    Une Nomenklatura en chasse une autre. Pas de quoi se réjouir d’être dirigé par un gouvernement d’avocats, d’affairistes et de journaleux dont on peut douter de l’éthique du moment qu’ils se fricotent au pouvoir.

    Non le seul point positif c’est que les Enarques en prennent pour leur grade.

     

    Répondre
  9. Jean-Claude THIALET

    30 mai 2007

    30/05/07    – "Les 4-Vérités"

    Pour parler aussi "cru" que SAS (je le salue  – je n’ose écrire "fraternellement" – au passage !) la véritable question n’est pas celle posée par Arhur du PLESSIS LAURENT, de savoir de quelle grande, moyenne ou petite école sortent les gens qui prétendent aujourd’hui nous gouverner sous la houlette du "magicien" Nicolas SARKÖZY sorti des urnes électorale après une campagne électorale qui est un modèle de marketing et de stratégie, mais bien de savoir s’ils EN ont ou non !

    Et sans chercher à savoir s’ils sont des "maçons" (1) (je serais curieux de savoir combien ont le droit de porter le tablier dans les convents !), des "droits communs" avérés(2) ou seulement potentiels (3), s’ils sont membres (comme l’est AL JUPPé) du BILDENBERG,  ni même si l’ouverture du gouvernement (provisoire ?) FILLON, comme l’affirmùe ADPEL, nous ramène à la III ème République, je me bornerai non à demander demander le "pedigree" des ministres et de leur véritable "patron", mais bien plutôt leur C.V. ou plutôt ce qu’ils ont fait de "positif" pour le pays dans leurs différents mandats. 

    Et là, je crains de ne trouver que des sujets d’inquiétude.

    Commençons par le Président nouvellement élu.

    Qu’a-t-il fait sous les gouvernements RAFFARIN ou VILLEPIN  ?

    Alors qu’il a été, pendant quatre ans, Ministre de l’Intérieur, malgré ses rodomontades, tant l’insécurité (les statistiques officielles le prouvent !), l’insécurité n’a cessé d’augmenter, sans parler de l’immigration prétendue "clandestine". Et les syndicats de policiers ne se sont pas gênés pour laisser filtrer que, pendant toute la camagne électorale, la Police avait des instructions de ne pas intervenir dans les banlieues pour ne pas "mettre le feu aux poudres". Rappelons par ailleurs que l’on doit à Nicolas SARKÖZY l’abrogation de la "double peine", seule sanction que craignent véritablement les délinquants d’origine allogène. J’aurais la charité de me contenter que mentionner que, comme Ministre de l’Economie et des Finances, le nouveau Premier Magistrat n’a guère brillé.

    François FILLON ? Il veut nous faire croire qu’il a résolu, avec sa prétendue "réforme" la question des retraites. Les experts, mais aussi tous les Français qui réfléchissent et comptent, savent très bien que les retraités doivent s’attendre au pire tant qu’une véritable réforme n’aura pas été mise en application !

    Michèle ALLIOT-MARIE ? sa piètre gestion du dossier du "CLEM" montre à l’évidence, surtout si elle suit la voie de son prédécesseur place BEAUVAU, qu’elle aura du mal (euphémisme qui ne doit rien à la galanterie !) à réduire sensiblement la délinquance.

    Bernard KOUCHNER ? son passé de trotsko-soixante-huitard, son calamiteux proconsulat au KOSSOVO, ses premiers pas dans ses nouvelles fonctions, montrent qu’il saura faire du cinéma sur la scène internationale en se mêlant de problèmes qui n’ont rien à voir avec les intérêts vitaux de la FRANCE. Et son souhait de voir la TURQUIE entrer dans l’UNION EUROPEENNE ne laisse rien de bon à augurer…

    Faute de temps, je laisse aux lectrices et lecteurs de ce forum le soin de compléter cette "revue" de détail des Curriculum (curricula ?) vitae", mais je pense que tout esprit objectif ne peut que s’inquiéter à l’étude de la carrière des différents membres du nouveau gouvernement.

    Il faut que l’ESPRIT SAINT (auquel j’ai la naïveté de croire) éclaire sérieusement nos nouvelles "excellences" sur ce qu’elles ont à faire,  et que je ne sais quel saint MICHEL leur donne la force de terrasser tous les "dragons" qui paralysent le pays. Mais après tout, au pays de Notre-Dame de Lourdes" (rappel : la Vuiege Marie n’est-elle pas l’un des "patrons" de la France ?), le miracle salvateur est toujours possible ! Qui pourrait ne pas y croire ? Surtout pas les heureux (je n’ose écrire les imbéciles heureux !) qui, ayant voté ‘"SARKÖZY", se déclarent (on les entend chaque jour à la radio !) "HEUREUX" (HEU-REUX !) aux premières mesures prises par Nicolas SARKÖZY. J’ai dit "mesures". Au fait, quelles mesures ? Quand on voit la cacophonie à propos des emprunts immobiliers, il est permis de s’interroger ? Ah, oui, j’allais oublier : alors que Nicolas SARKÖZY ne cesse de tutoyer (Alain JUPPé, Angela MARKEL, notamment) ses interloculteurs, Xavier DARCOS, pour remettre de l’ordre au sein de l’Ecole n’exige-t-il pas de supprimer le tutoiement ?

     Mais, on le sait, la foi est aveugle. Particulièrement chez celles et ceux qui, ne croyant plus en Dieu, croient dur comme fer aux vedettes de la politique ou du showbiz et autre "pipols" qui vivent de leur foi !

        Cordialement, Jean-Cklaude THIALET

    (1) on connaît le "c’est au pied du mur qu’on voit le maçon", et Nicolas SARKÖZY et son "quinze" ministériel sont bien au pied du mur après toutes les promesses sarköziennes !

    (2) l’un a déjà purgé sa peine (en même temps que celle de son "patron" !)

    (3) après tout, on ne demande pas aux gouvernants d’être des saints. Combien l’ont-ils été parmi nos grands rois ?

    Répondre
  10. Jaures

    30 mai 2007

    Soyons honnète, les avocats ont toujours partagé le pouvoir avec les enarques: Mitterrand était avocat, de même Strauss-Kahn. Si 5 énarques pour 2 avocats sont remplacés par 5 avocats pour 2 énarques, y verrons-nous réellement une différence. Leurs amis ne sont-ils pas les mêmes ?

    Répondre
  11. Brice

    30 mai 2007

    Pour Sas,

    ton analyse est pertinente et assez proche de la réalité, c’est vrai moi non plus je n’attends pas grand chose de Sarko ; juste qu’il ait au moins les couilles de mettre son veto contre la Turquie (il respectera au moins une de ses paroles), car la Turquie se dit européenne, si elle est européenne, moi je suis arabe ou africain. La seule personne qui pourrait tuer le système c’est Marine Le Pen ; son père est trop vieux. Car on voit les mêmes tronches depuis trop longtemps ah De Gaule tu nous manques.

    Lui qui était partisan comme JMLP d’une Europe des nations allant de brest à Vladivostok où chaque nation garde sa souvereineté et contre l’entrée de l’Angleterre (un cheval de troie américain selon lui) dans l’ancienne CEE. Nous ne sommes pas les USA. Nous sommes et devenons une poubelle.

    Répondre
  12. sas

    30 mai 2007

    Sacré arthur va…..le problème n’étant pas de savoir si oui ou non ce sont des énarques….la question est de savoir si ce sont des francs maçons, des droits communs ou mis en examens,ou des incompétents d’antan, ou des manches à couilles médiatiques digne du showbiz habituel…..tous dans le ciné et l’impéritie…..

    la clique choisit par le nabot de l’elysée répond point par point à l’inventaire du dessus….einstein disait :"on ne s’arrange jamais avec ceux qui sont à l’origine d’un problème" 30 années……d’umps  sur fond pervers et secret maçonnique ont lessivé la france……

    L’équipe en place va faire les poches du cadavres et fouttre le camps…..c’est gros comme un immeuble de 80 etages qui s’ecroulerait…..comme les twin tower en somme……

    sas dit , que sarko n’a m^me pas le bénéfice du doute , ce n’est pas un parcours de combatant qu’il va entreprendre…à peine va-t-il remuer qu’il va se prendre les pieds dans le tapis….c’est physique c’est pas politique…

    SAS QUI SE MARRE POUR LE RENOUVEAU SUPPOSE….le point commun étant que ce sont toujours des manches à couilles et la truffe bachelot ne s’en dément pas….

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)