Ségolène, DSK, Valls… et les autres

Ségolène, DSK, Valls… et les autres

Les dissimulations plus ou moins légale du patrimoine des candidats jettent le trouble sur notre classe politique. L’ISF pollue avec des relents nauséabonds nos médias.

A droite comme à gauche, ils auront bien du mal à justifier leur « enrichissement » sans causes réelles et sérieuses, à savoir la création de richesses par leurs idées, leurs travail, leurs entreprises, leurs employés…

Notre nouvelle noblesse d’Etat a fabriqué une cléricature publique qui vit très bien sous les dorures des palais de la république.

A l’exemple de Ségolène Royal, la madone des pauvres, qui, sans jamais avoir travaillé (produit des biens ou des services), a réussi à avoir un capital taxable a l’ISF, fruit d’indemnités payées par les impôts des français.

Or, minimiser sa facture fiscale est le premier devoir de tout citoyen responsable, y compris en exploitant toutes les possibilités fiscale nationales et internationales. Ce vieil adage français est un sport national. Tous à la niche !

Ségolène, présidente ? Le révolutionnaire Régis Debray a dressé son C.V. Ce n’est certes pas un sort enviable que de monter à 23 ans dans une voiture avec chauffeur pour n’en plus sortir. L’ENA, le stage en préfecture. Puis droit sur l’Elysée (chez tonton François ). Parachutage dans une bonne circonscription. Là, on laboure un minimum. Le blanc au zinc, le marché le dimanche. Puis l’assemblée, un petit ministère et, sitôt après, le fauteuil en région ou en département. Ces états de service bien enchaînés font assurément une carrière (à gauche ou à droite) ; rarement un caractère.

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • Jaures Répondre

    Cher Iosa, si vous considérez tout homme (ou femme) politique comme un parasite, quel système préconisez-vous ?

    17/01/2011 à 10 h 02 min
  • IOSA Répondre

    Jaurè[email protected]

    Ce que je préfère et de de loin….c’est quelqu’un d’utile à la Nation et non un ou une parasite (pour ne pas dire un morpion).

    IOSA

    14/01/2011 à 23 h 41 min
  • Jaures Répondre

    "«Mon patrimoine

    Part, pour un montant de 197 800 euros, dans l’appartement familial de 120 m2 à Boulogne Billancourt acheté en 1990 par emprunts sur 15 ans aujourd’hui remboursés.

    Part dans une maison des Alpes-Maritimes de 120 M2 achetée avec un plan épargne logement en 1986. Emprunt remboursé. J’en possède une part pour un montant de 108 000 euros en valeur actuelle.

    Maison à Melle dans ma circonscription de 100 m2 (logement et bureau ; mise à disposition gratuite pendant les vacances au bénéfice de l’association Familles sans vacances)
    168 000 euros (valeur d’achat) moins 111 024 euros d’emprunt sur 15 ans en cours de remboursement, soit 50 000 euros de patrimoine net.

    Actions-obligations = aucune

    Objets de valeur = aucun

    Assurance vie = aucune

    Véhicule = Renault Scénic

    En cumulant les deux patrimoines, François Hollande et moi sommes redevables de l’ISF pour la deuxième année consécutive pour un montant annuel de 862 euros.

    Ségolène Royal»

    Texte publié en 2007.

    Par ailleurs, Mme Royal a suivi des études en pensionnat, est diplômée en sciences économiques et en sciences politiques. Elle est entrée à l’ENA sur concours.
    Enfin, le Poitou-Charente était une région traditionnellement de droite.
    Dire qu’un politique, quel qu’il soit ne crée et ne produit rien est ridicule. Préférez-vous un roi ? Un Tyran ?

    14/01/2011 à 17 h 51 min
  • Gato Répondre

    C’est très mèchant!! J’ai vu Ségolène un jour sur une photo en toute petite tenue, elle ne mérite pas ça!

    14/01/2011 à 13 h 36 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: