Sarkozy, un champion du changement

Posté le février 13, 2012, 12:00
5 mins

C’est fou ce que l’approche de l’élection présidentielle peut vous changer un homme. Ainsi, Nicolas Sarkozy a changé. Du tout au tout. C’est lui qui le dit, dans Le Figaro-Magazine : « Si la question est de savoir si j’ai réfléchi, sur le fond et sur la forme, ma réponse est oui. »

Oui, il veut reste président de la République.

Donc oui, il a changé. C’est pratique et ça permet de faire de nouvelles promesses à l’électorat de droite qui s’est fait empapaouter en 2007, en expliquant pourquoi il n’a pas procédé au cours des cinq années qui viennent de s’écouler aux réformes qu’il annonce pour les cinq prochaines : il a changé !

Résumons-nous : en 2007, le candidat Nicolas Sarkozy tenait un discours plutôt de droite, qui a séduit un certain nombre d’électeurs lepénistes et qui lui a permis de mobiliser à fond les électeurs de la droite parlementaire, autrement dit ceux de l’UMP.

Une fois élu, le président Sarkozy a changé. Il a envoyé promener la droite, a nommé à la jeunesse et aux sports Roselyne Bachelot, personnellement favorable au mariage homosexuel (ce qui entretenait une ambiguïté sur sa propre opinion), a laissé son ministre de l’Education nationale inscrire le Gender dans les programmes, a cherché les moyens de faire financer sur l’argent public la construction des mosquées, a estimé que l’entrée sur le territoire national de 180 000 immigrés légaux par an était un minimum, a promu la politique de discrimination dite « positive », qui n’est jamais qu’une discrimination négative à l’encontre des Français de souche, a conçu une réforme des retraites qui pèsera surtout sur les salariés du privé.

Sous son quinquennat, le déficit public a explosé et la dette publique s’est considérablement accrue. Lui, qui affirmait ne pas avoir été élu pour augmenter les impôts¸en a créé plus de quarante et la fiscalité se porte beaucoup mieux que la croissance. Lui, qui estimait que la conservation du triple A valait tous les sacrifices, n’a pas su empêcher que la France le perde.

En revanche, il est un point sur lequel Nicolas Sarkozy a été fidèle à lui-même : il n’a cessé de saborder la souveraineté nationale, d’abord en imposant le traité de Lisbonne, puis en réintégrant les forces françaises dans le commandement intégré de l’OTAN, et aujourd’hui en satellisant la France en orbite autour de l’Allemagne, planète maîtresse de l’Europe, au risque de faire sortir notre pays de l’histoire, mais avec l’espoir qu’Angela Merkel nous sauvera – en dédouanant Sarkozy lui-même– de la crise économique majeure qui menace d’éclater dans les mois qui viennent.

Au vu d’un tel bilan, on peut comprendre qu’une vaste partie de ses anciens électeurs se détournent de lui. Mais rien n’est perdu, pour peu que Marine Le Pen ne parvienne pas à obtenir ses 500 signatures. Au contraire, dans ce cas tout redevient possible pourvu qu’il parvienne à rassurer et à récupérer cet électorat de droite.

A la veille de redevenir le candidat Sarkozy, le temps est donc venu de changer de nouveau. Il sera toujours temps, en cas d’élection, de rechanger derechef.

C’est ça, la politique.

13 réponses à l'article : Sarkozy, un champion du changement

  1. Raynote

    22/02/2012

    Je ne vois pas de différences flagrantes ou significatives entre Sarkozy et Hollande. Donc, mon vote n’ira ni à l’un ni à l’autre! Je ne cautionnerai pas leurs politiques, que je réprouve, en leur donnant ma voix. Les deux recherchent l’approbation de leurs victimes (ou futures victimes), c’est-à-dire les gens ordinaires, comme moi, qu’ils vont s’empresser de commander, réglementer, ponctionner, culpabiliser, infantiliser dès qu’ils seront au pouvoir. Ah, ce POUVOIR !!!  Ils en rêvent tellement….

    Répondre
  2. Braquehais

    17/02/2012

    Pour moi, Nicolas Sarkozy a eu l’immense mérite de nous préserver de S.Royal et il est le seul à ce jour à pouvoir nous préserver de F. Hollande. Sommes-nous bien sûrs qu’il aurait pu faire davantage pour réformer la France en profondeur ? Ce qu’il a fait, même si c’est insuffisant, aucun autre avant lui n’avait essayé de le faire. Qui peut croire que F Bayrou aura le courage et la volonté de le faire ? Tout le monde sait qu’il n’y a pas de "grand rassemblement" pour prendre les mesures impopulaires qui s’imposent. Voter blanc, voter Bayrou, c’est dérouler le tapis pour Hollande et ses amis et perdre 5 ans d’inaction. Il y a 5 ans, les grecs se doutaient-ils de la situation dans laquelle ils sont aujourd’hui ?
    Je voterai Sakorzy sans état d’âme aux 2 tours !

    Répondre
  3. AdmiralK

    14/02/2012

    Sarkozy est comme un mari alcoolique qui essai de convaincre sa femme battue. J’ai changé tu sais chérie…

    Répondre
  4. lionela

    14/02/2012

    …et c’est ce type dont le quinquennat laisse une ardoise de 500 milliards d’euros à rembourser par nos enfants, qui s’accroche aux branches de l’Elysée ? Dehors ! Foutons-le dehors !

    Répondre
  5. eugène

    14/02/2012

     

    Bonjour

    Votre article n’est fait que de critiques. Soit., c’est votre choix ou votre opinion.

    Mais en dénigrant edela sorte, que cherchez-vous? Même si c’a n’ets pas votre intention, le lecteur qui vous accorde un peu de crédit votera peut-être socialiste! j’entends ce que vous dites et je ne suis aps de ceux qui affirment que MR Sarkozy à tout juste. Mais dela à le remplacer par un projet socialiste qui n’existe pas, sauf le mariage homosexuel, l’euthanasie et les taxes sur les entreprises qui iront à l’étranger,  et l’embauche de fontionnaires pour emplifier un peu plus la dette, excusez-moi, mais je n’irai pas dans cette direction et je ne prendrai pas la liberté d’y inciter autrui.

    Je vous remercie pour votre attention

    Eugène

    Répondre
  6. Francis DEMAY

    14/02/2012

    A la réflexion, il me semble que si Marine Le Pen était "empêchée" d’être candidate cela précipiterait la chute de Sarkozy. L’éclatement inévitable de l’UMP, qui suivrait la défaite, permettrait de recomposer le paysage politique et au Front national de participer à une coalition.

    Répondre
  7. HOMERE

    14/02/2012

    Non Rosanov je suis un intégriste méprisable qui n’a de religion que la religion….surtout la mienne qui est largement supérieure à l’autre,celle qui ne dit pas son nom et qui pourtant se généralise outrancièrement…vous l’avez reconnue…..c’est la votre !!

    N’est pas Taliban qui veut…moi je suis un vrai Taliban pur et dur….surtout dur !! avec mes frères et soeurs Talibanes,nous allons vous convertir à notre religion faite d’amour et de paix contenue….pour qu’a votre tour vous deveniez Talibané pour l’éternité…..Fermez le taliban !!!!

    Répondre
  8. Rosanov

    14/02/2012

    A HOMERE

    Est-ce que ça vous arrive une fois de penser à autre chose qu’à la religion ?

    Vous devriez aller chez les Taliban, vous trouveriez vos semblables encore mieux que chez les Cathos.

    Répondre
  9. Rosanov

    14/02/2012

    A HOMERE

    Est-ce que ça vous arrive une fois de penser à autre chose qu’à la religion ?

    Vous devriez aller chez les Taliban, vous trouveriez vos semblables encore mieux que chez les Cathos.

    Répondre
  10. dilera

    13/02/2012

    La conclusion « c’est ça la politique » a autant d’intérêt que « c’est la vie » : nul sur le plan pratique. François Bayrou peut nous débarrasser d’un coup d’un seul de la peste et du choléra. On ne dit pas, du fond d’un fauteuil, « nous débarrassera », non, il faut donc l’aider concrètement à figurer au second tour.

    Répondre
  11. UANECNARUAL

    13/02/2012

    DECIDEMENT AUCUN CANDIDAT A LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE NE SE CONSIDERE COMME REPUBLICAIN.. PAS ETONNANT QUE AILLE DE TRAVERS….

    Répondre
  12. HOMERE

    13/02/2012

    Tout ce que vous dites Menou est vrai…intégralement vrai…..vous êtes un divin orateur de l’évidence….que n’a t on pu profiter de votre savante analyse en 2007 ? vous nous aurez fait gagner un temps précieux….un peu de patience,vos attentes seront satisfaites avec Hollande……vous changerez du tout au rien…..

    Mon pauvre Monsieur que de compétences ignorées dans votre vision de l’apocalyptique selon Saint François…..surtout ne changez pas…restez vous même…..J’aurai une particulière attention sur vos visions avisées après les élections…….

    A pleurer !!

    Répondre
  13. Loubomo

    13/02/2012

    C’est trop tard M. Nicolas Sarkozy. Un président est élu pour mettre en oeuvre la politique promise lors de sa campagne, anticiper les problèmes et protégé son peuple. Hélas rien de tout ça n’a été réalisé… Cela fait des années que vous êtes au pouvoir et 2 mois avant les élections vous auriez changé ?? Nous aussi vos anciens électeurs avons changé : nous ne croyons plus en vous et vos promesses. Pourquoi faire demain ce que vous n’avez pas fait depuis toutes ces années que vous êtes aux manettes ? Ce qui vous reste à faire c’est rétablir le vote démocratique en faisant en sorte que Marine Le Pen soit qualifiée afin que le Peuple la mettre à votre place. La on vous dira un grand merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)