Sarkozy, pire que Chirac

Sarkozy, pire que Chirac

Le résultat des élections régionales est tombé. Il m’intéresse extrêmement peu. Je dirai même qu’il ne m’importe pas. Comme je l’ai déjà indiqué en ces colonnes, je n’ai pas voté au premier tour. Je n’ai pas voté au second. Je ne voterai vraisemblablement pas aux élections suivantes.

Certes, la victoire de la gauche française me consterne. Je n’oublie pas que, si le parti socialiste a, lui-même, un programme qui semble n’avoir pas bougé depuis l’ère des dinosaures et de Karl Marx, il a passé des alliances avec les khmers verts pro-palestiniens de Cécile Duflot, avec les derniers communistes et avec quelques partisans de Hugo Chavez. Cette victoire va enfoncer encore ce pays vers l’euthanasie.

Mais ce qui me semble le plus inadmissible est la politique suivie depuis des mois par Nicolas Sarkozy : un homme qui semble avoir dépassé de beaucoup son seuil d’incompétence en arrivant à l’Élysée. En matière d’environnement, Sarkozy n’a cessé de reprendre un discours digne d’Europe-écologie, avec juste quelques bémols. Il n’a pas combattu le crétinisme de ces gens ; il l’a entériné, et n’a pas semblé comprendre que, tant qu’à entériner ce crétinisme, les électeurs préféreraient les crétins estampillés à une pâle décalcomanie.

En matière de politique économique, il n’a cessé de se conduire en étatiste, en dirigiste et en redistributionniste, a ajouté de nouveaux impôts aux impôts existants et, au nom de je ne sais quelle « ouverture », n’a cessé de nommer des socialistes à tous les postes possibles. Pour tout cela, le parti dirigé par Martine Aubry a toujours proposé mieux. Les électeurs pouvaient difficilement ne pas considérer que, s’il s’agissait de faire du socialisme et de recruter des socialistes, le parti susdit portait d’ores et déjà le nom adéquat.

Ce n’est que dans des domaines tels que l’immigration et, très vaguement, la sécurité, que le Président de la République a prétendu, parfois, se démarquer vraiment de ceux qui sont censés être ses adversaires, et là, il n’a pu s’empêcher de faire des gestes qui ont semblé montrer que ce qui l’intéressait, c’étaient des positions qui ressemblaient un peu à celles du Front National : en matière de nationalisme étroit et d’autoritarisme xénophobe, le Front National n’a cessé de proposer mieux que lui.

Il y a des commissions de réflexion à l’UMP. Il y a de l’argent. Il y a des gens qui sont censés être payés pour faire des analyses et des propositions. S’ils ne parviennent pas à inspirer mieux à leur chef, c’est pathétique et ils méritent, ainsi que leur chef, une déroute totale. Cette déroute a commencé. En toute logique, elle devrait se poursuivre. Je ne vois, en effet, pas comment l’échec de 2010 pourrait ne pas mener à un échec ultérieur en 2012. Ni l’UMP ni son chef ne peuvent dire qu’ils se sont trompés sans cesse et ont été nuls pendant des mois pour tout changer in extremis, et se donner l’apparence soudaine de gens intelligents. Un ami me disait, il y a deux ans, que Sarkozy serait pire que Chirac. J’avais peine à l’admettre. Force m’est de constater que ce n’était pas faux. La France n’arrête pas de descen­dre : après Mitterrand le pétainiste, l’ami de René Bousquet, ce pays est tombé plus bas avec Chirac le corrompu, l’ami de Saddam Hussein et de Yasser Arafat. Nous en sommes à celui qui, plutôt que lire, fait du découpage dans les confettis sur lesquels sont inscrites les idées de dogmatiques essoufflés. La fois suivante ? Je n’ose imaginer.

On dit parfois qu’un pays a les dirigeants qu’il mérite. Sous cet angle, l’UMP et Sarkozy sont des symptômes. La cohorte qui leur fait face est elle aussi un symptôme. Ce qui se passe en politique n’est qu’une pièce d’un puzzle décomposé et vide dont les autres pièces sont l’enseignement, les médias, l’édition. La France est proche de la mort clinique.

On peut ajouter, ce qui ne justifie rien mais explique un peu, que la France n’est pas seule dans ce cas. Les autres pays d’Europe vont tout aussi mal, à des degrés et sous des formes divers. À un hiver démographique généralisé, s’ajoutent des taux d’endettement qui explosent, une islamisation rampante, quelques crispations néo-fascistes, un délabrement économique qui s’amplifie, et une cécité générique sur l‘évolution planétaire.

Pour compléter le paysage, Obama, outre-Atlantique, poursuit ses tentatives de sabordage des États-Unis. L’avenir immédiat en ces conditions ? Je préfère ne rien en dire …

Partager cette publication

(43) Commentaires

  • grepon Répondre

    "C’est cela qui ne vous rend pas crédible, ami Grepon. Vous présentez Chris Dodd comme un quasi gauchiste alors qu’il n’en est évidemment rien. Jusqu’en Novembre dernier celui-ci souhaitait enlever à la Fed tout pouvoir de surveillance des banques. "

    Effectivement, Chris Dodd est avide personellement.  Il a profite bien de son pouvoir, prenant cadeaux, faisant affaires miraculeuse, et surtout prenant beaucoup en contribution et ses campagnes electorales des business qu’il etait sense reglemente, dans ses responsibilites au Senat.   Si Chris voulait enlever de la Fed, une organisation independent du Congress et de Chris Dodd, responsibiltes de regelementation des banques, ce n’etait tres evidemment pas pour les "laissez faire"(en francais dans le texte), mais pour pouvoir les reglementer autrement.     C’est quand meme le domaine de Chis Dodd ca, le "shakedown" sur les banques.    Les Democrats gagnent beaucoup de contributions en menacant les industries qu’ils reglementent au sein de leur Committees au Congress.   Si vous etes familier avec films de gangsters, ou si vous connaissez de gens qui ont des magasins en France, vous etes familier avec l’idee.   Le magasinier recoit la proposition d’etre "protege" si il payerait comme il faut. 

    Tout ceci a cote, il n’empeche que Chris Dodd a ete un des joueurs principale dans l’affaire du pompage massive a credits aux insolvables.   Voyez, c’etait un "Friend of Angelo" chef de Countrywide, une des boites qui profitaient massivement de ce stupidite encore plus massive.    C’est MERCI a FANNIE et FREDDIE que ce genre d’activite anterieurement perdant pour les banques est devenu quelque chose par laquelle ils pouvaient brasser de l’argent.   Voyez, des qu’une banque a moyen de revendre un mauvaise pret faisant une benefice, ils sont en effet tres naturellement encouragee a le faire et le refaire.    Countrywide, dont Chris Dodd a ete officiellement "un ami", s’est servi et reservi et reservi a ce buffet, a a ete tres reconnaissant au polticiens, majoritairement Democrats car les Democrats manque typiquement de qualites de base comme "integrity", mais bien sur pas que des Democrats.   Je crois que je vous ai parle de RINO’s de temps en temps, ou d’autres Republicans comme John McCain(voir defintion de RINO) qui sont opportunistes et un peu perdu quant aux principes parfois.   Il fallait des politiciens au Congress pour que ca marche, car un des moteurs les plus important, et de loin, dans ce fraude gigantesque a ete Fannie et Freddie, choses creee et reglemente exclusivement par Congress, mais agissant dans la privee comme is ils etaient des boites privee ayant une ligne de credit infini(c.a.d. l’impose, et la capacite de s’endetter de la Tresorie Americaines).   Notons au passage que aujourdhui, cette capacite infimni de s’endetter de Fannie et Freddie s’est formalise au mois de Janvier.   Il n y a plus de limite a ce que Fannie et Freddie peuvent tirer de la Tresorie.   Et ca tombe bien, car hier, la Fed c’est arrete d’acheter Mortgage Backed Securiities, qu’ils ont acheter je crois 1,25 mille milliard de dollars jusquici!    De quoi envoyer des vagues de part a l’autre du monde en ce qui concerne prix et valeurs de TOUT.  Beaucoup de bilans, de grande banques et pays entier, sont concernes bien sur.

     Pour comprendre le mechanisme:    Il y a quand meme beaucoup de d’idiots pullulant dans n’importe quelle civilisation qui n’ont pas moyens ou habitudes necessaire pour payer un pret immobilier, meme un pret qui theoriquement serait dans leur moyens au moment de la vente, car ils manque la maitrise d’eux memes sur le temps.    C’est le pourquoi que tout le monde ici a un "credit score" accumule par des organisations privees comme, genre Equifax.   Anyway, lors de la montee de la bulle, il y avait tant de prets faites a ce genre d’individus que les prix de l’immobilier ont monte et monte, de facon a laisser des idiots parfaits revendre dans un rien de temps et repayer leur note.   Par cet effet, beaucoup, =et non seulement des insolvables=, ont fait de meme, achetant une demi douzaines de condos ou maisons a credit comptant les revendre rapidement a une benefice considerables.   Les achats successives faisait augmenter les prix.   La hausse de demande a fait au developpeurs et constructeurs planifier et construire pour pouvoir faire des benefices eux memes vendant a des prix elevees.   

    Bien sur que a un moment donne, les prix augmentent de facons strictement ridicules au meme temps que le nombre de nouveaux constructions produites deviens vertigineuse aussi, et hop, Monsieur Offre, veuillez rencontrer Mademoiselle Demande!    Les deux ont fait ce qu’ils sont faites pour faire, et voila que les prix ont baisse, et enormement de mauvaises dettes ont ete releves pour ce qu’ils ont ete depuis le debut.   Les "Mortage Backed Securities" avait soudain bien moins de valeur qu’auparavant, rendant ridicule les bilans de plein de banques.  Assurances, genre "Credit Default Swaps" ont fait l’experience montagnes russes, et les contraparties de ces securites se sont trouve a nu….    Tout ses instruments se trouvaient revendu a travers le monde, ce qui est le pourquoi meme du fait que la Fed americain s’est arranger pour ouvrir ses vannes non seulement aux banques dites "Too Big To Fail" americains, mais aussi pleins de banques europeen qui se trouvait eux aussi a nu.   Et oui, la Fed a sauver l’Europe aussi, et non seulement la peau des banques ici.

    "De même, on met en cause Alan Greespan comme s’il s’agissait d’un parangon du dirigisme d’état alors qu’il a été nommé par Reagan et a servi sous les 2 bush aussi bien que sous Clinton."

    Alan Greenspan a ete un liberale classique, fana d’Ayn Rand, et il croyait ferme dans le marche libre, c’est vrai.   Sans Fannie et Freddie faisant ce qu’ils ont fait, ainsi faisant des entorses et fractures aux lois d’offre et demande dans le marche, le "easy money" politique de la Fed sous Greenspan n’aurait pas eu une tendance exagere sur le marche de l’immobilier en particulier.    Ici je reconnait que les taux bas ont ete present, mais a la difference de Milliere, je ne met pas la responsibilite sur Greenspan pour une bulle, assez limite a un marche tres particulier, qui resultaient  de distortions au marche introduit par le gouvernement americain, et surtout par le Congress americain, et surtout (bien que non seulement) par le parti Democrat au Congress, y compris par les corrompus(Chris Dodd) ET les "True Beleivers" (Barney Frank).

    "Non décidément cette théorie d’une crise créée par l’excès de socialisme imposé par quelques gauchistes bien cachés sous des dehors de sages notables malgré la lutte inégale de républicains lucides mais bloqués par ces  députés relève de la bande dessinée et je doute qu’elle fasse flores.

    Ce n’etait pas "quelques gauchistes".   Ceci n’est pas une theorie farfelue dites de "Conspiracy" enonce par quelque qui porte un chapeau en aluminum pour se sauver des ondes controlleur de sa pensee.  Ca a ete un mechansime bien huilee, ouvert, publie, et intentionnee dans les sens que j’ai decrit ici.   Les supporteurs du program au Congress ont ete non seulement plusieurs mais une majorite, bien que je dirais que pas plus que dix ou vingt ont pige quelque chose(la majorite de nos politiciens sont des lawyers narcissistes et non pas des economistes ou businessmen).    L’idee bien pensant des gauchistes a triomphe, et les "identitiy politics" ne peut etre divorce du probleme.   L’esprit et la lettre du sacre "Community Investment Act" a ete a l’eovre.    Les Democrats ont pense avoir opere un miracle de generosite bien pensant avec ce programme, et comme d’hab leur bonnes intentions ont ete un route pour l’enfer.   Ce n’est pas fini bien sur, merci a l’ignorance du public sur la chose economique, comme enseigne par les gauchistes qui controlle nos systemes d’education ici.    Voila que le public imaginent que Wall Street a ete du cote Republicans et vice-versa, et qu’ils ont gobe largement l’idee que c’etait de l’irresponsbilite de Wall Street qui a mene au catastrophe.    Dans la realite, Wall Street a fait exactement ce que Walls Street fait, adjuster au conditions du marche…un marche qui a ete truque par Congress.

    "Enfin, je vous ai donné quelques exemples qui montrent qu’en France l’enseignement et les medias économiques sont majoritairement bien plus proches des libéraux. "

    Je ne doute pas qu’il y a des liberaux en France(j’ai quand meme deux diplomes universitaire de chez vous, un dans un de vos grandes ecoles d’affaires, d’acord?).  Ce que je dit c’est qu’ils n’ont pas de pouvoir et encore moins d’influence sur votre pays qui est, encore et toujours entierement aux mains d’etatistes infectes de notions dirigistes ou l’etat doit se meler de tout.   Le public chez vous a ete formatte par le Mammouth, expres, pour interpreter les choses ainsi.  Les discours sont sur comme l’etat doit se meler de tout, et non pas comment extraire entierement l’etat de divers pans de la sphere privee.

    "J’attends que vous me citiez en réponse quelques commentateurs et analystes qui seraient d’un autre camp et prêcheraient régulièrement marxisme et keynesianisme: pour le premier, on peut lire "l’humanité", pour le second je ne vois que Bernard Maris sur France Inter. Avouez que c’est bien peu au regard des Dominique Seux, E.Cohen, Erik Izraelewicz, etc… qui commentent chaque jour sur nos ondes et dans les grands quotidiens l’actualité économique dans un sens libéral."

    J’aime bien ce cote des francais qui apprecient tant le debat et l’argumentation.  En effet, les americains enseignent a leur enfants de chercher des sujets sur lesquelles tout le monde peut etre en accord, pour que ca avance, et pour que les relations humaines soient plus plaisantes.  Chez, vous, vous encourager vos enfants a trouver les differences et a insister dessous, avec finissesse si possible, ave le but de gagner le point, meme si c’est une nuance assez peu importante.    A default d’etre en desaccord, vous aimez jouer a "l’avocat du diable" pour le pure plaisir de debattre et pratiquer vos arts d’argumentation.    C’est remarquable chez vous.     MAIS, si vous me dites que quelques poignees de francais et quelque journaux, ou quelques recoins de vos ecoles proposent la position X, je ne suis pas convaincu que cette position X est pris au serieux meme par les institutions dans lesquelles la position X a voix, d’accord.   ET surtout quand l’evidence du contraire pullulent du haut en bas, du centre a l’exterieure, du nord au sud et de l’est en ouest jusqua Reunion et Martinique que le contraire du X est non seulement investi dans les tetes de presque tous, mais est en operation(mauvaise operation) dans tout.

    Je reviens a l’argument sur les taux de participation aux elections.   Votre populace croient que le gouvernment doit se meler de tout.   Les differences sont sur l’allocation des ressources du gouvernement, chacun votant pour plus de bonte pour lui meme, moins d’impostion pour lui meme, et plus chez "l’autre", celui qui a trop ou s’en sort mieux.     Je dirais meme que l’oppostion des non-fonctionnaires aux fonctionnaires est du meme acabit.    Dans vos tetes vous jouez un jeu a somme zero, ou c’est la distribution dirigiste des bienfaits et souffrances qui est l’objet du jeu.

    1 avril 2010 à 16 h 57 min
  • Jaures Répondre

    C’est cela qui ne vous rend pas crédible, ami Grepon. Vous présentez Chris Dodd comme un quasi gauchiste alors qu’il n’en est évidemment rien. Jusqu’en Novembre dernier celui-ci souhaitait enlever à la Fed tout pouvoir de surveillance des banques.

    De même, on met en cause Alan Greespan comme s’il s’agissait d’un parangon du dirigisme d’état alors qu’il a été nommé par Reagan et a servi sous les 2 bush aussi bien que sous Clinton.

    Non décidément cette théorie d’une crise créée par l’excès de socialisme imposé par quelques gauchistes bien cachés sous des dehors de sages notables malgré la lutte inégale de républicains lucides mais bloqués par ces  députés relève de la bande dessinée et je doute qu’elle fasse flores.

    Enfin, je vous ai donné quelques exemples qui montrent qu’en France l’enseignement et les medias économiques sont majoritairement bien plus proches des libéraux. J’attends que vous me citiez en réponse quelques commentateurs et analystes qui seraient d’un autre camp et prêcheraient régulièrement marxisme et keynesianisme: pour le premier, on peut lire "l’humanité", pour le second je ne vois que Bernard Maris sur France Inter. Avouez que c’est bien peu au regard des Dominique Seux, E.Cohen, Erik Izraelewicz, etc… qui commentent chaque jour sur nos ondes et dans les grands quotidiens l’actualité économique dans un sens libéral.

    1 avril 2010 à 9 h 17 min
  • grepon Répondre

    "Cher Grepon, la différence entre un tremblement de terre et une crise financière est que le premier ne dépend pas des activités humaines."

    On voit facilement pourquoi certains vous appelez l’etroit.

    "Je ne prétends pas m’y connaître mieux que vous en finances internationales. Je pense que l’Economie n’étant pas une science exacte) tout comme la science de la prevision des trembgel

    "Vous me permettrez de ne pas croire à un lobby de parlementaires "marxisants" oeuvrant avec succès au sein du congrés pour instaurer des mesures bolcheviques. "

    Barney Frank et Chris Dodd, de puissants politiciens au Congress dans les committees du House et du Senat, ont pourtant oeuvre, avec success, a installer, a amplifier, et a faire perdurer les interventions de Fannie et Freddie sur le marche immobilier et le marche financier annexe, exactement pour faire faire des prets aux insolvables.   Le Congressional Black Caucus, un group de politiciens noirs a fait de meme.  

    "Quand on voit les mois qu’il a fallu à Obama pour faire passer, avec maintes concessions, une réforme du système de santé qui, en France, passerait pour une historique régression sociale, on peut légitimement mettre en doute une telle analyse. "

    Effectivement, un des problemes principale que Nancy Pelosi a eu, dans le House of Representatives, etait de convaincre la gauche de la gauche chez ses Democrats de voter pour cette mesure, parceque ce n’etait pas ASSEZ aggressives.   D’autres Democrats ont eu du mal avec une langage qui permettait IVG volontaires d’eter paye par l’impot d’autre americains horriffie par l’idee.   Voyez, tout le delais a ete au sein du parti Democrat.   Aucune batialle chez les Republicans en fin de compte, car a la fin, il devenait tres claire, que ce programme n’a ete que le debut.  

    A le lire, 2700 pages de technocratese, le program est clairement construit pour faire faillite a l;excellent systeme d’assurance prive que nous avons, sur le temps, jusqua ce que ca crise au point ou un systeme nationalisee deviendrait "necessaire".   C’etait le but tout le long, des socialiste au sein du parti Democrat, y compris Obama, qui a laisse echappe, comme pratiquement tout ses colleagues l’ont fait a un point ou l’autre de leur carriere, que le but ultime c’est un systeme "single payer" comme celui de la France…la France qui  est irreversiblement prefoutu par le poids de son gouvernement centrale, comme le reste des etats europeens.

    Tout ceci reste tres impopulaire chez le public, d’apres les sondages.   Plusieurs etats font proces contre le gouvernement federale avec l’argument que divers principes de la loi sont inconstitutionelle, ce qui est strictement vrai.   Quand le parti republicain reprend le House of Representatives, ce programme sera "defunded" ici et la, pour effet de le faire kaput dans ses pires effets.

    "Je pense, au contraire, que, comme les républicains, les démocrates sont liés à différents milieux d’affaires, ce qui limite les possibilités de réforme aux Etats-Unis. Vous m’accorderez à ce titre que je n’ai jamais fait montre du moindre enthousiasme pour Obama."

    Non, je vous repond que les deux parti sont TOUT LES DEUX alimente par les meme "miliuex d’affaires" dasn des degres differents.  Les "trial lawyers" donnent plus, beacoup plus, aux Democrats.  Wall Street et les banquiers donne plus au Democrats.   Les farbricants d’armes legeres donnent bien plus au Republicans.   Les "public employee unions" par contre, donnent presque exclusivement au Democrats.   Effectivement, les Democrats sont "The Government Party".   Ils sont pour l’expansion du gouvernment dans tout les domaines, et bien sur l’accroissement de paie et pensions etc pour les employees du gouvernement.   Leur reve c’est de transformer les Etats-Unis en France, au moin en ce qui concern la separation de la civilisation en fonctionnaires bien payes, les aides, et les autres…les vilains contribuables

    "De même, je doute sérieusement de la pression qu’auraient exercé des républicains alertant dés 2003 sur les risques d’une crise financière. Quoi ! Le congrés était acquis aux Républicains, Bush était populaire, qu’est-ce qui l’empéchait de prendre des mesures salutaires ? Non, ce n’est pas crédible."

    Earth to Jaures!  Earth to Jaures!   Si c’est credible.  C’est meme ce qui s’est passe.   Bush n’avait qu’une mince majorite au Congress lors de ses 8 premiers annees, et parfois cette tres mince majorite aurait theoriquement demande l’intervention du VP pour faire 51 votes au Senat.  Mais meme cette mince majorite theorique est une exageration quand on regarde de pres l’activite de certains Republicans que nous appelons ici Republicans in Name Only, qui votaient a gauche sur plein de sujets, y compris dans des domaines de demogoguerie ou populisme facile propre au Democrats.   Oui Bush a etait populaire quant a l’intervention en Afghanistan, et bien moins avec la menace d’interventions en Iraq, et encore moins dans l’apres de la tres courte guerre qui a depose Saddam.   Les Americains sont, fameusment, instictivement contre le fait d’occuper d’autres pays, a part pour bases militaires ou arrangements du meme acabit.   Rendons quand meme compte que Bush a gagne de justess contre John Kerry en 2004, un de nos retardes les plus honteux du Senat….de justesse, en 2004.

    Alors l’idee que l’Administration Bush allait prendre la television ou la radio pour lancer une geurre politique en 2003 pour defaire la menace represente par d’obscures et complexes machinations financieres…c’est entierement fantaisiste.   Deja, dans l’apres de cette catastrpohe qui continue, la plupart des gens ne comprennent que dalle, merci a nos journalistes d’ici.   A l’epoche, ce n’etait pas quelque chose qu’on pouvait, CREDIBLEMENT, propose comme quelque chose a prendre directement au peuple.  

    Non, il fallait bosser dans les "Finance Committe" et organismes similaires du Congress ou il y a des experts a cote de chaque senateur ou membre du congress dans ses committees.   Barney Frank et Chriss Dodd, entre autres sont puissant dans ses commitees.   Et d’aillieurs, l’entier Black Congressional Congress a ete derrriere ce programme en bloc.   Les cris de "racisme" sont un tactique ironiquement efficace des Democrats pour faire taire leur detracteurs ou faire bouger les choses dans leur sense.   Je dit ironiquement, car le parti Democrat a ete raciste le long de son existence.   C’est le parti des "identity politics" qui veut diviser au maximum les gens sur lignes de race, "gender", sexe, , age, ethnicite, et plein d’autres etats de victimitude designe.   Comprennez que le programme CRA et les distortions de Fannie et Freddie sur le marche immobiliere etait des programme bien-pensantes sur les registres de classe et de race.    Les Republicans ont fait leur efforts donc en committee, et pas tout haut.    La politique c’est l’art du possible, et les Democrats ont travaille depuis 20 ans et plus a l’epoch pour rendre tres difficile le renversement de vapeurs.   ET J’ADMET MEME que le "compassionate conservatisme" de Bush rendait difficile une attaque contre ce programe.   Mais, l’attaquez, ils l’ont fait tout de meme, a huit reprises entre 2003 et 2006(la perte des majorotes au Congress).

    "Personnellement, je ne suis pas un inconditionnel de la propriété."

    Quelle surprise!

     "L’exemple que vous donnez est d’ailleurs éronné: si je loue une voiture, je dois la rendre propre et en bon état sinon je perds ma caution."

    Euh, non, mon exemple se tien.   Presque personne ne lave une voituire de location…a moins que ce soit vraiement sali au dela du raissonable, ce qui est un cas sur 200, donnons.   Et fameusement, il traite moins bien des voitures de location, c’est le pourquoi du basse prix de revente d’ancien voitures de location d’aillieurs.

    "Ce qui compte n’est pas d’être propriétaire mais d’être bien logé. D’ailleurs certains libéraux ne sont pas pour l’aide à l’accession car ils jugent que cela nuit à la mobilité. "

    Effectivement, ca nuit a la mobilite, et la manque de mobilite est une des maintes raisons pour lesquelles l’Europe est moins concurrentielle que le reste du monde.   Pour ce qui en est d’etre "bien" loge, ca c’est un =DESIR= et non pas un BESOIN.   Ce n’est tres evidemment pas un DROIT sinon l’etat doit prendre, au but de fusil et avec menace de taule, de l’argent a des gens responsables d’eux meme et motivee, pour le donner logements a ceux qui ne sont pas foutu se bouger.    C’est une tyrannie ca.   C’est la merveillieuse etat social-"democratie" europeen.   Ou vous vous demandez pourquoi l’entier tier monde veut s’installer chez vous.   Chez nous, ils viennet pour bosser, largement, car on leur donne peu.  Mais on observe ici ils ont plus tendance quand meme a s’installer la ou le gouvernement du coin offre le plus d’avantages…genre soins medicaux gratuites…encore et toujours paye par l’impose, l’argent pris au bout du fusil.   Par exemple, plus que 80% des naissances au Parkland Hospital a Dallas sont issu de meres illegales.    Je suppose que c’est un minimum de charite obligatoire ca, mais d’autres etats et villes sont bien plus acceuillant.    On observe que le plus l’etat sousvention quelque chose, le plus de cette chose que nous observons, que ce soit pauvrete, chomage, aliens illegaux, ou prets immobiliers faites aux insolvables.

    "Enfin, il est faux de dire que les économistes Français seraient plus Keynesiens qu’ailleurs: les principaux journeaux économiques ("La Tribune", "Les Echos") sont libéraux ainsi que les commentateurs des différents medias, et la principale faculté d’économie parisienne (Dauphine où officie Pascal Salin) est tenue par les disciples de Friedman."

    C.A.D. qu’il y a quelques exceptions en France, qui prouvent ce que je dit.    La majorite du Mammouth et la grande majorite des ses produits sont presente avec, un dessin bien vague peut-etre, mais toujours une idee de l’economie de base Keynesien, pro-etat, ou l’etat est le here necessaires dans l’affaire.   Les francais, et beaucoup trop d’americains d’aillieurs, imaginent que le gouvernment peut creer des boulots, stoppper les recessions en depensant, et freiner les bulles…alors qu’ils sont tres evidemment incompetent dans ses domaines.   Ils prennent resources de ceux qui sont tout pret des problemes et opportunites qui se presentent,pour le donner a des decideurs tres loin et peu familier avec les problemes et opportunites qui se presentent, qui eux, redistribuent suivant des plans rigides et rigoroureusement infructueuse.    Le meillieurs dans le genre c’est peut-etre le plan ou le gouvernement PAIE DES INDIVIDUS POUR NE PAS BOSSER quand le probleme est le desemploi!!!!   Bonjour une connerie evidente.   Ce genre de stupidite demande quand meme une complexe theorie pour expliquer comment c’est une cure pour le chomage.   Keynes est la pour ca.

    "Par contre, je vous accorde que mon allusion aux créationnistes n’était pas des plus fines. Je la retire."

    Merci.  D’aillieurs je sui Fremen par religion, et je crois que Dieu a cree Arrakis(la Terre) pour tester notre Foi.   Quoique, de temps en temps c’est ma ma foie qui est reellement mise a l’epreuve.

    31 mars 2010 à 17 h 55 min
  • SAS Répondre

    a iosa…..

    bravo et bien sure que c’est une prorité absolue…..de casser le monopole des banques sur l argent….

    …..abroger l obligation de deposer son salaire en cheque ou meme d etre payé en cheque ou virement…..

    ……tous ces cons ne comprenent rien a rien de rien….

     

    ……les banquiers ne sont QUE des épiciers pas plus…. , ils vendent et achetent de l argent .point….et ce métier" ILS" le font très très mal…..or il n y a plus aucune raison de leur assurer un monopole , vu qu ils ne sont pas même fouttu de prêter aux entrprises et createur…

    …..il convient donc de casser ce monopole inepte ET STERILE (pas pour eux cqfd)

    sas 

    31 mars 2010 à 17 h 04 min
  • Jaures Répondre

    Cher Spectre, j’ai toujours dit sur ce site, vous pouvez vous y référer, que la plupart des chefs d’entreprises sont éminemment respectables. Je vous ferai remarquer que beaucoup d’entre elles sont victimes de la crise et des délocalisations: chaque fois qu’une grande entreprise plie bagages, ce sont des dizaines de sous-traitants qui ferment et des licenciements en cascades.

    Le problème est que le pouvoir est souvent concentré entre quelques mains, des membres de conseils d’administration qui se tiennent par la barbichette et s’acoquinent avec les hommes politiques. Le prêt d’un yacht à Sarkozy par son ami Bolloré est à ce titre quasi caricatural. Les petites entreprises sont souvent manipulées par les grosses, comme les grands céréaliers envoient les petits agriculteurs au front, alors que leurs intérêts sont bien souvent opposés.

    Je ne nie pas la nécessaire guerre contre le terrorisme. Je dis simplement que faire croire que derrière chaque arabo-musulman se cache un terroriste est aussi stupide que de prétendre que tous les prêtres sont pédophiles.

    De même, ce n’est pas le marché en soit qui est néfaste mais son manque d’organisation. La loi de la pesenteur ne nous empèche pas de faire voler des avions. De même, nous pouvons organiser les lois du marché pour qu’elles profitent, non à une minorité, mais à une large part de la population. Ce que je résumerai par une idée très simple: peu importe qu’il y ait des riches pourvu qu’il n’y ait plus de pauvres.

    C’est le socialisme qui est ici caricaturé et dilué: on va jusqu’à qualifier de socialiste Sarkozy, Chirac,…bientôt Bush et Reagan. Dés qu’un dirigeant échoue on dit qu’il est socialiste et le tour est joué !

    Pour savoir si un dirigeant est socialiste ou non, demandez-vous simplement si ses actions visent à développer l’éducation et la santé pour tous, l’égalité des chances et une juste répartition des richesses produites.

    "Et tout le reste est litterature" comme dit le grand Paul.

    31 mars 2010 à 16 h 26 min
  • Anonyme Répondre

    Jaures, Pourquoi quand vous parlez de capitalisme vous parlez toujours des exemples les plus spectaculaires et exceptionels? Pourquoi ne parlez vous jamais des 99% des boites qui produisent la plupart des produits qui nous entourent? Croyez vous sincerement que la boite qui s’occuppe de faire votre brosse a dent, ou la boite qui vend des sacs poubelles, les boutons de vos chemises font le 1/10 des horribles choses que vous dites? Vous etes contre la these du Choc des civilisations et parlez de la Guerre contre le Terrorisme comme d’une grossiere caricature, mais ne faites vous pas la meme chose pour le Liberalisme et ses boites pourries?

    31 mars 2010 à 11 h 56 min
  • Jaures Répondre

    Cher Grepon, la différence entre un tremblement de terre et une crise financière est que le premier ne dépend pas des activités humaines.

    Je ne prétends pas m’y connaître mieux que vous en finances internationales. Je pense que l’Economie n’étant pas une science exacte (d’ailleurs il n’y a qu’en économie qu’on attribue d’une année sur l’autre des prix Nobel a des chercheurs exposant des théories contradictoires), il importe de confronter les modèles qu’on nous propose à notre expérience et notre pensée. Quand on lit un livre, on suit la pensée de son auteur, il importe de confronter différents points de vue et témoignages pour comprendre ce qui se joue.

    Vous me permettrez de ne pas croire à un lobby de parlementaires "marxisants" oeuvrant avec succès au sein du congrés pour instaurer des mesures bolcheviques. Quand on voit les mois qu’il a fallu à Obama pour faire passer, avec maintes concessions, une réforme du système de santé qui, en France, passerait pour une historique régression sociale, on peut légitimement mettre en doute une telle analyse. Je pense, au contraire, que, comme les républicains, les démocrates sont liés à différents milieux d’affaires, ce qui limite les possibilités de réforme aux Etats-Unis. Vous m’accorderez à ce titre que je n’ai jamais fait montre du moindre enthousiasme pour Obama.

    De même, je doute sérieusement de la pression qu’auraient exercé des républicains alertant dés 2003 sur les risques d’une crise financière. Quoi ! Le congrés était acquis aux Républicains, Bush était populaire, qu’est-ce qui l’empéchait de prendre des mesures salutaires ? Non, ce n’est pas crédible.

    Personnellement, je ne suis pas un inconditionnel de la propriété. L’exemple que vous donnez est d’ailleurs éronné: si je loue une voiture, je dois la rendre propre et en bon état sinon je perds ma caution.Ce qui compte n’est pas d’être propriétaire mais d’être bien logé. D’ailleurs certains libéraux ne sont pas pour l’aide à l’accession car ils jugent que cela nuit à la mobilité.

    Enfin, il est faux de dire que les économistes Français seraient plus Keynesiens qu’ailleurs: les principaux journeaux économiques ("La Tribune", "Les Echos") sont libéraux ainsi que les commentateurs des différents medias, et la principale faculté d’économie parisienne (Dauphine où officie Pascal Salin) est tenue par les disciples de Friedman.

    Par contre, je vous accorde que mon allusion aux créationnistes n’était pas des plus fines. Je la retire.

    Ami Spectre, je ne prétends pas connaitre la teneur des débats économiques jusqu’aux antipodes. Mais reconnaissez que, sur ce site pourtant libéral et conservateur, aucun éditorialiste n’a mis en cause la politique financière, notamment immobilière, des Etats-Unis avant juillet 2008. Et je rappelle que si l’Australie souffre un peu moins que les autres pays occidentaux, c’est grâce à ses exportations de charbons et de fer vers la Chine.

    31 mars 2010 à 10 h 23 min
  • Anonyme Répondre

    Je suis a nouveau etonne par votre reation Jaures. Etes vous sur qu’en France, la presse n’ai jamais reporte les attaques continuelles des Republicains depuis des decennies contre les projets Democrats concernant les reformes de Carter, Clinton, ainsi que les violentes critiques contre Alan Greenspan depuis 10 ans? En Australie, il y a de continuels debats sur ces 2 models (notre economie s’en est mieux tirer), nous avons eu la chance de trouver le juste milieu en construisant des logements sociaux, mais aussi en ayant un gouvernement conservateur qui a sauver enormement d’argent. Encore une fois dans le monde anglo saxon, les liens des Democrats avec Wall Street sont prouves et ne sont pas un secret. Il y a Obama et ses liens avec Fannie Mae et Freddy Mac, mais il y a aussi Al Gore avec Enron, Ken Lay & Goldman Sachs sur le business du Carbone.

    31 mars 2010 à 4 h 38 min
  • Jaures Répondre

    Encore une fois, cher Guy, que ne nous avez vous mis en garde plus tôt ! Tout parait si simple sous votre plume ! Vos idées (et celles des autres) sonnent comme des évidences !

    En fait, ces justifications a posteriori ne tiennent absolument pas la route et ne résistent pas aux faits.

    En ce qui concerne la spéculation, ce ne sont certes pas les risques pris sur quelques start up qui posent problème. Si certains placements ont pu offrir des taux de rémunération aussi élevés, c’est qu’ils se sont appuyés sur la casse des entreprises et la chasse aux coûts.

    Premier exemple: on achète une entreprise pour s’approprier son savoir-faire et ses brevets, puis on déménage dans un pays aux lois sociales moins strictes, une petite dictature si nécessaire, et on laisse sur place désert industriel et chômeurs.

    Deuxième exemple: on instaure des conditions de travail plus dures, on réévalue les objectifs en se calant sur les plus performants, on met la pression sur les salariés quitte à les faire craquer (la sécu paiera !) jusqu’à ce que la productivité atteigne les objectifs qu’attendent les actionnaire.

    Voilà, cher Guy, d’où venaient vos dividendes. Combien de vies brisées, de dépressions, d’accidents du travail, de divorces, de violences ont-elles causées ? Venez en parler avec les salariés.

    Quant à Alain Madelin, le peu dont je me souviens de lui, c’est son discours étayé pour nous expliquer comment le nuage de Tchernobyl s’était arrêté au-dessus des Alpes.

    30 mars 2010 à 17 h 56 min
  • grepon Répondre

    "Outre que jamais le gouvernement républicain n’a alerté quiconque sur le marasme économique qui attendait le monde à cause des agissements de telles banques, vous n’avez, vous ou Millière, évoqué ces établissements que fin 2008 alors que tout était joué."

    Je n’ai pas, non plus, prevu la chute de Lehman, ni la tremblement de terre a Haiti.   Pourtant, il y a des experts qui se preoccupent de la finance et sa reglementation, et de la macroeconomie, et meme des tremblements de terre.    Je suis ni l’un ni l’autre, malgre mon MBA mondialement reconnu, car je n’ai pas fait une specialisation dans la finance.  Surtout le sujet des dessous de la production des prets immobilieres je ne savais pas grande chose.   Un copain de mon enfance, qui bossait a Countrywide, rien de moins, a commencer a me parler de problemes de "subprimes" lors d’une soiree vers la fin de 2006, et je me souviens d’avoir strictement rien compris…probablement parceque dans le fond  il me parler de mecanismes qui n’existerai pas dans un marche libre…mais surtout le langage du sujet n’etait pas familier.   Bien sur, ayant vecu la moitie de ma vie en France,  et faute de n’avoir jamais acheter terres ou maisons aux Etats-Unis, "FHA" et "Fannie" et "Freddie" ont ete des notions sans sens precis.    

    Le moment ou je commencais a me consterner sur le sujet, c’etait au moment ou on commencait a parler de faire un "bailout", reellement une nationalisation, de "Fannie" et de "Freddie", avec des sommes astronomiques de dettes derriere.    Voyez, il se trouve que ces deux boites ont ete construit par Congress de facon a mettre implicitement l’impose derriere pour prendre les risques en main.   Aujourdhui ces deux grosses boites ont une ligne de credit infini donnee par la tresorie des etats-unis, directement, alors qu’ils ont ete formellement des boites privees, avec actionnaires et tout le reste.   E n toute logique, Fannie et Freddie aurait du imploser au lieu de pouvoir mettre leurs mains dans les poches du contribuable, et c’est au moment qu’on a commence de parler et ecrire de cette eventualite(aujourdhui un fait accomplis) que je me suis reveille personnellement!

    Quelque chose ressemblant a un coup, opere par de sinistre personalites dans le Congress americain, venait changer le jeu, demontrant une tres grosse fraude au sein du gouvernement federale.

    Alors, pendant qu’on y est, je vous excuse, vous aussi, de n’avoir rien entendu de Fannie et Freddie

    "Par ailleurs, en évoquant Carter et Clinton, vous oubliez qu’ils furent entourés de Reagan et Bush père, puis de Bush fils. Soit 20 années de républicains pour 12 de démocrates."

    Allez vous instruire sur le sujet vous meme.   Effectivement, entre Carter et Clinton le Community Reinvestment Act a effectivement dormi.   Comme nous le savons trop bien, Carter a quitte la Maison Blanche tres impopulaire(comme Obama ici quelques annees).   Il a ete inefficace quand il n’etait pas nocif, et la Community Reinvestment Act n’a pas ete mis en oeuvre sous Carter.   Il l’ a signe…quelque chose que Reagan ou Bush pere n’aurait jamais fait.   La loi restait sans application serieuse jusqua l’arrivee de celui qu’on a appele parfois a l’epoch "First Black President of the United States", Bill Clinton.  L’application de la Community Reinvestment Act a ete demande avec vigeur par des groupes identitaires et marxisantes divers, avec voix les plus important probablement le Black Congressional Congress.   Le "First Black President" a utilise de ses pouvoirs executif pour faire pression judiciaire sur banques a faire des prets aux insolvables, sinon faire face a divers punitions civiles et meme criminels.    C’est pourquoi j’ai ecrit plus haut que c’est Clinton qui a mis des dents dedans.

    Ca, c’etait le baton derriere l’ane(les banques), et la carrote s’est developpe ensuite…   Voyez, si il y avait moyen de revendre les mauvais prets faites aux insolvables(et ou avoir des guarantis ou assurances de tierce partis dessus), il devenait possible de faire des benefices merci aux transactions par ailieurs insenses.    Les Democrats au Congress ont instrumentalise leur betes a eux, Fannie et Freddie, pour creer la carrote.    C.A.D. que le gouvernement americain a directement encourage montagnes de prets aux insolvables(Fanne et Freddie), toute en menacant les banquiers si ils ne les faisaient pas(Community Reinvestment Act et divers precedents judiciaires)

    "Soyez honnète, cette gabegie de crédits arrangeait tout le monde: rien de mieux que de faire croire à un pauvre qu’il est riche pour ne pas qu’il revendique. "

    Ah non, pas du tout.   Ca n’arrangait pas du tout divers Republicans au Congress, divers experts financieres, divers economistes, et membres cles de l’administration Bush, qui voyaient clairement les divers dangers de cet activite incontrolle.   C’est le pourquoi du fait que, des 2003, l’Adminstration Bush a commence a faire pression, avec l’aide de Rebuplicans au Congress, de stopper les abus par Fannie et Freddie.  Les arguments qu’ils ont utilise….beaucoup de ca est enregistre sur bande et les transcriptions en commitee pour le publique et les historiens a etudier…ont ete que ca risquer de faire des degats tres serieuses et mondiale, avec en bout de route l’impose americain payant la note enorme de montagnes de mauvaises dettes.  

    "Bush fils parlait de "own society " (repris par Millière) pour encourager l’achat immobilier."

    Ownership society, oui, la base meme de la liberte est d’etre proprietaire non seulement de soi meme mais de ses biens, avec un minimum d’entraves.   Encourager la propriete c’est encourager la liberte et la prosperite.   La prosperite augmente par l’effet bien connu….personne ne lave une voiture de location, ni le traite avec trop de respect.   Un proprietaire a tendance a faire attention a ne pas nuire a son bien, et a plus tendance a chercher meme a l’ameliorer, ce qui fait tourner l’economie…mais je divague un peu.    Bush N’A PAS, a ma connaissance, encourage mauvais prets.   C’etait quand meme un ancien du Harvard Business School, qui connaissait bien le problematique de financement faites entierement par dette, et ce que ca entraine.  Quelqun qui est "proprietaire" merci a un pret a 100% de la valuer de la maison plus les couts de transaction commence son etat de "proprietaire" endette de plus de 100% de la valeur de son bien.   Si c’est quelqun qui ne peut pas repayer le pret, il est encore moins "proprietaire" a ce point la. 

    "C’est lui qui a demandé au congrés, en juillet 2008, de sauver Fannie et Freddie affirmant que le système financier américain était "fondamentalement en bonne santé".  "

    C’etait fondamentalement en bonne sante.  C.A.D. que l’economie amercaine AVAIT les moyens de se refaire une bonne sante……avant les interventions successives de bureaucrats et politiciens venant "sauver" ceci et cela avec l’argent des imposees.    N ‘imaginez pas que je suis un fana de Bush sur ce registre.   Son "compassionate conservatisme", une tentative de triangualtion a la Clinton, a fini tres mal, pour cause.   Le candidat McCain a ete encore pire dans le genre, et ca explique bien sa defaite contre le faux-modere, vrai radicale Barack Obama dans l’apres du chute de Lehman.

    "Peut-être croyez vous en vos propos. Après tout, les Créationnistes croient bien que les dinosaures partageaient leur steak de mammouth avec Néanderthal. "

    Maintenant je suis un creationniste, ou aussi perdu dans les vapes de la Croyance que eux.   Brilliant Jaures!

    "Mais votre histoire revisitée ne trouve plus le moindre écho au delà du cénacle étroit des derniers libéraux intégristes."

    Comme a explique Milliere, nos systemes d’education publique ont assure, au possible, une ignorance ….quand ce n’est pas de la desinformation ou propagande enseigne(genre le mythologie Keynesien) du publique concernant l’economie.   Les medias, pleines de journalistes largement gauchiste, n’y touchent pas.   Au mieux, ils font des reportages sur tout ca sur l’air que c’est bien sur que le gouvernement qui peut faire quelque chose.   Alors l’economie et la liberte s’enfoncent ensemble en spirale.   Chez vous c’est irreversible, comme j’ai deja explique maintes fois.  Aux Etats-Unis, nous sommes toujours un pay de centre droite, qui va bientot remettre les reppresentants de nos parasites dans la minorite au Congress.   Nous ne sommes pas instinctivement des sujets de nos gouvernements, comme vous l’etes depuis toujours.   La blame pour les problemes va etre mis au pieds des democrats, comme dans le debut de l’ere de Reagan.   Entretemps, nous aurons de tres penibles moments a vivre, et beaucoup de nouveaux tyrannies etatiques et dejouer.   Ce n’est rien a cote des problemes que vous allez vivre outre[-mer par contre.  

    30 mars 2010 à 17 h 21 min
  • guy milliere Répondre

    Grepon a tout dit. Je soulignerai deux points: -oui, les banques américaines ont été contraintes de faire des prêts immobiliers à des gens insolvables à cause du Community Reinvestment Act. Elles ont été obligées de faire des prêts qu’elles savaient trop risqués. Fannie et Freddie garantissaient les prêts. Ces prêts ont été mis ensuite dans des produits financiers censés en limiter le risque et diluer celui-ci. La fragilisation des banques, l’intoxication des produits financiers, la hause excessive des prix immobiliers, ont découlé d’une loi »sociale » et des menaces faites aux banques d’être attaquées comme racistes par des organisations comme Acorn. -la profitabilité des produits financiers peut être supérieure à la croissance et à la profitabilité de l’économie réelle, car elle fonctionne de manière différente: elle cherche des opportunités d’investissements, et, ce qui est de plus en plus son rôle, met en place des produits d’optimisation des risques. Ceux-ci ne marchent que si la possibilité d’évaluer les risques n’est pas faussée. Les socialistes ne comprennent rien à la finance, et c’est préoccupant. Optimiser les risques lorsque cela marche bien, permet de faire de meilleurs investissements et de créer des millions d’emplois qui, sans cela, ne seraient pas créés. Les investisseurs financiers peuvent aussi prendre des risques sur des start ups, et si celles-ci décollent, elles peuvent être plus profitables que des entreprises établies. Heureusement qu’il y a des start ups. Si les socialistes comprenaient la logique des start ups, ce serait un bon début aussi. Ils utilisent chaque jour des produits nés de start ups qui n’auraient jamais existé sans investisseurs prêts à prendre des risques et financiers cherchant à optimiser les risques. Les socialistes sont les passagers clandestins ingrats et parasitaires de la modernité. Un dernier point: je ne suis pas libertarien, mais libéral, et néo-conservateur. Le dernier candidat libéral à la présidence a été Alain Madelin, pour qui j’ai une profonde estime. Il a eu moins de cinq pour cent des voix. Ce qui est fatal. Tout le système d’éducation conduit à l’étatisme et à l’ignorance de l’économie. Les grands médias ne permettent pas de comprendre mieux. Les économistes compétents n’y sont invités que marginalement. C’est un cercle vicieux qui me semble impossible à briser. Ceux qui entreprennent en France ont tout mon respect. Ce sont des héros confrontés à une mission quasiment impossible. C’est comme s’ils devaient courir un marathon avec un sac de cinquante kilo sur le dos tandis que leurs concurrents ont un sac plus léger, ou pas de sac du tout. Des gens comme Jaurès rajoutent des pavés dans le sac, et leurs mettent des liens aux pieds sous prétexte de les « aider ».

    30 mars 2010 à 13 h 50 min
  • Jaures Répondre

    Je regrette, cher Grepon, mais vos explications alambiquées ne sont pas crédibles.

    Outre que jamais le gouvernement républicain n’a alerté quiconque sur le marasme économique qui attendait le monde à cause des agissements de telles banques, vous n’avez, vous ou Millière, évoqué ces établissements que fin 2008 alors que tout était joué.

    Par ailleurs, en évoquant Carter et Clinton, vous oubliez qu’ils furent entourés de Reagan et Bush père, puis de Bush fils. Soit 20 années de républicains pour 12 de démocrates. Soyez honnète, cette gabegie de crédits arrangeait tout le monde: rien de mieux que de faire croire à un pauvre qu’il est riche pour ne pas qu’il revendique. Bush fils parlait de "own society " (repris par Millière) pour encourager l’achat immobilier. C’est lui qui a demandé au congrés, en juillet 2008, de sauver Fannie et Freddie affirmant que le système financier américain était "fondamentalement en bonne santé". 

    Peut-être croyez vous en vos propos. Après tout, les Créationnistes croient bien que les dinosaures partageaient leur steak de mammouth avec Néanderthal. Mais votre histoire revisitée ne trouve plus le moindre écho au delà du cénacle étroit des derniers libéraux intégristes.

    30 mars 2010 à 13 h 06 min
  • grepon Répondre

    "Est-ce Fannie et Freddie qui ont provoqué l’effondrement de l’Islande ? "

    Quelque part, oui.   Le systeme financiere internationale s’est fini truffee de mauvaises dettes achetees, puis guaranti, puis revendu de part a l’autre du monde, merci aux interventions bien-pensantes du gouvernement americain.  

    "Est-ce Jimmy Carter qui a inventé les cartes de crédit qui pompent chaque année des milliards de dollars aux consommateurs américains ?
    "

    Errrr, bien sur que le modele de base en dessous de votre question est assez parlante sur votre point de vue:   Pour vous, quelq’un qui s’endette est une victime, ce qui est absurde.  Les contrats sont ecrits et signe, librement.    Mais ce n’est pas ou je veux en venir:    

    Les americains ayant une maison, c.a.d. la grande majorite, ont vu la valeur (sur le marche) monter et monter.  Leurs maisons ayant ete leur actif le plus significatif dans la plupart des cas, ils se croyaient plus riches, et surtout ils croyaient que leur dettes (le pret immobilier ET les autres prets aussi, y compris cartes de credit) avaint baisse en rapport avec la valeur totale de leur biens.   Comme tout un chacun sait, on peut s’endetter (normalement) jusqua un niveau en rapport avec la valeur de ses actifs et un jugement sur les revenus et couts previsibles.   C’est meme la logique que s’emploient les banques (normalement!) pour evaluer un client. 

    Cette croyance d’etre plus riche qu’auparavant, partagee par trop d’americains, a ete un resultat directe des influences nefastes de Fannie et Freddie, et l’amas d’activites et reglementations et precedants issus quand meme de l’esprit ET la lettre du…ET OUI…le Community Reinvestment Act.  

    Carter l’a signe avec plaisir, et plus tard l’Administration de Clinton a mis des dents dedans, avec l’aide d’activistes marxisante et/ou identitiaires comme ACORN et leur cadres, genre Barack Obama, qui s’est activee pour forcer banques a preter aux insolvables.   De puisssants et fameusement corrompu tmembres de Congress et des Senateurs ont fait tout pour amplifier au maximum ce genre de prets faciles.   Les choses par lesquelles ils ont pu operer les degats ont ete des "government sponosored entities" cree par Congress, et reglemente par Congress, s’appelant Fannie Mae et Freddie Mac"

    L’Administration Bush avait tres peu de marge lors permieres 6 annees au pouvoir pour faire bouger le Congress sur les exces criant et illogique et dangereux de Fannie et Freddie.   Ils ont essayer a plusieurs reprises, faisant l’argument que des imbalances et distortions systematiques et mondiale allaient en resulter.   Mais comme vous savez ,il y avait des batailles terribles sur d’autres matieres, y compris l’Iraq et Afghanistan, pour ne pas parler de reformes importante pour le systeme de securite sociale ou le "medicare" et "medicaid" entres autres.   Les Republicans ont pu avancer certains projets et faire echec a d’autres tres nefastes programmes Democrats, mais les activites nefastes de Fannie et Freddie ont pu etre sauve par les Democrats.  

    Depuis l’arrivee d’Obama et les nouvelles majorites au Congress en 2009, les Democrats ont remis ca:   Ils essaient, coute que coute, a intervenir dans les prix de marche immobilier.  Manipulattions aussi stupide que destructrices, qui font ravage non seulement aux Etats-Unis mais a travers la planete.    Nous sommes toujours 25% du PNB de la planete, et encore plus de son innovation.  

    D’aillieurs, nous somme responsable a 90% pour la securite du monde libre, merci a la faiblesse de nos "allies", mais merci a l’endettement et les montagnes de nouveau droits aquis et empechements divers nous n’allons pas pouvoir assurer autant la securite des etats libres de ce bas monde par l’avenir.   Un peu comme dans les annees 30, l’Amerique risque de criser de plus en plus avec chaque nouvelle intervention stupide des progressives au pouvoir, et ce faisant entrer dans l’isolationisme et meme la protectionisme.   A la fin des annees 30, il y avait quelques centaines de millions de mauvaise moments a vivre ici et la a travers la planete.   Priez (ou mediter or whatever) que les Democrats se retoruvent dans la minorite au Congress l’annee prochaine.   L’Europe est deja a mal, ca c’est probabllement irreversible.    Pour eviter une mauvaise poignee d’annees encore pire que WWII, vous auriez besoin du "Last Best Hope of Mankind" les Etats-Unis d’amerique que vous aimez tant hair.

    30 mars 2010 à 4 h 48 min
  • IOSA Répondre

    Avant le salaire était payé soit en liquidité soit en chèque non barré, mais celà ne rapportait rien aux banques….et à l’Etat via les banques,d’où l’obligation d’avoir un compte en banque par la suppression du chèque non barré.

    Et maintenant, cela rapporte même quand les gens font faillite ou sont interdit bancaire.

    Le fric est la seule et unique motivation du pouvoir politique.

    IOSA

    29 mars 2010 à 19 h 52 min
  • Jaures Répondre

    Cher anonyme, je ne suis pas sûr d’avoir très bien saisi votre exemple, loin de la France qui plus est. Mon but n’est pas de prétendre apporter une réponse définitive à chaque problème microéconomique qui se pose quotidiennement aux quatre coins de la planète.

    Le but des services publics n’est pas de régenter l’économie mais d’apporter une alternative publique à un marché dont le seul but est de créer des profits immédiats.
    Ainsi, actuellement, beaucoup plus que le problème que vous exposez, les petites entreprises sont confrontées aux exigences des banques peu soucieuses de dynamiser l’économie.
    A ce jour, il est regrettable que les entreprises ou les particuliers ne puissent trouver une offre publique concurrente aux établissements privés.
    Mon allusion aux jeunes du Tiers Monde était pour montrer qu’intuitivement, ceux-ci comprennent que les bases du développement et du lien social sont l’éducation et la santé. Il est exacte que ces pays, bien souvent des dictatures corrompues, font peu de cas de ces deux piliers qui, à mon sens, doivent bénéficier d’un investissement public permanent et prioritaire (et ce n’est pas Manuel Valls qui me contredira).

    Sur la crise financière, je vois que vous reprenez également, à l’image de Millière et quasiment mot pour mot l’analyse de P.Salin ("La cause essentielle de cette crise provient […] de l’extraordinaire variabilité de la politique monétaire américaine au cours des années récentes. Or, celle-ci est bien évidemment décidée par des autorités publiques et non déterminée par le marché...Les actions de ceux qui interviennent sur les marchés apportent de nouvelles informations qui les conduisent à s’ajuster continuellement à leur environnement": janvier 2009).
    Or à ma connaissance jamais cet économiste n’a  alerté qui que ce soit, avant la crise, sur ce qu’il dénonce. Cela ressemble, pour moi, à ces médecins du Moyen-Age qui, après avoir tué leur patient par des saignées successives estiment en l’enterrant ne pas lui en avoir fait assez.

    En France les prêts immobiliers sont favorisés (taux à 0%, PEL, crédits d’impôts) mais très encadrés (vente conditionnée par le prêt, délais de rétractation, endettement inférieur à 30%,…) et les banques sont concurrencées par des offres publiques et mutualistes.
    Aux Etats-Unis, l’absence de réglementation à permis aux financiers sans scrupules, de prêter en sachant que leur client ne serait pas solvable. Ils pouvaient ensuite s’approprier le bien et le revendre en profitant de l’inflation de l’immobilier. Jusqu’à ce que l’immobilier s’effondre…
    Le problème est que la part des bas et moyens salaires dans la richesse du pays a baissé depuis 2000. Le gouvernement conservateur a donc encouragé le crédit mais sans en encadrer les modalités.
    Par ailleurs, plus l’économie du pays dépendait de la finance, plus celui-ci a subi la violence de la crise: l’Irlande, par exemple, qui avait tout misé sur le dumping fiscal et la hausse de l’immobilier est en ruine.

    Quant aux placements financiers, dont G.Millière semble avoir été une des victimes, il faut que les gens se demandent comment avec une croissance de 2,3 ou même 4%, ils peuvent recevoir 8,9, ou 10% de rendement.
    Qu’ils se rendent dans les entreprises et qu’ils constatent ce qu’on fait subir aux salariés afin qu’ils empochent leur sale pognon !
    J’espère que ceux qui y ont laissé des plumes en récupèreront autant en idées dans la tête.

    29 mars 2010 à 19 h 36 min
  • Anonyme Répondre

    Enfin un vrai debat sur l’economie avec Jaures, Grutjak. G.Milliere, avec pour poivrer, les commentaires cyniques d’Homere !!! Cela change des eternelles complaintes des fans du FN, qui n’ont toujours rien compris a ce parti qui pourra toujours tout proposer, parcequ’ils n’auront jamais le pouvoir. A Jaures: Je suis en train de monter une boite qui vend comme produit des reservoirs avec filtre et recyclage des eaux de pluie et des eaux grises. Comme vous voyez, j’investit dans le developpement durable. Mais mon plus grand concurrent est l’Etat (la gestion de l’eau est etatique en Australie)…Que dois je faire, surtout quand cet Etat n’arrette pas de marteler qu’il faut penser Vert, en faisant suer Peter Garrett (ex-chanteur de Midnight Oil) sur tout le monde avec des discours pontifiants et ultra-apologetique (c’est de la faute des blancs, les Aborigenes faisaient mieux avant)? Que dois je faire quand je sais pertinement que l’Etat ne me laissera jamais lui soutirer des revenus si precieux? Que dois je faire quand je sais que l’Etat pourra toujours user de lois pour que les simples citoyens ne puissent pas avoir leur propre moyens pour recycler leurs eaux, produire leur propre energie et vivre avec moins d’Etat possible? Voila une situation tout a fait simple qui montre combien un gouvernement socialiste, en controlant justement les services publiques pour des raisons d’egalite sociales, en fait, tue a long terme toute innovations, ou en tout cas possibilite d’alternatives. Je sais mon exemple est bien loin de la France, mais neanmoins il est tout a fait d’actualite, il suffira de changer le produit par d’autres choses comme: fromage non pasteurise, panneaux solaire a base d’algues, nouveaux type d’habitat… Bien sur c’est bien beau de voyager dans les pays du Tier monde et d’entendre les enfants vouloir etre ingenieurs ou medecins, mais savez vous que ce n’est pas l’Etat qui aident ces enfants pauvres, mais l’Eglise, la Mosquee, ou bien les riches du coin en employant des domestiques? Dans la plupart des pays du Tier Monde, l’Etat s’ocuppe avant tout de nourire les militaires, de limiter la corruption des fonctionnaires et d’engraisser leur clan. Alors vous savez, plus d’Etat dans les pays du Tier Monde, ce n’est pas obligatoirement plus d’ecoles…mais plutot plus de flics corrompus. a cette affirmation: « Je ne partage pas votre analyse de la crise américaine (c’est d’ailleurs celle de Pascal Salin) et mondiale. Je pense qu’elle est le résultat de la dérégulation financière et de la volonté de remplacer les salaires par le crédit.  » Je repondrai (meme si la question ne m’est pas adressee), les credits sont accordes par les banques. Comme partout ailleurs, il y a des produits merdiques. En general les produits merdiques ne marchent pas longtemps. Ces banques qui justement privilegiaient le credit sur le salaire auraient du s’effondrer sur elles meme, mais elles ont ete soutennues justement par l’Etat, pour accorder des prets a des gens qui ne gagnaient pas suffisament. Donc c’est faux, la crise americaine et mondiale vient de le regulation financiere, et l’intervention de l’Etat pour sauver des banques qui justement privilegiaient le credit (le pret pourri) sur les salaires. Toutes banques dans le monde anglo saxon proposent des comptes avec carte de credit, c’est comme un pret, mais en plus souple. Tout compte avec carte de credit est obtenu avec attestation de revenus, il est quasiment impossible d’obtenir une carte de credit sans revenus. Le systeme banquaire francais n’accorde pas encore ce genre de credit, et c’est bien dommage…ce n’est pas avec les livrets A ou d’autres produits a taux d’interets ridicules que les jeunes pourront s’en sortir… En general, les banques solides ne tergiversent pas avec les mauvais payeurs, il faut vraiment etre fou ou desepere pour faire appel a des petites banques qui font miroiter des credits a taux d’interets magiques. Question a Mr G.Milliere, c’est vrai, pourquoi ne pas creer votre propre mouvement? Je suis certain que vous pourriez avoir des points communs avec Alexandre Del Valle, Alain Madelin, et meme Manuel Valls… Je suis pour le prelevement a la source, les salaires verses toute les 2 semaines, la vrai representation syndicale et les zones de detaxes pour les jeunes entreprises…

    29 mars 2010 à 13 h 41 min
  • grutjack Répondre

    A Guy Millière.

        Comme Jacques Lombard, je suis choqué d’apprendre que vous vous êtes abstenu aux élections régionales et que vous ne voterez probablement pas aux présidentielles. Voilà une surprenante déclaration de la part d’un homme qui ne cesse de parler de liberté et de démocratie. La santé de la démocratie ne serait-elle importante que dans les pays lointains, comme l’Irak ?
        Tous les partis français vous dégoûtent, y compris le Front National. Mais il y a toujours une solution. Pourquoi ne pas fonder un parti “libertarien” qui correspondrait exactement à vos idées et dont vous seriez le chef tout désigné ? Vous avez tout pour réussir dans la politique active : des convictions inébranlables, le mépris des nuances, le don de l’expression… et vous avez déjà réussi à séduire un groupe enthousiaste de “milliéristes” qui brûlent de vous décerner chaque semaine l’Oscar des 4V. Alors, qu’attendez-vous ?
         La politique active vous permettrait aussi de peaufiner quelque peu vos techniques de persuasion, qui se limitent trop souvent à des déclarations péremptoires ou encore à des injures. On ne convainc pas les gens en les traitant d’imbéciles ou d’ignorants.
        Ainsi vous accusez vos contradicteurs de n’avoir rien compris à la crise financière. Mais non, on a bien “compris” que tout était de la faute de Fannie et Freddie. Grepon nous l’a répété une cinquantaine de fois.  Simplement, on n’est pas convaincu. Est-ce Fannie et Freddie qui ont provoqué l’effondrement de l’Islande ? Est-ce Jimmy Carter qui a inventé les cartes de crédit qui pompent chaque année des milliards de dollars aux consommateurs américains ?
         Vous me direz certainement que la France est irrécupérable, impossible à réformer, que les Français se mettent en grève pour un oui ou pour un non. Mais là aussi, un peu plus de réflexion, et l’appel à cette “générosité” dont vous vous croyez pourvu vous rendraient moins pessimiste. Si les fonctionnaires et les ouvriers font la grève, c’est parce qu’ils craignent une diminution de leur pouvoir d’achat ou encore de se retrouver au chômage, de même que vous êtes furibard lorsque la politique d’Obama vous fait perdre de l’argent à la Bourse. Si demain vos actions américaines remontaient en flèche, vous commenceriez certainement à trouver des vertus au beau métis. C’est aussi simple que ça.
           Créez un nouveau parti et démontrez non pas par des théories, mais par des exemples solides et concrets que l’économie de marché (en dépit de ses “dysfonctionnements”) amène vraiment la prospérité et le bonheur de tous,et le bon peuple n’hésitera pas à jeter aux orties le socialisme et les syndicats. Et n’oubliez pas que l’électorat comprend peu d’intellectuels et est peu disposé à lire vos livres préférés, qui contiendraient “toute la vérité”. D’ailleurs ne peut-on pas trouver des livres à l’appui de n’importe quelle théorie ? Moi aussi, j’ai une bibliographie à lvotre disposition. Même avec  des ouvrages américains. Avez-vous lu par exemple les passionnantes études de George Ritzer sur la McDonaldization des Etats-Unis et du monde ?

    28 mars 2010 à 23 h 21 min
  • Jaures Répondre

    Cher Guy, je voudrai tout d’abord couper court à une idée reçue: la France est hospitalière pour les investissements étrangers:
    "l’Hexagone reste, avec 65 milliards d’investissement l’année dernière, le 3e pays d’accueil des investissements directs étrangers dans le monde. Selon Ernst Young, cité par Bercy, la France était aussi le second pays d’accueil des investissements étrangers créateurs d’emplois en 2008." (Le Point du10/03/2010).
    Les meilleurs investisseurs ? Les Etats-Unis devant l’Allemagne. Leurs motivations ? la qualité de la main- d’oeuvre, des transports et des infrastructures.

    Plus généralement, les socialistes ne sont pas contre l’économie de marché. Ils veulent la réguler. En quoi cela consiste-t-il ? Tout d’abord en affirmant la nécessité de services publics performants (on voit, plus haut, que cela ne nuit pas, bien au contraire, à la performance économique). Ensuite en investissant fortement dans ce qui fonde les liens sociaux: l’éducation et la santé. Si vous avez voyagé, et c’est également mon cas, avez-vous demandé aux jeunes des pays pauvres ce qu’ils souhaitaient devenir ? Dans neuf cas sur dix on me répondait médecin ou enseignant. Nous pensons qu’une société ne peut fonctionner sans l’égalité des chances devant la réussite sociale et la maladie. C’est l’application politique du concept d’Egalité. Mettre en oeuvre cette politique demande, évidemment des rmoyens auxquels chacun doit participer selon ses ressources.
    Ce n’est pas l’impôt qui tue l’économie, mais sa mauvaise utilisation. Ainsi, 70 milliards de niches fiscales existent en France dont personne n’est capable d’évaluer l’impact.

    Je ne peux, évidemment, développer en quelques lignes ma conception de socialiste de l’organisation d’un pays, mais je souhaite vous raconter une anecdote qui montre que l’attachement au libéralisme ou au socialisme ne relève pas d’un antagonisme entre lucides et cuistres (ou crétins) mais d’une conception différente de la société.

    Il y a quelques années, Milton Friedman était interrogé par un journaliste Français lequel affirmait à l’économiste qu’il était bien content, comme Français, de profiter d’une protection sociale et d’une assurance chômage.
    "Mais, lui répondit Friedman, vous seriez tellement plus heureux sans tout cela !"

    Je ne partage pas votre analyse de la crise américaine (c’est d’ailleurs celle de Pascal Salin) et mondiale. Je pense qu’elle est le résultat de la dérégulation financière et de la volonté de remplacer les salaires par le crédit. Avec des nuances, des auteurs tout aussi estimables ont défendu cette thèse qui me semble bien plus crédible que d’en revenir à Carter, comme si Mitterrand avait mis sur le dos de René Coty ses difficultés de 1983 !

    Enfin, pour conclure, je suis désolé que vous ayez perdu de l’argent, mais en regard de ceux qui, autour de moi et ailleurs, ont TOUT perdu, le mal n’est pas bien grand. Peut-être est-ce le moment de vous demander d’où venait cet argent virtuel.

    Pour ma part, je m’en voudrai de voir mon capital augmenter le même  jour où ceux qui le font fructifier licencient et délocalisent vers les pays les plus socialement brutaux.

    28 mars 2010 à 10 h 46 min
  • IOSA Répondre

    Même je ne pige pas grand chose à la politique d’outre-manche et encore moins à celle de l’ UMPS, je sais reconnaître une ironie dans les propos de M.Millière et cette ironie est aussi vulgaire que les propos tandancieux de Zemmour.

    Voilà le texte :

     "je ne créerais pas d’emplois tant les activités d’Obama sont délétères présentement."

    Explication pour ceux qui n’auraient pas compris.

    Si vous présentez la phrase de cette façon :

     je ne créerais pas d’emplois tant les activités d’Obama sont  présentement délétères.

    Le sens de la phrase quoique identique ne donne pas un air coloré au sujet, tandis que la précédente fait appel à la mémoire, dont beaucoup d’entre nous, vont reconnaître comme une phrase clé issue de notre jeunesse hilarante avec Michel Leeb, lors de ses célèbres sketchs mimant la prononciation d’un noir.

    Humour ou pas, s’abaisser au niveau Zemmourien ne vous sied pas M.Millière, c’est à croire que la méthode Sarko donne des émules et fait oublier qui on est.

    IOSA

     

     

    28 mars 2010 à 10 h 27 min
  • guy milliere Répondre

    Je pourrais répondre, comme mon regretté ami Jean-François Revel, qui, lui-même, a été de gauche dans sa jeunesse et même un peu plus tard, puis a réfléchi davantage, que si les objectifs du socialisme sont l’épanouissement de la liberté individuelle, la plus grande prospérité pour le plus grand nombre, et le plus grand respect des droits fondamentaux de l’être humain, il y a un mode d’organisation économique qui permet cela: l’économie de marché, ou, pour citer l’expression d’un autre de mes amis, Michael Novak, le « capitalisme démocratique ». Les années 1980 ont été celles du redressement du Royaume-Uni grâce à l’action de Margaret Thatcher, et des Etats-Unis, sous la présidence de Ronald Reagan. Elles ont été celles du naufrage de la France sous l’effet du socialisme, puis d’un redressement insuffisant à partir de 1986. Cela donne à penser. Pour ce qui concerne la crise financière, elle a été essentiellement l’effet des subprimes nés du Community Reinvestment Act voté initialement sous Carter, puis réactivé sous Clinton, et de la politique du Fed sous alan Greenspan. Le marché financier est un instrument complexe de traitement de l’information: si des informations falsifiées y sont introduites, il dysfonctionne et une correction s’opère. L’économie américaine se porte mieux qu’on ne le dit en France, malgré Obama. Il y a de la croissance. Les entreprises ne créent pas d’emplois, et il y a du chômage, mais je serais entrepreneur aux Etats-Unis, je ne créerais pas d’emplois tant les activités d’Obama sont délétères présentement. J’ai moi-même différé des décisions d’investissement parce qu’Obama m’a fait perdre de l’argent aux Etats-Unis et que je ne tiens pas à en perdre davantage. Le fait qu’il ne se crée pas d’emplois fait que le marché immobilier reste déprimé. Certains Etats, tels la Californie, que j’aime pourtant, ne se portent pas très bien. D’autres tels le Texas se portent beaucoup mieux. C’est un grand pays, très divers et très mobile. C’est un pays qu’Obama cherche à détruire, mais qui, je pense, ne se laissera pas faire. Je comprends qu’on veuille aider les plus pauvres, et je suis un être généreux. Mais la meilleure façon d’aider les plus pauvres est de permettre à la prospérité et à la croissance d’exister. L’économie actuelle est mondialisée, la monnaie est virtuelle et circule planétairement, le capital essentiel est le capital humain et celui-ci est très mobile. Vous voulez faire reculer la pauvreté sur la planète? Le capitalisme a créé plusieurs centaines de millions d’emplois au cours des trente dernières années. Vous voulez que la France soit plus prospère? Rendez la plus hospitalière pour les investissements de toute sorte. Pour écrire mes livres, je voyage beaucoup. Je rencontre des gens de toutes conditions. Je vois le monde tel qu’il change, de Los Angeles à New Delhi, de Shanghaï à Jérusalem. Tout lecteur de mes livres et toute personne assistant à mes conférences ou à mes cours sait cela.

    28 mars 2010 à 5 h 19 min
  • IOSA Répondre

    Sarkosy n’a pas été pire que Chirac dans sa politique, c’est faux, car Sarkosy n’a fait aucune politique depuis son élection.

    Il s’est seulement contenté de se remplir les poches et d’octroyer à ses comparses/amis des droits financiers, chose que tout malfrat sait faire.

    Alors pas de comparaison avec Chirac svp, lui il s’est beaucoup moins remplit le portefeuille, ce qui est chose commune puisque auparavant Giscard faisait de même et tout avaient une politique pourrie, mais politique tout de même.

    Alors, pourquoi ne pas le dire tout haut ?

    Sarko et Maffia….même combat !

    IOSA

    27 mars 2010 à 19 h 05 min
  • HOMERE Répondre

    "Sarkozy pire que Chirac" est une déclaration erronnée ! car pire que rien est simplement impossible !

    Tout le monde sait qu’en dessous de zéro il existe une capacité de congélation,mais qu’en dessous du zéro absolu il n’existe rien d’autre,ou,en tout cas rien de vivant ! Chirac à été d’abord congelé puis cryogénisé…..il l’est toujours !

    N’es ce pas lui qui disait "Je redoute le monpole du pouvoir par une caste éloignée des français" ! bigre ! lui,c’est vrai était proche du cul des vaches et des bouses dans lesquelles il aura mis les agriculteurs ! il doit regretter le temps béni ou il était Maire de Lutèce et tellement proche des parisiens avec les Tibéri et consorts….selon l’expression Sarkozienne "Caste toi pov’con"

    A Millère : Chirac était il un authentique "libéral" ? non bien entendu ! les Gaulistes sont anti libéraux au delà de l’imaginaire.Sarkozy est il un authentique "libéral" ? non bien sûr,son équipe n’en comporte aucun et lui même n’en souhaite pas ! d’ailleurs pour faire quoi ?

    La citation que vous faites est de Denis KESSLER ,qui n’est pas si vieux,doit être extrapolée selon la considération du jeunisme pré électoral,de l’intervalle quarantenaire post électoral,et des maisons de retraite ! apparemment,pour les régionales, beaucoup de jeunes auraient voté à gauche ou bien que les quadras auraient perdu la tête…peut être s’agit il des deux ?

    27 mars 2010 à 11 h 16 min
  • Jaures Répondre

    Cher Guy (vous permettez que je vous appelle Guy ?), je ne vous reprocherai certainement pas d’avoir changé d’avis. Ma référence  à votre ouvrage "Mise à mort des cultures populaires" était destinée à vous montrer que, comme François Mitterrand, vous aviez pu également entamer un virage idéologique à 180°. Vous le reconnaissez, dont acte.
    Cependant, j’aurais aimé que vous m’expliquiez quelle démarche intellectuelle a pu vous conduire du relativisme de gauche que vous professiez jusqu’au début des années 80 (vous n’aviez plus 20 ans à l’époque) au libéralisme néo-conservateur quelques mois plus tard. Simple curiosité.

    Pour le reste, je n’entrerai pas avec vous dans une bataille de biographies. Que croyez-vous ? Qu’il suffit d’avoir lu Adam Smith, Milton Friedman et Pascal Salin pour instantanément se convertir au libéralisme ?
    J’ai souvent sur ce site cité des passages de certains ouvrages de ces auteurs pour illustrer mes désaccords.

    Je ne sais si je n’ai rien compris à la crise financière dont, moi, je constate chaque jour les dégâts dans les familles modestes quand d’autres, jamais rassasiés, s’accaparent des millions dont ils ne savent que faire. Mais ce que je sais, en relisant vos articles , c’est que, malgré vos kilos de références issues de sommités, vous n’avez rien vu venir.

    Le 2 Avril 2008, vous écriviez:  "l’économie américaine ne s’effondre pas. Dans la plupart des secteurs, la croissance se poursuit, à un rythme plus faible, c’est tout. Le chômage ne monte pas. Le secteur immobilier lui-même est loin d’être en chute libre : environ 2 % seulement des emprunteurs ne peuvent pas faire face à leurs échéances. Les prêts aux entreprises ne se sont pas raréfiés : ils ont crû en 2007. La baisse du dollar n’a pas de conséquences majeures sur la consommation américaine. Les fondamentaux restent sains."

    J’invite les lecteurs des 4V à lire mes commentaires d’alors pour juger qui devrait fournir à l’autre une bibliographie.

    Par contre, cher Guy, je ne pense pas, bien au contraire que vous soyez un cuistre, mais que depuis que vous avez choisi une ligne de pensée étriquée, vous vous contentez de lire ce qui renforce vos convictions. Ainsi, tel Don Quichotte avec ses livres de chevalerie, vous vous êtes bâti un monde de certitudes fantasmées qu’un petit séjour dans le monde réel pourrait aisément corriger.

    27 mars 2010 à 10 h 46 min
  • guy milliere Répondre

    Pour Jaures: Penser que Sarkozy est libéral est ne rien comprendre au libéralisme. Si vous voulez apprendre, je peux vous donner une bibliographie, mais je doute que vous ayez l’humilité nécessaire pour apprendre. Si vous me demandez une bibliographie, je reconnaîtrai que je me suis trompé sur votre compte, mais j’en serais très surpris. Vous n’avez strictement rien compris non plus à la crise financière: je vous recommande, pour sortir de l’ignorance, de lire mon dernier livre, chapitre 4, mais je sais que c’est une recommandation vaine. Pour la seconde partie, je vous répondrai par une vieille phrase: quand on ne se sent pas de gauche à vingt ans, c’est qu’on n’a pas de coeur, quand on le reste à quarante ans, c’est qu’on n’a pas de tête. Je pourrais vous dire aussi, selon le vieux proverbe, il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis. Vous correspondez si souvent dans vos remarques à la définition du cuistre que j’aimerais, là aussi, que vous me prouviez que je me trompe. Mais là, je serais plus surpris encore que si vous me demandiez une bibliographie. Pour Eff: Je préfère ne pas répondre à ce que vous dites de Bernard Kouchner, qui est insultant. Ce que vous dîtes de la politique étrangère de Sarkozy est exact, mais cette politique de décide essentiellement à l’Elysée. Ce que vous dîtes concernant la démographie est exact aussi, et j’en ai parlé dans plusieurs articles.

    27 mars 2010 à 1 h 43 min
  • grepon Répondre

    Jaures:  "Si c’est la logique qui gouverne aux mesures libérales, il faudra m’expliquer quelle "logique" a conduit les pays les plus libéraux ,l’Angleterre, l’Irlande, les Etats-Unis ou l’Islande, à une recession historique, voire au total marasme."

    Encore des mensonges.   C’etait l’intervention etatiste a la centre du debacle.

    Le declenchement de la catastrophe financiere a eu bien plus que quelque chose a faire avec montagnes de prets immobiliers fantaisistes faites par banques prives…merci aux guarantis federales, lois et precedents anti-discriminatoire, et encouragements divers de politiciens et de Congress,

    ==> ….mais surtout les "government sponsored entitites" Fannie Mae et Freddie Mac. < ===

    Ces derniers organisations ont achete la mauvaise dette, ainsi encourageant la production de telles mauvaises dettes sans limites.   Les prets facile ont fait augmenter les prix des des actifs(maisons, condos, appartements, batiments, terres) ainsi creant une bulle immobiliere et une folie de construction et speculation.    Sans l’activite nefaste de Fannie et Freddie, il y aurait eu la bulle que nous avons eu, biens moins de mauvaise investissments faites, et bien sur nullement besoin de faire la "securitisation" des dettes, et contrats d’assurances dessus, qui ont transmis le probleme jusqua dans les bilans de banques et gouvernments etrangers.

    Les partisans de Fannie et  Freddie durant la decennie de la bulle, presque entierement gauchistes au Congress, ont insiste, et ont gagne cause a chaque fois, a continuer et augmenter au maximum les distortions  dans le marche, avec la main implicite et explicite de l’etat dans l’affaire.     Depuis fin 2006, il n y avait plus rien a faire contre, car les Democrats ont gange le controle de Congress.    Et l’actuelle Congress et President en remet ca, essayant de regonfler cette bulle.   Le pire est a venir, car l’intervention de l’etat n’a fait que augmente par la suite des implosions de 2008.    Les etats du monde developpe se sont endette au point ou ca ne peut pas tenir bien plus longtemps, et la realite va entrer en scene avec violence.   L’Euro ne survivra pas, par exemple.

    Tout ce passe comme si le trop d’etat est la maladie, et non pas la solution, mais continuer a essayer de faire passer le mensonge que le liberalisme est le probleme.    Il y a tellment d’etat dans tout ce qui bouge deja que c’est impossible demeler les influences stupide de l’etat sur l’activite par aillieurs rationnelle des acteurs prives.

    26 mars 2010 à 20 h 53 min
  • HOMERE Répondre

    Que je sache,aucune démocratie n’a opté pour ou suggéré un système économique étatique ? par conséquent le capitalisme est,et restera la pratique économique de tous les peuples….et pour l’éternité ! Tout ce que l’on a attribué au capitalisme lors de la récente crise n’était pas d’essence économique mais financière…sustentée par des pratiques mafieuses.Les socialistes et les communistes y ont vu une opportunité de faire valoir leur doctrine d’économie dirigée alors que personne n’en veut ! la preuve !

    Bastiat disait " L’Etat est cette grande fiction sociale à travers laquelle chacun croit pouvoir vivre aux dépends de tous les autres"…nous y sommes !

    Villepin ne trouve rien d’autre que d’inscrire dans son "programme" une augmentation substancielle des impôts…c’est dire la profondeur de son raisonnement ! à la différence des socialistes qui veulent une augmentation substancielle des impôts….

    Le capitalisme en France est malade de la faiblesse des ses incapacités de production et de création.L’investissement est faible car il ne trouve aucune opportunité de capitaliser durablement pour créer non seulement de la richesse,mais pour la péréniser.Notre tissu petit et moyen de production est erratique et désordonné par manque de vision cohérente d’une activité donnée dans laquelle l’offre serait globalisée comme en Allemagne par exemple !Nous sommes souvent battus sur les marchés à l’export par manque de cohérence et de ténacité.

    Même dans les secteurs captifs comme le tourisme,nous sommes mauvais tant l’offre est qualitativement insuffisante et quantitativement obsolète.Les chiffres du tourisme devraient être multipliés par deux ….beaucoup d’autres secteurs sont dans cette situation !

    Les raisons de notre décadence économique tiennent aussi ,bien sûr,de notre improductivité dans les quelques secteurs porteurs,plombés par les charges et taxes qui alimentent les inactivités dont nous sommes devenus les orfèvres…

     

     

    26 mars 2010 à 17 h 55 min
  • EFF Répondre

    @Guy Millière.

    Les gesticulations du Docteur Kouchner, socialiste, ancien militant soixante-huitard pro-pédophile, n’ont aucune crédibilité sur la scène internationale, tant est grand le décalage entre la situation réelle de la France et les prétentions droit-de-lhommistes du gouvernement. On ne peut pas dans le même temps accélérer l’islamisation de la France, laisser les barbares faire la loi sur le sol français et aller prêcher la sécurité en Irak ou en Afghanistan, cela n’a aucun sens et conduit à des sentiments schizophréniques dangereux qui se répercutent sur toute la société.

    On ne compte plus les humiliations, les lâchetés, les atteintes à l’honneur, perpétrés sous l’ère Chirac-Sarkozy, qu’on se rappelle les abaissements du président devant Kadhafi ou Bouteflica, qu’on se rappelle le parti prix systématique de la majorité présidentielle pour salir et enterrer la mémoire des Français d’Algérie, des amitiés indéfectibles du ministre des affaires étrangères avec les dirigeants de l’UCK au Kosovo, qu’on se souvienne des discours et des programmes engagés par le chef d’Etat pour promouvoir la discrimination contre les Français de souche, les blancs, les souchiens, et le système judiciaire liberticide inique qui traque les mal-pensants et récompense toujours les cooptés et les délinquants issus de l’immigration.

    Avec Nicolas Sarkozy, les "néo-conservateurs" français nous ont vendu de la camelote en 2007, ils feraient bien de se mettre au travail pour la présidentielle de 2012 et méditer les dernières déclarations de l’ancien président du CRIF, Roger Cukierman, sur la démographie française et européenne car pour l’instant la politique de la famille se résume à toujours plus d’immigrationisme et de socialisme, et demain une nouvelle république islamique pourrait voir le jour en plein coeur de l’Europe. Déjà dans de nombreux départements, de nombreux territoires, de nombreuses grandes villes et banlieues la conquête islamique est acquise et l’épuration éthnique contre les impies est achevée, qu’ils soient sensibles ou non au combat d’Israël, qu’ils votent UMP, PS ou FN d’ailleurs.

    26 mars 2010 à 16 h 53 min
  • Jacques LOMBARD Répondre

    Monsieur Millière est consternant dans son article Sarkozy pire que Chirac en avouant ne pas être allé voter.
    Notre constitution donne à chaque citoyen le droit d’intervenir dans la vie politique de la Nation par son bulletin de vote.
    Chacun l’utilise à sa guise : en faveur de Pierre, Paul ou Jacques, des Verts, des Roses, des Rouges ou des Bleus peu importe. Il s’engage et prend parti.
    Mais s’il n’en fait aucun usage, il se prive alors du droit de se plaindre.
    Que cela plaise ou non à monsieur Millière, c’est l’addition de nos bulletins de vote qui donne à la France son visage. Elle est le reflet de nos actions.
    A quoi sert de simplement regarder passer la caravane et de critiquer.
    Jacques LOMBARD.

    26 mars 2010 à 14 h 22 min
  • Jaures Répondre

    Le discours du genre "vous êtes socialiste, donc vous ne comprenez rien à l’économie" est du même tonneau que "vous êtes une femme, donc vous ne comprenez rien à la mécanique". Glissons donc.

    Par ailleurs, rien, cher M Millière, dans vos écrits récents et passés, ne me donne à penser que vous seriez en la matière plus compétent que qui que ce soit. D’autant que vous ne répondez pas aux remarques que je fais sur les mesures libérales prises par Sarkozy et qui n’ont eu que des conséquences négatives pour la grande majorité des Français (Johnny Hallydais, Christian Clavier et Arnaud Lagardère n’ont, eux, pas eu à se plaindre).

    Si c’est la logique qui gouverne aux mesures libérales, il faudra m’expliquer quelle "logique" a conduit les pays les plus libéraux ,l’Angleterre, l’Irlande, les Etats-Unis ou l’Islande, à une recession historique, voire au total marasme.

    Quant à la jeunesse néo pétainiste de Mitterrand, elle est incontestable. Mais que dîtes-vous de la jeunesse d’un universitaire  néo-conservateur qui écrivit un livre en collaboration avec Gilles Servat, chanteur révolutionnaire dont les titres comme "Les prolétaires" firent les beaux jours de la Fête de l’Huma ?

    Un certain Guy Millière, je crois.

    26 mars 2010 à 13 h 23 min
  • Philippe Répondre

    [email protected],

    Bravo pour vos commentaires, je les trouve très pertinents et réalistes face à ceux qui, tout en rejettant le parti de "fausse" droite UMP, reprennent l’antienne stupide "le Front national c’est le diable, et on ne s’allie pas avec le diable". Et à les lire, on a l’impression que le Front est uniquement constitué d’anaphabètes incapables de gouverner. Mais arrêtez donc de dire des con…ries. Vous avez déjà lu le CV de Bruno Gollnisch ou celui de Louis Aliot, je crois qu’ils valent bien largement ceux de Sarkozy ou de sa ministre Fadela Amara.

    Et ensuite ils proposent quoi ? rien. Ou plutôt si, parler et attendre, attendre, attendre qu’un parti 100% conformes à leurs idées se lève à l’horizon. Dans un siècle, ils attendront encore.

    Pour moi, entre un Front avec qui je suis d’accord, non avec la totalité des idées, mais avec 90% des propositions, et une UMP avec qui c’est plutôt 30% (car ils ont quand même la discrimination positive, la politique immigrationniste et communautariste, les gaspillages avec par exemple le financement de l’art "contemporain" alors qu’on est en temps de crise, la création de taxes supplémentaires comme la taxe carbone, etc., etc.), le choix est fait.

    Sinon, c’est cautionner l’éternelle alternance UMP (ex-RPR, ex-UNR, ex-UDR, et j’en oublie) / PS et continuons, continuons à faire les autruches,  et au bout du processus dans quelques années ou décennies, on aura soit une explosion économique et sociale, soit la charia.

    26 mars 2010 à 12 h 52 min
  • sas Répondre

    Et ils osaient s ériger en prophète…..en professeurs que dis je en donneur de leçons

    ……ceux qui se sont platement gouré sur des sujets d importances : 1 fois,2 fois, 3 fois….

    "…je me suis trompé sur SARKOZY….." qu ils avouent, ce jour, penaud et tête basse….

    Et oui messieurs , c’est ce que l on exige en peincipal d un Chef ou Général : "LA PERSPICACITE" ou claire voyance ; c’est une qualité pas très répendu en France  , il est vrai et avec l intelligence : la moins bien partagé …..d un peuple de veaux.

    Moi j ecoute donc en priorité , et suis prêt a suivre  :  CELUI ou CEUX QUI NE CE SONT JAMAIS (ou si peu) TROMPE….

    …..donc gentils opposants stériles et dogmatiques de Jean Marie Lepen , donnez un seul exemple , où dans sa vision soiéto/economique de la France  : il a eu faux dans son analyse ????? ou il c’est trompé.

    LA VOUS DEVRIEZ COMPRENDRE POUR VOTRE SALUT ET CELUI DU PAYS, qu entre 2 maux on choisit toujours le moindre…

    arf,arf,arf tout est dit.

    sas

     

    26 mars 2010 à 12 h 29 min
  • Leon Répondre

    Dites Mister Milliere, c’est bien vous qui chantiez les louanges de Sarkozette avant son election, il me semble!

    Enfin… Mieux vaut tard que jamais, pour ouvrir les yeux!

    Ceci n’enleve en rien le respect que j’ai pour vous concernant les analyses internationales 🙂

    Leon

    26 mars 2010 à 10 h 39 min
  • VIK Répondre

    Oui, Mr MILLIERE, " on a les gouvernants que l’on mérite ", cela est, était, et restera valable de tout temps, car les hommes resteront des hommes, avec leurs qualités et leurs défauts !

    Ceci étant, je reconnais humblement que j’ai voté pour Sarko, aussi bien au premier qu’au second tour ! Je le regrette en partie, mais je pense  que Ségolène ROYAL aurait été (et serait incompétente, si par malheur elle se présente et est  élue en 2012) pire, dernière de la classe, comme lors de sa promotion de l’ENA dont elle est sortie " bonne dernière " ! Sarko a globalement bien géré la crise financière lors de la présidence de l’UE par la France, et tout le monde le reconnaît, aussi bien à gauche qu’à droite !

    Pour la politique intérieure, c’est une autre histoire ! …

    Pour la politique étrangère, on n’a jamais vu un chacal transformé en agneau, et un Kadhadi, un Assad resteront toujours des chacals puants du désert, des terroristes, et cela, Sarko et ses Conseils ne l’ont pas compris, dommage  !…

    Ceci précisé, je ne vois pas en vertu de quels principes, de quelle philosophie " politique " Sarko tient coûte que coûte à une ouverture à gauche ! S’agit-il d’une stratégie qui viserait à terme à affaiblir la gauche en la divisant ? On peut légitimement se poser la question, car la gauche n’a pas besoin de cela pour être divisée ! Pour les régionales, Martine AUBRY s’est pointée en Alsace et ailleurs pour soutenir les candidats de son parti,(et on a vu ce que cela a donné) alors même qu’elle ne s’est pas rendue en P.Charente, fief de Ségolène ROYAL qui l’a emporté haut-la-main, et sans elle ! Bref, c’est toujours la cacophonie au sein du P.S., mais pas seulement ! De Villepin, qui se croît plus intelligent que la France,  va créer son propre parti ! Quand on l’a vu aux manoeuvres en tant que Premier Ministre, cela vous donne froid au dos ! C’est vrai qu’il avait derrière lui J. CHIRAC ! Enfin, avec les Enarques de tout poil, qu’ils soient de gauche ou de droite, on  n’est pas sorti de l’Auberge ! Dommage pour la France ! A ce propos, le Point a fait une étude il y a quelques années de cela sur l’E.N.A. (ou plus exactement sur les Enarques) – sur une certaine période -, Le Point a chiffré la perte à plus de mille milliards de francs, l’ancien PDG du Crédit Lyonnais, HADERER, étant à lui seul pour une bonne part de ce déficit, ce qui n’a pas empêché les Enarques, et non les Francs-maçons, de le muter à la tête du Crédit Universel, si j’ai bonne mémoire,  et qu’il a failli mettre en faillite, s’il n’avait pas été " viré " in-extrémis ! Pour donner une idée du trou, il faut savoir qu’à l’époque, le budget moyen de la France était de l’ordre de mille cinq cent milliards de francs !

    Qu’elle soit de gauche ou de droite, la gouvernance en France est médiocre, car, en définitive, ce n’est pas nos élus politiques qui gouvernent bien la France, mais les syndicats, à commencer par la C.G.T., communiste, dont je me demande ce qu’elle  fait encore dans le paysage politique français, le communisme soviétique auquel elle avait fait allégence avec le parti communiste, ayant disparu depuis bien longtemps maintenant !

    La C.G.T. ayant un grand pouvoir de nuisance, si j’étais à la tête de l’Etat, la première mesure que je prendrais, ce serait  de l’interdire ! Ou, autre solution, plus démocratique (si je puis dirre) c’est de rendre obligatoire le vote dans les entreprises, pour mesurer véritablement le poids des syndicats et leur véritable représentativité !

    Pour se résumer, on vire la C.G.T., et les Enarques de gauche ou de droite (ayant ensemble un véritable pouvoir de nuisance) manu-militari, et le plus tôt possible sera le mieux ! Pour le plus grand bien de la France, que nous aimons tous, j’en reste intimement convaincu !

    Vik

    26 mars 2010 à 10 h 19 min
  • Paul Répondre

    Bonjour, Moi aussi, je me suis fait des illusions sur l’actuel locataire de l’Elysée, dont le discours tranchait radicalement avec celui de ses prédécesseurs début 2007. Hélas, ce ne furent que discours, poudre aux yeux, agitation stérile. Je concède que la crise économique qui a éclaté en septembre 2008 n’était pas prévisible et que notre président n’est aucunement responsable sur ce point. Le manque à gagner fiscal qui en découle ne l’aide pas dans sa tâche. Par contre, son comportement bling-bling, ses discours non suivis d’actes sur la politique migratoire ne sont pas liés à la crise économique. Sur ce point, on peut le critiquer vertement, tout en reconnaissant que la gauche aurait faire pire sur ces points idéologiques. Son dernier discours se résumant à « on ne change rien », il ne reste qu’à attendre (sans trop rêver) le programme de Villepin. La prochaine élection se jouera au centre. Petit message aux militants FN qui traînent ici : vous perdez votre temps. AUCUN parti ou candidat ne s’alliera avec le FN. Au mieux, vous pouvez espérer un coup de pub comme en 2002, avec le candidat adverse élu à 80%, qu’il soit PS, UMP ou Villepiniste. Salutations à Mr Millière, auquel je suggère pour 2011 d’écrire un livre politique sur ce qu’il faudrait changer en France et en Europe pour devenir plus compétitif sans cesser d’être un rien jacobin (ce que nous seront toujours, c’est notre histoire). Ce genre de livre (200 pages, 60 propositions) pourrait inspirer de futurs candidats pour 2012.

    26 mars 2010 à 10 h 08 min
  • Anonyme Répondre

    **** Les illusions perdues **** Guy Millière est lucide : « Oui, je me suis fait des illusions sur Sarkozy. Je ne suis pas le seul, hélas. » Vous avez l’honnêteté de le reconnaître. A la présidentielle, j’ai voté Le Pen au premier tout et Sarkozy au deuxième, sans illusions sur les limites des deux personnages, mais pour faire plaisir à mon environnement et ne pas me faire reprocher d’être trop orienté. « Et si j’ai le choix entre Kouchner et Villepin aux affaires étrangères, je préfère Kouchner. Si on attaque Kouchner pour avoir défendu la libération de l’Irak, je suis du côté de Kouchner. Je n’ai pas abordé la politique étrangère dans l’article: elle est ce qu’il y a de moins mauvais chez Sarkozy, ce qui ne veut pas dire que je la trouve bonne. » Cela sent trop les intérêts d’Israël, pas trop les intérêts de la France. Si l’on suggère cela à Kouchner, cela le met dans des rages folles. On est forcément un monstre si l’on émet des réserves à cet égard… « Le discours économique de Jaures montre qu’il ne comprend strictement rien à l’économie, ce qui est normal, puisqu’il est socialiste. Economie et socialiste sont deux mots totalement incompatibles. L’un parle de logique, l’autre relève de la superstition dogmatique. » Guy Millière a raison, mais le socialisme se nourrit des déficiences du libéralisme. Deux doctrines qui s’appellent mutuellement. Marx est enfant de Ricardo. Mais il est vrai que la France est aussi sinistrée par Marx que par Ricardo. Le libéral ne voit pas son enfant naturel.

    26 mars 2010 à 8 h 32 min
  • guy milliere Répondre

    Oui, je me suis fait des illusions sur Sarkozy. Je ne suis pas le seul, hélas. Et si j’ai le choix entre Kouchner et Villepin aux affaires étrangères, je préfère Kouchner. Si on attaque Kouchner pour avoir défendu la libération de l’Irak, je suis du côté de Kouchner. Je n’ai pas abordé la politique étrangère dans l’article: elle est ce qu’il y a de moins mauvais chez Sarkozy, ce qui ne veut pas dire que je la trouve bonne. Le discours économique de Jaures montre qu’il ne comprend strictement rien à l’économie, ce qui est normal, puisqu’il est socialiste. Economie et socialiste sont deux mots totalement incompatibles. L’un parle de logique, l’autre relève de la superstition dogmatique.

    25 mars 2010 à 22 h 48 min
  • sas Répondre

    Le nouveau pacte de la droite en danger….

    …..reprendre des "frères" au gouvernement du clan adverse ! ! ! ! : Baroin, Daubresse, et Tron dont j ignore l appartenance…pour sauver ce qui peut l être ???

    EN MARTINIQUE une liste purement maçonique qui ne s en cahe pas a plébiscitée SERGE LETCHIMY lui même maçon,peut être que la frère " la cravate" préfet de région….. MANCINI , en mission spéciale sur place… s’ y est collé pour dechoquer le vieux indépendantiste essouflé et instrumentalisé aussi par les loges : Alfred Marie Jeanne……

    …..les fausses émeutes de mai 2009…..les fausses tergiversations d ETAT GENERAUX , avec patron fm, syndicaliste fm,fonctionaires fm…..etaient une parodie de démocratie et consultation : COMME JE NE N AI PAS MANQUE DE LE GUEULER A TUE TETE……qui a défendu les 500 000 "profanes" locaux ?

    ….résultat on a mis en place un autonomiste maçon dépensier en lieu et place d un indépendantiste econome et sénile….pour notre plus grand malheur /LE CLIENTELISME, CORPORATISME et NEPOTISME battant ici déjà le plein et provoquant une faillite prémédité et inexorable….que peut il advenir d autre.

    Le modèle coloniale francais essouflé ,en cela la martinique et la guadeloupe (ou economie de comptoire entre soi) est un exemple à ne surtout pas suivre et explique largement notre impéritie collective chronique et l anarchie qui monte.

    jai dit

    sas

    25 mars 2010 à 20 h 22 min
  • Jaures Répondre

    Dans ses habituels mouvements de balancier intellectuels, Millière prend une fois de plus à contre-pied ses propres discours.
    C’est le même Millière qui affirmait le 28/02/2007 qu’il "voterait pour Sarkozy au premier et au second tour". Des regrets aujourd’hui ? Par ailleurs, parmi les "socialistes" nommés, se trouve un certain Kouchner dont Millière disait qu’il "avait rendu son honneur à la France" simplement parce qu’il n’avait pas condamné l’invasion de l’Irak. Comme quoi cela tient à peu de chose.
    Quant à Eric Besson, en bon "Arlequin serviteur de 2 maîtres" il accomplit sa mutation droitière avec un zèle admirable !

    En tout cas, si il y a bien une chose que Millière ne peut reprocher à Sarkozy, c’est d’avoir été redistributif. Les exemples pleuvent: 2,5 milliards accordés aux cafetiers, 15 milliards de bouclier fiscal, 7 milliards de taxe professionnelle rendus aux entreprises, le tout sans contrepartie et financé par le déficit.
    A moins que Millière reproche à Sarkozy d’avoir été redistributif envers les plus riches. Mais j’en doute.

    Par ailleurs, Sarkozy accomplit avec une ténacité  sans faille la casse des services publics: l’école est exsangue, la police déprime, les hôpitaux n’en peuvent plus, les tribunaux croulent sous les dossiers et les usagers craquent.

    De même pour l’écologie: après la grand-messe du Grenelle, que reste-t-il aujourd’hui ? Les EPR ont la voie libre, les agriculteurs pourront perpétuer leur pestilence, des grands travaux routiers verront bientôt le jour,…

    Bref, je ne vois pas ce que Millière peut bien reprocher au libéral-conservateur Sarkozy. Sauf d’avoir échoué. Comme ses congénères Irlandais, Américains, Italiens, Britanniques, Islandais,..Et comme, malheureusement, les socialistes convertis comme Zapatero.

    Mais, probablement sont-ils tous également des "crétins".

    25 mars 2010 à 19 h 48 min
  • EFF Répondre

    Les éléments néo-conservateurs sionistes proches de l’UMP qui ont contribué à l’élection de Sarkozy, ont encore beaucoup de choses à apprendre, eux qui prétendaient récupérer le vote et les idées nationales, patriotes du FN. On voit bien que l’UMP n’a jamais été qu’un conglomérat d’islamo-communistes déguisés en gaullistes, on ne compte plus les Colombey-les-deux-mosquées qui se construisent encore et encore, avec le soutien actif de l’appareil d’Etat, chaque mois qui passe et tout les projets insensés de destruction de nos identités et de notre civilisation.

    Sarkozy et ses conseillers en communication ont bien tenté de s’aventurer sur la question de l’immigration, mais le diagnostic n’est plus le même qu’il y a 15 ans, il ne s’agit plus d’immigration mais bien de la colonisation africaine et islamique de la France et de l’Europe,

    Exécutant docile des exigences socialistes et prisonnier du dogme éthnomasochiste, le président s’est lamentablement fourvoyé, accroissant le laxisme et la barbarie.

    Les forces vives de la nation choisissent bien souvent l’exil, pendant ce temps là, les clandestins sans formation affluent et c’est la classe moyenne, les familles françaises, le coeur de la société, qui est sacrifié et condamné.

    Ces dirigeants UMPS sont des lâches, des criminels.

    25 mars 2010 à 19 h 11 min
  • HOMERE Répondre

    J’adhère à la position de Troubadour,d’autant que faire l’impasse sur la "qualité" des divisions des français me paraît un grave manquement s’agissant du bilan de Nicolas Sarkozy sans omettre la crise financière indubitable et ravageuse.

    En divisant par deux on peut considérer que les français sont soit fonctionnaires ou actifs du privé, ils sont aussi athés ou religieux, syndiqués ou non, de droite ou de gauche,nationalistes ou alter nationalistes, individualistes ou mondialistes, européistes ou identitaires,retraités ou actifs, urbains ou ruraux….brefs une mosaïque de personnes aussi divisées que claustrées dans ses opinions dépendantes de leur propre situation en majorité sous tendue par des motifs pécuniers.On voit bien chaque corporation hurler au loup dès qu’une proposition leur est contraire ou risque de l’être (pêcheurs,taxis,médecins,agriculteurs,avocats,restaurateurs…….) c’est la culture de la rue dont les reculades successives de l’Etat montrent l’efficacité.Tenant compte des manifestations plus ou moins violentes,on soustrait l’autorité de ce que l’on nomme précisemment l’autorité,du pouvoir d’appliquer sa politique.C’est l’Etat faible, inefficace et pleutre…..Chirac et Villepin en sont l’illustration la plus flagrante !

    Les pouvoirs occultes complètent le tableau (noir) de la vraie dépendance des incapacités publiques à exister par elle même,trompant en celà les électeurs appâtés par une propagande et des promesses fallacieuses…..

    Tout le monde ne connaît pas le papa de Baroin….moi si ! Troubadour aussi !

    Nous devons prendre pour habitude d’avoir un Etat faible, dominé, lâche et menteur….méritons nous un gouvernement et un chef de l’Etat forts….? le supporterons nous ? le méritons nous ? le voulons nous ?

    Humm !!!

     

     

    25 mars 2010 à 15 h 12 min
  • Anonyme Répondre

    *** Guy Millière est un peu trop soumis au politiquement correct *** Après l’Historiquement Correct, la semaine dernière, où on l’a vu soutenir un film de propagande anti-française, sans nuance; il récidive en direction de la droite patriotique cette semaine. « en matière de nationalisme étroit et d’autoritarisme xénophobe, le Front National n’a cessé de proposer mieux que lui. » On pourrait inverser l’accusation, en matière de cosmopolitisme apatride et d’autoritarisme xénophile, il est difficile de faire mieux que l’UMP et le PS. Cela ferait plus viril et plus réaliste. En réalité, Guy Millière veut rester fréquentable, il ne mettra pas le doigt sur le pouvoir occulte. Le fait qu’Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient de France soit conseiller spécial de Sarkozy, ou que le nouveau ministre du budget soit le fils d’un ponte de la maçonnerie devrait lui ouvrir les yeux sur les raisons profondes du cosmopolitisme anti-national du pouvoir et du faux jeu d’alternance dans lequel le système nous enferme. Comme dirait de Gaulle , il est faux de voir la maçonnerie partout, mais il est aussi faux de ne la voir nulle part. L’interdiction d’alliance avec le Front National vient des loges, mais Guy Millière pour rester fréquentable doit se taire sur le pouvoir occulte. Cela ne l’empêche pas de dire des choses vraies et estimables, mais cela montre sa dépendance avec le politiquement correct. C’est un homme sympathique au demeurant. Mais il se croit obligé de taper un peu sur sa droite pour être agréé par le magistère infaillible en place. Avec toute ma sympathie, malgré sa timidité, déguisée en conviction.

    25 mars 2010 à 12 h 14 min
  • Bainville Répondre

     

    Esprit incohérent, malgré ses attitudes, l’auteur de l’article refuse de voter pour les solutions de bon sens et parfaitement applicables, réduction des dépenses du secteur non marchand, mise en concurrence de la sécurité sociale, arrêt de la dénatalité par avortement subventionné et encouragé, reprise par l’Etat de ses fonctions normales dont le contrôle effectif de ses frontières, arrêt de l’hémorragie industrielle par instauration  d’une écluse la Tva sociale.

    Le Front National n’a pas les faveurs de notre brillant universitaire, mais l’idéologie  aveugle cet abstentionniste jusqu’à lui faire perdre toute perception du réel.

    Il confond ou fait semblant  de confondre autoritarisme avec reprise de l’exercice des compétences étatiques, feint de s’inquiéter d’une xénophobie chez un parti  qui demande le contrôle d’une immigration massive et sa maîtrise face aux graves défis que cette invasion pose à  nos finances et à notre civilisation.

    Il ignore que la droitophobie gouverne les média, il y contribue lui-même par les contrevérités qu’il nous assène.

    .

    En faisant exprès de ne pas voir que la droite existe en France avec le FN et qu’elle présente des réponses solides, malgré la fable toujours récitée du programme odieux ou inapplicable(il suffit de voir les compétences et le parcours exceptionnel du responsable du programme économique M.Sulzer agrégé de l’Université) l’auteur de l’article n’est pas indépendant d’esprit et fait preuve de beaucoup de parti pris, attitude irrecevable pour des lecteurs des 4 Vérités, exigeant en matière de…vérités.

    25 mars 2010 à 11 h 21 min
  • sas Répondre

    sarkozy pire que chirac…..pire que mitterand….pire que giscard

     

    on va trouver du pétrole à force de creuser….

    sas

    25 mars 2010 à 11 h 02 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *