Sarkozy dans la tourmente

Posté le octobre 01, 2008, 12:00
8 mins

Quelques lecteurs me reprochent de jouer dans ces pages le rôle de « défenseur de Nicolas Sarkozy ». Mais je suis seulement le défenseur de l’équité, qui fait grandement défaut à ceux qui font sans cesse au président des procès abusifs.

Si chacun a le droit de critiquer la politique de Nicolas Sarkozy (sur certains aspects de celle-ci, je ne me suis pas privé moi-même de le faire), il faut reconnaître loyalement que la conjoncture ne lui est pas favorable et qu’il se trouve souvent le dos au mur. J’aimerais voir comment s’en tireraient les donneurs de leçons s’ils étaient à sa place.

De vrais changements positifs sont pourtant survenus en France de son fait,
ne serait-ce que dans la manière de faire de la politique.
Car enfin, souvenez-vous : sous tous les présidents de la cinquième république avant lui, au nom du concept de « solidarité gouvernementale », aucun ministre ne pouvait piper mot en dehors de ce qui était décidé en Conseil. L’unité du gouvernement devait apparaître sans faille et, si quelqu’un ne jouait pas le jeu, il était démissionné illico. Or, le Président Sarkozy a rompu avec cette pratique sclérosante et il a introduit dans l’aréopage ministériel une liberté de parole qui lui faisait défaut. Aujourd’hui, un ministre peut faire part publiquement de ses projets, de ses intentions, de sa vision des choses sans que sa position soit menacée. Si le Président et le Premier ministre considèrent que la situation nationale ou l’état de l’opinion publique ne permettent pas de mettre en pratique le projet du ministre, comme cela s’est produit avec Jean-Louis Borloo, ils le disent, voilà tout, mais nul ne se fâche.

Les journalistes parlent aussitôt de « cafouillage », parce qu’ils ne sont pas habitués à cette liberté d’expression dans un gouvernement. Quant à moi, je trouve que c’est là un progrès considérable.

Dans sa dernière chronique intitulée « Un camelot à l’Élysée », Philippe Randa écrit : « Nicolas Sarkozy continue de se présenter en homme nouveau […] et personne ne vient lui rappeler que si rien n’a été fait à temps […] il n’y est tout de même pas totalement étranger : ancien ministre et même ministre d’État […] qu’a-t-il jamais fait de concret en près d’un quart de siècle au service de l’État ? »

Or, cette critique est totalement injustifiée, car un ministre, fût-il d’État, n’est absolument pas en mesure d’influer sur la politique globale du gouvernement, décidée par le Président et orchestrée par le Premier ministre. Tout ce qu’il peut faire, c’est de diriger de son mieux le ministère dont il a la charge. Et s’il ronge son frein en considérant que la politique nationale n’est pas conduite comme il faudrait, il n’a d’autre ressource que de se porter lui-même candidat aux prochaines présidentielles afin de mettre en œuvre les réformes qui lui semblent nécessaires. C’est exactement ce qu’a fait Nicolas Sarkozy.

Malheureusement, il est arrivé au beau milieu de la flambée du pétrole, de la chute du dollar, de la crise des banques et il devrait sauter par-dessus tout cela les doigts dans le nez ? Allons, un peu de sérieux et d’honnêteté, messieurs les critiques patentés ! Le Président Sarkozy, à partir de Toulon, n’a pas caché aux Français la gravité de la crise, mais il a promis aux petits épargnants la garantie de l’État et réaffirmé sa volonté de poursuivre les réformes. Comme à New York, il fait face à la tempête américaine et il tient bon. Tout comme il a fait face à la tempête russe de Géorgie. Et ce ne sont sûrement pas les bourrasques franco-françaises qui le désarçonneront.

Au milieu de ses malchances, Nicolas Sarkozy a tout de même une très grande chance, c’est d’avoir Carla à ses côtés
. Je dois dire que la première dame de France m’inspire une admiration croissante. Voici une jeune femme qui porte avec maestria deux casquettes que personne n’aurait jugées compatibles : chanteuse et femme de président. Et elle s’en tire merveilleusement bien. Vous l’avez vue dans les voyages officiels ? Toujours souriante et détendue, d’une élégance, d’une aisance et d’une discrétion exemplaires. Quelle classe ! Elle est PARFAITE !
Et dites-moi combien de Chefs d’État accepteraient que leur épouse poursuive sa carrière d’artiste ? J’y vois une preuve de plus que Nicolas Sarkozy est un homme qui aime et respecte la liberté et la place au-dessus de tous les conformismes.

26 réponses à l'article : Sarkozy dans la tourmente

  1. sas

    08/10/2008

    AJC lahitte……

    ……et voila le boutiquier oriental réduit a nationaliser les banques……..

    même mitterand n’aurait oser…..

    ils sont tous a pendre haut et court….en premier les les 12 famille associées dans la RESERVE FEDERALE AMARICAINE……ce sont eux qui sucent le monde…..qui pretent de l’argent pour combler des trous dont ils sont a l origine……qui battent le papier dollard a gogo…..QUI NE PAYENT PAS D IMPOT SUR LEURs BENEFICES……et qui engrangent des billiards de benefices ,surtout en pleine crise….et qui sont le 1 er creancier de l’etat américain avec une dette de 10 milliards de dollards sur les usa….

    nous sommes quelques uns a avoir déjà compris…

    sas

     

    Répondre
  2. Daniel

    07/10/2008

    JC Thialet

    Merci pour vos informations et  les liens mafieux que vous mettez en évidence. Que l’enquête continue.

     

    Répondre
  3. Jean-Claude THIALET

    07/10/2008

    "Les-4-Vérités"

    Décidément, Pierre LANCE, vous avez pour Nicolas les yeux de … Carla, de Carlita même ! Ce qui est aussi touchant qu’estimable.

    Mais comment pouvez-vous écrire  – m’écrire ! – qu’en dix-huit mois de présidence Nicolas SARKÖZY n’a pas eu suffisamment de temps pour régler les problèmes de sécurité (d’insécurité !) ALORS QUE, VOUS NE POUVEZ L’IGNORER, IL AVAIT ETE, PENDANT QUATRE ANS, MINISTRE DE L’INTERIEUR ?

    Un ministre de l’intérieur qui avait promis de "nettoyer les banlieues au kärcher" de débarrasser les banlieues de leur voyous, etc ! Mais, à travers la personne de Nicolas SARKÖZY, c’est toute la (mal)gouvernance UMP et toute la (mal)gouvernance PS que je critique, qu’il faut critiquer …Et pas seulement dans le domaine de l’immigration, et de l’insécurité qui ne font, elles, qu’aggraver la situation du "FRANCE-TITANIC" !

    Concernant votre "protégé", faut-il vous rappeler que  – entré en politique il y a plus de vingt ans – il avait obtenu son premier portefeuille monistériel il y a 15 ans : celui du BUDGET !  Qu’élu Président de la République le 6 mai 2007, non seulement il doit assumer solidairement la responsabilité de TOUS les gouvernements UMP (RPR, etc.)(1) qui ont précédé sa Présidence, mais, SURTOUT, qu’il ne peut pas prétendre  – ou laisser dire – qu’il ignorait la situation désatreuse du pays au moment de sa prise de fonctions. Aussi bien pendant sa (brillante) campagne électorale que depuis son élection, il n’a cessé DE DORER LA PILULE AUX FRANCAISES ET AUX FRANCAIS ! Au lieu d’oser leur dire que la France était virtuellement en faillite, que l’Etat n’avait plus les moyens de financer ses projets, que l’heure des sacrifices était venue aussi bien pour l’Etat et ses innombrales élus et fonctionnaires et millions de parasites en tous genres, que pour les citoyennes et citoyens qui travaillent et produisent des richesses, il a empêché ses ministres d’annoncer clairement la situation. MONTRANT AINSI QU’il N’EST PAS L’HOMME D’ETAT QU’IL PRETEND ÊTRE.

    Si, comme vous semblez l’affirmer  – je vous caricature à peine – il suffit d’avoir pour compagne la délicieuse Carla BRUNI que le monde entier nous envie, alors, FRANCOIS 1er, HENRI IV, LOUIS XIV et LOUIS XV, pour ne citer qu’eux, étaient assurément de grands rois, avec toutes leurs maitresses dont les ambassadeurs étrangers vantaient, eux aussi, la beauté et la splendeur aux quatre coins de l’univers …

    Mais cessons de plaisanter, la FRANCE est dans la merde (pas celle du Vieux-Port !) et je crains que, malgré toutes ses rodomontades de matamore, Nicolas SARKÖZY ne soit incapable de l’en sortir. Même avec l’inspiration et les conseils que la délicieuse carla doit lui sussurer sur un air de guitare !

          Cordialement, Jean-Claude THIALET .

    (1) n’en est-il pas le chef incontesté ?

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    07/10/2008

    "Les 4-Vérités" – 07 10 08

    Plus je réfléchis, plus j’ai de mal à croire que la crise soit arrivée à l’insu du plein gré de Nicolas SARKÖZY. N’a-t-il pas dans son entourage proche, en plus de multimillardaires du genre de celui qui  lui avait offert une croisière post-présidentielle, un Jacques Attali, un Alain MINC pour attirer son attention sur "le capitalisme qui (a) imposé sa logique à toute l’économie et (a) contribué à la pervertir" (1), ou un "copain" (2) comme Husseyn Barrack OBAMA lui-même copain du super-capitaliste Zbigniew BRZEZINSKI (son véritable directeur de campagne !) et de George SOROS (son principal bailleur de fonds !) pour le prévenir?

    Mais n’a-t-il surtout pas dans on ministère Christine LAGARDE, son Ministre de l’Economie qui avant d’occuper ses fonctions à BERCY avait présidé à CHICAGO le comité stratégique de "BAKER & McKENZIE(3), l’un des premiers cabinets mondiaux d’avocats d’affaires (4400 collaborateurs dans 35 pays !), et qui co-présidait avec Zbignew BRZEZINSKI (on le retrouve !) la Commission Action USA/UNION EUROPEENNE/POLOGNE du CENTER FOR STRATEGIC & INTERNATIONAL STUDIES  ? 

    Alors, lorsqu’on a lu ou entendu le mâle discours (aux relents mitterrandiens !)  de Nicolas SARKÖZY déonçant à Toulon (4), il est permis de douter que cet "effondrement" du marché ait été une surprise pour lui. A moins que ce ne soit en définitive une "divine surprise" !

    En effet, grâce au "tsunami" économico-financier américain, le Président de la République aura beau jeu d’expliquer, sinon à ses compatriotes, du moins aux 53% de gogos qui ont déposé dans les urnes électorales un "ticket" à son nom, que ce n’est pas sa faute s’il ne peut plus aller "chercher la croissance avec les dents" (comme il l’avait promis lors de sa campagne !), si le budget continue à ne pas respecter les normes européennes de MAASTRICHT, si la dette nationale (plus de DEUX-MILLE-CNQ-CENTS MILLIARDS d’EUROS !) ne cesse d’augmenter,  si le chômage s’accroit, ce sera la faute à …l’Oncle SAM qui a trahi le "marché".

    Mais, comme je ne cesserai de le répéter, Nicolas SARKÖZY pourrait au moins s’attaquer à des problèmes franco-français. Par exemple, à l’une des causes qui obèrent de plus en plus lourdement sur la France : l’immigration qui, en s’en tenant strictement au point de vue financier, est la principale source du déficit budgétaire de la France. Pourquoi pas en suspendant au moins pour une péruiode indéterminée l’immigration comme l’avait fait, le 6 septembre 1930 le Gouvernement américain après la crise de 1929  ?

          Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) je cite là le discours de Nicolas SARKÖZY, le 25 septembre à Toulon. 

    (2) "C’est mon copain !" avait déclaré, extasié, le Président de la République en acceuillant le 25 juillet dernier à l’Elysée le concurrent de John McCAIN ! Il est vrai qu’il avait dit autant du président sud-africain Thabo M’BEKI qui devait être chassé du pouvoir comme un malpropre ! 

    (3) comme tous les grands cabinets d’avocats d’affaires, ce cabinet a contribué, par ses "conseils" à la crise qui frappe de plein fouet les Etats-Unis !

    (4) notamment "l’idée que lesmarchés ont toujours raison" (sic) qui contredit le titre "le marché a toujours raison" de Guy MILLIERE. Il est vai que le premier met le mot "marché" au pluriel", le second au singulier" et que, parmi tous ces "marchés", il doit bien y en avoir un qui "a toujours raison" !

    Répondre
  5. Daniel

    07/10/2008

    Hans…

    Dieu est la Raison parfaite.  Pas la religion. La religion cherche, propose. Pour atteindre Dieu, la religion peut aider mais elle n’est pas le passage obligé. 

    Que Pierre Lance nous montre le monde sous un angle dépourvu de religion a des aspects positifs intéressants à chaque fois qu’il argumente avec raisons à l’appui.   C’est d’autant plus fructueux quand il ne se croit pas obligé de mordre le plus profondément possible ce qu’il ne connait pas et ne veut pas connaitre. Mais la religion a placé aussi beaucoup de barrières de ce type.   Et  certains y sont imperméables, religieux ou athées. Dieu merci!  

    Répondre
  6. Daniel

    07/10/2008

    Pierre Lance:    Merci de prendre le temps de répondre.

    Lien argent/spiritualité:     Votre formule "l’argent fait le bonheur des intelligents et le malheur des imbêciles"  mérite, à mon sens, d’être remisée au placard des raccourcis (bien qu’ayant  plusieurs niveaux de sens) sur lesquels il vaut mieux ne pas s’étendre. On paierait même  pour qu’elle y reste, si cela pouvait faire votre bonheur… Cela définirez-il votre intelligence?  Encore une fois, redéfinir culturellement l’intelligence que nous avons collectivement détournée de son sens est en France une priorité d’intérêt général.   La perte du sens des valeurs en est la conséquence directe. Et de là la politique, avec ses professionnels et notre Président qui se croient tellement intelligents, eux aussi, qu’ils s’octroient des privilèges pour sécuriser leur avenir, avenir qu’ils sont intellectuellement incapables d’assumer à égalité de risques avec leurs concitoyens.  L’argent étalé,  ou volé ou emprunté ou détourné,  fait ainsi office de démonstration d’intelligence. 

    Si dans votre bouche, votre formule est quelque peu ironique, elle est tout à fait sérieuse pour une majorité qui vote.

    Nous sommes au coeur du problème avec la bourse où des individus qui se voient très "intelligents" ( et sérieux!) selon la hiérarchie des valeurs actuelles, vont mettre en difficulté des centaines de millions d’individus classés "imbêciles".  L’élite et le troupeau.  Démonstration de racisme qui a changé de masque et d’armes. 

     

    Pour le reste de votre commentaire vous posez en peu de lignes des points essentiels. Juste 2 remarques:

     1/ Ceux qui  justifient  pour une unique personne des revenus importants selon le nombre de bénéficiaires de ses talents,  justifient-ils aussi de rassembler sous une unique personne les conséquences négatives voire criminelles pour un grand nombre de personnes??  Comment condamner à mille morts un responsable de mille morts? Si ça ne marche pas dans un sens pourquoi ça marcherait dans l’autre?

    2/ Existe-t-il un  imbêcile capable d’échouer s’il a à sa disposition suffisamment d’argent pour recommencer?…   et recommencer encore?   avec l’argent public par exemple….  Et ensuite, voyez vous beaucoup de ces imbêciles heureux  rembouser les conséquences de leurs actes? 

    N’y a-t-il pas une faille d’origine culturelle dans votre perception de la valeur des hommes et de leur mérite?.

     

    Répondre
  7. Pierre LANCE

    07/10/2008

    À Gino : Je ne fais pas de réflexions « mondaines », car personne n’est moins mondain que moi. Je dis les choses comme je les sens, en toute simplicité, et vos remarques un tantinet vulgaires sont parfaitement ridicules. À Disciplus Simplex : Je ne vois pas à qui vous faites allusion. En tout cas, une chose est sûre : je n’ai jamais caressé qui que ce soit dans le sens du poil. Je dis ce que je pense en toute sincérité. C’est curieux comme cela semble difficile à comprendre. À HansImSchnoggeLoch : Ne me prenez pas pour votre miroir : l’honne divisé en deux (si ce n’est en quatre), c’est vous. Et c’est bien pourquoi mon inébranlable unicité vous donne de l’urticaire. Cela dit, si vous décidez de ne plus me lire ni commenter mes articles, je ne saurais trop vous en féliciter. Ce sera une belle preuve d’humilité chrétienne. À Jean-Claude Thialet : Mais bien sûr, vous avez raison ! 18 mois de présidence ont suffi à Nicolas Sarkozy pour précipiter dans l’insécurité les banlieues et les lycées, car avant lui, comme chacun sait, tout baignait dans le beurre. Dites donc, vous en avez d’autres de ce calibre ? Sortez-les, qu’on rigole un peu !

    Répondre
  8. Rosanov

    06/10/2008

    Faut respecter les opinions des autres mais là je trouve que P. Lance fait preuve d’une nette mauvaise foi (sans mauvais jeu de mots). 

    C’est surtout le dernier paragraphe qui me fait dire ça.  Car si notre président (je me suis jamais fait à l’idée qu’il était notre président d’ailleurs mais bon … simple impression personnelle) avait épousé Lady Di ou Catherine Deneuve ou n’importe quelle autre, voire n’importe quelle pétasse, je suis persuadé que P. Lance aurait trouvé celle-ci inévitablement PARFAITE.  

    Ben sinon pour être plus dans l’objectivité, P. Lance est fort mal informé.  Regardons du coté de la réduction du secteur public par exemple.  P. Lance devrait se renseigner sur l’ahurissante augmentation que Sarko vient d’octroyer à beaucoup de hauts fonctionnaires. Il devrait lorgner aussi  sur la suppression de 53.000 troufions, concommittant à un maintien intégral du nombre ubuesque de nos généraux.  Constat similaire pour la réforme des retraites : Naboléon (mari d’une aphone qui a torché un disque en conseil des ministres, signe fort de l’avant-gardisme dudit petit mari) s’est bien gardé de toucher les avantages les plus scandaleux des régimes spéciaux : banque de France, conducteurs des TGV, sénateurs, etc …

    Non vraiment ce type est totalement indéfendable, sauf à être d’une absolue mauvaise foi ou d’être un pseudo royaliste admirant inconditionnellement le couple présidentio-royal, ses parures, ses valets et ses lavettes.

    On peut tout dire dans la 4V c’est ça qui fait aussi son intéret.  Comme l’on dirait : "la démocratie c’est aussi le droit d’être con".

    Répondre
  9. Guillermo

    06/10/2008

    Ce n’est pas parce que les précédents présidents étaient totalement attentistes que l’agitation et la précipitation doivent être érigées en vertus.

    Sarko est l’archétype même du président d’une république bananière.  Les classes moyennes, support de la trame du pays,  sont complètement mises à mal et méprisées. Les institutions sont court-circuitées suivant les nécessités de magouilles, le pouvoir se plie au pouvoir médiatique et ne rend plus compte à l’électeur.

    Ce type cumule toutes les qualités : immaturité, sens inné de la trahison, impatience, courtes vues. Ce n’est pas un bâtisseur mais un camelot qui va brader le pays après avoir mis les Français les uns contre les autres.

    Et son ultime qualité que Pierre Lance fait bien de nous rappeler à chaque fois.: Sarko a une platuche angélique à ses cotés, par la grâce de qui il va devenir d’inspiration divine. 

    Répondre
  10. Magny

    06/10/2008

    Je suis d’accord avec Daniel en ce qui concerne Sarkozy : il est de son époque , et correspond à son peuple . Ce qui est normal : en démocratie un peuple n’a que ce qu’il mérite , c’est ce qui fait de ce régime le moins pire des régimes , le plus représentatif d’une nation à un moment donné .

    Malheureusement en l’occurence cela ne fait que souligner les tares de notre société , sa mentalité malade , d’une vacuité philosophique et spirituelle abyssales . Depuis le début Nicolas m’apparait m’as-tu vu , obsédé par son nombril , n’allant jamais au fond des choses , aimant l’argent pour son éclat et non pour sa puissance d’entrainement , charmeur mais pas réellement diplomate , parlant bien mais pas comme il faut , fanfaron mais pas véritablement courageux . Bref bien , bien de son époque . Quel dommage d’ailleurs , car un homme de génie , avec un vrai talent politique , transcenderait son époque , verrait plus loin qu’elle , tels Charles de Gaulle , Henri IV , Lafayette , Napoléon III , Lamartine etc …

    Répondre
  11. Jean-Claude THIALET

    06/10/2008

    "Les-4-Vérités"   – 6 octobre 2008

    Dans un précédent "Post" qu »apparemment le webmaster a préféré ne pas publier (contrairement à certains, je me garderai bien d’évoquer là le mot de "censure" !) je disais en substance ceci.

    PRIMO – En admettant que, comme  l’avance Pierre LANCE,  Nicolas SARKÖZY n’y soit pour rien dans la dégradation précipitée de la situation économique et financière liée au "tsunami" en provenance des ETATS-UNIS d’AMERIQUE, je considère que, en tant que membre émlnent d’un parti gouvernemental qui, en alternance avec le P.S., est parvenu à entretenir en France un déficit permanent du budget, à une dette colossale, à un taux de chômage supérieur à celui de tous les autres pays de l’UNION EUROPEENNE, etc. il était l’un des principaux responsables du fait que le "FRANCE TITANIC" n’est certainement pas le mieux armé pour résister à la lame de fond en provenance desUSA et qui frappe l’ensemble des pays économiquement développés. D’autant que, pendant son passage à la tête du Ministère des Finances et de l’Economie, IL N’A RIEN FAIT !

    Par ailleurs, qu’il ne nous dise par que son armée de conseillers en tous genres ne l’avait pas prévenu de la crise qui allait frapper les ETATS-UNIS d’AMERIQUE. La preuve, c’est qu’il l’avait lui-même évoquée lors de la campagne présidentielle de 2007 ! Sans avoir rien fait, lui et ses ministres, pour alerter l’opinion publique, mettre en garde les Banques et autres établissements financiers français, etc.. Sans oser même rappeler que l’Etat étant viturellement en faillite, il ne pourrait guère venir au secours de l’économie et des finances ou des citoyens en difficulté. Sans oser non plus évoquer le mot de récession qui brûle encore les lèvres des principaux ministres.

    Et ce n’est pas en prenant des conseillers du genre de Jacques ATTALI ou d’Alain MINC qu’il arrangera la situation ! Pour ce dernier, il suffit de consulter le CV de ce Monsieur Ubiquité des Conseils de Surveillance, des Directtoires et autres Conseils d’Administration, dispensateur de conseils en tous genres ! 

    SECUNDO – En admettant que Nicolas SARKÖZY ne soit pour rien dans tout ce qui précède, je le rends responsable de la dégradation accélérée de la situation intérieure du pays. Particulièrement en matière de sécurité. Tant dans nos quartiers, dans nos cités, dans nos villages, nos bourgs et nos villes, que dans l’Ecole de la République où de plus en plus d’enseiggants se rendent au travail la peur au ventre. Je me bornerai à rappeler qu’il a été Ministre de l’Intérieur PENDANT QUATRE ANS ! Et qu’on l’y a entendu parler de nettoyage au Karcher, de chasse aux voyous, etc.

        Bonne semaine à toutes et à tous, cordialement, Jean-Claude THIALET

      

    Répondre
  12. HansImSchnoggeLoch

    06/10/2008

    Vous êtes un homme divisé en deux, un peu comme Dr.Jekyll et Mr.Hyde et c’est votre problème. Je ne vais plus perdre mon temps à lire et à commenter vos articles à l’avenir et je pense que d’autres lecteurs feront de même si elles ne l’ont pas déjà fait. Votre superbe et votre arrogance typiquement françaises ne m’amusent pas. Il y a mieux que vous…

    Je ne me suis pas abonné aux 4V*)  pour subir vos sarcasmes, continuez à écrire vos salades sur la religion chrétienne. Et si vous tenez à vieillir n’érafflez surtout pas l’islam.

     

    *) soit disant journal de droite

    Répondre
  13. Disciplus Simplex

    05/10/2008

    Il est intéressant de voir comment certains retrouvent de l’intérêt aux écrits de Pierre Lance lorsque celui-ci caresse leurs orientations politiques dans le sens du poil.

    Répondre
  14. Gino

    05/10/2008

    Cher Pierre Lance.

    Vous nous faites des réflexions mondaines à la Léon Zitrone du genre <La première Dadame, Elle est toujours fraîche et détendue au cotés de sa demi-moitié> ou <Comment les rois, reines, princes et pincesses peuvent ils être aussi splendides et aussi intelligents ?>.

    Ben – pour nous en tenir simplement à Carla – c’est peut-être simplement qu’elle n’a aucun souci de fin de mois.

    Et en abondant dans votre logique, je pense que vous auriez reconnu une bien plus grande ouverture d’esprit à Nicolas, s’il avait autorisé sa Sainte-Nitouche à jouer dans un porno.  Celà ne m’aurait guère étonné d’ailleurs, du moins si celle-ci avait eu une poitrine adéquate pour ce genre de rôle.

    Cordialement.

    ( Ah quel coquin ce Pierre Lance !  Sur quoi ne doit t’on pas fantasmer !)

    Répondre
  15. Pierre LANCE

    05/10/2008

    À Daniel : Le lien entre l’argent et la spiritualité ? Bonne question. J’ai écrit quelque part : « L’argent fait le bonheur des intelligents et le malheur des imbéciles. » L’argent est comme la langue d’Esope, à la fois la pire et la meilleure des choses. Ce n’est qu’un instrument et tout dépend de qui s’en sert. Il faut respecter l’argent, et alors il devient respectable. La dignité de l’homme (donc sa spiritualité) tient à la fois dans la manière dont il le gagne et la façon dont il le dépense. Un être spiritualisé sait que l’argent qu’il gagne par son travail et ses mérites doit être proportionnel à la valeur de ce qu’il apporte en échange à ses semblables et à la civilisation. Ce n’est pas toujours facile à déterminer, mais il faut s’y efforcer, sans que cela ait rien à voir avec la somme perçue. On peut juger excessif, par exemple, les revenus de telle ou telle star de la chanson, du cinéma ou du sport. Mais si cette personne apporte de grandes joies à des millions de gens, comment évaluer cela de manière équitable ? Il est également important d’examiner comment cet argent sera dépensé. Je crois que l’on peut citer en exemple Paul Newman, qui vient de nous quitter, car il gagnait énormément d’argent mais en consacrait une grande partie à aider des orphelins ou des enfants malades. Voici un homme qui a donné des émotions et du bonheur à des millions de gens de par le monde, et qui, avec l’argent ainsi gagné, a encore essayé de soulager des souffrances. J’espère qu’il a surveillé cela de près, car je suis personnellement assez méfiant envers la bienfaisance organisée, tant il est facile d’exploiter et de détourner la générosité de gens très riches mais très occupés. En tout cas, je crois que Paul Newman a répondu à votre question. À HansImSchnoggeLoch : Je ne fixe aucune limite aux sujets de mes articles et j’entends bien traiter de tout ce qui me semble important pour la vie des humains. D’ailleurs, comme on l’a dit bien avant moi, tout est politique, y compris bien sûr la religion, si c’est à cela que vous pensez. Et quand un lecteur me dit qu’il apprécie mes textes en général, sauf ceux qui le dérangent dans ses habitudes de pensée (ce qui arrive assez souvent), je lui réponds ceci : Vous ne pouvez pas diviser ma pensée en petits morceaux. Il y a dans tout ce que j’écris depuis bientôt un demi-siècle, une cohérence et une logique que vous devez examiner, même, et surtout, si elle vous dérange quelque part. Et vous devez vous dire : si je trouve que cet homme a raison sur des sujets importants, il ne peut pas avoir complètement tort sur d’autres où j’ai peine à le suivre et où parfois il me révulse. La moindre des choses que je lui dois est d’y réfléchir. À Joresse : Charles de Gaulle, qui a certainement cru au pouvoir et à l’Etat plus que quiconque, confiait un jour à Alain Peyrefitte : « Le pouvoir, c’est l’impuissance. » Ce qui répond bien à votre question : « Le pouvoir serait-il un leurre ? ». Je ne crois pas qu’il soit un leurre et la boutade du Général est évidemment caricaturale. En revanche, le pouvoir politique n’est certainement pas aussi puissant qu’on l’imagine tant que l’on n’est pas parvenu au poste de commande. On dit souvent que les hommes politiques ne tiennent pas leurs promesses. Et moi je crois qu’ils font le plus souvent des promesses sincères tant qu’ils n’ont pas en mains les leviers du pouvoir et toutes les informations nécessaires. Mais quand ils arrivent au sommet, à quelque parti qu’ils appartiennent, ils sont certainement les premiers à être déçus, car ils se rendent compte que la lourde machine de l’Etat ne répond pas très bien ni très vite à leurs impulsions, que les résistances sont plus fortes que prévu, que la conjoncture se modifie rapidement, que leurs opposants les guettent au tournant et leur mettent tous les bâtons dans les roues qu »ils peuvent trouver, avec le plus souvent une parfaite mauvaise foi. Bref, le pouvoir n’est pas un leurre, mais il n’est pas non plus une potion magique. C’est un combat permanent, ardu, harassant et je crois que les citoyens, quelles que soient leurs opinions, devraient montrer un peu de patience et d’indulgence envers celui qui a été élu par la majorité démocratique, un élu qui croyait sans doute un peu naïvement qu’il avait des idées formidables pour sortir la nation du marasme et qui s’aperçoit avec amertume qu’il ne parvient pas à les réaliser aussi vite et aussi bien qu’il aurait voulu. Car enfin, franchement, qui peut croire qu’un homme passionné de politique a envie de voir ses projets échouer ou ne réussir qu’à moitié et qu’il peut se réjouir de décevoir ceux qui ont cru en lui ? Est-il si difficile de comprendre qu’un Chef d’Etat se réveille chaque matin avec dix problèmes à résoudre et s’endort chaque soir avec le sentiment amer de n’en avoir résolu que deux ou trois, et encore, pas aussi bien qu’il l’aurait souhaité. Que celui qui peut dire avoir réussi dans sa propre vie tout ce qu’il a entrepris lui jette la première pierre.

    Répondre
  16. HansImSchnoggeLoch

    03/10/2008

    <<M Lance, en défendant ainsi Sarkozy, vous ne faites que l’enfoncer: vous décrivez  un personnage qui fait ce qu’il peut et n’aboutit à rien. Donc, au pire cynique, au mieux incompétent. Je vous le laisse.>>

    En admettant que Marie-Ségolène ait emporté les dernières elections présidentielles on peut s’imaginer que nous serions tous en train de danser au Zénith, un peu comme les passagers du Titanic avant la lutte finale, pardon la collision finale. Cette dame étant très compétente, contrairement à Sarko, n’est ce pas Jaures, tous les nuages radioactifs et vapeurs léthales menaçant la France se seraient automatiquement arrêtés aux frontières du pays.

    Répondre
  17. Jaures

    02/10/2008

    Si l’on est pas responsable lorsque l’on est ministre d’état et président du parti au pouvoir qui vote lois et amendements on se demande a quoi cela sert de faire de la politique.

    D’autant plus que si on est président, on devient tributaire de la "conjoncture internationale", donc à nouveau irresponsable. M Lance, le pouvoir ne serait-il qu’un leurre ?

    En ce qui concerne la Géorgie, on sait que la Russie a atteint ses buts de guerre, qu’elle poursuit son entreprise de nettoyage ethnique avec célérité en prenant le temps qui lui est nécessaire, en , au besoin, interdisant aux observateurs européens de se rendre où ils le souhaitent. Mais Sarkozy fait ce qu’il peut.

    M Lance, en défendant ainsi Sarkozy, vous ne faites que l’enfoncer: vous décrivez  un personnage qui fait ce qu’il peut et n’aboutit à rien. Donc, au pire cynique, au mieux incompétent. Je vous le laisse.

    Répondre
  18. HansImSchnoggeLoch

    02/10/2008

    Pour P.Lance:

    Quand vous vous limitez à écrire des articles politiques vous êtes tout à fait agréable à lire. On peut ou ne peut pas être d’accord avec le contenu de vos articles politiques. Peu importe…

    Persévérez dans cette direction.

    Répondre
  19. Daniel

    02/10/2008

    Sarkosy pire ou meilleur?    Il est assez bien à la hauteur du peuple qu’il représente. Il est de cette époque.

    Il a amené l’exemple de la simplicité dans l’exercice du pouvoir. C’est une bouffée d’oxygène, d’autant plus que cette façon d’être libère son action mais a libèré aussi son entourage de bien des carcans… qu’on a déjà oubliés!. Il a rajeuni la politique et navigue assez bien dans le panier de vieux crabes pris de court par la rapidité de ses audaces.  

    Sarko: bonnes intentions et toujours prêt à aider le dernier qui saura se plaindre… mais pas assez construit pour voir l’intérêt de tous sur le long terme. Manque de spiritualité pour voir profond et loin: sa formation/déformation  d’avocat est une voie qui réduit ou détruit la conscience individuelle. Il pense "droit" et réglementation, pour réagir à un problème posé avant d’avoir chercher la nature du désordre qui a produit ce problème.   Le droit reste une pale imitation temporelle de la justice. Cela reste le grand malentendu entre les dirigeants et les citoyens.

    A mes yeux, il est sympathique dans ses actions mais reste superficiel dans ses valeurs.  Une des plus importantes à la place qu’il occupe, le fric, n’a jamais franchi la barre de l’adolescence  et de ses envies irraisonnées. C’est pourtant là que devrait se porter la première réflexion politique: l’argent, c’est quoi dans la vie d’un homme? ça vient d’où? ça sert à quoi? ça représente quoi?

    Et vous Pierre Lance, qui avez de belles exigences spirituelles,  avez vous pioché de ce côté: quel est le lien entre la spiritualité et l’argent?

     

    Répondre
  20. Pierre LANCE

    02/10/2008

    Merci à Groc Bernard et à Terrier. La lucidité réussit parfois à se glisser sur ce site, entre deux diatribes partisanes qui ressassent les clichés caricaturaux des diverses oppositions, qui feraient cent fois pire que Sarkozy si par malheur l’une ou l’autre venait au pouvoir. Fort heureusement, elles cultivent l’art de se stériliser elles-mêmes. À jacky ; A : Pour prétendre que je suis un « sarkozyste pur », c’est que vous n’avez jamais rien lu de moi avant cet article. Vous devriez consulter la collection des « 4 Vérités » pour être mieux informé. J’adore votre déduction : je suis de droite, donc je ne suis pas dans la précarité. Parce que si l’on vote à droite, d’après vous, c’est qu’on est riche ? Ah si vous pouviez avoir raison ! Ce serait magnifique, étant donné que la majorité des Français vote à droite et que ce n’est pas près de finir, cela voudrait dire que les Français vivent en majorité dans l’aisance. Vous y croyez ? Pour ce qui me concerne, je vous signale que je suis écrivain et que c’est ma seule profession. Or, à l’exception des « stars », tous les écrivains vivent plus ou moins dans la précarité, au moins par périodes (dans une situation souvent similaire à celles des « intermittents du spectacle »), et qu’ils gagnent en salaire horaire moins qu’une femme de ménage. Permettez-moi de vous dire, cher monsieur, que si vos opinions politiques résultent de votre situation sociale, cela veut dire que vous n’avez pas de vraies opinions, mais seulement des réactions conditionnées style « réflexe de Pavlov ». Si l’on veut parler valablement de politique, il faut être capable de s’élever au-dessus de sa situation, de son milieu, de son éducation, de ses préjugés, de ses croyances, etc. Hélas, bien peu en sont capables. Je compatis autant que vous aux difficultés des familles aux revenus modestes. Et je déplore et condamne autant que vous certains abus comme ceux des « parachutes dorés » pour dirigeants incompétents (heureusement très minoritaires, mais qui donnent un mauvais exemple). En revanche, je commence à en avoir ras-le-bol de la litanie contre le « bouclier fiscal », dont ceux qui le critiquent ne savent même pas de quoi il s’agit. Les bouclier fiscal est une mesure de justice visant un double but : 1) ne pas exercer une fiscalité confiscatoire en dérobant plus de la moitié de ce qu’ils gagnent à des gens qui le méritent par leurs compétences ou leurs talents, 2) éviter que ces personnes fuient notre pays et s’expatrient avec leurs capitaux au lieu d’investir dans notre économie, ceci pour leur profit, bien sûr, mais aussi pour celui de ceux que vous plaignez, chômeurs ou salariés précaires, qui sont, malheureusement sans le savoir, les premières victimes du socialisme rampant armé de fiscalité abusive. À Joresse : J’ai déjà répondu à cette plaisanterie « Sarkozy est au pouvoir depuis sept ans ». Non, Sarkozy est au pouvoir depuis un an et demi, et c’est tout. Avant, il n’était pas le patron, et vous le savez très bien. La situation actuelle n’est pas très bonne, c’est un fait, mais Sarkozy n’y est pour rien. Il fait tout ce qu’il peut pour colmater les brèches et ce n’est pas facile. Quant aux frontières de la Géorgie, elles étaient complètement artificielles et elles sont redevenues, grâce aux Russes, un peu plus authentiques. Sarkozy a fait ce qu’il pouvait pour limiter la crise, et n’a pas si mal réussi.

    Répondre
  21. TERRIER

    01/10/2008

    Tout à fait d’accord avec cet article lucide et courageux. bravo et merci.

    Répondre
  22. EIFF

    01/10/2008

    Sarkozy n’a aucune excuse, il avait tout à fait les mains libres pour dynamiser et moderniser le pays, à commencer par réformer l’immigration qui prend des allures de colonisation à rebours de plus en plus manifeste, de plus en plus offensive et qui nous coûte entre 35 et 50 milliards d’euros par an ( http://www.contribuables.org ) pour un résultat nul et des effets monstrueux sur la situation socio-économique.

    L’UMPS s’imagine peut être encore que les millions d’assistés qui se retrouvent parqués dans les banlieues vont payer la retraite des Français ?

    Au lieu de cela, Sarkozy nous sort du blabla sur l’unité nationale  et sur la crise américaine car il n’a pas le cran de s’attaquer à la source de nos problèmes et préfère prolonger l’état de socialisme avancé de la France en créant des nouvelles taxes, de nouveaux moyens d’extorsion pour saigner les familles françaises, en asphyxiant les entreprises par les prélèvements et les cotisations, en créant toujours plus de dettes et de déficits dans tous les domaines.

    Sarkozy joue les idiots utiles du mondialisme débridé mais certainement pas le rôle d’un chef d’Etat au service de ses concitoyens, tous les indicateurs prouvent que le gouvernement ment, truque, bidonne, et alourdit les comptes. Par contre, il y a une chose qui ne marche pas mal, c’est le train de vie de la classe politique, des députés, des sénateurs, qui s’accorde toujours plus de privilèges et qui vient de renforcer ses régimes très spéciaux.

    Y’a bon, la route est droite mais la pente est raide, comme disait un ancien premier ministre.

    Répondre
  23. siniq

    01/10/2008

    Décidement la libido travaille certains papys qui en voyant Carlita devienne raide de joie!!!!

    Répondre
  24. Jaures

    01/10/2008

    Ah ! Cette conjoncture internationale ! N’oublions pas que M Sarkozy est au pouvoir depuis près de 7 ans (ministre d’état, de l’intérieur, des finances, président du parti majoritaire, président de la république). Alors il a réformé. Sans doute. Mais à quelles fins ? Depuis 2002, les Français vivent-ils mieux ?  Les travailleurs ont-ils de meilleures conditions de travail ? de plus justes rémunérations ? Les chômeurs trouvent-ils plus facilement un emploi ? L’inflation est-elle jugulée ? Le pouvoir d’achat augmente-t-il ? Y a t-il moins de faillites d’entreprises ? La recherche est-elle relancée ? Les élèves entrés en CP en 2003 savent-ils mieux lire et écrire que ceux de la rentrée 1997 ? La conjoncture internationale encore ??

    Plus récemment, la Géorgie a-t-elle retrouvé ses frontières de juin 2008 ? Sarkozy a-t-il imposé une vision de l’économie plus raisonnable au monde (vision qu’il nous avait savamment caché durant sa campagne durant laquelle, souvenons nous, tout était possible) ?

    Tout cela ressemble, avouons-le à de la vaine agitation. A une poudre aux yeux médiatique.

    Alors reste Carla. Sans doute joue-t-elle à merveille son rôle de mondaine décorative. Oserai-je avancer qu’elle profite quelque peu de son statut pour promouvoir un album qui, signé par une autre, eût passé complètement inaperçu (et dont les ventes plafonnent malgré une omniprésence obscène sur tous les medias privés ou publics).

    Tout cela me conduit à m’interroger sur l’enthousiasme de P.Lance. Sarkozy. Notre président aurait-il des origines celtes ?

    Répondre
  25. jacky ;A

    01/10/2008

    Monsieur,il est incontestable d’apres vos propos,que vous etes un Sarkosyste pur.D’autre part je suppose également comme vous le dites etre de droite ,donc pas dans la précarité.Je vous suggere de venir au niveau de la classe sociale (ouvriers),et de voir l’effet d’une taxe supplémentaire,de l’augmentation du tarif EDF/GDF qui avec les réformes imposent ces énérgies pour sécurité ,dans tous les logements collectifs (sociaux ou pas )avec une TVA 5% +TVA 19,6%.Et ainsi de suite,sur un salaire basé sur le smic,toutes les cotisations otées d’offices,l’Impot sur le revenu calculé sur le BRUT,indique que nous payons plus que notre pouvoir d’achat.Je trouve cela abusif.Il faut admettre que depuis sa prise de pouvoir "absolu",plus les riches sont riches et avec le bouclier fiscal + les "parachutes"les umpistes sont aux anges.De plus la CRISE BANCAIRE actuelle est CAUSEE par les SPECULATEURS et lesCAPITALISTES ,avident de plus en plus d’EUROS,et qui de toute façon ne dormirons pas chez les ENFANTS de DONQUICHOTTE,etant donné que le "livret A"servira à renflouer,mais connaissant Mr FILLON je m’attend à des mesures draconniennes.Je profite de votre situation médiatique,à votre avis,faites meme un sondage,l’hiver arrivant rapidement vu le climat actuel, Combien de DECES du à la Précarité auront -nous droit pour 2008/2009.Votre Classe Politique,ni Mr Sarkosy,n’en parle et pourtant les faits sont réels,et cela vous-ne pouvez le nier.Donc dans votre prochain article,svp,pensez à eux et oubliez ses capitalistes qui n’en ont que faire.Merci.

    Répondre
  26. Groc Bernard

    01/10/2008

    Je suis entièrement d’accord avec vous. En 15 mois, malgré les problèmes que vous ennoncez, il a réformé comme aucun président e l’a fait. Je penses que la crise financière actuelle sera peut-être une chance de pouvoir réformer plus en profondeur une France qui en bien besoin Cordialement B. Groc

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)