Sénat : la « gauche de ­gouvernement » au travail

Posté le novembre 16, 2011, 12:00
4 mins

Lorsque la gauche a conquis le sénat, en septembre dernier, tous ont compris que le Palais du Luxembourg serait un laboratoire pour montrer que la gauche « de gouvernement » pouvait être « crédible »…

À présent, il vaudrait mieux pour François Hollande que les médias ne regardent pas trop dans cette direction.
La première chose que l’on a pu constater, c’est le sectarisme de cette gauche prétendument consensuelle. Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne sommes pas en présence de la fameuse « gouvernance partagée » !

Le plus visible, en matière de sectarisme, tient à la gestion de l’ordre du jour. Ainsi, pour pouvoir « détricoter » tranquillement la réforme des collectivités territoriales (qui a, au moins, le mérite de rationaliser la décentralisation et d’économiser les deniers publics), par une proposition de loi Sueur, la gauche s’est arrogé 11 heures de discussion, au lieu des 4 prévues initialement. Naturellement, sans de­mander son avis à la nouvelle opposition sénatoriale.

La deuxième chose qui frappe les observateurs, c’est la bruyante augmentation des dépenses. Alors que la gauche s’était engagée à réduire les dépenses, tous les nouveaux « dignitaires » ont réclamé leur chauffeur…
Et on envisage toujours (malgré de très fortes oppositions) de créer deux nouvelles commissions. Ce qui coûtera autour de 3 millions d’euros par an…

Sans parler, naturellement, des taxes que les socialo-écolo-communistes proposent systématiquement d’augmenter dans la discussion du budget et du budget de la Sécu. La droite peine à trouver des économies, à mettre en regard des augmentations d’impôt. La gauche ne s’embarrasse pas tant : elle ne cherche aucune économie !

Enfin, la troisième chose qui frappe dans le comportement de la nouvelle majorité sénatoriale, prélude à la prétendue « gauche de gouvernement », c’est l’amateurisme.

Juste un exemple, caricatural : au cours de la discussion sur le budget de la Sécu, la gauche a rejeté le dépistage néonatal de la surdité. Motif : toutes les associations ne sont pas d’accord. On voit mal sur quel sujet « toutes » les associations pourraient être d’accord. Mais, en l’occurrence, la principale association à avoir manifesté des réserves apprend le langage des signes à ceux dont on n’a pas repéré assez tôt la surdité. C’est un peu comme si on renonçait aux limitations de vitesse pour ne pas priver le Samu de travail !
C’est cela la « gauche de gouvernement », aujourd’hui…

7 réponses à l'article : Sénat : la « gauche de ­gouvernement » au travail

  1. Anonyme

    21/11/2011

    Le Sénat, sous la "droite", ce n’était pas terrible. Là, ça va être pire.

    Répondre
  2. sas

    19/11/2011

    Jeeee travaille…..jeeeee travaille…..

    j ai déjà entendu ca…

     

    arf arf arf

    sas

     

     

    Répondre
  3. Anonyme

    17/11/2011

    La comparaison avec la sécurité routière est malvenue et mal cadrée. Il ne s’agirait pas ici de renoncer aux limitations de vitesse mais d’euthanasier préventivement les conducteurs les plus susceptibles de dépasser les limites autorisées. Ce n’est pas du tout la même chose.

    Si Jean Rouxel est favorable à l’eugénisme, il peut se désoler de la décision du Sénat, qui a peut-être volontairement mal motivé cette décision. Pour ma part, sans être socialiste pour un sous, je m’en félicite.

    Par contre je ne me fais aucune illusion sur le bien qu’il y a à attendre du Sénat. J’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’une institution fortement parasite de l’Etat, à supprimer purement et simplement. Il était donc logique qu’au final elle tombât aux mains de la quintessence du parasitisme en France : la vraie gauche, à défaut de la fausse droite qui l’a longtemps occupée avec ses propres parasites.

    Le découplage complet de cette institution pour l’intérêt public français ne se marque pas uniquement par ses parlottes stériles ou néfastes, mais par les faits purs et durs. Il est par exemple parfaitement significatif que le Sénat ne propose jamais de reverser son trésor « de guerre » de 1.7 milliards de fonds propres, au budget général de l’Etat, qui en a tant besoin et emprunte sur le marché libre, avec intérêts bientôt « usuraires » (selon la définition franco-française) pour payer les seuls intérêts contractuels de la dette souveraine française. Il s’agit bien ici de 1,7 milliards d’Euros, soit 1700 millions,  selon Contribuables Associés.

    Répondre
  4. Aurélien

    17/11/2011

    Pour info, et malgré l’argument avancé ds votre article. Les personnes contre le dépistage précoce de la surdité ne sont sont pas que sourdes et ce n’est pas parceque ces personnes parlent la langue des signes qu’elles n’ont pas été dépistées assez tôt. La problématique du dépistage de la surdité et du développement des jeunes sourds est beaucoup plus complexe que cela. Un dépistage précoce ne prédit pas que tous les sourds oraliseront ou parleront la Langue des signes. Pour info encore, l’utilisation de la langue des signes n’est pas une réponse à l’incapacité d’utiliser la langue orale mais bien une langue à part entière reconnue par la loi et l’expression d’une culture. Pour info encore, Mme Edwige Antier à Voulu faire passer cette loi à plusieurs reprises et de façon cavalière. Le sénat pointe également ce point. De plus, un autre argument était de dire que cette mi n’avait absolument pas sa place au sein d’un projet de loi sur le financement de la sécurité sociale.

    Répondre
  5. moua

    17/11/2011

    a oui la gôche travaille…

     

    Note de frais

     

     

     

    > > > > > histoire véridique (voir sur Google)

    > > > > > > >

    > > > > > > > Un sénateur présente ses notes de frais à la trésorerie du

    > > > > > > > Sénat… dont des notes de restaurant : 1.428 euros (51 convives) et 1.064 euros (38 convives), etc. … Il semblerait qu’il s’agisse de fausses factures … aah ? … que le resto en question est géré par la propre fille du sénateur … aaah ? … que le sénateur y détient des parts … Aaaah ?

    > > > > > > > Allégations réfutées, bien sûr, par le sénateur qui affirme avoir porté plainte et produit à l’appui de ses proclamations d’innocence un «communiqué de soutien » de la Présidence du Sénat (papier à en-tête, signatures et tout et tout …).

    > > > > > > > Problème : le communiqué se révèle être un faux …

    > > > > >

    > Récapitulons : Népotisme, fausses factures, faux en écritures publiques : vous vous dites ça se passait en Tunisie d’avant la révolution jasminisée ou, à la rigueur, au Tadjikistan oriental !

    > > > > >

    > Bé non, camarades ! Nous sommes en France et ça se passe en ce moment (2011) !

    > > > > > > > Le sénateur en question s’appelle Jean-Marc Pastor (PS) et, tenez-vous bien, il est un des TROIS « questeurs » du Sénat, c’est-à-dire un des 3 bons garçons chargés de gérer correctement les 350 millions que nous coûte cette « noble » institution et qui ont essayé de s’octroyer dans la plus ou moins grande discrétion 3.500 de « prime » fin juin 2011.

    >

    > > > > >

    > >> Le quotidien, quoi…!

    Répondre
  6. Dubucque

    16/11/2011

    Le Sénat représente la couleur des collectivités locales élues par le peuple français  ! Plutôt que de laisser le Front National obtenir des sièges , l’UMPS a fait barrage dans les triangulaires ! Le rouge s’est répandu sur tout l’hexagone ! Si les hommes politiques de la droite n’ont pas vu venir le coup, c’est qu’ils ne méritent pas de représenter leurs électeurs et auraient dû rendre leur mandat après cet echec cuisant ! Mais en politique le ridicule ne tue pas , la bêtise non plus !

    Répondre
  7. moua

    16/11/2011

    Monsieur rouxel…..merci d insister lourdement mais on a bien compris , du moins pour les plus eclairés(et il y en a quelques uns ici) que nous avions la gôche la plus inutile du monde et la droite la plus con de l univers……

    ……..ce constat est factuel et continu depuis 40 ans….

     

    alors parlons d avenir ???? que voyez vous ? VOUS……..

     

    moua

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)